Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 mars 2009 1 16 /03 /mars /2009 06:00




















 






 



























 








 













 









 













 



BON LUNDI A TOUS & TOUTES !!!


Fabienne

Repost0
2 mars 2009 1 02 /03 /mars /2009 18:40




 TARRAGONE - ESPAGNE





  









 












 






 


Trompe l'oeil dans la ville de Québec






















Loudoun - capitale du trompe-l'oeil







Trompe l'oeil au Canada ( TORONTO )









Bibliothèque en trompe -  l'oeil

















  







 


Bibliothèque de Kansas City












 







 


J'espère que vous avez aimé ces belles images en " Trompe l'oeil " !




 Fabienne

Repost0
26 février 2009 4 26 /02 /février /2009 20:00



























 






 

























































 J' ai pris plaisir à découvrir ces photos , et vous ?





Fabienne

Repost0
11 février 2009 3 11 /02 /février /2009 12:15




 DES IMAGES PLEINES DE TENDRESSE  
















  






 





















 













 






 







 







 







 







 













J'espère que vous avez aimé!
Merci de laisser vos commentaires...



Fabienne

Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 07:00
























 Avec ce tableau , je fais un petit clin d'oeil à URGA , allez voir son blog et vous comprendrez  ...


















Jenness Cortez est une femme peintre Américaine et j'aime beaucoup son art . J'ai décidé de vous la faire découvrir en vous montrant les tableaux  " LIVRES " pour lesquels j'ai eu un coup de coeur .
J'aime aussi les chevaux  qu'elle peint merveilleusement bien. Enfin, toutes ses oeuvres sont magnifiques!
 Vous pouvez aller sur son site , mais c'est en anglais !





 Fabienne

Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 19:35
                                      

                                      





Aimer quelqu'un, c'est le lire. C'est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le coeur de l'autre, et en lisant le délivrer.”
                                                                                                              Christian Bobin

 

 

 

 

 







" Le coeur peut s'émouvoir souvent à la rencontre d'un autre être, car chacun exerce sur chacun des attractions et des répulsions." 

                                                                                                    Guy de Maupassant


 






  “Il y en a qui ont le coeur si vaste qu'ils sont toujours en voyage.”
                                                                                             Jacques Brel



                                                    



                                                                                            




On ne se fatigue pas de quelqu'un, vous savez, en fait , on se fatigue d'aimer. D'éprouver de l'amour. On veut bien avoir froid si le chauffage saute, mais on ne veut plus avoir mal si le coeur en fait autant. Cela s'appelle l'expérience.”


                                                                Françoise Quoirez , dite Françoise Sagan




              

“Il y en a qui ont le coeur si large qu'on y rentre sans frapper.-Il y en a qui ont le coeur si frêle qu'on le briserait d'un doigt.”                      
                                                                                                         Jacques Brel


                         




“Celui qui, par quelque alchimie sait extraire de son coeur, pour les refondre ensemble, compassion, respect ,besoin,patience, regret , surprise et pardon crée cet atome qu'on appelle l'amour.”
                                                                                                          Khalil Gibran
      
          


  

                             




“Quand l'autre est là, celui ou celle par qui le bonheur peut exister , il vous faut l'aimer, de tout votre coeur, et prendre l'amour qu'il vous donne, sans restriction.”

                                                                                                          Catherine Bensaid








             “Laisse parler ton coeur, interroge les visages, n'écoute par les langues...”
                                                                                                            Umberto Eco


                              





“Adieu, dit le renard. Voici mon secret . Il est très simple: on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.”

                                                                                                      Antoine de Saint-Exupery








Fabienne

                           

                                                              
Repost0
24 janvier 2009 6 24 /01 /janvier /2009 18:03

 
 " Quand nous nous sentons perdus
    dans la vie, il y a toujours un ange
    pour parvenir au fond de notre cœur
    et nous indiquer le chemin du retour."




                                    





" Si nous ressemblions un peu plus aux anges,
la terre ressemblerait un peu plus au Paradis."









" On reconnaît un ange à sa gentillesse,
tout simplement."





 


“J'entends au dessus de moi dans les cieux , les anges qui chantent entre eux . Ils ne peuvent trouver de mot d'amour plus grand , que celui-ci: Maman.” 
                                                                                                                                    Edgar Allan Poe





 



 " Pour devenir un ange, il nous faut découvrir
notre propre lumière intérieure et la laisser briller."
 


 


 " Les anges habitent les coins
les plus charmants de nos pensées. "









 " Le courant qui supporte les ailes des anges
est fait d'amour et de bonheur."



 

" Les anges font chanter l'univers."



 


  " Il n'y a de paradis que pour les anges." 
                                          - Jacques Chardonne -



 




“Le bonheur est un ange au visage grave.”

                                                                                                                                         Amedeo Modigliani 


                                                

                                                   
                                   

“Les petites choses n'ont l'air de rien, mais elles donnent la paix ...Dans chaque petite chose , il y a un Ange.”
                                                                              Georges Bernanos
                                                        Journal d'un curé de campagne (1936)




  



"Si je croyais en Dieu
Je serais heureux
De rêver au jour où je verrais dans le ciel
Un ange en robe blanche
Par un clair dimanche
Descendant vers moi dans un chariot doré
Dans un bruit d'ailes et de soie."
(Boris Vian)

                 

                   

 



" Tout l'art d'être un ange réside dans le cœur."







 " Les anges sont des êtres de vapeur et d'écume, ils n'ont pas de mains, ils n'ont pas de pieds, ils n'ont qu'un sourire incertain avec du blanc autour.”
                                          - Daniel Pennac-
                                                 La petite marchande de prose ( 1989)





Bon week-end à tous & toutes !!!
           
Fabienne
Repost0
17 janvier 2009 6 17 /01 /janvier /2009 19:00


                                                                          
 




                       “La lecture, une porte ouverte sur un monde enchanté.”
                                                                                                                                 François Mauriac
                                                                            Le Figaro littéraire





 


“La lecture est un art et tout le monde n'est pas artiste .”
                                                                 Madeleine Chapsal
                                                                      Oser écrire 



 




“Une lecture m'émeut plus qu'un malheur réel.”
                                                       Gustave Flaubert




  




“Il faut que l'esprit séjourne dans une lecture pour bien connaître un auteur.”
Joseph Joubert
Carnets tome 1, 22 février 1799




 




“... comme une grande musique qu'on peut réécouter sans fin, les grands romans eux aussi sont faits pour des lectures répétées ...”
Milan Kundera




 



“Toutes les grandes lectures sont une date dans l'existence.”
Alphonse de Lamartine




 


“... la lecture est l'apothéose de l'écriture.”
Alberto Manguel




 



“La vertu paradoxale de la lecture est de nous abstraire du monde pour lui trouver un sens .”




               “Je n'ai jamais eu de chagrin qu'une heure de lecture n'ait dissipé.”
                                                    Charles de Secondat, baron de Montesquieu






     














“J'ai travaillé  toute la matinée à la lecture des épreuves d'un de mes poèmes et j'ai enlevé une virgule. Cet après-midi, je l'ai remis.”
Oscar Wilde







“Tant que la lecture est pour nous l'initiatrice dont les clefs magiques nous ouvrent au fond de nous-mêmes la porte des demeures où nous n'aurions pas su pénétrer, son rôle dans notre vie est salutaire.”

                                        Marcel Proust


 
  “Chacune de nos lectures laisse une graine qui germe.”
                                      Jules Renard





“C'est un des rêves depuis longtemps dorlotés par le signataire de ces lignes que de rendre un jour obligatoire la protection du livre contre tout risque de lecture, tâche à laquelle s'emploient déjà diligemment les écrivains eux-mêmes.”
                                                              Boris Vian




“Je me félicite toujours plus du hasard qui nous a portés à aimer la lecture... C'est un magasin de bonheur toujours sûr et que les hommes ne peuvent nous ravir.”
                                                         Henri Beyle, dit Stendhal


                                                                  Fabienne
Repost0
15 janvier 2009 4 15 /01 /janvier /2009 12:00
 


                     “L'homme trouve la raison en lui et la sagesse hors de lui.”
                                                                                    - Victor Hugo -

     

 
 


Sagesse n'est pas sagesse lorsqu'elle est trop fière pour pleurer , trop sérieuse pour rire et trop pensive pour parler ."
 - Khalil Gibran -




 


“Sur le Chemin, comme dans lavie , la sagesse n'a de valeur que si elle peut aider l'homme à vaincre un obstacle.”
- Paulo Coelho -



 



“Ne conquiers pas le monde si tu dois y perdre ton âme car la sagesse vaut mieux que l'or et l'argent.”
- Robert Nesta dit Bob Marley -



 




  “Il n'y a pas d'enthousiasme sans sagesse, ni de sagesse sans générosité ."                - Paul Eluard -



Les singes de la sagesse


Les singes de la sagesse sont au nombre de trois. Dans la mythologie chinoise, c'est un singe qui fut le compagnon du pèlerin Xuanzang, et qui l'aida à trouver les livres saints du bouddhisme. C'est cet aspect qui est employé dans la symbolique de trois petits singes : ne rien voir, ne rien entendre et ne rien dire.

Ils ont été introduits par un moine Bouddhiste de la secte Tendai vers le 7eme siècle. Ils étaient à l'origine associée à la divinité Vadjra.

Cette tradition est apparue à la fin de l’ère Muromchi (1333-1568) : il devint ordinaire de sculpter ces représentations sur les koshinto, piliers en pierre utilisés pendant le rituel du Koshin. Selon le Kiyu Shoran, les trois singes sont en relation avec la croyance Sanno, où ils sont considérés comme des messagers divins. Ils représentent le Santai (les trois vérités) évoqué par la secte bouddhique du Tendai. Il semble que le fondateur de la secte Tendai, Saicho, a représenté son idéal religieux sous la forme des singes. Une représentation fameuse des trois singes se trouve à Nikko, au temple Toshogu.

Les trois singes s'appellent Mizaru (L'aveugle), Kikazaru (Le sourd) et Iwazaru (Le muet). Plus précisément, leurs noms veulent dire "je ne dis pas ce qu'il ne faut pas dire", "je ne vois ce qu'il ne faut pas voir", et enfin "je n'entends ce qu'il ne faut pas entendre", car selon le principe de la secte originelle, si l'on respecte ces trois conditions, le mal nous épargnera. C'est une expression de la sagesse et du bonheur.

Une des plus anciennes représentations connues de ces trois singes se trouve à Nikko au Japon. Elle est attribuée au sculpteur Hidari Jingoro (1594 – 1634).

Ce fut notamment une devise de Gandhi qui gardait parait-il toujours avec lui une petite sculpture de ces trois singes.




 




                                                                                                                                     
" Etre sage ne consiste pas à renoncer à toutes les joies de la vie.
Au contraire , il faut les connaître pour expérimenter ce qui est vital et se détourner de ce qui est dérisoire. "

Fabienne                                                                                                                                                                                                                

Repost0
8 janvier 2009 4 08 /01 /janvier /2009 15:08








































































 J'aime beaucoup ce style d'images victoriennes pleines de douceur, de pureté et de romantisme .
 J'en profite  , par la même occasion pour remonter dans l'histoire et me plonger dans ce qu'était la littérature  et le roman de cette époque victorienne .

La littérature victorienne, conditionnée par le climat de l’époque, reçoit son empreinte profonde des forces intellectuelles nouvelles. La prose domine, propice à l’exposé des problèmes religieux et des controverses que pose la pensée scientifique face à l’idéalisme. Mill (1806-1873) représente, en l’assouplissant, l’utilitarisme ; Darwin (1809-1882) l’évolutionnisme dont l’influence est la plus féconde du siècle. La géologie nie que la création du monde date de quatre mille ans. Herbert Spencer (1820-1903) édifie une histoire génétique de l’univers, ambitieuse mais moins efficace que l’œuvre de cet admirable décanteur d’idées qu’est Thomas Henry Huxley (1825-1895), biologiste, théologien, pédagogue. L’histoire garde des liens avec le romantisme de Walter Scott, mais s’oriente vers l’interprétation sociale et économique avec Thomas Babington Macaulay (1800-1859) et philosophique aussi avec Henry Thomas Buckle (1821-1862), disciple de Comte. La critique, appliquée à la société, la pensée religieuse, la littérature trouvent en Matthew Arnold (1822-1888) un esprit nourri de classicisme et élargi par le cosmopolitisme, l’influence de Goethe et de Sainte-Beuve. Thomas Carlyle (1795-1881), correspondant de Goethe, se fait le propagateur d’un germanisme qui imprègne sa doctrine du héros et son style, riche de fulgurations prophétiques et d’effets à la Rembrandt. En contraste complet, Newman (1801-1890) représente, par les voies de la logique et d’une intuition toute bergsonienne, une dialectique subtile, personnelle dans son admirable autobiographie Apologia pro vita sua  (1869), générale dans son Essay on the Development of Christian Doctrine  : 1845, date de sa conversion au catholicisme, donc de la victoire du mouvement d’Oxford. Ruskin (1819-1900) prépare le triomphe de l’esthétisme par sa défense de Turner et des préraphaélites et son propre style somptueux, mais sa philosophie de l’art est plus gênée qu’enrichie par son généreux prophétisme social moralisant.




Le roman victorien, patronné par la bourgeoisie, doit sa variété, sa vitalité et son originalité aux forces vives des artisans consciencieux et des génies qui lui assurent un triomphe autochtone incontestable mais non pas international. Le conformisme et l’isolationnisme retardent longtemps le plein épanouissement des méthodes réalistes pratiquées sur le continent. Dickens (1812-1870), réformateur efficace des tares sociales, frère des humbles, crée par son imagination et son humour des personnages qui ont le relief d’un Falstaff ou d’un Hamlet  : il est le génie le plus national que l’Angleterre ait produit avec Shakespeare. Autour de lui gravitent quantité de talents qui exploitent le "  roman social  " pour dénoncer l’industrialisme et le machinisme  : Benjamin Disraeli (1804-1881), observateur des "  deux nations  ", surtout de l’aristocratie en raison de ses fonctions de ministre  ; Charles Kingsley (1819-1875), fondateur de la "  Muscular Christianity  ", doctrine d’action issue de Carlyle  ; Mrs.  Gaskell (1810-1865), qui a pris avec la grande misère des villes un contact direct encore qu’insuffisant quant aux conditions économiques. Charlotte Brontë (1816-1855) a sa place ici par Shirley   (1849), mais Jane Eyre   (1847), autobiographie transposée, par sa passion maîtrisée transcende son époque. Sa sœur Emily (1818-1848) porte à son point d’incandescence les élans mystiques d’un amour dont la mort est l’assouvissement fatal  ; Les Hauts de Hurlevent   (Wuthering Heights  , 1847), malgré ses attaches avec le romantisme, est une très grande œuvre intemporelle. Thackeray (1811-1863) met en pratique un réalisme rival de celui de Dickens, mais visant un autre objectif  : la dissection swiftienne du snobisme dans une société dont il accepte la structure, ce que nous offre son chef-d’œuvre Vanity Fair   (1847-1848). Bien qu’il se réclame de la franchise de Fielding, il ne réussit pas à l’incorporer dans Pendennis  , qui aurait pu être un vrai Bildungsroman.   Le réalisme, prenant conscience de lui-même, favorise les interventions directes, les professions de foi chez Thackeray, Anthony Trollope, George Eliot et George Meredith. Anthony Trollope (1815-1882) est un romancier régionaliste et un peintre du clergé, admirable artisan et artiste dont la cote a grandi depuis la dernière guerre. George Eliot (Mary Anne Evans, 1819-1880) domine tout le roman victorien par son génie philosophique et les exigences de son réalisme psychologique au bénéfice des humbles  ; pour elle, le roman est "  élargissement de nos sympathies humaines  ", idéal pleinement accompli dans ses chefs-d’œuvre  : Adam Bede   (1859), Le Moulin sur la Floss   (The Mill on the Floss  , 1860) et Middlemarch   (1871-1872), ce dernier considéré par certains critiques comme le plus grand des romans anglais.


Au fil du siècle, le roman en reflète fidèlement les tendances  ; le victorianisme, dans ses institutions religieuses et familiales, est attaqué de front par Butler dans son grand roman "  séminal  ", Ainsi va toute chair   (The Way of All Flesh,   1903), et dans son culte du machinisme par le biais du roman d’anticipation, précurseur de la science-fiction, Erewhon   (1872). Le socialisme communisant nous offre l’antithèse  : le roman rétrospectif moyenâgeux de William Morris, Nouvelles de nulle part   (News from Nowhere  , 1891). L’exotisme est une inspiration centrale chez Stevenson  ; exploité par l’art du génial conteur qu’est Kipling, il se met au service de l’impérialisme. C’est une très riche variété d’exotisme, mais dans le temps, que réalise le grand critique et esthète, disciple de Platon et de Hegel, Walter Pater, avec Marius the Epicurean   (1885, 1892). George Gissing fait violence à ses goûts d’érudit et applique un réalisme relativement audacieux aux questions sociales, au féminisme dans Femmes en trop   (The Odd Women,   1893), annonçant l’ère des "  suffragettes  ". La poésie et la philosophie, dans l’inspiration et dans la technique, imprègnent les œuvres romantiques de Meredith (1828-1909), y compris leur sommet, The Egoist   (1879), et celles de Thomas Hardy (1840-1928) qui donne à ses évocations régionalistes des dimensions épiques, ainsi dans Tess d’Urberville   (Tess of the D’Urbervilles  , 1891).







Fabienne
Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***