Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 octobre 2016 7 30 /10 /octobre /2016 21:18
L'insouciance de Karine Tuil (Gallimard)

L'insouciance de Karine Tuil

(Gallimard - septembre 2016 - 524 pages)

--------------------------------------

Dixième roman de Karine Tuil, publié en cette rentrée littéraire.

Un roman fort au cœur des "ténèbres" de l'âme humaine.

Trois hommes sont au centre de ce roman : Le lieutenant Romain Roller meurtri par son passage en Afghanistan ; François Vély, un homme d'affaires dont le passé n'est pas très sain et Osman Diboula, noir des banlieues dont l'ascension politique ne plait pas à tout le monde.

Trois hommes dont les récits vont se recouper, puisqu'ils vont tous les trois se rencontrer en diverses occasions. La narration alterne de manière continue les moments de chacun en un même temps et en courts chapitres.

Quatre parties de longueur inégale pour raconter ces tensions, ces drames qui vont surgir à la manière d'un thriller, tellement on est happé par ces tourmentes. De courts chapitres pour dire tout cela !

 

L'Afghanistan a été envahi suite aux attentats du 11 septembre 2001, nous rappelle l'auteur en préambule.

1/ Retour d'Afghanistan 

Tous les afghans étaient des ennemis potentiels. Il y a eu des morts innocentes. Et puis des camarades de combat morts ou gravement blessés. Romain Roller fait partie des rescapés qui ont eu droit à un débriefing dans un hôtel de luxe sur une île à Chypre. Mais le mal est fait. 

François Vély a presque tout réussi dans sa vie. Il est riche et influant dans le monde des affaires. Et il a rencontré la jeune romancière et journaliste Marion Decker laquelle est actuellement à Chypre où elle croise Romain déboussolé. Ils font l'amour avec fougue mais avec désespoir.

Quant à Osman Diboula il a vécu à Clichy au moment des émeutes de 2005. Alors il fait de la politique avec difficultés du fait de sa condition de noir autodidacte. Et puis il est déchu, renvoyé de son poste à l'Élysée. 

A Chypre Osman croise Romain qu'il a connu à Clichy.  

François a voulu faire la surprise de venir à la rencontre de Marion qui se montre très désagréable avec lui en lui faisant comprendre que quelque chose est cassé entre eux. 

Elle lui dit que son fils Thibault est en passe de devenir juif intégriste et sa fille Domitille dit qu'elle le hait depuis son blog. Il est effondré et préfère rentrer à Paris. 

Marion revoit à Paris Romain. Il se rend compte ensuite que dans leurs moments de grande intimité il lui a révélé des secrets militaires. 

Quant à Issa, un grand ami de Osman, il lui raconte son engagement  contre le racisme et la discrimination. 

2/L'affaire 

Un article est paru dans la presse sur François après qu'il ait donné un entretien à un jeune journaliste. Mais ce qui fait scandale c'est que la photo prise le voit assis sur une chaise d'art moderne représentant une femme noire offerte avec vulgarité (cette chaise exige réellement).

Tout de suite la presse et les réseaux sociaux crient au scandale raciste susceptible de faire s'écrouler les ventes du groupe et le projet de fusion en cours. Il obtient le soutien tactique de son futur associé américain mais cette photo est vraiment insultante. Osman ressent la même chose. Lui et ses amis noirs se sentent frustrés par le racisme ambiant qu'ils subissent sans cesse.

Quant à Romain il continue à dériver dans ses angoisses post-traumatiques. Il finit par consulter un psychiatre car sa femme Agnès n'en peut plus de vivre ainsi auprès de lui. D'ailleurs elle part s'installer chez sa mère. Son seul réconfort il le trouve avec Marion quand ils passent trois jours ensemble à la montagne. Mais elle culpabilise de laisser ainsi François quand il a tant besoin d'elle. 

Sophie Kazal, la maîtresse cachée de François il y a quelques années affiche alors qu'elle a été contrainte par lui de coucher avec le patron new-yorkais Daniel Dean celui-là même qui doit signer la fusion avec son groupe. Le scandale est évité mais François est plus que jamais seul. On le traite de juif à présent puisque sa famille a changé le nom de Levy en Vély. 

Romain a la surprise de voir sa femme et son fils de retour à la maison. Alors il comprend qu'il ne pourra pas les quitter et il répond aux SMS enflammés de Marion qu'il vaut mieux qu'ils cessent leur relation. Mais il ne s'y résigne pas et la nuit avant d'aller la rejoindre et après avoir tout dit à sa femme son syndrome revient. Il tire dans la maison. La police avertie l'arrête et Agnès signe son internement en hôpital psychiatrique. 

Osman, conseillé par une amie, a écrit un article pour défendre François contre le racisme ce qui lui vaut les éloges de la presse et de certains politiques. Et il est appelé par le président de la république pour se voir nommé secrétaire d'état aux affaires économiques étrangères. François se voit écarté de la fusion mais va partir avec la délégation française qui se rend en Irak conduite par Osman.

Romain décide de partir pour l'Irak sous couvert d'une entreprise de sécurité qui recherche de fortes têtes pour intervenir là bas. 

Tous les protagonistes se retrouvent en Irak. Je n'en dirais pas plus sur cette partie qui annonce la fin du roman dans un climat de guerre et de tensions psychologiques extrêmes.

 

On est réellement transportés par l'intrigue qui devient de plus en plus intense. Un vrai roman noir.

Ces trois hommes ont été entraînés presque malgré eux dans les dérapages de leur vie.

Rappelons-nous la définition de l'insouciance :

 

 

  • Qui ne se préoccupe pas de quelque chose, ne s'en inquiète pas : Insouciant du danger.

  • Qui manifeste un esprit qui ne se soucie de rien : Mener une vie insouciante.

  • En savoir plus sur http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/insouciant_insouciante/43381#3QZbmkxx6TXBs1OG.99

 

Un roman de haute facture que je recommande vivement.

 

Merci à Alexia de Rakuten Price Minister pour ce "match de la rentrée littéraire"   #MRL16.

 

Bonne lecture

Denis

 

 

 

 

 

 

L'insouciance de Karine Tuil (Gallimard)
Repost 0
25 octobre 2016 2 25 /10 /octobre /2016 19:33
Notre blog fête aujourd'hui ses 8 ans !

Notre blog a aujourd'hui 8 ans.

Notre bonheur de lire pendant cette période a été intense.

Ici nous avons publié 4 746 articles.

Nous avons reçu 2 743 456 visites pour un total de 4 905 294 pages vues, soit près de 2 pages par visiteur.

Nous avons l'intention de continuer plus que jamais à faire vivre ce blog, qui, nous l'espérons vous apporte quelques bonnes nouvelles littéraires, quelques méditations à partir des citations...

Merci à tous nos fidèles lecteurs et lectrices ainsi qu'à l'audience que nous avons également via la page Facebook du blog.

Vive la culture et la lecture !

 

Repost 0
Published by DENIS ET FABIENNE - dans SALONS - ANNONCES DIVERSES
commenter cet article
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 16:34

 

26 octobre 2016 - Communiqué

 

A six mois de l’élection présidentielle, Télérama pense essentiel de replacer la culture au cœur du débat d’idées. Pour qu’elle fasse jubiler la démocratie et l’intelligence.

L’objectif ? Joyeux et volontariste ! Montrer combien la culture, implantée dans notre pays comme nulle part ailleurs dans le monde, peut être non seulement porteuse de création, d’art et de réflexion mais aussi faire lien entre nous, à l’heure dangereuse où l’espérance nationale s’essouffle.

 

Les Etats Généreux de la Culture en quatre étapes

Un site contributif et participatif (etats-genereux.telerama.fr) où chacun peut déposer ses idées, remarques et expériences. Professionnels et particuliers échangent sur les quatre thématiques des Etats Généreux de la Culture : « Faire ensemble », « Internet et écrans », « Une autre politique » et « Sortir de l’entre soi ». Ce site nourri et modéré, fait d’ors et déjà émerger des initiatives innovantes. Autant d’idées que Télérama contribue à rendre public.

 

Un numéro de Télérama entièrement consacré à la culture qui fleurit partout en France le 26 octobre, et des articles concernant chaque ville qui accueillera les journées des Etats Généreux de la Culture dans les numéros des 9 et 16 novembre et 3 et 10 décembre.

 

Quatre journées de débats dans quatre villes françaises – mais aussi des forums, des trocs culturels – organisées par Télérama en collaboration avec tous les acteurs (professionnels, médias, amateurs) de la culture des villes participantes :

Le 19 novembre à Lyon, à l’Institut Lumière

Le 26 novembre à Marseille, au Mucem

Le 3 décembre à Paris, au CentQuatre

Le 10 décembre à Lille, au Théatre du Nord

 

Un livre blanc remis aux politiques en février 2017. A deux mois des élections présidentielles, Télérama dressera le bilan de toutes les propositions avancées dans les débats et rencontres, et sur son site etats–genereux.telerama.fr. Les conclusions seront officiellement présentées à la ministre de la Culture. Et aux candidats de l’élection présidentielle, afin qu’ils en tirent profit et comprennent l’enjeu essentiel qu’est la culture pour la société.

 

Informations

Téléphone : 01 55 30 55 98

Mail : etatsgenereuxdelaculture@telerama.fr

Repost 0
24 octobre 2016 1 24 /10 /octobre /2016 16:18
Citation d'Albert Einstein sur le sens à donner à sa vie
Repost 0
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
16 octobre 2016 7 16 /10 /octobre /2016 19:29
Le chuchoteur de Donato Carrisi (Le livre de Poche)

Le chuchoteur de Donato Carrisi

(Le livre de poche - juin 2011 - 575 pages)

Traduit de l'italien par Anaïs Bokobza

Première édition France : Calmann-Lévy - 2010

Titre original : Il suggeritore (Milan - 2009)

-------------------------------------------------

"Le chuchoteur" est le premier roman de Donato Carrisi, né en 1973. Juriste, spécialisé en criminologie et en sciences du comportement, on sent l'importance de son métier dans la manière de raconter l'histoire.

 

Cinq fillettes de sept à treize ont disparu ces derniers jours : Debby, Anneke, Sabine, Melissa et Caroline. Goran Gavila, criminologue a été appelé par la police après que cinq bras aient été retrouvés enterrés dans une clairière au milieu des bois. C'est l'inspecteur-chef Roche qui dirige l'enquête. Seulement soudain on en dénombre un sixième.

Mila, femme flic, a sauvé Pablo et Élisa des mains de leur ravisseur, leur maître de musique, qu'elle pousse au suicide. Élisa était sa prisonnière depuis longtemps et ses parents avaient fait le deuil la croyant morte. Une autre fillette était inscrite sur un carnet du maître de musique. Mila a donc sauvé trois jeunes. Mais là son supérieur lui dit d'aller rejoindre l'équipe qui enquête sur la mort des six enfants. Après avoir lu le dossier et vu les photos, une marque sur le bras lui fait dire que la sixième victime connaissait la première.

Alexander se retrouve au poste de police pour défaut de carte grise. Les policiers ne savent pas ce que contient son coffre. Mais peu après, de par l'odeur, un cadavre de fillette est découvert. Et quand Mila, Goran et toute l'équipe arrivent, Alexander s'est donné la mort dans sa cellule.

Tout paraît propre dans la maison d'Alexander comme le corps de Debby autopsié. Veronica, sa femme, ne sait rien des agissements de son mari. Goran voit qu'il était collectionneur de papillons. Et un message sur le répondeur semble ressembler à des aveux.

Le lendemain Veronica avoue que son mari avait une maîtresse du nom de Priscilla. Elle leur donne son adresse mais les policiers découvrent un appartement inhabité et les empreintes sont celles d'Alexander. Ils se concentrent sur son ordinateur qui finit par "parler". En fait ils arrivent sur un "chat" se rendant compte, en répondant, que leur interlocuteur est un enfant.

Mila est allée dans la chambre de Debby au collège espérant trouver des indices sur sa soeur de sang. Ne trouvant rien elle appelle Goran et ensemble ils refont le parcours des victimes pour conclure que la sixième ne serait pas morte malgré l'amputation puisqu'elle a eu des médicaments pour ralentir voire arrêter l'hémorragie.

Les enquêteurs suivent un signal GPS qui les amène dans un orphelinat désaffecté où ils trouvent le cadavre souriant de Anneke.

Ce nouveau corps suscite bien des interrogations. Il y a de fortes chances que le tueur en série ait été pensionnaire de cet orphelinat. Ils en viennent à exhumer le corps d'un des élèves mort ici de méningite.

Le prêtre qui vit encore ici s'avère être celui qui a tué cet élève. Mila qui revient sur les lieux seule est droguée par lui et quand il veut la jeter dans un précipice elle se défend et c'est lui qui tombe. Elle y a perdu un bras.

Un troisième corps est retrouvé dans la maison d'un dentiste de Capo Alto, déposé pendant qu'il était parti en vacances.

Sabine a été identifiée comme la troisième enfant morte.

 

On a compris alors que les cinq cadavres vont se révéler à nous avant que l'on comprenne l'énigme du 6e enlèvement et plus encore qui est ce criminel qui semble téléguider l'affaire commençant de plus les agissements de la police.

 

Goran et Mila sont très "futés" pour avancer conjointement dans l'enquête, comme si le fait qu'ils viennent de l'extérieur, leur donne une force supplémentaire pour faire jaillir de nouvelles pistes.

 

Un thriller à rebondissements, un peu long sur la fin, mais qui reste un très bon roman où la psychologie a sa place pour arriver à comprendre mieux qui est ce "serial killer".

 

Bonne lecture,

Denis

 

Livre lu dans le cadre du "mois italien"  que vous pouvez retrouver sur Facebook.

Le chuchoteur de Donato Carrisi (Le livre de Poche)
Le chuchoteur de Donato Carrisi (Le livre de Poche)
Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
13 octobre 2016 4 13 /10 /octobre /2016 18:09
Un fauve d'Enguerrand Guépy (Editions du Rocher)

Un fauve d'Enguerrand Guépy

(Editions du Rocher - 191 pages - 13 octobre 2006)

-----------------------------------------

Enguerrand Guépy, romancier et metteur en scène, né en 1974, nous livre son quatrième roman, "Un Fauve".

Il raconte la dernière journée de l'acteur Patrick Dewaere qui s'est suicidé le 16 juillet 1982.

 

 

Tout le monde l'appelle le fauve le comparant à un tigre. Et pourtant sa vie est devenue sobre, calme. Il s'est sevré et n'a plus d'addictions aux drogues. Il est de retour à Paris pour incarner Cerdan.

Ce matin il a reçu un appel sans message de sa femme. Il part donc en taxi au club 13, siège de la production. 

 

Il a décidé de se mettre à fond dans la peau de Cerdan et se met à distance des autres qui doivent continuer à penser qu'il est un type bizarre, farfelu. Claude Lelouch a fait son discours de début de tournage. Évelyne Bouix est là pour incarner Piaf. Il ne l'apprécie franchement pas. 

 

Ils partent près d'un étang où se tourne la première scène. Il se met en position de boxeur à l'entraînement. Puis c'est le retour au Club où les attend un buffet. Il commence à se détendre dans la voiture car jusqu'alors il est resté distant surtout avec Evelyne. 

Les clients du club le voient comme une star quand il rentre aux côtés de Claude. Il reste sobre pendant le repas comme il se l'est promis. Le fauve est devenu sage et Claude a bien vu qu'il sera parfait dans le rôle de Cerdan. 

 

Sa femme l'appelle pour lui dire qu'elle aime Mich et qu'elle le quitte. Alors il sent en lui que quelque chose vient de changer. 

Le chauffeur de taxi qui l'avait pris en charge le matin voit bien en ce début d'après-midi que l'acteur n'est plus le même. Il s'est renfermé sur lui-même. 

Il a souffert dans sa jeunesse d'être un batard. Il n'a jamais su qui était son père biologique. 

 

Patrick a du mal à faire à pied les derniers mètres qui doivent le conduire jusqu'à chez lui tellement l'amertume est forte en lui. Mich a brisé son amitié en s'accaparant Elsa. 

 

Claude croit en cet enfant terrible du cinéma et ce film en fera une gloire "hollywoodienne" avec ce film. Quand Claude apprend le suicide, il se précipite au domicile de Patrick et comprend que tout s'écroule. Il va lui falloir repenser son film et il culpabilise alors qu'il n'y est pour rien dans cette mort. 

 

Vous aurez compris qu'il n'y a aucun suspens dans ce roman puisque l'on connait bien le destin tragique de ce genre prodige du cinéma, Patrick Dewaere considéré comme un "mauvais garçon". Il en souffre car il a tout fait pour changer, mais dans le monde du cinéma les étiquettes vous collent à la peau pour longtemps, voire toujours.

 

​La trahison de l'ami Mich (Michel Colucci dit Coluche) lui est insupportable. Il rumine tout cela avant de décider de mettre fin à tout cela, alors qu'il sentait combien ce rôle de Cerdan lui collait à la peau.

 

​Le roman reprend tous ces moments d'une journée qui aurait dû être heureuse sans cette terrible nouvelle.

​On se laisse conduire dans la peau de Dewaere pour mieux le ressentir. On ne peut qu'avoir de l'empathie pour lui, surtout après l'appel téléphonique :

 

​(Page 80) : "- C'est fini. Mich et moi nous nous aimons d'un amour sans égal. Jamais je n'ai ressenti cela. Ne m'en veux pas. Tu sais très bien que c'est trop compliqué entre nous. Je fais ce que je peux avec ce que je suis. Adieu. // La voix lui raccroche au nez. Il demeure un long moment figé, le combiné en main. Il se passe lentement la main sur le visage en pressant ses joues. A présent, il regrette d'avoir rasé sa barbe et sa moustache".

 

​Si vous avez aimé cet acteur ou si vous voulez le découvrir, lisez ce livre qui nous replonge dans ce mois de juillet 1982 où Claude Lelouche croyait si fortement à ce film "Edith et Marcel"... Et Dewaere au renouveau de sa carrière..

 

​Merci aux "Editions du Rocher" de m'avoir adressé ce livre en avant-première.

 

Bonne lecture,

 

​Denis

 

Un fauve d'Enguerrand Guépy (Editions du Rocher)
Repost 0
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 19:41
Citation d'Albert Camus sur le "coin de solitude"
Repost 0
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
7 octobre 2016 5 07 /10 /octobre /2016 16:51
Le ciel volé (Dossier Renoir) d'Andrea Camilleri (Fayard)

 

Le ciel volé - Dossier Renoir d'Andrea Camilleri

(Fayard - septembre 2010 - 108 pages)

Traduit de l'italien par Dominique Vittoz

Titre original : Il cielo rubato (Skira - Milan - 2009)

-----------------------------------------

Roman épistolaire puis enquête policière pour ce roman très court mais de grande intensité à l'écriture remarquable.

 

 Michele Riotta reçoit une lettre d'Alma Corradi qui lui dit avoir lu le livre qu'il avait écrit dans sa jeunesse, sur Renoir.

 

Il se souvient alors que son livre vient de sa grand-mère qui lui avait dit avoir transporté des pots de peinture pour que Renoir puisse repeindre "le baptême de Jésus" dans l'église de Capistrano. Et l'ange avait le visage d'Aline Charigot une des muses du peintre. 

Il avoue être veuf, notaire bientôt à la retraite et que ce livre a été le seul qu'il ait écrit en 1960, passé complètement inaperçu. 

 

Une belle amitié semble se nouer entre eux. Elle lui envoie sa photo puis lui dit qu'elle voudrait le rencontrer. Michele tombe sous le charme et encore plus quand elle lui envoie une photo d'un tableau qu'un ami a fait d'elle nue et où on voit bien son anatomie.

Elle refuse ensuite de lui téléphoner et ajourne tout déplacement vers Agrigente où il vit. Elle le traite de menteur quand il lui dit que Renoir n'est jamais venu à Agrigente  (à l'époque Girgenti).  

Elle dit avoir rencontré à Venise un de ses anciens clients qui a très mauvaise opinion de lui. Il aurait acheté à bas prix un terrain à un agriculteur alors qu'en fait il dit l'avoir acheté plus cher que sa valeur pour permettre au vendeur d'avoir l'argent pour vivre ses dernières années auprès de son fils en Allemagne. 

Elle le titille encore sur le séjour de Renoir à Girgenti mais finit par lui donner un rendez-vous. 

Sa lettre suivante commence par "mon amour". Et il a su que ses nombreux voyages en Italie sont le fait qu'elle est galeriste d'art. Et elle lui propose d'écrire un livre avec elle et qu'elle signerait prouvant que Renoir est bien venu à Girgenti, avec de fausses preuves à l'appui. 

Alma vient rejoindre Michele amoureux fou d'elle pour écrire ce livre. 

Mais c'est Giorgio le neveu de Michele qui raconte la suite de l'histoire de son oncle.

 

​C'est alors que commence une enquête policière. Mais gardons le silence pour ne pas effleurer la fin du roman.

 

​Une grande clarté de ton rythme ce livre où l'on ne s'ennuie jamais. On entre indirectement dans l'univers du grand Pierre-Auguste Renoir, ne sachant pas réellement si le peintre est venu ou non peindre à Girgenti (Agrigente).

 

​Un petit "grand" livre à déguster par un auteur sicilien né en 1925 près d'Agrigente.

 

​Un auteur à recommander et je lirai d'autres livres de lui  Une quarantaine de livres sont traduits en français. 

 

Bonne lecture,

 

​Denis

 

​Livre lu dans le cadre du mois italien à retrouver sur facebook.

Le ciel volé (Dossier Renoir) d'Andrea Camilleri (Fayard)
Le ciel volé (Dossier Renoir) d'Andrea Camilleri (Fayard)
Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
4 octobre 2016 2 04 /10 /octobre /2016 16:12
La correction d'Elodie Llorca (Rivages)

La correction d'Elodie Llorca

(Rivages - mai 2016 - 188 pages)

Prix Stanislas du premier roman 2016

------------------------------

 

François a été embauché comme "retoucheur pour fautes de frappe" à la revue du Tellière par Reine une femme d'environ 45 ans plutôt nerveuse.

A présent il la soupçonne de laisser passer les coquilles qu'il corrige pour le piéger. Comme Il note dans un carnet toutes ses corrections sa méthode de contrôle est imparable pour lui.

Il essaie de savoir si elle a des intentions particulières mais elle ne laisse rien transparaître.

Lors d'une pause il capture un oiseau et le garde dans sa poche jusqu'à son retour chez lui où il doit retrouver son épouse Marie.

Marie lui a mis un mot qu'il fallait qu'ils se parlent. Et elle laisse tout le temps traîner son journal pour qu'il lise ce qu'elle y met. 

Il retourne au travail avec l'oiseau attendant ce moment où parler rappellera la tension de leur couple.

La mort de sa mère il y a sept mois l'a profondément marqué. Heureusement Marie a bien géré son désarroi surtout qu'elle est morte brusquement sous ses yeux.

Leur dimanche à Fontainebleau se passe dans le silence...

Retour difficile au bureau toujours avec l'oiseau dans sa poche, le seul compagnon de sa solitude...

 

​Le couple va mal, l'ambiance au travail est celle de la suspicion. Quand tout semble aller mal, ce petit oiseau est une porte de sortie pour François.

Porté par une belle écriture, simple mais efficace, ce roman est de très bonne qualité. La fin est un peu longue et répétitive. Mais l'ensemble reste très cohérent.

Premier paragraphe du roman :

"Depuis quelques temps, je soupçonnais ma patronne de volontairement introduire quelques coquilles dans la copie afin de pouvoir me prendre en faute. J'avais ce jour-là relevé le mot roulure étrangement susbtitué à celui de coulure. J'avais corrigé ce document la veille et alors que je m'apprêtais à le lui apporter, mes yeux étaient venus buter sur cette coquille, flangrante, posée là, au coeur du texte. Je fus stupéfait à la vue de ce mot qui se détachait nettement du reste. Je n'avais pas pu laisser passer cette erreur grossière lors de ma première lecture".

 

Elodie Llorca est dramaturge, comédienne et scénariste. Ce roman qui vient d'être primé à Nancy est son premier roman, plutôt réussi.

 

La correction d'Elodie Llorca (Rivages)
Repost 0
3 octobre 2016 1 03 /10 /octobre /2016 17:09
Ouragan de Laurent Gaudé (Actes Sud)

Ouragan de Laurent Gaudé

(Actes Sud - 189 pages - Août 2010)

----------------------------------

Que dire de ce livre ?

 

 

Josephine Linc. Steelson, la vieille négresse presque centenaire a compris avant tout le monde ce mardi matin que le vent qui s'est levé annonce un drame d'ampleur exceptionnelle. Quelques heures plus tard la radio et la télévision confirment qu'un ouragan approche. Les prisonniers pourtant excités ce matin au point d'aboyer en voyant le pasteur venir vers leurs cellules se disent que cet ouragan ne changera rien à leur vue présente d'enfermement.

Keanu Burns a quitté la nouvelle Orléans il y a six ans se séparant de Rose. Depuis elle a eu un enfant Byron et vient de se voir supprimer une pension par le tribunal pour avoir dit que l'homme qui devait être condamné à lui en payer une n'était pas le père.

Keanu vient de vivre un drame sur une plateforme pétrolière au Texas et il vient de décider de retourner auprès de Rose. C'est ce qu'il a dit au téléphone à Byron il y a peu de temps. Rose est affolée.

Et l'ouragan qui s'annonce!!

Ceux qui n'ont pas de moyens de quitter la ville doivent se barricader chez eux ce que fait Rose. Josephine, elle, s'est cachée car elle ne veut aucune aide de qui que ce soit.

Keanu roule à contre sens de ceux qui fuient mais il a trouvé une petite route qui passe par les bayous. Il parvient à rejoindre Rose malgré la violence de la pluie et du vent. Les prisonniers voient l'eau monter dans leur cellule mais une coupure d'électricité leur permet d'ouvrir la porte et ils sont neuf à s'enfuir avant d'être interpellés dans la rue par des policiers alors que le silence est soudain apparu.

Pendant que Rose et Keanu ont fait l'amour Byron s'est enfui de la maison et a été recueilli pendant un moment par Josephine. Les prisonniers ont réussi à échapper aux policiers et de sont emparés d'armes dans une armurerie...

 

Voilà une parties des faits que j'ai relevés, arrêtant de les noter par lassitude.

Ce roman est passé complètement à côté de ce que j'en attendais. L'ouragan, Katrina, n'est pas nommé mais on a compris que c'est lui qui est là. Il est malgré tout presque absent de l'intrigue car on comprend vite que le livre aurait pû se passer n'importe où.

 

On pourrait être sur un plateau de tournage à Hollywood d'un film de série B, kitch. Il n'y a pas d'âme et de conscience du danger dans ce roman. On vit comme s'il n'y avait pas d'ouragan.

Keanu roule contre vents et marées (c'est le cas de le dire ici) puis il fait l'amour avec Rose en pleine tempête, au point que le petit Byron s'évade. Le pasteur devient fou !

Ouvrir une porte de prison quand l'eau a envahi les cellules me paraît relever du miracle !!!

Seule Josephine comprend ce qui se passe et a décidé de rester "libre" malgré ce nouvel ouragan ! Elle en a vu passer tant !

 

Ce livre m'a ennuyé et je n'y ai trouvé aucun intérêt. Alors, oui, il y a le style bien lissé, à la manière "Actes Sud".Mais cela ne suffit pas pour me faire aimer ce livre, plutôt conte qu'autre chose.

 

Je vous renvoie au sublime "Landfall" d'Ellen Urbani, qui, lui est documenté pour rendre admirablement l'ambiance sinistre de Katrina.

 

J'ai rarement détesté un livre autant que celui-ci qui m'a indisposé dès le début.

 

Lecture faite en commun avec Marjorie Littérature qui avait aimé au début mais qui, je pense, a fini par me rejoindre sur les travers de l'intrigue mal ficelée. On croirait un brouillon de roman.

 

Denis

Repost 0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***