Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 16:53
Beyrouth 2020 : journal d'un effondrement de Charif Majdalani (Actes Sud)

Beyrouth 2020 : journal d'un effondrement de Charif Majdalani

(Actes Sud - "L'orient des livres -octobre 2020 - 160 pages)

---------------------------------

Charif Majdalani, écrivain libanais, né à Beyrouth en 1960, connaît bien sa ville natale. Le 1er juillet 2020, il tient son journal au jour le jour. Il ne peut que parler de la situation politique libanaise catastrophique.

Le pays est en plein marasme économique. Il n'y a plus assez d'électricité pour les feux tricolores, ce qui symbolise l'anarchie qui sévit. Au fil des jours, on apprendra que la pénurie d'électricité va s'étendre à tous les niveaux. L'eau manque aussi et des sociétés privées agissent dans l'illégalité pour approvisionner la capitale.

L'auteur raconte à sa fille l'histoire du pays depuis l'après deuxième guerre mondiale. Deux républiques et entre deux une longue guerre civile. La paix est revenue en 1990. 30 ans d'une politique désastreuse, plus ou moins laissée un temps au syriens en sous-terrain. Corruption, compromissions, inflation galopante et ruine du système bancaire ont conduit à des manifestations importantes à partir du 18 octobre 2019 et pendant plus de quatre mois pour aboutir à la nomination d'un nouveau gouvernement.

Là encore, beaucoup d'espoirs déçus car rien n'a permis de redonner confiance aux libanais et la faillite économique s'est poursuivie inlassablement.

La COVID-19 a obligé le pays comme le monde entier à se confiner, créant de nouveaux traumatismes. L'épouse de l'écrivain, psychothérapeute, témoigne du désarroi qu'elle rencontre auprès des beyrouthin(e)s.

Les jeunes veulent fuir le pays. 

Et le 4 août 2020 à 18h07, une nouvelle catastrophe vient encore plus voir s'effondrer la ville ; une explosion soudaine fait de nombreux morts et blessés, sans compter les dommages causés à la ville dans des proportions inimaginables.

Le hanger 12 a été touché suite à un incendie dans un hangar voisin. Mais ce hanger contenait plus de 2 700 tonnes de nitrate d'ammonuim, abandonnées là depuis 2013, sans aucune protection du fait de leur dangerosité. L'explosion a été perçue au départ comme un tremblement de terre : 5 secondes d'apocalypse précise l'écrivain.

 

Ce livre qui raconte donc environ 45 jours de vie à Beyrouth est à lire absolument par tous ceux qui veulent comprendre combien le Liban est un pays en pleine déconfiture, qu'il faudra bien reconstruire au sens propre comme au figuré, notamment à Beyrouth. On est loin du Liban que l'on comparait autrefois à la Suisse !

Le livre a obtenu le prix spécial du jury du Prix Femina 2020.

Bonne lecture,

Denis

 

Beyrouth 2020 : journal d'un effondrement de Charif Majdalani (Actes Sud)
Repost0
24 novembre 2020 2 24 /11 /novembre /2020 17:29
Elle a menti pour les ailes de Francesca Serra (Editions Anne Carrière)

Elle a menti pour les ailes de Francesca Serra

(Editions Anne Carrière - Août 2020 - 480 pages)

-----------------------------

"Elle a menti pour les ailes", premier roman de Francesca Serra a obtenu tout au début de la rentrée littéraire le "Prix Littéraire Le Monde", un prix mérité pour un excellent livre que je recommande absolument.

 

On oscille entre septembre 2015 et mai 2016, date de disparition de Garance Sollogoub, jeune adolescente de 15 ans, danseuse, fille d'Ana, elle-même danseuse d'origine polonaise, ex étoile de l'opéra de Paris et devenue directrice du cercle de danse "Coryphée".

 

Mai 2016 reste la période essentielle du roman puisque tout s'articule autour de cette disparition qui conduit à une enquête policière. Les périodes antérieures permettent d'éclairer les raisons de cet événement.

 

Garance est une jeune fille pleine de vie, passionnée comme tous ses amis du lycée par les réseaux sociaux où il faut se montrer, être présent pour "vivre", pour avoir une existence "officialisée.

 

Seulement, comme on dit, toute médaille a son revers et celui-ci est d'importance. Garance a osé envoyer à deux amis une vidéo "pornographique" où elle s'est mise en scène qui finit par faire le tour du lycée et des réseaux sociaux. Tout s'écroule alors autour d'elle. Elle se sent bien seule tout d'un coup, ne pouvant plus faire confiance à personne. Pourtant, avec Maud, Salomé, Vincent, Greg et Yann ils formaient un beau sextuor.

 

Mais déjà elle avait rompu son amitié avec Souad. Et comment croire que les réseaux sociaux sont des alliés quand ils se révèlent être des lieux de lynchages chez les jeunes.

 

Et puis, Garance est belle, svelte, sportive et elle a le profil idéal pour faire un mannequin de renommée. Alors elle participe à un concours de recrutement dans un centre commercial et réussit à se qualifier pour la finale à Paris.

 

S'en est trop entre la vidéo et ce succès, les injures pleuvent plus que jamais.

Alors, que faire après avoir boycotté quelque temps le lycée?

 

L'auteure fragmente la narration avec des retours en arrière, des éclairages sur ses amis : Vincent, Souad, Solène etc...Et surtout, elle se met au niveau de ces adolescents en pleine quête d'eux-mêmes notamment au travers de leurs échanges sur les réseaux sociaux et dans leur langage, ce qui permet une immersion totale dans leur univers. Tout cela en laissant une fluidité qui fait que cette lecture est savoureuse et de qualité. Elle arrive à harmoniser l'ensemble avec grande maîtrise.

 

Si vous en avez la possibilité ne passez à côté de ce roman.

 

Bonne lecture,

Denis

- Qu'est-ce qui a quatre pieds, un dossier et des ailes? demande-t-elle.
- Une chaise volante?
- Une chaise tout court.
- Et les ailes?
- J'ai menti pour les ailes.
- Haha... hahaha... Hahahahahaha...
La devinette n'est pas si drôle. Garance ne pet s'attribuer le seul mérite d'une telle hilarité.

Repost0
21 novembre 2020 6 21 /11 /novembre /2020 17:16
La mort du cheval fou de François-Xavier Marquis (L'Harmattan)

La mort du cheval fou de François-Xavier Marquis

(L'Harmattan - Collection : Rue des Ecoles/Libre champ - juillet 2020 - 152 pages)

-----------------------------------

Monsieur Bellevue, ancien sénateur et avocat à la retraite est surpris que son fils Gérard renoue avec François, ami d'enfance, alors qu'ils ne se sont pas vus depuis 15 ans.

 

Au matin, le drame survient : les deux amis se disputent, luttent et Gérard meurt d'un coup de fusil.

 

François est soupçonné d'avoir tué Gérard. François n'a pas parlé pendant les six mois de sa détention avant l'audience où il revoit des têtes connues dont Zoé et sa mère, le sénateur haineux à souhait vis à vis de lui.

 

Jacques Bousquet qui connaît François le défend mais il faut absolument qu'il parle. Victime d'un malaise pendant le procès, a promis de parler à son avocat avant la reprise de l'audience sous 48 heures.

 

S'ensuit une première partie du roman consacrée aux témoins de la vie de François.

 

Martine , tout d'abord, qui a connu François il y a 10 ans, un soir, seul dans une rue, une larme à l'oeil près d'un mur. Il pleurait Claire qui l'avait mis dehors. Ils vont longuement parler puis elle le reverra et l'invitera à sa maison de week-end quand elle sera mariée avec Guy. 

 

Comme souvent dans sa vie, François va rater une grande partie de ses opportunités de sortir de sa solitude. Chez Martine, il va trop boire, se racheter plus tard pour finir par être chassé de chez eux.

 

Il semble que vit en lui un "cheval fou" qui le fait fuir les uns et les autres de par ses comportements épidermiques.

 

Claire, Zoé ont été ses compagnes. Zoé devait se marier avec lui à l'époque du drame.

 

Et puis une femme vient se présenter, Viviane, la fille de la mercière de Chartres où habitait François. Elle annonce avoir été sa confidente pendant de longues années sans que personne n'en sache rien.

 

A présent que le lecteur en sait beaucoup plus sur la personnalité tourmentée de François, on peut passer à la confession de François pour finir par savoir si oui ou non il a tué Gérard...

 

L'auteur, François-Xavier Marquis, a écrit son premier roman à 65ans. L'éditeur nous précise qu'il milite pour un usage humain des technologies au travers de conférences et de plusieurs livres publiés.

 

Ce roman est très bien écrit et fluide dans sa progression. On se laisse porter par l'histoire et l'on comprend mieux au fil des témoignages la personnalité du "meurtrier" présumé.

 

Merci à Johanna des éditions L'Harmattan de m'avoir adressé ce roman que e recommande vivement.

Bonne lecture,

Denis

 

La mort du cheval fou de François-Xavier Marquis (L'Harmattan)
Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 16:25
Le lièvre d'Amérique de Mireille Gagné (La Peuplade) - Rentrée littéraire 2020

Le lièvre d'Amérique de Mireille Gagné

(La Peuplade - 184 pages - Août 2020)

-----------------------------

Premier roman d'une jeune écrivaine canadienne qui a publié jusqu'à présent des poèmes et des nouvelles, et qui a été tout de suite remarqué tant au Canada qu'en France.

On alterne entre passé et présent, le présent étant symbolisé par le jour "J", celui où Diane s'est fait opéré pour gagner en performances au travail et en gommant la fatigue.

A J+3, tout va pour le mieux et ses performances sont amplifiées. Elle n'a pas attendu J+5 pour retourner au travail. Elle s'aperçoit qu'elle est plus séduisante et son patron l'a ressenti, l'invitant à souper en espérant éventuellement un petit plus.

Seulement à J+5, les choses se compliquent et se détraquent. Je laisse le soin au lecteur de découvrir la suite...

Pour le passé, on est sur une île, celle de l'auteure par ailleurs où elle est née : l'isle-aux-grues. Diane y a connu dans sa jeunesse Eugène, un jeune adolescent comme elle, venu s'installer avec sa famille d'autant qu'Eugène ne supportait pas les bruits de la ville. La dernière soirée qu'elle a passé avec lui est celui d'un grand incendie dans une ferme. Elle pense encore aujourd'hui à lui comme un fidèle compagnon.

Quant au lièvre d'Amérique, il fait partie intégrante des légendes locales. Ce lièvre apparaitrait sous la forme d'un lièvre à ceux qui se sont égarés. Diane et Eugène rentreraient dans cette catégorie des personnes "égarées" dans un monde qu'ils voudraient adopter mais qui semble vouloir les rejeter.

Une fable animalière comme l'écrit l'éditeur. Assurément, mais "diablement" bien écrite. Une auteure àsuivre assurément.

Bonne lecture,

Denis

Repost0
18 octobre 2020 7 18 /10 /octobre /2020 17:03
Vue mer de Colombe Boncenne (Editions Zoé) - (Rentrée littéraire septembre 2020)

Vue mer de Colombe Boncenne

(Editions Zoé - 128 pages - septembre 2020)

------------------------------

Stefan Bouké a réussi pleinement sa vie à 40 ans. Il est, avec Elsa à la tête d'une entreprise qui ne cesse de prospérer. Et pourtant ce lundi matin, il monte dans sa voiture et ne la fait pas démarrer.

Comme on est lundi matin, il imagine sans vraiment se tromper, tellement chacun est dans sa routine, l'arrivée au bureau des uns et des autres. Françoise, la secrétaire de Stefan, est la plaque tournante où chacun vient lui dire bonjour en disant deux mots sur le week-end qui vient de s'achever.

Elsa lance des photos du dernier séminaire, ce qui ne plaît pas à tout le monde, car il y passe de l'intimité gênante. Blaise, par exemple, se souvient alors de sa nuit avec Charlotte puis des distances qu'elle a prises tandis que lui y a perdu son couple.

Stefan ne semble manquer à personne, sauf à Elsa, qui sait que la journée d'aujourd'hui est cruciale pour l'avenir. Et sa présence est indispensable.

Et pourtant, midi arrive et Elsa part seule à son rendez-vous pour parler de "Vue mer" qui devra déboucher sur la vente de l'entreprise. Et en début d'après-midi, elle doit présenter au personnel le projet;

Stefan reste stoïque dans sa voiture. Finira-t-il parvenir? Ou sera-t-il un nouveau Godot?

Ce roman s'annonce comme une satire du monde du travail avec ses coups bas, ses jeux de pouvoir et d'influence. L'auteure invente des personnages dont les noms font sourire tels Maria Quaraie, Lucien Perseau, Charlotte Blule-Aoute ou Blaise de Sillusion.

Et bien sûr, comme dans tout bon roman, la chute est étonnante et pour ma part inattendue...

 

N'hésitez pas à lire ce deuxième roman de Colombe Boncenne, née en 1981et qui avait publié chez Buchet Chastel, "Comme neige".

Bonne lecture,

Denis

 

Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 16:32
La française du Nil de Yolaine Destremau (Pierre-Guillaume de Roux)

La française du Nil de Yolaine Destremau

(Pierre-Guillaume de Roux - 200 pages -Septembre 2020)

------------------------------------

On pourrait, comme pour les séries TV ou les films, inscrire en tête de ce roman : "inspiré de faits réels".

C'est ce que nous précise l'auteure en fin de roman. Et c'est une belle aventure qu'elle nous restitue ici.

Les trois personnages principaux nous sont présentés enfants : 

- Luis, mexicain, quitte Mexico pour habiter avec ses parents à Miami.

- Mansour, égyptien, se dit qu'il sera comme son père felouquier sur le Nil

- Gaia, français, a passé sa jeunesse en Ardèche et vend des petits objets pour se faire de l'argent de poche, comme si, petite, elle rêvait déjà de voyages !

 

Luis et Gaia se rencontrent dans un avion qui les mène à New York, une fois adultes. Et alors débute leur aventure égyptienne alors que Gaia s'est installée à Gurnah une partie de l'année.

 

Luis, qui lui a écrit, débarque en Ardèche mais elle est à ce moment-là à Gurnah, aussi il la retrouve là-bas, pour ne plus se quitter et se bâtir un avenir sur les bords du Nil.

 

Leur "petite entreprise" prospère bien avec la complicité de Mansour. Elle s'associe également avec Omar, un hôtelier, si bien qu'un hôtel couplé à des felouques permet d'attirer les occidentaux pour une découverte insolite de l'Egypte et de ses vestiges, loin des circuits organisés par des bâteaux de grand format.

 

Eux préservent l'intimité du voyage "en famille".

Alors, il va y avoir des embuches au fil du temps, entre crise économique et attentats en Egypte.

 

Mais ils ne sont pas du type à baisser les bras. Là est le challenge à relever pour le lecteur. L'attachement à ces trois "complices" donne envie de croire qu'ils sauront relever tous les défis alors qu'ils vont devenir "âgés", car l'auteure les suit sur une longue durée.

 

Si vous aimez l'aventure et les challenges de la vie pour la rendre plus "belle" et pleine "d'espoir", lisez ce livre, vous ne serez pas déçus.

 

Merci à Frédéric des éditions Pierre-Guillaume de Roux de m'avoir fait parvenir ce roman de belle facture.

Bonne lecture,

Denis

La française du Nil de Yolaine Destremau (Pierre-Guillaume de Roux)
Repost0
18 septembre 2020 5 18 /09 /septembre /2020 10:23
La petite dernière de Fatima Daas (Notabilia - Noir sur blanc)

La petite dernière de Fatima Daas

(Éditions Noir sur Blanc - collection Notabilia

- août  2020 -  192 pages)

‐------------------ 

Fatima Daas, l’héroïne du premier roman de l’auteure, a donné son nom à l’autrice. Ainsi, cette autobiographie a des accents de roman. 

Fatima a 29 ans quand elle écrit son histoire. Elle est née en France à Saint Germain en Laye avant de venir vivre avec sa famille à Clichy sous Bois.  A la différence de ses deux sœurs aînées et de ses parents, elle n’est pas née en Algérie.

Elle est donc la petite dernière (mazoziya en algérien). Elle est musulmane pratiquante, asmathique et lesbienne. A l’école ses résultats ont été souvent médiocres car elle était très dissipée. 

Fatima est un personnage symbolique dans le monde musulman. Son prénom est pacifiste, ce qui semble pourtant pas lui ressembler. 

Elle a rencontré Nina quand elle avait 25 ans et dit qu’elle a écrit ce livre pour en faire son héroïne principale. 

Au lycée elle a eu des copains masculins mais c’est plus tard qu’elle a eu ses émois pour des filles : Cassandra,  Ingrid, Gabrielle plus âgée qu’elle et Nina.  Elle consulte l’iman mais sait très bien que sa sexualité est reprouvée par le coran.

Le roman est fait de courtes phrases et de scansions à la manière des sourates du coran. 

”Je m’appelle Fatima Daas.

Je porte le nom d’un personnage symbolique en islam.

Je porte un nom auquel il faut rendre honneur".

 

Un très intéressant premier roman porté par une voix singulière et par une jeune femme qui se fait entendre par la littérature citant par exemple Marguerite Duras qui aurait assurément aimé ce livre de par son ton et son engagement. Un livre que je recommande vivement.

Bonne lecture.

Denis 

 

 

 

 

 

La petite dernière de Fatima Daas (Notabilia - Noir sur blanc)
Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 15:42
Bien loin du reste d'Hélène Révay (Editions Sans Escale)

Bien loin du reste d'Hélène Révay

(Editions Sans Escale - 29 pages - décembre 2019)

-----------------------------------

C'est un court texte de 25 pages que nous propose Hélène Révay, par ailleurs poète et dramaturge.

Elle met "en scène" un narrateur qui annonce d'entrée :

Dans ces fumigations, j'ai toujours du mal à savoir si c'est encore moi qui parle. .Ou bien si je ne suis qu'un traversé. Ou alors, s'endormir. Simplement, s'endormir. Et se féliciter de n'avoir pas tenté.

On sent bien que l'auteure est poète et dramaturge car elle a su mettre son texte en regard de ces formes d'écriture.

En effet, il y a beaucoup de poésie dans ces "divagations" d'un homme qui ne sait pas trop ce qu'il est. Il se voit dans une vie simple où le quotidien "banal" conduit le corps et l'esprit.

Il attend de faire une rencontre et s'y prépare. Ce sont comme des scansions.

Et puis, il se met en scène dans des monologues où il s'interroge sur ce qu'il est, ce qu'il doit faire ou ne pas faire.On imagine bien un acteur seul sur un scène de théâtre.

La spatialisation du texte me paraît évidente autour des "délires" de cet homme.

Difficile de résumer un tel livre qu'il faut lire et relire intérieurement ou à haute voix pour sentir le lyrisme des propos d'un homme en plaine recherche de lui-même.

Une belle lecture et un grand merci à l'éditeur de m'avoir envoyé ce livre.

C'est pour moi une deuxième lecture des éditions Sans Escale après "Reste la forêt" de Mathias Lair que j'ai également présenté sur le blog.

Denis

 

Bien loin du reste d'Hélène Révay (Editions Sans Escale)
Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 17:09
Récits d'ici et d'ailleurs d'Anne-Claire Rallo (Anesthetize)

Récits d'ici et d'ailleurs d'Anne-Claire Rallo (Anesthetize)

Recueil de nouvelles - 53 pages - juillet 2020

--------------------------------------

 

"Récits d'ici et d'ailleurs" se compose de 5 nouvelles.

Je remercie d'entrée l'auteure, Anne-Claire Rallo de m'avoir contacté pour m'envoyer ce recueil.

A la suite de quoi, j'ai lu une nouvelle chaque jour de lundi à hier et deux nouvelles aujourd'hui pour terminer le recueil. A l'issue de chaque lecture, j'ai envoyé mon résumé à Anne-Claire en lui demandant ses réactions par rapport au résumé ou à l'écriture de la nouvelle, que je restitue ci-dessous :

Première nouvelle : Le clown triste

"condamné... la peine capitale !"
Incipit intrigant. Le titre nous fait dire que l'on est dans un cirque. Mais à quelle époque sommes nous pour parler de peine capitale !
Qu'a-t'il pu arriver à Simon le narrateur pour attendre un tel châtiment ?
Rien n'est clair dans son esprit. Quel jour a eu lieu l’événement qui a fait basculer sa vie. Heureusement Jacques a toujours été à ses côtés depuis qu'il est orphelin.
Mais qui est Simon si proche du Meursault de Camus.

 

Question à Anne-Claire : Comment vous est venue cette idée ?

Pour être honnête, je n’ai jamais (ou alors très rarement) une idée précise de ce que sera mon histoire du début à la fin avant d’écrire. 

Je fais parler les personnages et ce sont eux qui, petit à petit, me disent où ils sont, qui ils sont, et ce que j’ai voulu dire! 

Pour cette nouvelle j’avoue que le début était un clin d’œil à Victor Hugo (le dernier jour d’un condamné) qui commence avec ce fameux : « condamné à mort ! ».

 

Deuxième nouvelle : L'avocat du diable

Denis est soumis à la volonté des autres qui ont droit de vie et de mort sur lui. A l'image de notre monde d'aujourd'hui où l'on est sous le regard des autres au travers des réseaux sociaux et de nos appareils connectés.

Alors comment définir cet homme à l'heure de sa mort ou presque ? Il est d'ailleurs plus "virtuel" qu'humain. Une mort programmée !

 

Commentaire d'Anne-Claire :

C’est surtout une réflexion sur la conscience humaine : sa morale et le chemin que l’on décide de prendre en tant qu’humain et de cette particularité dont nous sommes si fiers de nous targuer que nous nommons « la conscience ».

 

 

Troisième nouvelle : Le jardin des épices


Le jardin des épices aurait pu être le jardin des délices si un jour de printemps Rénald, cultivateur d'épices depuis 3 générations, n'avait pas découvert au bord de la rivière Clara, blessée et devenue muette.
Et puis il faut trouver un coupable car on ne tombe pas ainsi sans raison. Et l'employé de Rénald, Johann, noir de peau ferait un bon coupable.
Réalisme vertigineux, à la manière de Guy de Maupassant qui trouble profondément le lecteur. Quelques pages cinglantes qui, étoffées feraient un roman redoutable.

 

Question à Anne-Claire :  Passer du "surnaturel" au réalisme pur, quelle trajectoire pour en arriver là?

À vrai dire j’ai toujours eu plus l’habitude d’écrire du réaliste, peut être à cause de mon parcours de philosophie qui m’a forcément conduit à écrire beaucoup de textes philosophiques, je ne sais pas. 

C’est ensuite que j’ai commencé le surnaturel / fantastique, mais qui a aussi toujours fait partie de ma culture et influences (Maupassant, Poe, et plus actuel Stephen King par exemple).

C’est la première fois que je publie des « histoires » à proprement parler, réalistes ou fantastiques. Et Il s’avère que j’y ai pris goût et c’est pourquoi je travaille actuellement sur un roman.
 

 

 

 

Quatrième nouvelle : Toxique propagande

Quel est ce fil conducteur qui sème la panique puis la mort sur son chemin ces 24 et 25 juin ?
Et brusquement les humains ne sont plus sous contrôle, un virus est passé par là !

 

 

Précisions d'Anne-Claire :

 

C’est un récit à lire à plusieurs niveaux, qui dénonce également la banalité quotidienne dans laquelle les adultes ont pris l’habitude de vivre et qui n’est que l’illusion d’une voie à suivre, voire parfois même la fuite de la réalité.  

Cinquième et dernière nouvelle : Alter-réalité

"Autre réalité" : celle que l'on se crée au travers du regard des autres sur les réseaux sociaux ou en soi-même, sorte de schizophrénie pour le créateur d'un monde imaginaire, l'autre monde !

 

Précisions d'Anne-Claire :

Le sort de cet homme, lui mais également tous les autres, dont nous faisons parti ; par l’alter réalité des réseaux sociaux pour la plupart, autre chose pour d’autres... juste un moyen de vivre dans un autre monde... 

 

----------------------------------------------

Cinq nouvelles d'ici et d'ailleurs, de notre temps en tout cas, où l'on s'interroge sur le racisme, les réseaux sociaux et tous les dérèglements qui conditionnent et veulent altérer nos vies physiques et mentales.

 

Anne-Claire, indirectement, nous dit qu'il faut nous prendre en main, en ne nous laissant pas manipuler par les idées toutes faites et la technologie qui nous "abrutit" plus qu'elle nous épanouit.

 

Je n'ai aucun mal à adhérer à sa "philosophie" de la vie, car je suis tout à fait dans cette "dynamique" de pensée. Restons libres de penser en toute indépendance, soyons capables de juger par nous-mêmes.

 

Lisez ce recueil en attendant qu'Anne-Claire Rallo, sous une forme plus longue, approfondisse tous ces thèmes.

Denis

 

P.S. : les photos de cet article proviennent du site d'Anne-Claire Rallo, qu'elle m'a aimablement autorisée à reproduire ici :  https://anneclairerallo.wordpress.com/

 

Je vous invite également à aller découvrir le site de l'éditeur :  https://anesthetize.fr/

 

Récits d'ici et d'ailleurs d'Anne-Claire Rallo (Anesthetize)
Repost0
13 août 2020 4 13 /08 /août /2020 08:00
Ma Louise d'Edouard Moradpour (Michel de Maule)

Ma Louise d'Edouard Moradpour

(Michel de Maule - 221 pages - Août 2020)

--------------------------

Un huitième livre d'Edouard Moradpour, né à Téhéran en 1947, programmé pour avril 2020 et sorti de presse pour le public le 13 août 2020, dans le contexte de la pandémie Covid-19. C'est ainsi que "Ma Louise" a été remarqué pour figurer dans la liste de printemps du Prix Renaudot 2020.

 

Un roman qui mérite en effet d'être remarqué de par son écriture et de par son histoire pas banale du tout.

 

Et pourtant, tout commence bien.

 

 

 

Louise noue en chignon sa longue chevelure brune avec un pinceau, Louise aime le surf en hiver et les baignades dans la Creuse, Louise a la peau douce comme une mangue et la bouche en forme de feuille d'automne, Louise aime les nouilles de la rue des Ciseaux et faire son jogging au jardin du Luxembourg, Louise boit du Chinon et des sodas, caresse les chats et prend en photo ses plats, hashtag hashtag hashtag, Louise danse pieds nus sur les volcans, Louise est souple et colorée comme une phrase de poète. (Incipit page 13)

Louise est jeune et belle, factrice dans un quartier chic de Paris. Elle se trouble à chaque fois qu'elle porte un courrier recommandé au docteur Arnaud de Mauger. Elle apprécie ses sourires et ses petits mots mais elle refuse ses cafés.

Arnaud, gynécologue de renom pour dames riches, mène une vie de bourgeois et est marié à Hélène, éditrice. Il a deux enfants et tout est bien huilé et son existence ronronne dans le luxe parisien, sans fantaisies et surprises.

Louise se prend au jeu et lui invente des lettres recommandées pour lui rendre visite à son cabinet.  Elle lui envoie des poèmes de William Carlos Williams;

Et puis, un jour elle se décide à lui demander de prendre un café avec lui un samedi matin. Il l'invite alors en retour à aller au restaurant le vendredi suivant avant de finir un peu plus tard dans un hôtel où ils peuvent enfin loin des regards exprimer leur amour. Elle devient alors "sa" Louise.

Et pour aller encore plus loin, il avoue son amour à Hélène et décide de quitter le domicile conjugal pour aller vivre aux côtés de Louise dans un petit appartement. Ils s'inondent alors de bonheur.

Mais un jour, Arnaud reçoit un message de Louise et tout bascule. Elle a décidé de se suicider. Sauvée in extremis grâce à Arnaud, leur amour se fissure car une tierce personne vient s'immiscer dans leur vie !

 

84 courts chapitres en trois parties pour raconter cette histoire qui nous surprend brutalement dans notre confort de lecteur. Un énième livre d'amour fou, se dit-on, se doutant tout de même que dès lors où on n'est pas dans un roman "glamour" il va fatalement se passe quelque chose... Et c'est gagné car on est vraiment surpris par les coups de tonnerre qui débutent page 143.

 

 

 

- Ce que je raconte... Arnaud, veux-tu vraiment le savoir? Alors écoute bien... Tu vas comprendre. (page 141)

Lisez ce livre, bien écrit, sans fioritures mais avec une prose fluide, imagée, au travers de références au cinéma, dont c'est la culture de Louise.

Merci à Patricia, attachée de presse des éditions Michel de Maude, de m'avoir fait découvrir ce livre et cet auteur.

                                        -------------------------

Créées en 1987, les Éditions Michel de Maule ont plus 30 ans.

Elles ont aujourd'hui 400 titres actifs réunis autour de 6 collections :

Littérature française
Littérature étrangère
Histoire et Sciences sociales
Musique
Beaux-Livres
Esthétique


"La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire."

Victor Hugo

Edouard Moradpour

Edouard Moradpour

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***