Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 décembre 2018 2 11 /12 /décembre /2018 11:46
Poèmes pour la paix de Paul Eluard

Monde ébloui,
Monde étourdi.

 

I

 

Toutes les femmes heureuses ont
Retrouvé leur mari – il revient du soleil
Tant il apporte de chaleur.
Il rit et dit bonjour tout doucement
Avant d’embrasser sa merveille.

 

II

 

Splendide, la poitrine cambrée légèrement,
Sainte ma femme, tu es à moi bien mieux qu’au temps


Où avec lui, et lui, et lui, et lui, et lui,
Je tenais un fusil, un bidon – notre vie!

 

III

 

Tous les camarades du monde,
O! mes amis!
Ne valent pas à ma table ronde
Ma femme et mes enfants assis,
O! mes amis!

 

IV

 

Après le combat dans la foule,
Tu t’endormais dans la foule.
Maintenant, tu n’auras qu’un souffle près de toi,
Et ta femme partageant ta couche
T’inquiétera bien plus que les mille autres bouches.

 

V

 

Mon enfant est capricieux –
Tous ces caprices sont faits.
J’ai un bel enfant coquet
Qui me fait rire et rire.

 

VI

 

Travaille.
Travail de mes dix doigts et travail de ma tête,
Travail de Dieu, travail de bête,
Ma vie et notre espoir de tous les jours,
La nourriture et notre amour.
Travaille.

 

VII

 

Ma belle, il nous faut voir fleurir
La rose blanche de ton lait.
Ma belle, il faut vite être mère,
Fais un enfant à mon image…

 

VIII

 

J’ai eu longtemps un visage inutile,
Mais maintenant
J’ai un visage pour être aimé,
J’ai un visage pour être heureux.

 

IX

 

Il me faut une amoureuse,
Une vierge amoureuse,
Une vierge à la robe légère.

 

X

 

Je rêve de toutes les belles
Qui se promènent dans la nuit,
Très calmes,
Avec la lune qui voyage.

 

XI

 

Toute la fleur des fruits éclaire mon jardin,
Les arbres de beauté et les arbres fruitiers.
Et je travaille et je suis seul dans mon jardin.
Et le soleil brûle en feu sombre sur mes mains.

 

1918

Poèmes pour la paix

Paul Eluard

Repost0
10 décembre 2018 1 10 /12 /décembre /2018 11:28
Ode pour la paix de Jean de La Fontaine

Ode pour la paix

Jean de La Fontaine

Le noir démon des combats
Va quitter cette contrée ;
Nous reverrons ici-bas
Régner la déesse Astrée.

La paix, soeur du doux repos,
Et que Jules va conclure,
Fait déjà refleurir Vaux ;
Dont je retire un bon augure.

S’il tient ce qu’il a promis,
Et qu’un heureux mariage
Rende nos rois bons amis,
Je ne plains pas son voyage.

Le plus grand de mes souhaits
Est de voir, avant les roses,
L’Infante avecque la Paix ;
Car ce sont deux belles choses.

O Paix, infante des cieux,
Toi que tout heur accompagne,
Viens vite embellir ces lieux
Avec l’Infante d’Espagne.

Chasse des soldats gloutons
La troupe fière et hagarde,
Qui mange tous mes moutons,
Et bat celui qui les garde.

Délivre ce beau séjour
De leur brutale furie,
Et ne permets qu’à l’Amour
D’entrer dans la bergerie.

Fais qu’avecque le berger
On puisse voir la bergère,
Qui court d’un pied léger,
Qui danse sur la fougère,

Et qui, du berger tremblant
Voyant le peu de courage,
S’endorme ou fasse semblant
De s’endormir à l’ombrage.

O Paix ! source de tout bien,
Viens enrichir cette terre,
Et fais qu’il n’y reste rien
Des images de la guerre.

Accorde à nos longs désirs
De plus douces destinées ;
Ramène-nous les plaisirs,
Absents depuis tant d’années.

Etouffe tous ces travaux,
Et leurs semences mortelles :
Que les plus grands de nos maux
Soient les rigueurs de nos belles ;

Et que nous passions les jours
Etendus sur l’herbe tendre,
Prêts à conter nos amours
A qui voudra les entendre.

Jean de La Fontaine, 1679

Repost0
2 décembre 2018 7 02 /12 /décembre /2018 17:38
Est-ce ainsi que les hommes vivent : Louis Aragon

POÈME EST-CE AINSI QUE LES HOMMES VIVENT

Tout est affaire de décor 
Changer de lit changer de corps 
À quoi bon puisque c'est encore 
Moi qui moi-même me trahis 
Moi qui me traîne et m'éparpille 
Et mon ombre se déshabille 
Dans les bras semblables des filles 
Où j'ai cru trouver un pays. 
Coeur léger coeur changeant coeur lourd 
Le temps de rêver est bien court 
Que faut-il faire de mes nuits 
Que faut-il faire de mes jours 
Je n'avais amour ni demeure 
Nulle part où je vive ou meure 
Je passais comme la rumeur 
Je m'endormais comme le bruit. 
C'était un temps déraisonnable 
On avait mis les morts à table 
On faisait des châteaux de sable 
On prenait les loups pour des chiens 
Tout changeait de pôle et d'épaule 
La pièce était-elle ou non drôle 
Moi si j'y tenais mal mon rôle 
C'était de n'y comprendre rien 
Est-ce ainsi que les hommes vivent 
Et leurs baisers au loin les suivent 
Dans le quartier Hohenzollern 
Entre La Sarre et les casernes 
Comme les fleurs de la luzerne 
Fleurissaient les seins de Lola 
Elle avait un coeur d'hirondelle 

 

 


Sur le canapé du bordel 
Je venais m'allonger près d'elle 
Dans les hoquets du pianola. 
Le ciel était gris de nuages 
Il y volait des oies sauvages 
Qui criaient la mort au passage 
Au-dessus des maisons des quais 
Je les voyais par la fenêtre 
Leur chant triste entrait dans mon être 
Et je croyais y reconnaître 
Du Rainer Maria Rilke. 
Est-ce ainsi que les hommes vivent 
Et leurs baisers au loin les suivent. 
Elle était brune elle était blanche 
Ses cheveux tombaient sur ses hanches 
Et la semaine et le dimanche 
Elle ouvrait à tous ses bras nus 
Elle avait des yeux de faÏence 
Elle travaillait avec vaillance 
Pour un artilleur de Mayence 
Qui n'en est jamais revenu. 
Il est d'autres soldats en ville 
Et la nuit montent les civils 
Remets du rimmel à tes cils 
Lola qui t'en iras bientôt 
Encore un verre de liqueur 
Ce fut en avril à cinq heures 
Au petit jour que dans ton coeur 
Un dragon plongea son couteau 
Est-ce ainsi que les hommes vivent 
Et leurs baisers au loin les suivent.

 

Louis Aragon

----------------------------------

Ce célèbre poème de Louis Aragon a été changé par de nombreux chanteurs.

En voici deux  :

- Bernard Lavilliers

- Marc Ogeret

 

Repost0
25 novembre 2018 7 25 /11 /novembre /2018 20:18
Saint Exupéry dans la guerre d'Alain Vicondelet (Editions du Rocher)

Saint Exupéry dans la guerre : légendes et vérités

d'Alain Vircondelet

(Editions du Rocher - octobre 2018 - 239 pages)

----------------------------------

Saint Exupéry a été orphelin de père à l’âge de 7 ans et en a souffert toute sa vie au point de penser que sa course vers le danger et les exploits vient de là.

Au moment de la deuxième guerre mondiale, il se montre plus que jamais maniaco-dépressif. Sa relation avec sa femme Consuelo est constamment houleuse. Ses amours d'un jour ou ses relations plus suivies avec Natalie Paley ou Hélène de Vogüe, dite Nelly, entre autres, ne le satisfont pas non plus.

Ce qu'il aime par-dessus tout c’est de voler et de sortir de la littérature de salon pour faire de la littérature de l’expérience de vie. Gide l'a beaucoup encouragé à raconter sa vie d'aviateur.

La montée des périls l’inquiète car il comprend que rien ne pourra arrêter cette guerre à venir.

Il écrit et publie »Terre des hommes » juste quelques mois avant la guerre. Il obtient un franc succès en France et son livre remanié pour les américains sort aux USA en anglais. C'est un livre qui réconforte les lecteurs en ces moments de crainte d'une guerre.

Dès septembre 1939, il s'engage dans l'aviation et vit comme tous cette drôle de guerre jusqu’en mai 1940 où la guerre devient effective. Son premier raid se fait sur Arras. Et très vite une grande partie de son escadron est décimée.

Il envoie Consuelo en zone libre et lui part à New York où il s’installe au tout début de 1941. Aussitôt, il se sent très mal à l'aise dans ce qu’il voit comme un exil. Il ne croit pas aux chances de de Gaulle et ne se montre pas hostile à Pétain. Ceci lui vaudra de nombreuses inimitiés. Ses meilleurs amis français exilés aux USA sont Jean Renoir et l'actrice Annabella qu'il suit à Los Angeles en convalescence suite à une intervention chirurgicale.

Et sur demande de son éditeur américain il écrit « Pilote de guerre ».

Consuelo le rejoint à New York fin 1941 mais à son arrivée il se montre très froid avec elle.

Debut 1942 paraît en anglais aux USA "Wind, Sand and stars" qui connait aussitôt un énorme succès auprès des lecteurs et de la presse . Mais les français de New York lui sont encore plus hostiles car ce livre qui va s'appeler pour la France "Pilote de guerre", renforce leur idée qu'il est pro vichyste.

C'est alors qu’il se lance dans le dessin et la rédaction du petit prince.

Mais pour qu'il ait un peu de sérénité, Consuelo trouve une vaste maison à Northport : "Bevin House", qu'elle surnomme "la maison du bonheur ».

A l'automne 1942 il replonge dans l'enfer de New York. Mais en avril 1943, il peut enfin réaliser son rêve de servir son pays et arrive à Alger puis est transféré au Maroc et en Tunisie où il pourra voler. Il est seulement désemparé de savoir que le général Giraud a été démis au profil de son adversaire de toujours de Gaulle.

Il a un accident de vol et se voit interdit de vol. Pour lui c’est un complot monté contre lui.

Il est enfin appelé en Sardaigne pour plusieurs opérations de photographie aérienne. Il commence son entraînement sur un lightning en mai 1944. C'est comme une résurrection pour lui. Mais il prend des risques inconsidérés jusqu’à ce fatal jour du 31 juillet 1944.

------------------------

Voici résumées les 5 dernières années de la vie d'Antoine de Saint-Exupéry, objet de ce livre écrit par un des spécialistes de l'auteur, Alain VIrcondet, lequel a écrit plus de 10 livres sur lui depuis 1994.

 

Il prend ici l'angle de la guerre et de toutes les frustrations qui ont conduit le couple Antoine / Consuelo dans les plus grandes tourmentes de leur vie déjà bien difficile.

 

On comprend toutefois que leur amour est "invincible" et qu'il finit toujours pas triompher dans la douleur.

 

Mais ce qui tourmente le plus l'écrivain c'est l'inaction de la France dans cette guerre.Seulement, il ne veut pas cautionner Charles de Gaulle, dès  lors où pour Saint-Exupéry il faut combattre de l'intérieur. On comprend assez mal sa bienveillance pour Pétain et le régime de Vichy. Son exil aux U.S.A. pourrait expliquerait son ignorance des compromissions sur le terrain. Mais ses compatriotes de New York, dont André Breton, ne lui pardonnent pas son attitude à travers ses paroles et ses écrits, trop condescendants.

 

Ses seules compensations viennent de ses succès littéraires et "féminins" aux Etats-Unis, avant son "grand" retour sur le sol européen et français.

 

L'auteur donne ses propres interprétations et "preuves" à partir de la correspondance et des écrits de l'époque, dont certains inédits, pour démêler comme l'indique le sous-titre " les légendes et les réalités" et rappeler que Saint Exupéry est un écrivain à prendre au sérieux.

 

Un livre à lire par les familiers de Saint Exupéry et par ceux qui veulent le découvrir.

 

Merci à Stefania des Editions du Rocher de m'avoir adressé le livre pour le lire.

 

Bonne lecture,

Denis

 

Saint Exupéry dans la guerre d'Alain Vicondelet (Editions du Rocher)
Repost0
23 novembre 2018 5 23 /11 /novembre /2018 20:05
Les deux lauréats du premier prix André Malraux décerné ce 23 novembre 2018

J'ai reçu le message suivant de Juliette, attachée de presse du prix :

 

PRIX ANDRÉ MALRAUX

23 novembre 2018

 

Pour sa première édition, le PRIX ANDRÉ MALRAUX 2018 a été décerné :

 

- au titre du roman engagé à l’écrivain espagnol Javier CERCAS pour Le monarque des ombres aux éditions ACTES SUD

 

- au titre d’essai sur l’art, à Georges ROQUE pour Quand la lumière devient couleur aux éditions GALLIMARD.

 

En racontant le parcours de son grand oncle, mort à dix-neuf ans, après s’être engagé dans la phalange au côté de l’armée franquiste, Javier CERCAS a décidé de regarder en face le passé de son pays et de le questionner jusque dans sa propre famille et dans sa propre conscience. Homme de lettres qui a produit toute sa vie une réflexion poussée sur la littérature, Javier CERCAS nous rappelle combien l’exploration des ombres reste une démarche nécessaire pour un intellectuel engagé. Cette démarche résonne avec l’engagement d’André Malraux dans la guerre d’Espagne.

 

En proposant une réflexion originale sur la couleur et la lumière, Georges ROQUE, philosophe et historien d’art, questionne leurs rapports complexes sous le prisme de l’histoire des grands peintres coloristes comme Turner, Manet, Renoir, Monet, Cézanne, Seurat, Van Gogh, Redon, Mondrian, Matisse et Bonnard et la fascination de ces derniers pour la lumière. Par ses différents parallèles, cette réflexion singulière fait écho aux Voix du Silence d’André Malraux.

 

Le jury tient également à adresser à Roberto SAVIANO, finaliste du Prix André Malraux, un salut fraternel de soutien pour les différents combats qu’il mène avec courage et qui forcent notre admiration. À la lumière des engagements d’André Malraux dans les années 1930 en France et en Espagne au service de la Condition Humaine. Il est notre Espoir.

 

Enfin, le jury se souvient de Florence Malraux, décédée le 31 octobre dernier, de son extrême délicatesse, de son attention fidèle et de sa générosité de cœur indéfectible.
La remise du Prix aura lieu le jeudi 20 décembre. Plus de détails seront donnés ultérieurement.

 

Pour mémoire

La création du prix littéraire André Malraux est une manière de perpétuer la mémoire de cet immense écrivain dont l’œuvre reste une source de lumière, de fulgurances et d’engagements. Avec André Malraux, ce sont les valeurs d’engagement et de création artistique qui sont au rendez-vous de la Condition humaine.

 

L'œuvre de fiction sera récompensée d’un prix de 1933 euros et d'un tour du monde en avion, tandis que l'essai sur l'art recevra un prix de 1933 euros et un week-end à Washington pour visiter la National Gallery.

 

Les membres du jury sont Karin Tuil, Laurence Debray, Diana Widmaier Picasso, Hélène Sallon, Matthieu Garrigou-Lagrange, Adrien Goetz et Alexandre Duval-Stalla (président).

 

-----------------------------------------------

 

Deux livres que je lirai assurément.

Bonne découverte et bonne lecture,

Les deux lauréats du premier prix André Malraux décerné ce 23 novembre 2018
Les deux lauréats du premier prix André Malraux décerné ce 23 novembre 2018
Repost0
15 novembre 2018 4 15 /11 /novembre /2018 12:21
Dans les angles morts d'Elizabeth Brundage (Quai Voltaire)

Dans les angles morts d'Elizabeth Brundage

(Quai Voltaire - 514 pages - janvier 2018)

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Cécile Arnaud

Titre original : All things Cease to Appear (USA - 2016)

-------------------------------------

En exergue au roman : "Sous ces étoiles, il y a tout un monde de monstres évoluant en silence" (Herman Melville)

Cette phrase (et une autre de William Blake) résume bien l'esprit de ce premier roman traduit en français. 

C'est une très belle réussite car ce livre est vraiment excellent. L'auteure prend son temps pour raconter l'histoire de quelques personnages qui gravitent autour d'une ferme, lieu d'ancrage du roman.

En rentrant chez lui, George Clare a découvert le corps de sa femme, une hâche plantée dans le crâne. Manifestement, la petite Franny était présente mais elle n'a rien dit et son père a refusé que la police l'interroge, au risque de la traumatiser. C'est le sherif Lawson qui s'est collé à l'affaire.

On est alors le 29 février 1979.

Il avait recommencé à neiger. Cinq heures trente de l'après-midi. Il faisait presque nuit. Elle venait de disposer leurs assiettes quand les chiens se mirent à aboyer.
Son mari repose son couteau et sa fourchette, mécontent d'être dérangé pendant son dîner. Qu'est-ce-que c'est, encore?
June Pratt écarta le rideau et vit leur voisin sous la neige, portant l'enfant, pieds nus, dans ses bras. Aucun des deux n'avait de manteau. Apparemment, la fillette était en pyjama. c'est George Clare, dit-elle. (incipit du roman)

On repart en 1978, un an auparavant, pour comprendre comment on en est arrivé à ce meurtre, qui ne semble pouvoir être que "passionnel" !

Les Hale vivaient dans la ferme achetée par les Clare. Seulement, les parents Hale, criblés de dettes se voient dans l'obligation de se séparer de la ferme et ils se suicident, laissant Wade, Eddy et Cole orphelins.

Ce sont donc les Clare qui se portent acquéreurs plus de trois mois après la mise en vente. Et encore personne ne leur a dit ce qui s'était passé afin de ne pas les décourager d'acheter la ferme. George étant muté à l’université d'où ce choix qui n'a pas franchement plus à son épouse Cathy.

Retour un peu plus en arrière pour nous préciser qu'ils se sont connus pendant leurs études et qu'ils ont eu un coup de foudre l'un pour l'autre.

Dès que les Clare se sont installés, les frères Hale sont venus proposer leurs services sans dire que c'était leur maison auparavant.

Des sentiments plus intimes semblent se dessiner entre Eddy et Cathy, tandis que George s'intéresse à la fiancée d'Eddy. Il faut dire qu'il est plutôt "coureur", c'est en tout cas la réputation qu'il a.

Les liens entre les uns et les autres viennent compliquer les relations de "bon voisinage" à Chosen (état de New York).

La vie de chacun se révèle avec comme finalité de savoir qui est coupable du meurtre... 

Vous aurez compris que l'on est dans une sorte de "polar" mais un fil narratif à la manière de la littérature dite blanche, ce qui renforce la qualité du roman qui ne veut ressembler à aucun genre.

On sent les tensions monter entre les uns et les autres et cela devient "insupportable" car tout peut exploser à tout moment. L'auteure maintient parfaitement bien le "suspens" en avançant ses pions avec patience et efficacité.

En résumé, c'est un excellent roman, qui demande des efforts au lecteur pour ne pas craquer car il a forcément envie d'en savoir plus sur cette sordide affaire. Mais le roman fait plus de 500 pages ! Et il faut tenir.

Ce roman fait partie de la sélection du prix du balai d'or 2019 orchestré avec maestria par notre légendaire "concierge masqué" !

Bonne lecture,

Denis

Dans les angles morts d'Elizabeth Brundage (Quai Voltaire)
Repost0
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 18:01
Le Don paisible de Mikhaïl Cholokhov (Omnibus)

Le Don paisible de Mikhaïl Cholokhov (Omnibus - 1 402 pages - 1991)

Traduit du russe par Antoine Vitez

Titre original : Tikhii Don

Postface de Claude Frioux avec la contribution d'Alla Chelvelkina

-------------------------------

Ce n'est pas une erreur de ma part : 1 376 pages pour le roman composé de 8 parties et 26 pages pour le dossier.

L'auteur Mikhaïl Cholokhov (1905-1984) s'est vu honoré du prix Nobel de Littérature en 1965 et du prix Staline (!) en 1941 pour son oeuvre, la principale restant "Le Don paisible" publié entre 1928 et 1940.

La paternité du livre a été contestée notamment par Alexandre Soljenitsyne qui considérait qu'une telle "épopée" qui raconte les années 1912 à 1922 ne pouvait avoir été écrite par un écrivain qui n'avait pas pu vivre les événements racontés avec tant de détails. Le manuscrit retrouvé permet d'authentifier l'auteur, réhabilitant Mikhaïl Cholokhov

Quoiqu'il en soit, ce livre est une réelle épopée au temps de la Grande Guerre suivie en Russie par la guerre civile jusqu'en 1922 entre les "Rouges", bolcheviques et les blancs, ici les Cosaques indépendantistes, pro tsaristes pour la plupart.  

On suit un personnage principal, Grigori Melekhov, cosaque du Don, ce fleuve que l'on dit Paisible, entre autre dans les chansons "patriotiques" que les autochtones entonnent régulièrement.

Sa vie amoureuse, comme sa vie de militaire à partir de 1914, est tumultueuse. Il se montre vaillant, courageux, enragé. Issu du monde de la terre et né dans le village de Tatarski de la stanitsa Vechenskaïa, tout près du Don qui rythme la vie des habitants.

Beaucoup de pages sont consacrées aux conflits armés mais la qualité de la narration n'ennuie jamais le lecteur. De très nombreux personnages passent dans le roman et malgré cela on n'est jamais perdu.L'auteur sait nous intéresser à toutes les actions ponctuées de dialogues de haute qualité. Le fil narratif est structuré avec rigueur et ces 1 400 pages serrées dans cette édition passent avec un très grand bonheur de lecture.

J'admets que j'ai mis 80 jours pour lire l'intégralité du roman mais, à raison d'une heure par jour d'immersion dans le Don au côté de ces cosaques, c'était un vrai plaisir de lecture.J'ai terminé ce matin le roman et quelque chose va me manquer dans les jours qui viennent et je garderai longtemps à l'esprit l'aventure de ce roman.

La force du livre vient de ce qu'il n'est pas de "propagande". On va d'un camp à l'autre sans jugement de l'auteur. Il se met à hauteur de ses personnages dont beaucoup ont réellement existé et il décrit leur quotidien, leurs pensées, leurs actions et leurs sentiments.

Tantôt, ils sont prêts à devenir des "barbares", tantôt, ils s’assagissent, rêvent d'un retour dans un monde sans guerre, car pour ceux qui vont survivre comme Grigori il y aura eu 8 ans de combats acharnés, de retraites et de moments héroïques ou honteux.

Il n'y a pas de bons et de méchants, même chez les femmes, capables elles aussi de défendre leur patrimoine contre les agressions des troupes de passage,avec panache et sans vergogne, mais elles sont mères et amoureuses et elles savent être empathiques quand il le faut.

Ce livre est une belle leçon de courage et tout en étant pacifique, loin de cette guerre, j'ai vibré avec les uns et les autres,n'acceptant pas bien sûr les violences mais il fallait les replacer dans leur contexte.

Et puis, tel que dans un film,l'auteur sait prendre du recul pour nous "montrer"le rythme des saisons au bord du Don et dans la steppe avec des descriptions de la nature environnante.Ce sont là des respirations qui apaisent le propos,aident à se ressourcer comme le font les personnages.

Si vous aimez la littérature de qualité, prenez votre souffre et partez quelques semaines dans l'univers des cosaques du Don,vous ne le regretterez pas. Surtout que c'était il y a un siècle et les cosaques fidèles à leurs coutumes ont combattu à cheval, sabre en main.

Un chef d'oeuvre absolu que je voulais lire depuis tant d'années !!! Quelle belle aventure !

Bonne lecture,

Denis

 

Le Don paisible de Mikhaïl Cholokhov (Omnibus)
Repost0
1 novembre 2018 4 01 /11 /novembre /2018 17:10
Florence Malraux sur le tournage de Moderato, 1960. © Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images

Florence Malraux sur le tournage de Moderato, 1960. © Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images

 

Florence Malraux, fille d'André et Clara Malraux est décédée ce 31 octobre 2018 à l'âge de 85 ans, ont annoncé les éditions Gallimard.

"Antoine Gallimard et les Éditions Gallimard ont appris ce matin mercredi 31 octobre 2018 avec une infinie tristesse le décès de Florence Malraux à l’âge de 85 ans.
Florence Malraux, passionnée de littérature et de cinéma, a traversé le siècle en compagnie des plus grands artistes, réalisateurs et écrivains et est intervenue elle-même comme assistante sur de nombreux tournages.
Antoine Gallimard tient à saluer la mémoire de celle qui fut la fille d’André et de Clara Malraux et qui s’est attachée, avec fidélité et intelligence, à faire rayonner l’œuvre de son père dans le monde entier.
Nous nous souviendrons longtemps de sa personnalité, faite de grande gentillesse, d’humour et d’attention aux autres."

 

Hommage à cette grande dame !

Denis

Repost0
1 novembre 2018 4 01 /11 /novembre /2018 17:03
L'écart d'Amy Liptrot (Globe)  (#MRL18 #Rakuten)

L'écart d'Amy Liptrot (Globe - 334 pages - Août 2018)

Traduit de l'anglais (Grande-Bretagne) par Karine Reignier-Guerre

Titre original : The Outrun (2016 - Edimbourg)

--------------------------------

Le livre est sous-titré "roman, l'éditeur annonçant que c'est un "premier roman", mais on comprend vite que l’héroïne qui dit "je"ressemble fortement à l'auteure. Comme elle, elle est née dans une île de l'archipel des Orcades. Elle ne se cache pas que c'est une autobiographie, notamment dans un entretien qu'elle a donné :

https://www.undernierlivre.net/entretien-avec-amy-liptrot/

 

Il ne faut donc pas cacher que l'objet du livre est quelque peu "détourné" par l'éditeur et le lecteur que je suis a été quelque peu déçu car on ne lit pas de la même manière une fiction et une "non-fiction".

Toutefois, le livre n'est pas sans intérêt. Bien au contraire : on découvre une région oubliée de la terre, une faune tout autant originale. Mais, je me suis ennuyé tout de même plus d'une fois. Les deux tiers du livre m'ont paru interminables. Je le répète : je ne m'attendais pas à vivre, sous la forme d'un "reportage" de plus de 200 pages sur les Orcades.

"L'écart" est une bande de terre côtière dans la ferme où elle a passé son enfance, ses parents ayant fui l'Angleterre pour s'installer "loin du monde et du bruit".

Le père est bipolaire, faisant régulièrement des séjours en hôpital psychiatrique. Amy a eu envie de fuir cette tranquillité relative, car ici, c'est le vent, le mauvais temps la plupart du temps qui sévit et à 18 ans on a envie de vivre autre chose que de contempler la mer et les oiseaux.

Alors Amy va rejoindre son frère à Londres. Et c'est très vite une expérience catastrophique pour elle. Ses études s'en ressentent fortement. Elle s’enivre quotidiennement, ne réussissant pas à rester en colocation, tellement elle est bruyante, désagréable dans ses moments "hystériques". Elle tente plusieurs sevrages mais en vain. Son amant la quitte, les aventures d'une nuit ne lui apporte aucun réconfort.

Et à un moment, elle entend reprendre sa vie en main. Et cette fois-ci, elle réussit à ne plus boire. Elle décide en conséquence de rentrer chez elle, là-haut dans les Orcades. Et c'est une réelle résurrection pour elle. Elle s'installe dans la caravane de son père, travaille avec lui.

Elle réussit à obtenir un travail de vacances : 

 

 

Bien que j'aie envoyé ma candidature sans y croire, j'ai obtenu le poste proposé par la RSPB, dans lecadre de la Corncrake Initiative, un plan national d'action visant à favoriser la conservation du râle des genêts. Repoussant une fois de plus mon retour à Londres, je suis donc restée travailler aux Orcades pendant l'été.

Râle des genêts

Râle des genêts

Elle va arpenter l'île pour repérer ces oiseaux, les observer et ainsi les répertorier.

Ce travail la fascine d'autant qu'elle a des contacts avec les autochtones. Et même si elle pense souvent à l'alcool, elle résiste et elle va atteindre ainsi deux ans sans boire une goutte d'alcool.

La seule attente du lecteur est de savoir si elle va tenir jusqu'au bout de son périple de plusieurs mois dans l'archipel, car elle circule beaucoup d'une île à l'autre.

Ce livre pourrait s'approcher de la "nature writing" et c'est là sa grande qualité mais ne cherchez pas de la fiction ici. Je le répète, ce n'est pas un roman, en déplaise à l'éditeur.

Lisez-le pour partir vers d'autres horizons mais vous verrez qu'il faudra le lire lentement, à petites doses.

Merci à Rakuten d'avoir organiser ce "match de la rentrée", auquel je participe depuis plusieurs années.

#MRL18 #Rakuten)

Juste déçu de n'avoir pas réellement aimé ce livre aux qualités d'écriture malgré tout.

Bonne lecture,

Denis

L'archipel des Orcades

L'archipel des Orcades

L'auteure : Amys Liptrot

L'auteure : Amys Liptrot

Repost0
27 octobre 2018 6 27 /10 /octobre /2018 17:10
Effet de la lecture selon Kafka

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***