Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 08:00

litterature-francophone-d-ailleurs-1_WOTCKMJU.jpg

 

 

J'ai acheté aujourd'hui un livre très intéressant pouraborder la littérature francophone :

 

Langue et littératures francophones par Denise Brahimi

(Edition Ellipses - 2001 - 110 pages)

 

L'auteur est spécialisée en littérature francophone. Même si son livre a 10 ans, il permet de fonder les bases de la littérature francophone (qu'elle met au pluriel, compte tenu de sa diversité).

Je vais m'inspirer de sa "géographie de la littérature francophonie" pour distinguer quatre grands groupes de livres pour le classement des lectures autour de cette thématique.

1/ Littérature des pays où le français est la langue maternelle des écrivains :

- Belgique

- Suisse

- Québec et Canada français

2/ Littérature des pays où le français s'est développé comme langue de colonisation, et subsiste comme langue de culture ou de communication :

- Afrique Subsaharienne

- Madagascar

- Maghreb (Algérie, Tunisie, Maroc)

- Pays de la péninsule indochinoise (Vietnam, Cambodge, Laos

3/ Littérature des îles

- Iles créoles , Antilles, Haïti, îles de l'océan indien

4/ Ecrivains qui ont choisi de s'exprimer en français (et qui ne viennent pas de ces pays)

 

                                                        

Je pense que cette "classification" de Denise Brahimi permet d'y voir clair pour tous les participants à cette thématique littéraire. Je pourrai ainsi raccrocher les articles dans l'une des quatre catégories ci-dessus, avec un lien vers vos articles.

Bonnes lectures et merci de m'adresser un commentaire avec un lien vers vos articles pour m'aider à mettre à jour le billet récapitulatif que je ferai très régulièrement.

A bientôt,

Denis

Repost0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 21:12

 

La marche en forêt de Catherine Leroux

Editions Carnet Nord/ Montparnasse 288 pages - Août 2012

 

--------------------

 

J'ai eu l'occasion de faire une première et rapide présentation de ce livre lors d'un "mardi sur son 31".

Je viens d'achever ce livre après avoir eu d'autres livres en cours à terminer avant celui-ci.

Il est paru l'an dernier au Canada aux éditions Alto. La presse québécoise a titré alors "audacieux premier roman". Je vous renvoie à cet article très bien fait pour tenter de résumer ce livre.

En effet, on suit des épisodes de la famille Brûlé sur plusieurs générations et sans que la chronologie soit forcément respectée.

On craint parfois de se noyer dans cette famille. Heureusement, un généalogie en début de livre nous permet de nous repérer sur les liens familiaux entre les uns et les autres.

Et j'avoue avoir pris des notes au fur et à mesure que je lisais les épisodes de chacun.

Par exemple : Tristan et Justine fouillent la maison de Fernand pendant qu'il est au cinéma et ils tombent sur le viagra qu'il utilise.

Justine s'est isolée pendant un mois. Elle a pleuré, regardé la TV et lu des livres sans passion. Elle demande alors à son frère Tristan de venir la chercher.

Justine et Tristan reviennent ainsi dans ce roman, alors  qu'entretemps on a parlé de Luc et Jacques, d'Emma.

Et l'on s'aperçoit que, dès lors où l'on a pris soi-même ses marques pour ne pas se perdre dans les méandres de cette famille, on lit un livre FORMIDABLE. Un livre qui ne peut nous laisser indifférents.

On vit en filigrane l'ultra-violence d'Alma, une des "ancêtres" de la famille, qui passe la moitié de sa vie en forêt car elle a des origines amérindiennes. On voit Fernand renaître à l'amour peu après la mort de sa femme Thérèse en épousant Emma. Mais la maladie d'Alzaheimer va ruiner leur amour. Un des jeunes Brûlé, Hubert, enfermé dans ses jeux video, a violé 8 jeunes femmes. Il est alors condamné à huit ans de prison et va rencontrer la religion pour s'en sortir. Malgré cela, son père, Normand, ne peux lui pardonner ces actes horribles. Justine, elle, va s'occuper de Jean un autiste, qu'elle va ramener à la vie au point de faire l'amour avec lui et d'avoir un enfant, ce qu'il ne saura jamais...

Une "drôle de famille", décrite par fragments qui sont autant de "courtes nouvelles" parfaitement écrits. On prend vraiment plaisir à lire ces pages sachant que l'on aura des surprises très fréquemment, car cette famille est composée d'êtres dont les sentiments, les actions sont régulièrement imprévisibles.

Il faut donc se laisser porter par ces textes emboités comme des poupées gigognes. Certains personnages sont sympathiques, d'autres pas du tout. Et cela forme une famille... Ne vivons-nous pas cela, même si la nôtre n'a sûrement pas ces travers. La littérautre est justement là pour transcender la réalité. C'est là tout son charme. Et n'oublions pas la nature dans ce livre. Elle donne son titre au livre et la forêt est le refuge pour beaucoup. Et au Canada, la forêt, c'est la vie...

Un livre coup de coeur, lu grâce à l'éditeur, Carnet Nord qui m'a envoyé ce livre cet été et que je remercie chaleureusement.

Un premier roman de qualité, que je classe dans le "défi premier roman" chez Anne

 

 

Egalement dans le cadre du challenge rentrée littéraire chez Hérisson

 

  6/7

 

Bonne lecture,

Denis

Et j'inaugure la collection de textes "littérature francophone d'ailleurs" avec ce livre québécois français. A noter un certain nombre d'expressions canadiennes expliquées en bas de page.

Exemple : bran de scie = sciure de bois ; des accroires = des mensonges

 

    littérature francophone d'ailleurs 1 WOTCKMJU

Repost0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 00:20

    litterature-francophone-d-ailleurs-1_WOTCKMJU.jpg

 

Comme je l'ai annoncé dans un précédent article, je propose à tous les "bloggeurs" qui le souhaitent d'honorer la langue française à travers tous les écrivains non français de nationalité (au moins au moment où ils ont écrit leur livre) ayant écrit en français.

Le canada, la Belgique, la Suisse, Haïti, l'Afrique francophone, le Vietnam, le Liban etc... ont donné à la francophonie des oeuvres de grande qualité.

Alors, pas de délai, pas de nombre de livres imposés,  mais simplement le plaisir de partager des livres et auteurs qui ont écrit en français, depuis que la littérature existe.

Il vous suffit de m'indiquer par un commentaire en bas de cet article le lien vers votre article et je ferai régulièrement un bilan des billets.

"Notre Dame du Nil" de Scholastique Mukasonga qui vient de recevoir le prix Renaudot m'a donné l'idée de montrer la richesse de la langue et de la littérature française.

Leopold Sedar Senghor a été l'un des "promoteurs" de la francophonie et Dany Laferrière en est l'un des auteurs "phares". Je les ai donc pris pour "parrains" tous les trois en mettant leur photo dans le logo "littérature francophone d'ailleurs" (ailleurs au sens "hors auteurs de nationalité française").

Je donnerai également régulièrement des informations sur la francophonie et toutes bonnes idées seront les bienvenues : lectures communes autour d'un pays, d'un auteur, d'une collection...

C'est un beau pari pour sortir aussi des "sentiers battus" des romans qui font la une le temps d'une saison... Découvrir des auteurs inconnus ou peu connus est un bonheur pour les amoureux de la Littérature.

Mes articles seront répertoriés dans la catégorie "littérature francophone".

A très bientôt, et merci à Fabienne pour le logo, à apposer sur vos articles en signe de "reconnaissance".

Denis

Repost0
11 novembre 2012 7 11 /11 /novembre /2012 10:16

Comme j'ai eu déjà quelques commentaires favorables et que c'est une belle aventure littéraire de partager le goût de la francophonie (je le répète encore une fois sans chauvinisme car j'adore la littérature étrangère, souvent plus que la littérature d'auteurs français), c'est décidé je lance le "challenge".

Mais il faut un logo. Catherine a eu l'idée du symbole de la francophonie, mais j'ai peur que des droits soient attahcés à ce symbole.

Alors, n'hésitez pas à me faire des propositions.

Et j'avoue que le mot "challenge" ne me plait pas trop. Il n'y a pas de course ici pour être celui qui en lira le plus. Il faut se faire plaisir en partageant des coups de coeur (ou des déceptions) sant surenchère, sans esprit de "vainqueur".

Là aussi, toute bonne idée est la bienvenue.

J'ai un roman canadien sublime (deuxième coup de coeur en une semaine, après "Printemps barbare) à présenter cette semaine. Alors, naturellement il s'inscrira dans cette "francophonie" si riche autour de la langue française.

Bon dimanche, et bonnes lectures,

 

Denis

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***