Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 08:00

 

 

 

 

L'amour et l'amitié

 

Barre de séparation fleurs

 

 Il y a un goût dans la pure amitié où ne peuvent

atteindre ceux qui sont nés médiocres.
 L'amitié peut subsister entre des gens de différents sexes,

exempte même de toute grossièreté.

Une femme cependant regarde toujours un homme

comme un homme; et réciproquement un homme regarde

une femme comme une femme.

Cette liaison n'est ni passion ni amitié pure :

elle fait une classe à part.
 L'amour naît brusquement, sans autre réflexion,

 par tempérament ou par faiblesse :

un trait de beauté nous fixe, nous détermine.

L'amitié, au contraire, se forme peu à peu,

avec le temps, par la pratique, par un long commerce.

Combien d'esprit, de bonté de cœur, d'attachement,

 de services et de complaisance dans les amis,

 pour faire en plusieurs années bien moins que ne fait

quelquefois en un moment un beau visage ou une belle main !
 Le temps, qui fortifie les amitiés, affaiblit l'amour.
Tant que l'amour dure, il subsiste de soi-même,

et quelquefois par les choses qui semblent

le devoir éteindre, par les caprices, par les rigueurs,

par l'éloignement, par la jalousie;

 l'amitié, au contraire, a besoin de secours :

elle périt faute de soins, de confiance et de complaisance. 

Il est plus ordinaire de voir un amour extrême

qu'une parfaite amitié.
 L'amour et l'amitié s'excluent l'un l'autre.
 Celui qui a eu l'expérience d'un grand amour

néglige l'amitié; et celui qui est épuisé sur l'amitié

n'a encore rien fait pour l'amour.
L'amour commence par l'amour; et l'on ne saurait passer

de la plus forte amitié qu'à un amour faible.

 Rien ne ressemble mieux à une vive amitié, que ces liaisons

 que l'intérêt de notre amour nous fait cultiver.[...]
 L'amour qui croît peu à peu et par degrés ressemble trop

 à l'amitié pour être une passion violente.[...]
 Quelque délicat que l'on soit en amour, on pardonne

plus de fautes que dans l'amitié.[...]
 L'on confie son secret dans l'amitié; mais il échappe

dans l'amour.
L'on peut avoir la confiance de quelqu'un sans

en avoir le cœur.

Celui qui a le cœur n'a pas besoin de révélation

ou de confiance; tout lui est ouvert.

 

Jean de LA BRUYÈRE, Caractères (1688), IV, Du cœur.

 

Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 08:00

 

 

 

 

 

 

 

Bonne grosse Soupe d'amour

Recette

 

Préparer une grande casserole,
Couper les mots de colère,
garder ceux qui sont adoucissants,
équilibrants et apaisants,
Brosser, peler et laver l'égoisme,
Hacher les conflits et la froideur,
Enlever la peau de la contrariété et

celle des ressentiments avant cuisson,
Rejeter le mauvais, annuler le négatif,
Combiner le respect et la courtoisie,
Ajouter une très grosse canne d'affections,
Une bouteille pleine de délicatesses,
Mesurer un gros contenant plein de bon sens,
Mettre le bouillon de la politesse bien dégraissé

de l'inattention,
Un cube d'accessibilité,
Mêler la bonne attitude, la vitalité, l'enthousiasme,
Mettre un bouquet garni de paroles aimables,
Parsemer de poudre de disponibilité,
Saupoudrer de beaucoup, beaucoup d'amour,
accompagné d'une voix douce,
Ne pas mettre trop de reproches, attention,

ça gâterait le tout,
L' ajout de la cordialité donne un très bon petit goût,
On peut varier avec la convivialité,
Certains préfèrent avec un soupçon d'étreintes,
Remuer délicatement,
Épaissir pour lui donner la texture veloutée de la tendresse,
Incorporer petit à petit l'humour,
Encore meilleure si on a préalablement prévu la bienveillance.
À feu doux, et porter à ébullition l'émerveillement,
Réduire le feu des arrières-pensées,
Laisser mijoter le don de soi et les p’tits bonheurs,
Poursuivre la cuisson dans une ambiance

sereine et chaleureuse.
Un parfum agréable de compréhension se propagera
dans toute la maisonnée.
Varier les saveurs. Et sortez votre plus belle soupière !
Une soupe exquise, saine, équilibrée, bonne à se délecter,
chaude et très réconfortante.
Une recette appétissante, nourrissante et adaptable

à toute la famille.
On peut l'accompagner de biscuits de gestes sympathiques
ou de croûtons de finesses, et d'un filet de bon accueil.
Déguster le plaisir de vous sentir rassasié.
Très bon choix lorsqu'on reçoit la visite à souper.
Un régal !
À la soupe !!!



( Texte trouvé sur le net )

Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 10:00

 

 

 

 

 

 

L'amitié ...

 

L'amitié, tu la tiens au chaud

pour l'hiver, quand il fait très froid

qu'il est bon d'avoir près de soi

une amitié comme un manteau.

 

L'amitié tu la tiens au frais

pour l'été quand on va jouer

dans la mer ou dans la fôret

et que l'amitié rend plus gai.

 

Mais l'amitié non ce n'est pas

seulement pour le chaud et le froid

c'est quand on a le coeur trop lourd

que l'amitié porte secours.

 

Tu rends espoir tu rends gaité

à celui qui est ton ami:

son coeur te dit merci

et ton coeur à toi sourit.

 

A deux contre le chaud, le froid

le chagrin ou le mauvais pas

on est plus fort qu'un monde entier:

c'est le miracle de l'amitié.

 

Arthur Haulot

 

Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 10:00

 

J'aime beaucoup ce petit texte ,

 il représente ce que je ressens

et me ressemble , tout simplement ...

 

 

 

 

 

 

Être en relation

 

 

Je veux pouvoir t'aimer

sans m'agripper

t'apprécier sans te juger

te rejoindre sans t'envahir

t'inviter sans insistance

te laisser sans culpabilité

te critiquer sans te blâmer

t'aider sans te diminuer.

 

Si tu peux m'accorder

la même chose

alors nous pourrons

vraiment nous rencontrer

et nous agrandir

l'un l'autre.

 

 

Virginia Satir

 

 

Repost0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 07:00

 

 

PENSEES.

 

 

Repost0
12 février 2011 6 12 /02 /février /2011 08:00

 

 

 

 

 

La bienveillance c’est... : 

 

 

de savoir s’émerveiller comme un enfant 
de rire de bon coeur en agréable compagnie 
de savoir dire « je t’aime » 
de s'autoriser des moments de tendresse 
d’avoir assez de grandeur d’âme pour pardonner 
de regarder un bon film et de laisser libre cours à ses sentiments 
de regarder ce qui a été accompli et non ce qu’il me reste à faire 
d’être maître de soi et non des autres 
de posséder l’humour nécessaire pour surmonter

 les difficultés de la vie 
de reconnaître que le négatif existe,

mais de décider de ne pas lui ouvrir la porte. 
de ne pas se prendre au sérieux 
de donner un sens à sa vie.

 

 

Auteur inconnu 

 

Repost0
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 08:00

 

J'ai découvert ce texte sur le net et à force de le lire

  et de le relire  , j'en ai versé des larmes en pensant

que ce genre de chose arrive fréquemment ...

 Si vous prenez un animal chez vous , réfléchissez bien ...

 

 

 

 

 

Quand j'étais un chiot, je t'ai amusé avec mes cabrioles

 et t'ai fait rire.

Tu m'as appelé ton enfant, et en dépit de plusieurs

 chaussures mâchées et quelques oreillers assassinés,

 je suis devenu ton meilleur ami.

Toutes les fois que j'étais méchant tu agitais

ton doigt vers moi

et me demandais ” Comment est-ce possible ? “,

 mais après on s'amusait ensemble.
Mon éducation a pris un peu plus longtemps que prévu,

 parce que tu étais terriblement occupé,

 mais nous y avons travaillé ensemble.

Je me souviens de ces nuits où je fouinais dans le lit

 et écoutais tes confidences et rêves secrets,

et je croyais que la vie ne pourrait pas être plus parfaite.

 

Nous sommes allés pour de longues promenades et

courses  dans le parc, promenades de voiture,

arrêts pour de la crème glacée (j'ai seulement eu

 le cornet parce que ” la glace est mauvaise

pour les chiens, ” comme tu disais),

et je faisais de longues siestes au soleil

en attendant que tu rentres à la maison.

Progressivement, tu as commencé à passer

 plus de temps au travail et à te concentrer

sur ta carrière,

 et plus de temps à chercher un compagnon humain.

 Je t'ai attendu patiemment, t'ai consolé

après chaque déchirements de coeur

et chaque déception,

ne t'ai jamais réprimandé

au sujet de mauvaises décisions,

 et me suis ébattu avec joie lors de tes retours au foyer.

Et puis tu es tombé amoureux.

Elle, maintenant ta femme, n'est pas une

 “personne chien “,

 mais je l'ai accueillie dans notre maison,

essayé de lui montrer de l'affection, et lui ai obéi.

 J'étais heureux parce que tu étais heureux.
Ensuite les bébés humains sont arrivés et

j'ai partagé votre excitation.

J'étais fasciné par leur couleur rose, leur odeur,

et je voulais les pouponner aussi.

 Seulement vous vous êtes inquiétés

que je puisse les blesser,

 et j'ai passé la plupart de mon temps banni

dans une autre pièce ou dans une niche.

 Oh, comme je voulais les aimer,

mais je suis devenu un “prisonnier de l'amour “.

Comme ils ont commencé à grandir,

 je suis devenu leur ami.

 Ils se sont accrochés à ma fourrure et se sont levés

 sur leurs jambes branlantes, ont poussé leurs doigts

dans mes yeux, fouillé mes oreilles,

et m'ont donné des baisers sur le nez.

 J'aimais tout d'eux et leurs caresses ,

 parce que les tiennes étaient maintenant

si peu fréquentes 

 et je les aurais défendus avec ma vie si besoin était.

J'allais dans leurs lits et écoutais leurs soucis

et rêves secrets, et ensemble nous attendions

 le son de ta voiture dans l'allée.

Il y eut un temps, quand les autres te demandaient

si tu avais un chien, tu leur montrais une photo de moi

dans ton portefeuille et tu leur racontais

des histoires à mon propos.

Ces dernières années tu répondais juste ” oui ”

et changeais de sujet.

 Je suis passé du statut de ” ton chien” à

” seulement un chien, ” et vous vous êtes offensés

de chaque dépense pour moi.
Maintenant, vous avez une nouvelle occasion de carrière

 dans une autre ville, et vous allez déménager

 dans un appartement qui n'autorise pas

d'animaux familiers.

Tu as fait le bon choix pour ta ” famille”,

mais il y eut un temps où j'étais ta seule famille.

J'étais excité par la promenade en voiture

 jusqu'à ce que nous arrivions au refuge pour animaux.

Cela sentait les chiens et chats, la peur, le désespoir.

Tu as rempli la paperasserie et as dit :

 ” Je sais que vous trouverez une bonne maison

pour elle.”

 Ils ont haussé les épaules et vous ont jeté

 un regard attristé.

 Ils comprennent la réalité qui fait face

 à un chien entre deux âges, même un avec “des papiers.”

 Tu as dû forcer les doigts de ton fils pour les détacher

 de mon col et il a crié :

 ” Non, Papa ! S'il te plaît, ne les laisse pas prendre

 mon chien !”

 Et je me suis inquiété pour lui.

Quelles leçons lui avez-vous apprises à l'instant

au sujet de l'amitié et la loyauté, au sujet de l'amour

 et de la responsabilité,

et au sujet du respect pour toute vie ?

 Tu m'as donné un ” au revoir caresse” sur la tête,

 as évité mes yeux, et as refusé de prendre

 mon collier avec vous.

Après votre départ, les deux gentilles dames ont dit

 que vous saviez probablement au sujet de votre départ

 il y a de cela plusieurs mois et que vous n'aviez rien fait

 pour me trouver une autre bonne maison.

Elles ont secoué la tête et ont dit :

 ” Comment est-ce possible ?”.

Ils sont aussi attentifs à nous ici dans le refuge

que leurs programmes chargés le leur permettent.

Ils nous nourrissent, bien sûr, mais j'ai perdu l'appétit

il y a plusieurs jours.

 Au début, chaque fois que quelqu'un passait

 près de ma cage,

je me dépêchais en espérant que c'était toi,

que tu avais changé d'avis,

que c'était juste un mauvais rêve…

 ou j'espérais tout au moins que ça soit quelqu'un

qui se soucie de moi et qui pourrait me sauver.

 Quand je me suis rendu compte que je ne pourrais pas

 rivaliser avec les autres chiots qui folâtraient pour attirer l'attention, je me suis retiré dans un coin de la cage

 et j'ai attendu.

J'ai entendu ses pas quand elle s'approchait de moi

en fin de journée, et j'ai trottiné le long de l'allée

jusqu'à une pièce séparée.

Une pièce heureusement tranquille.

Elle m'a placé sur la table et a frotté mes oreilles,

 et m'a dit de ne pas m'inquiéter.

Mon coeur battait d'appréhension à ce qui était à venir,

mais il y avait aussi un sentiment de soulagement.

Le “prisonnier de l'amour” avait survécu

 à travers les jours.

Comme c'est dans ma nature, je me suis plutôt

 inquiété pour elle.

Le fardeau qu'elle porte pèse lourdement sur elle,

 et je le sais, de la même manière que je connaissais

 votre humeur chaque jour.

Elle a placé une chaîne doucement autour de ma patte

de devant et une larme a roulé sur sa joue.

J'ai léché sa main de la même façon que je te consolais

 il y a tant d'années.

 Elle a glissé l'aiguille hypodermique habilement

dans ma veine.

Quand j'ai senti la piqûre et le liquide se répandre

à travers mon corps, je me suis assoupie,

l'ai examinée de mes gentils yeux et ai murmuré :

” Comment as-tu pu ?”.

 Peut-être parce qu'elle comprenait mon langage,

elle a dit ” je suis si désolée.”

 Elle m'a étreint, et m'a expliqué précipitamment

 que c'était son travail de s'assurer que j'allais

à une meilleure place où je ne serais pas ignoré

 ou abusé ou abandonné, où j'aurais à pourvoir

 moi-même à mes besoins,

 une place remplie d'amour et de lumière

 très différent  de cet endroit.

 Et avec mes dernières forces, j'ai essayé

de me transporter  jusqu'à elle et

lui expliquer avec un coup sourd

de ma queue que mon ” Comment as-tu pu ?”

n'était pas dirigé contre elle.

C'était à toi, Mon Maître Bien-aimé, que je pensais.

Je penserai à toi et t'attendrai à jamais.
Puisse tout le monde dans ta vie continuer

à te montrer autant de loyauté.

 

 

Repost0
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 09:00

 

 

 

 

 

 

Un bouquet de Bonheur ...

 

Pour pouvoir composer « un bouquet de bonheur »
Il faut bien commencer par semer dans nos coeurs,
Une graine de paix, d'amour et d'indulgence,
Une autre de charité, d'union et de tolérance.

 

 Lorsque ces graines germeront dans nos consciences,
Nous pourrons récolter ces fleurs en abondance,
Composer un bouquet à notre propre convenance,
Un bouquet embaumé d'une suave fragrance.

 

 Un petit brin de paix et nous serons sans guerre,
Un petit brin d'amour et nous serons des frères,
Un grand brin d'indulgence pour savoir pardonner,
Un petit brin de charité pour aider son prochain. 

 

Un petit brin d'union, et nous serons des alliés,
Un dernier brin de tolérance et voici le bouquet !
« Un bouquet de bonheur » de nos coeurs transformés,
Rendront le monde heureux, allons-nous le composer ?

 

 

Auteur Inconnu

 

Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:00

 

 

La chance

 

 

Repost0
3 janvier 2011 1 03 /01 /janvier /2011 10:00

 

 

 

 

AUJOURD'HUI EST À TOI

   

La chose la plus précieuse
Que tu possèdes au monde est "aujourd'hui".
Aujourd'hui, tu peux être heureux.

La plupart de nos misères sont des restes d'hier
Ou des soupçons empruntés à demain.
Tous tes hiers, Il les a repris,
Tous tes demains sont entre ses mains.

Aujourd'hui est à toi:
Prends-en les joies et sois heureux,
Prends-en les peines et sois toi.
Décide aujourd'hui même
De jouir de ton travail comme de tes loisirs.

Aujourd'hui est à toi:
Vis-le,
Emplis-le,
Chante-le,
De sorte que, toujours, tu puisses dire:
J'AI AIMÉ AUJOURD'HUI.

   

(Auteur inconnu)

 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***