Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 09:28

 

 

 

La fête des Pères, le troisième dimanche de juin, célèbre les pères de famille.Calquée sur la fête des Mères ( trois semaines plus tôt ), la journée engendre des réunions de famille, avec en général l'organisation d'un grand repas et la remise des cadeaux.

D'institution récente, la fête des Pères répond avant tout à des critères commerciaux: lancée en france en 1949

par les briquets " Flaminaire ",

 

 

elle prit pour modèle la fête américaine instaurée par le président des Etats - Unis Calvin Coolidge.

 

 

Celui - ci avait inauguré son mandat en 1924, par la création d'un jour spécial dédié aux pères de famille, prenant exemple sur la fête des Mères créée quelques années auparavant ( 1914 ).

Repost 0
Published by FABIENNE - dans ODES AUX PAPAS
commenter cet article
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 09:10

remercie-Char.jpg

Repost 0
16 juin 2012 6 16 /06 /juin /2012 21:50

 

 

Vivez ! Entretiens avec Stéphane Hessel

par Edouard de Hennezel et Patrice Van Eersel

(Carnets Nord - Editions Montparnasse - 92 pages - mars 2012)

-------------------------------

Après le succès du livre "Indignez-vous" paru fin 2010, Stéphane Hessel devenu un personnage reconnu en France, a accepté de rencontrer Edouard de Hennezel, accompagné de Patrice Van Eersel pour parler de quelques thèmes qui lui sont chers, en mai 2011.

Les entretiens débutent par le thème de la religion, alors que l'on sait Hessel  non croyant. Il accepte le terme de "spiritualité laïque" proposé par André Comte-Sponville, c'est à dire avoir une "vie intérieure". Il enchaine sur l'éthique sociale universelle, car il faut se rappeller que Stéphane Hessel a participé à la rédaction de la déclaration universelle des droits de l'homme en 1948.

Page 24, Stéphane Hessel dit "L'éthique doit être celle dont on pense qu'elle peut utilement servir de guide à tous les hommes".

Ce qui explique l'importance qu'il a donné à cette déclaration, porteuse d'espoir dans l'après deuxième guerre mondiale si dévastatrice.

Autres thèmes d'entretiens : "Cultiver l'amour", "reconnaitre son bonheur", "méditer sa mort" et "vieillir et cultiver son esprit".

Ce livre bien que très court, car les entretiens représentent une cinquantaine de pages, est très riche des pensées de sagesse de Stéphane Hessel.

Sur l'amour, il dit par exemple page 30 : "Il y a d'abord  le respect de l'autre... c'est l'amour humain. Il y a ensuite la passion...Je pense qu'aimer avec passion est ce qui peut arriver de plus important à un être humain...

Compte tenu de son âge, Stéphane Hessel sait que la mort le guette . Alors, il l'attend avec quiétude.

Page 41 : "Je suis content d'être mortel, car je pense que c'est la mortalité qui donne son sens à la vie. On ne vit que si on peut mourir."

 

Stéphane adore la poésie et est capable de réciter de mémoire nombre de poèmes.

Alors, pour terminer ce livre, il propose ses poèmes favoris qu'il intitule "poèmes d'une vie" : François Villon (La ballade des pendus), Holderlin (Le chant du destin d'Hypérion), Poe (Stances à Hélène)... Baudelaire est bien représenté avec le Balcon, A une madone, Moesta et Errabunda. Rimbaud avec  Roman et Les chercheuses de poux, enfin Apollinaire avec  La jolie rousse.

Vous l'aurez compris ce livre est très précieux pour se ressourcer, réfléchir et vagabonder à partir des poèmes à lire et relire.

Merci à Fleur de Carnets Nord de m'avoir envoyé ce livre grâcieusement pour le lire et le présenter sur le blog.

Bonne lecture,

Denis

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 21:45

Septième hommage à Hubert Nyssen ce 12 juin 2012 :

- Collection Thésaurus d'Actes Sud par bonheur de lire

- Roquenval de Nina Berberova par Nina (de pages en pages)

- Les encombrants  De Marie-Sabine Roger par Anne

- Lira bien qui lira le dernier de Huber Nyssen par George 

 

Rappel des articles publiés précédemment :

 

- L'annulaire de Ogawa Yoko par bonheur de lire

- Entre Dieu et moi c'est fini de Katarina Mazetti par Anne

- De cape et de larmes de Nina Berberova par Nina (de page en page)

 

- Le journal de la création de Nancy Huston par bonheur de lire

 

- Blog de Jean-Philippe Blondel (Actes Sud - Junior) par Anne

 

- Mélancolie des oiseaux de Sébastien Rutes par Argali

 

- Le roseau révolté de Nina Breberova par Nina (de page en page)

- L'ampleur du saccage de Kaoutar Harchi par bonheur de lire

 

- Le laquais et la putain de Nina Berberova par Nina du blog de pages en pages

- Trouée dans les nuages de Chi Li par Anis du blog litterama

 

- Hommage à Hubert Nyssen et aux éditions Actes Sud par Argali

 

- La fin n'est que le début de Katarina Mazetti par Argali

 

- Lao Tseu de Lisa Bresner par bonheur de lire

- Les dames de Saint Petersbourg de Nina Berberova par Nina du blog de pages en pages

- Nina Berberova et Hubert Nyssen par Nina du blog de pages en pages

- La maison où je suis mort autrefois de Keigo Hagashini par Nahé du blog Cosy Corner

- La soif d'Andréï Guelassimov par bonheur de lire

- Cinq fragments du désert par Rachid Boudjedra et Rachid Koraîchi par Anne

- "Le dévouement du suspect X" de Keigo Higashino par Michel du blog serialecteur

- "Le Turquetto" de Metin Arditi, le coup de coeur d'Anne du blog des mots et des notes

- "Plaidoyer pour Eros" de Siri Hustvedt (2 articles sur 2 blogs) ainsi que "La sagesse de l'éditeur" de Hubert Nyssen par Cachou des blogs journal d'un lectrice et les lectures de Cachou

- "Karnak café" de Naguib Mahfouz par Denis - bonheur de lire

- "Sunset park" de Paul Auster par Nina

- La princesse des glaces de Camilla Lackberg par Argali

 

Nous comptons sur nos amis lecteurs pour continuer la chaîne afin d'atteindre sans encombre la date du 12 novembre où tous les blogs participants proposeront un article sur un livre d'Hubert Nyssen afin de se rappeler qu'il n'a pas été qu'éditeur. Il a aussi été un merveilleux écrivain.

Toutes les collections d'Actes Sud sont les bienvenues, dont Babel la collection de poche de très belle facture, sans oublier la littérature jeunesse...

Repost 0
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 05:00

Dans le cadre de l'hommage mensuel chaque 12 du mois jusqu'au 12 novembre prochain, je n'ai pu résister à l'envie de vous présenter une collection qui me tient particulièrement à coeur car elle permet de lire une série d'oeuvres d'un même auteur dans une belle présentation et pour un prix tout à fait raisonnable : Thésaurus

 

On peut citer :

 

 

 

 

Très belles couvertures pour lire avec passion les oeuvres des auteurs que l'on aime et ces 4 exemples montrent toute la richesse de cette collection.

Je ferai ce soir un billet récapitulatif des articles de ce jour et de l'ensemble des articles depuis le 12 décembre 2011.

J'ai prévu arrêter cet hommage le 12/11/12, mais cela aurait pu être original d'aller jusqu'au 12/12/12...

Bonnes lectures,

Denis

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
12 juin 2012 2 12 /06 /juin /2012 00:00

logo-mardi-31.jpg

Sur une idée de Sophie, je participe pour la sixième fois à ce "jeu" qui consiste à ouvrir le livre que l'on est en train de lire page 31, d'en extraire une phrase et d'en dire quelques mots..."

Dans le cadre du jury du livre de poche 2012, je suis en train de lire

"La montagne invisible" (The invisible mountain)de Carolina De Robertis.

Premier roman d'un uruguayenne insstallée en Californie et qui a écrit ce roman sur l'Uruguay en anglais. Un siècle qui va passer à travers trois femmes, trois générations d'une même famille : Pajarita puis Eva et enfin Salomé.

Page 31, on peut lire :"Il grandit, se maria, eut sept enfants, et sa famille vécut au contact des planches gorgées de sel prêtes à l'emploi. Venise n'allait pas fort. Le choléra sévissait. Les gens crevaient de faim. Les corps s'entassaient à San Michele".

On est encore au début du roman long de plus de 500 pages et c'est l'histoire d'Ignazio, vénitien, qui est racontée là, avant son émigration en Uruguay et son mariage avec Pajarita. et la montagne invisible c'est Montevideo, la capitale avec sa montagne si peu importante dans le paysage d'où la référence à l'invisible du titre.

Un très bon roman qui brosse l'ambiance du 20e siècle cahotique en Amérique latine avec brio et intérêt.

J'en reparlerai à la fin de ma lecture.

Je compare ce livre à : "les années avec Laura Diaz" de Fuentes, un très grand roman sur le Mexique au 20e siècle.

On y retrouve un parcours étalé sur un siècle avec croisement de la "grande histoire".

Bonne lecture,

Denis

Repost 0
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 20:54

 

 

 

Editions ALBIN MICHEL - Mars 2012

 

50 ans après sa mort, l’auteur de L’Atlantide reste, pour la majorité des lecteurs, un écrivain mythique. Célèbre dès la publication de son premier roman, président de la SGDL, académicien à 45 ans, il connut toutes les gloires et la déchéance suprême lorsqu’il fut injustement jeté en prison en 1944 pour « collaboration avec l’ennemi ». Reporter passionné, journaliste prophétique, voyageur invétéré – il fit 5 tours du monde -, romancier du bonheur et séducteur impénitent, il écrivit des dialogues de films, des opérettes, des nouvelles, plusieurs centaines d’articles, et 43 romans dont les héroïnes ont toutes un prénom qui commence par un A. A Cocteau qui lui disait qu’il avait « le génie de l’imprévu », il répondait que « le devoir d’un romancier, c’est d’être de son temps». Le XXème siècle et ses soubresauts lui donnèrent, ô combien, l’occasion d’être ce romancier paradoxal dont cette biographie retrace le destin.

 

 

Auteur de plus de soixante livres traduits en vingt langues, Gérard de Cortanze a obtenu de nombreux prix littéraires, parmi lesquels le prix Renaudot pour Assam (Albin Michel). Il a été finaliste du Prix Femina essai 2011 avec Frida Kahlo, la beauté terrible. On lui doit aussi de nombreux essais biographiques sur Paul Auster, J.-M. G. Le Clézio, Hemingway, Jorge Semprun, Philippe Sollers…                   

 

Repost 0
Published by FABIENNE - dans LITTERATURE
commenter cet article
10 juin 2012 7 10 /06 /juin /2012 20:40

 

Je suis tombée sous le charme des peintures de l'artiste Alberto GALVEZ.

Si vous désirez en découvrir d'autres , je vous invite à visiter cette gallerie.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by FABIENNE - dans AUTOUR DES LIVRES
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 09:00

 

Chevalier de l'ordre du mérite de Sylvie Testud

(Le Livre de Poche - mars 2012 - 235 pages)

Première édition - Fayard 2011

 

Sylvie Testud est connue comme comédienne et elle est écrivaine.

Ce roman est son 4e paru.

Sybille est la narratrice et le livre commence par un jeu de chaise musicale. Puis on se retrouve dans son quotidien quelques années plus tard. Elle vit avec Adrien. Magnaque, elle rend la vie impossible à son ami, qui, lui préfère se plonger dans ses livres.

Le choix d'une robe est un grand moment pour elle car elle a des fonctions importantes dans le monde de la communication en assurances. Elle doit même passer au JT de 20 heures, d'où cette angoisse des vêtements pour réussir ce passage.

Et aussi, elle décide de prendre une femme de ménage. 29 candidates vont se présenter. Et puis elle va retenir Fao, une philippine, sans papiers.

Elle l'engage et s'occupe d'elle tout en sachant qu'elle a un passé pas très glorieux. Elle fait jouer ses relations professionnelles.

Adrien semble se lasser de cette vie frivole...

Vous aurez peut-être compris que ce descriptif ne montre pas de ma part un réel emballement pour ce roman. Il n'est pas mauvais mais je n'ai pas vraiment accroché et à la fin je me lassais de cette Sibylle bien peu sympathique à vrai dire.

 

Pour ma part, je préfre l'actrice à la romancière mais j'ai plaisir à la lire un vendredi sur quatre dans "le monde des livres" avec sa chronique sur un livre qu'elle a lu et aimé.

Bonne lecture,

Denis

 

Livre lu dans le cadre du jury du Livre de Poche 2012

 

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
9 juin 2012 6 09 /06 /juin /2012 07:50

 

   

 

Epitaphe d'un chat

Petit museau, petites dents,

Yeux qui n'étaient point trop ardents,
Mais desquels la prunelle perse
Imitait la couleur diverse
Qu'on voit en cet arc pluvieux
Qui se courbe au travers des cieux ;
La tête à la taille pareille,
Le col grasset, courte l'oreille,
Et dessous un nez ébénin
Un petit mufle léonin,
Autour duquel était plantée
Une barbelette argentée,
Armant d'un petit poil follet
Son musequin damoiselet ;
La gorge douillette et mignonne,
la queue longue à la gueunonne,
Mouchetée diversement
D'un naturel bigarrement :
Tel fut Belaud la gente bête
Qui des pieds jusques à la tête,
De telle beauté fut pourvu
Que son pareil on n'a point vu.

Joachim du Bellay

Repost 0
Published by FABIENNE - dans POEMES
commenter cet article

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***