Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 juillet 2011 6 23 /07 /juillet /2011 08:00

 

 

 

Si

 

Si tu crois qu'un sourire est plus fort qu'une arme,
Si tu crois à la puissance d'une main offerte,
Si tu crois que ce qui rassemble les hommes est plus important que ce qui divise,
Si tu crois qu'être différent est une richesse

 et non pas un danger,
Si tu sais regarder l'autre avec un brin d'amour,
Si tu préfères l'espérance au soupçon,
Si tu estimes que c'est à toi de faire le premier pas,

 plutôt qu'à l'autre,

Si le regard d'un enfant parvient encore

à désarmer ton coeur,
Si tu peux te réjouir de la joie de ton voisin,
Si l'injustice qui frappe les autres te révolte

autant que celle que tu subis,
Si pour toi l'étranger est un frère qui t'est proposé,
Si tu sais donner gratuitement un peu de ton temps

par amour,
Si tu acceptes qu'un autre te rende service,

Si tu partages ton pain et que tu saches y joindre

 un morceau de ton coeur,
Si tu crois qu'un pardon va plus loin qu'une vengeance,
Si tu sais chanter le bonheur des autres

et danser leur allégresse,
Si tu peux écouter le malheureux qui te fait perdre

 ton temps et lui garder ton sourire,
Si tu sais accepter la critique et en faire ton profit,

 sans la renvoyer et te justifier,

Si tu sais accueillir et adopter un avis différent du tien,
Si pour toi l'autre est d'abord un frère,
Si la colère est pour toi une faiblesse,

non une preuve de force,
Si tu préfères être lésé que faire tort à quelqu'un,

Si tu refuses qu'après toi ce soit le déluge,
Si tu te ranges du côté du pauvre et de l'opprimé

sans te prendre pour un héros,
Si tu crois que l'Amour est la seule force de dissuasion,
Si tu crois que la Paix est possible,

... Alors la Paix viendra.

 

 

Pierre Guilbert

 

Repost0
18 juillet 2011 1 18 /07 /juillet /2011 07:00

 

 

 

 

 

La véritable amitié

 

 

La véritable amitié est pure.
Elle ne recherche aucune faveur en retour.
Elle élève celui qui la donne.

  

La véritable amitié est généreuse.
Elle est plus forte que tous les préjugés.
Elle anoblit celui qui la donne.

La véritable amitié est fidèle.
Elle n’est pas altérée par le temps.
Elle honore celui qui la donne.

 

La véritable amitié est tenace.
Elle est faite de loyauté et de franchise.
Elle grandit celui qui la donne.

 

La véritable amitié est magnanime.
Elle ne pose aucune condition.
Elle embellit celui qui la donne.

 

La véritable amitié est absolue.
Elle n’est jamais donnée par miettes.
Elle fait honneur à celui qui la donne.

 

La véritable amitié est spontanée.
Elle ne fait l’objet d’aucun marchandage.
Elle récompense celui qui la donne.

 

La véritable amitié est sincère.
Elle ne pose pas de conditions.
Elle enrichit celui qui la donne.

 

Henri de Lacordaire, (1802-1861)

 

     

 

 

Repost0
5 juillet 2011 2 05 /07 /juillet /2011 08:45

 

 

 

 

  

 Sérénité et Paix ...

  

"Si, pour toi, pardonner vaut beaucoup

plus que la vengeance,

  Si tu donnes gratuitement de ton temps

et de ta chaleur, avec ton cœur,

Si, pour toi, un sourire est plus fort que tout

et amène la joie et bonheur,

Si tu prêtes ton oreille au malheureux

tout en gardant ton sourire,

Si tu acceptes la critique,

et l'appliques positivement dans ta vie,

Si tu te réjouis de la joie et du succès de ton voisin

 sans l'envier,

Si, pour toi, c'est important de tendre la main

à l'étranger et de le considérer comme un frère,

Si tu partages ton pain en y mettant

un morceau de ton cœur,

  Si l'injustice face à autrui te fait aussi mal

que celle que tu subis,

Si pour toi, ce qui lie les hommes est plus fort

et plus important que ce qui les divise,

Si tu préfères l'espérance au soupçon

ou à la déception,

  Si, pour toi, l'amour est la grande force

de discussion,

Si le regard d'un enfant désarme encore

et toujours ton cœur,

  Sérénité et paix t'entourent”

   

Auteur inconnu 

 

Repost0
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 15:11

            

            

              Croyez en l'extase

Croyez en l'extase des nuages
qui traversent les grands horizons,
au petit vent du soir,
au coeur de l'été chaud.

 

Croyez en la douceur
d'une amitié,
d'un amour,
à la main qui serre votre main.

 

Car demain,
mais n'y pensez pas,
demain éclateront peut-être les nuages
et l'orage emportera vos amours.

 

Tenez-vous serrés,
ne vous endormez pas sur un reproche

non formulé,
endormez-vous réconciliés.
Vivez le peu que vous vivez dans la clarté.

 

 

Julos Beaucarne

 

Repost0
21 juin 2011 2 21 /06 /juin /2011 08:00

 

 

 

De l'amitié

[...] S'il est rare de trouver des amis, n'est-il pas à peu

 près aussi rare qu'on en cherche réellement.

Je vois l'intérêt ou le plaisir rompre des noeuds légers, formés pour un seul jour, et j'entends accuser l'amitié,

qui, cependant, leur était étrangère !

On aime son ami sans intérêt vulgaire, on l'aime pour

en être aimé ; il fait partie de notre famille :

un ami est un frère que nous avons choisi. [...]

Tous les échanges sont avantageux avec un être

 qu'on aime et dont on est aimé.

S'il souffre, on partage ses peines ; mais la douleur

qu'on ressent est adoucie par la certitude

d'alléger la sienne,

et par cette émotion qui naît dans notre âme

aussitôt que nous remplissons un devoir.

Lorsqu'à son tour on éprouve un revers,

au lieu de se trouver seul avec le malheur, on reçoit

des consolations si tendres, si touchantes

 qu'on cesse d'accuser le sort pour bénir l'amitié. [...]

Un ami est d'une autre nature que le reste des hommes. Ceux-ci nous dissimulent nos défauts, ou nous

en font apercevoir avec malignité ;

un ami nous en parle sans nous blesser ;

 il nous reproche nos fautes, et,

dans le monde, il sait les excuser.

On ne sent à quel point il peut être cher qu'après

avoir été longtemps le compagnon fidèle

de sa bonne et de sa mauvaise fortune.

 Que d'émotions on éprouve en se livrant au souvenir

 des périls communs, si l'on a traversé avec lui

les orages d'une longue révolution !

Ce n'est jamais sans attendrissement qu'on se dit :

Nous avions mêmes pensées et mêmes espérances ;

tel événement nous pénétra de joie,

tel autre nous fit gémir.

 Unissant nos efforts, un jour nous parvînmes à sauver

un infortuné ;

il nous pressa tous deux ensemble dans ses bras.

Bientôt des dangers nous menacèrent : il fallut fuir,

le sort, nous sépara ; mais nous étions toujours

 présents l'un à l'autre.

 Il craignait pour moi, je craignais pour lui.

 Je lisais encore dans son âme ; je disais :

Telle frayeur l'agite, il forme tel projet, il conçoit

telle espérance. Enfin, nos peines ont disparu ;

et combien le repos a de charmes !

nous le goûtons ensemble.

C'est une absurdité que de s'enorgueillir de la réputation

d'un homme à qui l'on est uni par les liens du sang ;

 mais on peut être fier des rares qualités de son ami.

Les noeuds qu'il a formés ne sont point l'ouvrage

du hasard ; et, puisqu'on a mérité son estime,

 on lui ressemble au moins par les qualités du coeur.

Je prends une haute opinion de l'homme à qui j'entends exagérer ou les talents ou les vertus de ses amis.

 Il possède les qualités dont il parle, puisqu'il a

 besoin de les supposer à ceux qu'il aime. [...]

En révérant l'amitié, ne craignons point d'assigner

le rang qu'elle doit occuper dans nos coeurs.

 Une femme est la véritable compagne de notre destinée,

 et l'amitié ne doit être que l'auxiliaire de l'amour. [...]

On ne profane point le nom d'ami en le donnant

à plusieurs hommes, s'ils inspirent une haute estime,

 un tendre intérêt, si l'on ressent toutes leurs peines,

 tous leurs plaisirs, et si l'on est capable

de dévouement envers eux. [...]

Oh ! pourquoi l'amour et l'amitié peuvent-ils

cesser d'exister ?

 Pourquoi ne sont-ils pas éternels dans tous les coeurs ?

 Si l'on est trompé dans ses affections,

le plus sûr moyen d'adoucir sa douleur est de former

 encore des résolutions généreuses pour conserver,

pour exalter l'estime de soi-même.

Si ton ami t'abandonne, si ta femme se rend indigne

de ton amour, n'ajoute pas au poids de tes chagrins

le fardeau de la haine ; qu'elle ne prenne jamais la place

 des sentiments qui faisaient ton bonheur :

pardonne aux êtres dont tu fus aimé les peines

qu'ils te causent, en te souvenant des jours

qu'ils ont embellis pour toi. [...]

 

 

Joseph Droz, Essai sur l'art d'être heureux

 

Repost0
20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 07:00

 

 

 

Le Bonheur dans l'action

Il semble inutile d'escalader les plus hautes montagnes, d'y risquer la mort et le gel, ou de descendre au fond des gouffres.

Inutile sauf au bonheur.

Ceux qui peuvent, grimpent ; ceux qui ne grimpent pas applaudissent.

Et les riches ne sont à peu près heureux que

s'ils se servent de leur fortune pour travailler davantage.

 Après avoir vaincu ses rivaux, le financier continue de risquer pour se dépasser lui-même.

Il a plus d'affaires qu'il n'en peut administrer ?

 Il en crée de nouvelles.

 Pour un homme qui a gouverné et joué le grand jeu,

la retraite est presque insupportable.

Il ne peut se désintoxiquer de sa drogue favorite : l'action.

Il lui reste la ressource d'écrire ses mémoires

et de revivre ainsi ses rudes actions.

Une société qui permettrait un nouvel Âge d'Or

et l'abondance sans travail montrerait

qu'elle ne comprend rien à la nature humaine.

Il n'y a de bonheur que celui que l'on fait soi-même.

Le plaisir de l'écrivain, ce n'est pas le succès,

 c'est d'écrire.

 « J'ai parfois entrevu, disait Flaubert,

un état supérieur à la vie, pour qui la gloire n'est rien, et le bonheur même inutile...»

Inutile, oui, parce que déjà prodigué par l'action

de créer.

 L'ouvrier esclave d'une machine qui lui impose

 un rythme et des actions monotones subit plus

 qu'il n'agit. C'est pourquoi il est mécontent.

 Il retrouvera le bonheur lorsque des robots seront chargés des travaux sans liberté et que l'ouvrier dirigera les robots.

L'homme n'aura jamais fini de transformer le monde, de faire des plans, de les éprouver et de les refaire. «Au commencement était l'action.»

  

André Maurois

Repost0
9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 08:00

 

 

 

 

Qu'il est difficile de croire certains jours !

Malgré le mal , croire que le bien est possible !

Malgré la souffrance, croire que le bonheur peut exister.

Malgré le conflit incessant, croire que la paix peut s'instaurer.

Malgré la faiblesse, croire que la force est au coeur de la vie.

Malgré la tentation du doute absolu,

croire fermement et malgré tout

que la vie a un sens et que l'amour est plus fort que la mort.

 

Rosette Poletti

 

Repost0
9 mai 2011 1 09 /05 /mai /2011 08:00

 

 

 

 

Ce qui est important

« Je me sens triste ! » dit une vague de l'océan en constatant que les autres vagues étaient

 plus grandes qu'elle.

« Les vagues sont si grandes, si vigoureuses,

 et moi je suis si petite, si chétive. »

Une autre vague lui répondit : « Ne sois pas triste.

Ton chagrin n'existe que parce que tu t'attaches

 à l'apparent,

 tu ne conçois pas ta véritable nature. »

« Ne suis-je donc pas une vague ? »

« La vague n'est qu'une manifestation transitoire

 de ta nature.

En vérité tu es l'eau. »

« L'eau ? »

« Oui. Si tu comprends clairement que ta nature

est l'eau,

 tu n'accorderas plus d'importance à ta forme de vague et ton chagrin disparaîtra. »

 

Avoir à l'esprit que l'humanité fait partie d'un ensemble est important.

Car l'être humain se considère souvent comme le centre des choses

en s'arrogeant des droits particuliers

qui n'ont pas de raison d'être.

 Ainsi il ne voit que chez son prochain

ce qu'il n'a pas,

sans voir ce qu'il a déjà, et se cause

 les plus inutiles soucis.

 

 

 Texte Zen

Repost0
25 avril 2011 1 25 /04 /avril /2011 12:26

 

 

 

 

 

La semaine

 

Le lundi n'est jamais gris
C'est un jour qui vit
Pour moi, il est toujours vert
Pour d'autres, c'est un calvaire.

Le mardi, je bondis
Au réveil, je saute du lit
Un jour où le ciel est bleu
Un jour pas nuageux.

Le mercredi sent bon
C'est le jour des bonbons
Un jour où je joue au pendu
Et lis des revues.

Le jeudi est noir
On aimerait être un loir
Le jeudi n'a pas de couleurs
Il n'est pas rieur.

Le vendredi est blanc
On voudrait être sur le divan
En train de se reposer
Plutôt que de travailler.

Le samedi c'est à midi
Que je sors du lit
Le samedi c'est la détente
Comme au camping sous la tente.

Le dimanche repos
Un jour où il fait toujours beau
Même avec de la pluie
Je ris.

La semaine a toutes les couleurs
A toutes les odeurs
La semaine est toujours remplie
Sans une seconde de répit.

 

( Texte trouvé sur le net )

Repost0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 09:00

 

 

 

 

 

 L'amitié

 

 

L’amitié est une valeur rare, tous en parlent beaucoup

 mais peu la créent,

L’amitié est un refuge, elle ne te protége pas du mauvais sort

 mais te soigne,

L’amitié est un soleil, elle brille dans ton coeur

mais peut te brûler,

L’amitié est une richesse, on ne l’a pas sans mériter

 la confiance que l’on gagne,

L’amitié est un cours d’eau, elle commence ruisseau et enfle,

enfle jusqu’à devenir fleuve,

L’amitié est une herbe folle, elle surgit de nulle part

et pousse même dans l’ombre,

L’amitié est un gai pinson, elle te fait rire qu’il neige,

vente ou qu’il pleuve,

L’amitié est un océan, elle ne finit jamais même s’il existe

 des vagues au reflet sombre,

L’amitié est un oiseau, elle a besoin d’air pur

et de liberté pour s’exprimer,

L’amitié est un nuage, elle change sans cesse de forme

 mais parfois suit le vent,

L’amitié est mon monde, changeant, remuant, tendre,

moqueur, entier,

Mais il a besoin de vous mes ami(e)s pour être celle

 que je suis aujourd'hui ! 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***