Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 09:03


                                         Célébration de la lecture

                        La Renaissance du Livre - Beaux-Arts



                                                                       Célébration de la lecture



 
Un ouvrage original, illustré de plus de 100 tableaux qui mettent en scène l’écrit, la lecture, la lettre... depuis le Moyen-Âge jusqu’à nos jours.
Texte : Colette Nys-Mazure
Colette Nys-Mazure vit à Tournai (Belgique). Poète, auteur d'essais et de nouvelles, elle a publié de nombreuses ouvrages de poésie, dont une anthologie, Feux dans la nuit (La Renaissance du Livre, 2003), des textes de prose poétique, dont Célébration du quotidien (Desclée De Brouwer), un recueil de nouvelles, Sans y toucher (La Renaissance du Livre, 2004)
Parution Belgique : 20/11/2008
Parution France : 21/11/2008




                                    
                                             Hôtel Métropole

                                        La Renaissance du livre - Patrimoine




                                                       Hôtel Métropole

                                                   

        
Figure incontournable de l’hôtellerie bruxelloise, le Métropole accueille, au cœur de la ville, depuis 1894 et dans un décor prestigieux, les visiteurs du monde entier.

Fruit de la rencontre entre la gestion dynamique et innovante de ses propriétaires, la famille Wielemans, et du talent remarquable de l’architecte Alban Chambon, le Métropole n’a pas seulement reçu depuis plus d’un siècle les plus grandes personnalités de passage à Bruxelles – chefs d’État, entrepreneurs et artistes – mais il a également joué un rôle actif dans le rayonnement intellectuel de la capitale en accueillant des congrès scientifiques de renommée mondiale. Le plus célèbre d’entre eux vit notamment, en 1911, la présence en ses murs d’Albert Einstein et de Marie Curie.

Comment peut-on allier, depuis cent ans, tradition et modernité dans un secteur hôtelier tourné en permanence vers l’innovation ?
Cet ouvrage très illustré permet, à l’aide de témoignages, et grâce à la consultation de documents d’époque, de se plonger dans l’ambiance exceptionnelle d’un des hôtels les plus célèbres de Bruxelles.
Texte : Virginie Jourdain
Virginie Jourdain est née en 1982. Licenciée et agrégée en Histoire de l’Université Libre de Bruxelles depuis 2005, elle a obtenue l’année suivante un mandat d’aspirante auprès du Fonds National de la Recherche Scientifique. Elle a également suivi une formation spécialisée en Gestion Culturelle. Elle travaille actuellement sur une thèse portant sur l’étude de l’hôtellerie à Bruxelles de 1880 à 1940. Elle a publié en 2008 aux Archives de la Ville de Bruxelles : “L’hôtel Bellevue (1776-1905). Précurseur de l’hôtellerie de luxe à Bruxelles”.
Parution Belgique : 28/11/2008






                                      Frans Masereel  - Biographie

                                                                      Labor Littérature


                                  Frans Masereel



Lié d’amitié avec Henry Van de Velde, Stefan Zweig, Thomas Mann, Romain Rolland, Roger Martin du Gard, Frans Masereel (1889-1972) fut peintre, dessinateur, illustrateur et, surtout, « maître graveur ».

Xylographe de réputation internationale en raison de ses « romans en images » relatant des histoires sans paroles, pleines d’humour et de poésie, Masereel compte parmi les grands maîtres des arts graphiques dans l’Europe de l’entre-deux-guerres. L’Allemagne, les États-Unis mais aussi la Chine ont reconnu à sa juste valeur cet artiste engagé dans la lutte contre l’oppression et la violence. Il vécut la majeure partie de sa vie à Paris, à Genève et à Nice.

Première biographie complète de cet artiste belge du XXe siècle, basée pour une grande partie sur des documents inédits (correspondances, journaux intimes), ce livre est aussi le tableau d’une époque. De Gand, dont on sait le rôle essentiel pour la grande génération créatrice du Tournant du Siècle, à la Côte belge, où se retrouve l’Europe aisée d’avant 14 ; puis de Genève où se réunissent les pacifistes et internationalistes au Paris des années folles et au Moscou stalinien avant de plonger dans la zone dite libre de la France vaincue par les armées nazies…

Les nombreuses œuvres reproduites accompagnent la redécouverte de ce maître du noir et blanc qui fut un humaniste, un pacifiste, un socialiste indépendant et un artiste engagé de dimension européenne.

Essai : Joris van Parys
Rédacteur dans une maison d’édition à Anvers, puis traducteur auprès du Conseil des Ministres de l’Union européenne, Joris van Parys (1944) a reçu le Prix ABN AMRO 2007 pour la biographie de Cyriel Buysse après avoir été deux fois primé pour la présente biographie.
Parution Belgique: 28/11/2008
Parution France: 26/02/2009


Fabienne
Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 13:49


Carte de Belgique afin de mieux situer où se trouve Tournai ( N° 16 dans le Hainaut Occidental )


                                       



  

                                                          Armoiries de la ville de Tournai






                                                         







                                                                      L'Hotel de Ville







                      Vue de l'eglise Saint - Quentin située sur la Grand-Place de Tournai






                                  Grand - Place de Tournai , vue du Beffroi  & cathédrale






                                                                         Cathédrale Notre - Dame






                                                                     Autre vue de la cathédrale







                                               Vue du Beffroi qui a été magnifiquement restauré




 


                         



                                              Vue du Fort Rouge  , j'habitais juste en face ...



                         

                               
                                                                 Vue du Pont des Trous



                                

                                                                                
                                                                             Tour Henry VIII



                 

                  
                                                       Vue aérienne de la Tour Henry VIII




                                               


                                           Statue de Christine de Lalaing sur la Grand-Place




                      



                                                     La Halle aux Draps , magnifique bâtiment






                                        Le musée d'Archéologie





                                  


                      







                         Musée des Beaux Arts  - Vue  extérieure - 



                       

                                


                         Et voici quelques vues à l'intérieur du musée



                      

   
   
                                 
                 




                                         Quelques Tableaux 



                               






                                






            Et voici la Maison Tournaisienne qui abrite le Musée du Folklore




                                                  



  Ce qui fait le style de Tournai, ses demeures à épis de ferronnerie appliqués sur les murs comme une fleur à la boutonnière, les multiples carreaux citron ou vert pomme des fenêtres à meneaux, les colonnes, les ors fanés, les redents, les lucarnes.
  Dans le pittoresque « Réduit aux  Sions », on entre, à la maison Tournaisienne, dans l'univers des imagiers, des enlumineurs, des dinandiers, des orfèvres, des ferronniers, des sculpteurs, tous ceux qui ont travaillé l’or, l'ivoire, l'étain, la laine, la pierre.
 
 



                                                   Musée de Folklore de Tournai-TOURNAI





 

                                Il y a aussi le Musée d'histoire Naturelle et le Vivarium 





                                         




                                                   



                                                                    Le musée de la Tâpisserie









                                                                                


                 Chasse au faucon ( Fragment ) tapisserie du début du XVI è siècle



 Et il y a encore bien des choses et endroits à découvrir dans cette ville du Hainaut Occidental ...
                                                 


Tournai

 
Historique de la ville 

Comme tant de villes historiques,Tournai paraît à ceux qui l'abordent pour la première fois, tel un îlot madréporique surgi de l'océan des âges, comme un produit de secrètes sécrétions millénaires dont les mystères ne se livrent qu'aux savants historiens qui décryptent les rides de l'Histoire apparues aux  visages des villes, en prenant appui sur une analyse des documents d'archives et des traces  matérielles, des plus modestes aux plus monumentales, laissées depuis des siècles par les anciens occupants d'un site très particulier.

Les origines romaines de Tournai se situeraient au niveau d'un passage sur l'Escaut engendrant, dès le  premier siècle avant notre ère, une petite agglomération qui allait devenir le vicus de Turnacum. C'est sous Claude (?), dès la première moitié du premier siècle, que la bourgade se structure sur la rive gauche (ménapienne) selon un plan en damier et se prolonge sur la rive droite (nervienne) par un faubourg au Luchet d'Antoing. Durant la Pax Romana, l'exploitation du gisement calcaire est déjà attestée. 

Un réseau routier se tisse alors, dont la convergence des voies apparaît dans la forme  triangulaire de l'actuelle grand-place à l'emplacement du marché situé à l'époque à l'extérieur des  remparts. Les troubles du Bas-Empire entraînent la création d'une première enceinte urbaine appuyée sur l'Escaut, laissant extra-muros de vastes nécropoles.

Dans ce déferlement barbare du Ve siècle, «il est dans l'ordre des choses que... entre 430 et 450, Clodion ait occupé le vicus de Turnacum qui devint la capitale du petit royaume Franc sous son successeur Childéric» (M-E. Marien).

Au début du Ve siècle, une formidable succession d'envahisseurs balaie romanité et christianisme.
Anglo-Saxons, Attila et les Huns en 451-454, Vandales, Bastingues, Suèves, Alains et Francs.
Enfin Clovis, roitelet ambitieux, s'élance de Tournai pour réaliser la conquête presque totale de la Gaule, tandis que l'Empire romain d'Occident achève de s'effondrer (476).
La pacification franque est achevée en 486 à partir des territoires du Nord.
 

Voici donc fondée la glorieuse formule: Tournai, première capitale de l'Occident! La dynastie mérovingienne va prendre son essor depuis Tournai, cité royale.

Si l'opulence du dynaste Chidéric était connue par la fortuite mise au jour de son trésor funéraire près de Saint-Brice, en 1653, une campagne complémentaire de fouilles en a livré, il y a peu, une nouvelle preuve: la découverte de nombreux squelettes de chevaux sacrifiés lors de l'inhumation du roi. Une très précieuse coupelle en verre aux initiales du Christ, trouvée dans une tombe voisine, atteste l'apparition du christianisme en nos régions. 

Bientôt la conversion de Clovis se révèle déterminante pour l'émergence d'un Occident chrétien. Et aussi pour la cité royale. Lorsque, pour mieux centrer sa  capitale, Clovis choisit Paris, il laisse comme représentant de son pouvoir l'évêque Eleuthère. Cette fondation épiscopale porte en germe l'essor de Tournai, ville d'Eglise.

Si le siège épiscopal a été joint à celui de Noyon du début du VIIe siècle jusqu'en 1146, cette période voit cependant croître l'influence ecclésiastique du chapitre. Le quartier canonial, situé entre l'actuelle grand-place et l'Escaut, s'organise autour de la cathédrale qui, au IXe siècle, a remplacé une première église construite sans doute par Eleuthère. La vie économique, liée au calcaire et aux produits d'un vaste domaine rural et centrée sur le portus, contribue aux ressources du chapitre auquel sont octroyés les droits de péage sur l'Escaut.

Dans les années 880, les Normands pillent Tournai. Mettant les troubles à profit, le comte deFlandre,  Baudouin II, conduit une politique d'expansion que Charles le Simple, roi de France, tente de contrer en autorisant l'évêque de Noyon à relever les fortifications de Tournai. Cette enceinte épiscopale qui servira de fondation à la première enceinte communale, englobe le castrum de la rive gauche autour de la cathédrale qui relève de Reims, et le faubourg de la rive droite groupé autour de Saint-Brice qui relève pour sa part de Cambrai sur le plan religieux et du Saint-Empire romain germanique sur le plan politique. Quant au Tournaisis, il est châtellenie flamande !

Vers le milieu du Xe siècle, un échevinage se met en place sur chaque rive de l'Escaut. La croissance démographique se traduit par la multiplication des paroisses (Saint-Pierre, Saint-Quentin, Saint-Piat,  Saint-Jacques, Saint-Brice, Saint-Nicolas, Saint-Jean) enfermées dans une nouvelle enceinte dès la fin du XIe siècle. Dans cette densité accrue, une épidémie de peste cause de grands ravages. En 1092, Radbod en obtient la fin miraculeuse par une grande procession dont l'usage, entre liturgie et folklore, survit aujourd'hui encore…

L'essor économique (textile, exploitation du calcaire et production de chaux) induit un commerce prospère. L'Escaut en est le vecteur qui assure la diffusion lointaine des produits de nos tailleurs de pierre. Leur savoir-faire se manifeste dans le décor de la cathédrale romane mise en chantier lorsqu'un évêque titulaire revient à Tournai, l'évêché se séparant de Noyon (1146). La grandiose nef romane  demeure le témoin de l'opulence capitulaire qui s'exprime dans le faisceau des cinq clochers dressés sur le transept. Ces tours poinçonnent le paysage tournaisien et s'imposent pour des siècles au milieu des flèches des paroisses, abbayes et couvents d'une ville «aux cent clochers». Un collège de consaux assure bientôt la gestion administrative de l'agglomération. En 1188, Philippe Auguste concède à la ville  sa charte communale. Le monumental signal de ces libertés est le beffroi qui abrite la cloche banale.

Quand de longues luttes sociales agitent toutes les villes de nos régions au cours de la période gothique, du XIIIe au XVe siècle, elles prennent à Tournai des aspects particulièrement violents. Patriciens et métiers (finalement structurés en trente-six bannières) s'opposent parfois sur des questions dépassant largement le plan local. Entre France et Flandre, Tournai et le Tournaisis sont des enjeux de pouvoir et de luttes d'influences. La fidélité au roi de France se voit confirmée par la  concession des fleurs de lys posées en chef aux armes de la ville (1428). Elle est consacrée dans la fameuse lettre de Jeanne d'Arc aux «gentils loyaux franchois de Tournay» (1429). 

La chapelle épiscopale d'Etienne d'Orléans, puis le nouveau choeur de Walter de Marvis pour la cathédrale contribuent à la diffusion de l'architecture gothique (opus francigenum) dans nos régions. La ville continuant à s'étendre, on rénove où l'on crée encore des sanctuaires paroissiaux Saint-Jacques, Sainte-Catherine, Sainte-Marie-Madeleine, Saint- Nicaise, Sainte-Marguerite), et l'on enferme les nouveaux quartiers dans une seconde enceinte communale (fin XIIIe-début XIVe siècle) flanquée d'environ soixante-dix tours et percée de dix-huit portes. Ce remarquable ensemble, adapté au fil des siècles, survivra jusqu 'aux années 1860; de rares éléments échapperont alors à une démolition  méthodiquement programmée. Si le siège gothique du pouvoir urbain, la halle des Consaux, est détruit, on a heureusement conservé quelques maisons du Moyen Age, romanes et gothiques, précieux jalons d'une histoire de l'architecture domestique dont Tournai demeure un véritable musée.

La période gothique apparaît comme celle de la montée en puissance des lettres et des arts qui portent au loin le renom de Tournai. Contribuent à ce rayonnement culturel et artistique des gens de plume (comme Philippe Mouskès ou Gilles li Muisis), des imagiers (sculpteurs spécialisés dans la taille de la pierre locale) et des peintres (comme Robert Campin et Roger de le Posture/van der Weyden, célébrés comme des artistes majeurs parmi les «primitifs Flamands»). Au milieu du XVe siècle, la tapisserie de haute lice connaît à Tournai, entre Arras et Bruxelles, une époque glorieuse de son histoire. L'art du laiton atteint aussi  une qualité exceptionnelle!

Le XVIe siècle écrit un chapitre fort sombre de l'histoire de Tournai. La ville est d'abord brièvement anglaise (la Grosse Tour, ou tour Henri XVIII, rappelle cette occupation), puis à nouveau française enfin espagnole. Elle souffre terriblement des troubles religieux. Une vague d'iconoclasme calviniste cause d'irréparables pertes au mobilier et au décor de nos églises (1566), et la ville subit des dégâts durant le siège que conduit Alexandre Farnèse (1581) face à Christine de Lalaing, héroïque guerrière locale. On assiste à une percée tardive d'un esprit nouveau, celui de la Renaissance, lorsqu 'il s'agit de remplacer  les oeuvres détruites. Corneille De Vriendt dit Floris réalise le nouveau jubé de la cathédrale (1572) et, à  la même époque, on reconstruit la Halle-aux-Draps en utilisant le vocabulaire antique que l’on trouvait au puits monumental dressé sur la grand-place, parfaitement visible dans un dessin de Contagalina (1613).

Au XVIIe siècle, Tournai, ville d'Eglise, participe au renouveau post-tridentin favorisé en nos régions par les archiducs Albert et Isabelle. Deux sanctuaires d'institutions jésuites, encore modérément baroques, en témoignent. Mais en 1667, fait plus déterminant, Louis XIV assiège victorieusement Tournai et la cité  royale revient sous l'administration française. Le paysage urbain s'en trouve bientôt bouleversé par la construction d'une citadelle moderne pentagonale sur les hauteurs dominant la ville, à l'opposé du château des Anglais. La grande enceinte communale est complétée de multiples bastions. Les ingénieurs militaires décident de la rectification du cours de l'Escaut dont les rives naturelles se  métamorphosent en quais de pierre, tandis que tous les moulins sont regroupés en amont. 

Des  règlements urbanistiques imposent alors une typologie aux façades, donnant une grande unité à de beaux ensembles dont subsistent divers témoins. Cette architecture civile maintiendra sa caractéristique dialogue de la brique et de la pierre tout au long du XVIIIe siècle. Les chantiers de la vaste abbatiale nouvelle de Saint-Martin et d'un somptueux siège du parlement (disparus tous les deux)  participent de la même fièvre architecturale dont témoigne encore l'ample séminaire de Choiseul.

Au XVIIIe siècle, les aléas de la politique internationale conduisent Tournai sous I’administration de l'empereur d’Autriche, malgré un bref retour à la France (1745-1748) après la victoire de Louis XV à Fontenoy. La ville, bénéficiant du règne éclairé de Marie-Thérèse, développe un nouvel âge d'or pour ses industries d'art, particulièrement dans la production de porcelaines et d'orfèvreries. 

L'architecture classique s'épanouit dans l'hôtel des Anciens Prêtres (abritant la bibliothèque du chapitre), dans le nouvel hôpital Notre-Dame (actuelle académie) et dans le grandiose palais abbatial de Saint-Martin (conçu par Laurent Dewez), ultimes splendeurs d'un siècle qui s'achève dans la tourmente politique. 

Les réformes administratives et religieuses de Joseph II entraînent la Révolution brabançonne et la Révolution Française exporte militairement ses idéaux égalitaires. Dumouriez triomphe à Jemappes le 6 novembre 1792 mais il est battu à Neerwinden le 18 mars 1793. Le 31 mars, l'ancien régime autrichien  est rétabli à Tournai jusqu'à la victoire des armée françaises à Fleurus le 26 juin 1794. Tournai revient alors dans le giron de la France. La saignée est ruineuse pour la ville. Outre d'importantes contributions financières, le patrimoine accumulé dans les églises et les couvents est systématiquement prélevé, comme «tribut artistique et intellectuel». La cathédrale elle-même est menacée de démolition! 

Le XIXe siècle s'ouvre sur les réformes administratives du Consulat. Voici Tournai vice-préfecture! Après le Concordat de 1801, le siège épiscopal est pourvu d'un nouveau titulaire, monseigneur Hirn. La période napoléonienne favorise une relance économique dont le plus beau fleuron est la manufacture de tapis de  Piat-Lefebvre. Dans le premier tiers du XIXe siècle, sous le bref régime hollandais (1815-1830), le paysage se modifie grâce à l'impulsion de l'architecte Bruno Renard. 

La mode est à la mise au rectangle des façades enduites et peintes en blanc; le néoclassicisme triomphe dans l'exemplaire salle des Concerts (actuel conservatoire) qui attire le regard dans une place de style Empire, de même que 1'hôtel Corin (actuel musée de la Tapisserie). Après la révolution de 1830 et l'indépendance de la Belgique, nationalisme et romantisme éveillent un intérêt pour la protection des monuments du Moyen  Age: la cathédrale fait l'objet d'une importante restauration, tandis que la mode néogothique s'installe. 

Une rénovation économique (textiles, bonneteries, tanneries, brasseries, imprimeries) accompagne une croissance démographique et justifie que l'on ouvre la ville en démolissant le vieux corset des fortifications, ce qui permet une meilleure liaison avec le chemin de fer. La nouvelle station, conçue par Henri Beyaert, est tangente au cercle des nouveaux boulevards; sa relation à l'ancien tissu urbain par  des percées haussmaniennes exprime progrès et modernité. L'opulence du style éclectique triomphe le long de ces artères rectilignes, comme elle s'affiche avec orgueil dans une série de bâtiments qui répondent à de nouveaux programmes écoles, hôpital, asile, palais de justice, prison... On se plongera aisément dans la vie quotidienne du siècle dernier lors d'une visite au musée du Folklore, la Maison tournaisienne.

Le XXe siècle voit le paysage urbain radicalement bouleversé par le comblement de la Petite Rivière (un bras de l'Escaut qui longeait les remparts à l'est de la ville) au début des années 1910 et par le désastre de mai 1940. Des rues entières disparaissent sous les bombardements incendiaires qui ravagent aussi le musée d’Art et d'Histoire dans la Halle-aux-Draps, le palais épiscopal, la bibliothèque  et les archives communales. Des contraintes d'urbanisme très sévères président à la reconstruction de la ville qui s'accompagne d'un rétablissement des liaisons entre les deux rives de l'Escaut par une série de nouveaux ponts; ceux-ci sont repensés selon les exigences de la circulation fluviale et automobile.

La multiplication des résidences dans les communes périphériques fusionnées administrativement dans ce que l'on a appelé le «Grand Tournai» (1977) contribue, après-guerre, a un certain déclin de la vitalité urbaine, avant que des efforts récents de rénovation et des réaménagements intramuros ne cherchent à restaurer un art de vivre en ville dans une convivialité retrouvée. Alors, la déambulation piétonne  redevient un plaisir, permettant à chacun d'écouter les leçons qu'une ville peut donner au détour d'une place, des rues et ruelles, quand ses pierres murmurent l'histoire des hommes.
 
 

Origines

Aux environs de 50 av. J-C., un domaine rurale a son centre sur l'emplacement de l'actuel Marché au beurre (près de la rue de la Ture).

Vers 50 apr. J-C., la fondation de Cologne et la construction de la grande chaussée Cologne-Boulogne (Rhin - Grande-Bretagne) provoquent la naissance d'une ville, sur la rive gauche de l'Escaut.
Population dense, maisons confortables; commerce de grains, de laine et de pierres locales.

Les invasions

Dès 150, la ville est menacée par les Barbares et pillée à diverses reprises.
Les habitants élèvent au IV siècle des remparts (connus sous le nom de remparts gallo-romains)

Vers 431, la ville tombe aux mains des Francs-Saliens qui y installent leur capitale et y fondent une dynastie: la ville devient Cité Royale. Les rois mérovingiens Clodion, Mérovée, Childéric et Clovis s'y succèdent. Le dernier étend son royaume à toute la France et transporte la capitale à Soissons, puis à Paris.

Vers 500, le diocèse de Tournai est fondé et Clovis installe un évêque à Tournai. 
Ce comte-évêque (rôle politico-religieux), connu sous le nom de saint-Éleuthère, élève la première cathédrale.

Époque Carolingienne

Les VIIe et VIIIe siècles semblent avoir marqué très peu l'histoire de la ville.
En 817, Louis le Débonnaire dote le chapitre cathédrale composé alors de 30 chanoines.
Vers 845, la cathédrale est reconstruite. Dès la fin du IXe siècle, la féodalité apparaît.
Le passage des Normands à Tournai est peut-être décisif, mais ce dernier point n'est pas prouvé.

Il faut, semble-t-il,  atténuer l'importance des destructions qu'on leur a imputée.
Charles le Chauve cède ses droits à l'évêque, qui devient le véritable seigneur de Tournai.
 

Époque Féodale

L'évêque de Noyon et de Tournai (les deux diocèses ont été jumelés au VIIe siècle) est un personnage important et puissant. La partie tournaisienne du diocèse (celle-ci a néanmoins gardé sa propre cathédrale) s'étend à toute la Flandre:
la ville en tire de grands avantages. Centre politique et religieux, elle est aussi un important centre économique. Sa richesse est prouvée par l'édification d'une troisième cathédrale: l'église romane que nous possédons encore aujourd'hui.

Époque communale

La prospérité amène la formation d'une classe nouvelle: les marchands.
Ceux-ci aspirent à l'indépendance. L'aide intéressée du roi de France leur est acquise.

En 1187, Philippe Auguste (de concert semble-t-il avec l'évêque Éverard d'Avesnes) donne à Tournai une charte communale et rattache la nouvelle
«commune» à la couronne de France. La première extériorisation de cette charte se manifeste par la construction du beffroi.

Prospérité économique: commerce de la laine et de la pierre.

Prospérité artistique: constitution d'une école d'architecture qui rayonnera dans la vallée de l'Escaut: d'une école de sculpture puis de peinture.

Preuves de cette prospérité: foire de septembre (grande manifestation économico-religieuse: marché et procession ; construction du choeur gothique de la cathédrale; des églises paroissiales et conventuelles; achat de la rive droite de l'Escaut; construction de la grande enceinte communale (boulevard actuels); modification du beffroi; élévation de la tour des Six.

La grande époque de Tournai s'achève par des révolutions démocratiques dirigées contre le Patriciat (haute bourgeoisie qui a monopolisé les charges communales).

Nous sommes au début du XVe siècle.

Époque de Charles Quint

Tournai n'a pas perdu toute sa splendeur au XVe siècle.
Au XVIe, après une brêve occupation anglaise (Henri VIII, 1513-1519), Tournai tombe aux mains de Charles Quint en 1521. La ville cesse de relever de la France pour être incorporée aux Pays-Bas.

Les querelles religieuses du milieu du XVIe siècle (Iconoclastes, 1566) et ses conséquences (la princesse d'Épinoy défend la ville contre les Espagnols, en 1581) provoquent la décadence économique.

Époque de Louis XIV

La ville est reprise par la France en 1667. Louis XIV occupe la ville et décide d'en faire une forteresse avancée, au nord de la France. Il y élève la citadelle (Vauban), canalise l'Escaut, institue un Parlement et fait reconstruire un  grand nombre de maisons.

Le XVIIIe siècle

À l'exception de quelques années, Tournai connaît au XVIIIe siècle le régime autrichien, comme les autres villes du pays. Un essai de relèvement économique est tenté; en sont témoins les fondations d'une manufacture de porcelaine et d'une manufacture de tapis.

À la fin du siècle, la Révolution française amène la disparition de la province du Tournaisis et accroche Tournai au Hainaut.

Epoque contemporaine
Un travail énorme attend le nouvel évêque de Tournai, François-Joseph Hirn (1802-1819).
Les frontières du diocèse ont changé: l'Église de Tournai s'étend maintenant au Hainaut et tout est à organiser. Quant à la cathédrale, il faut la restaurer et la remeubler.

L'époque napoléonienne marque un redressement certain. Un nouveau progrès se marque de 1830 à 1870.

La Seconde Guerre mondiale touche durement la cité. L'aviation allemande bombarda la ville du 16 au 19 mai 1940. Une restauration complète fut nécessaire.
 

 

                                                                                 Fabienne 
     
           
Repost0
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 01:22







La tradition d'échanger des voeux entres voisins lors de la période de Noël est très ancienne.




Afin de pouvoir généraliser cette pratique et l'étendre à des amis et des parents éloignés, il faut attendre le développement des systèmes postaux.

Même au milieu du XIXe siècle, les anglais n'ont plus le temps d'écrire toutes les lettres de voeux à Noël.
Sir Henry Cole, fort occupé, fait imprimer en 1843 les premières cartes gravées de Noël : il n'a plus qu'à ajouter son nom et celui de son destinataire.

Une trentaine d'années plus tard, la lithographie en couleur à bas prix et un tarif postal spécial, lance cette mode.

Aujourd'hui les cyber cartes ont pris le relais et permettent d'envoyer rapidement et sans délai postaux, des cartes originales et multimédia.


                                                        

                                                       Portrait de Sir Henry Cole



                     Vue d'une carte  de voeux imprimée  pour  Sir Henry Cole



 





Voici une série de cartes postales anciennes , pour le plaisir , tout simplement ...
















































J'espère que le choix des cartes vous a plu ! J'aime bien ce style rétro...


                                                                                              Fabienne

Repost0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 10:42







                     Photographies de Jean-Luc CHAPIN - Texte de Philippe VILAIN  
                                        Editions CONFLUENCE - Avril 2005


Livre de 70 pages tout en finesse et délicatesse, plein de belles images en noir et blanc et de nostalgie sur les pas de Victor Hugo et de sa fille ainée Léopoldine à Villequier (Seine Maritime), là où eut lieu ce terrible drame le 4 septembre 1843. Léopoldine était en compagnie de son époux Charles Vacquerie sur une barque au milieu de la Seine quand elle a chaviré et que ses deux occupants se sont noyés. 


Ironie du sort, Victor Hugo était sur la route entre Auch et Agen au moment du drame et ne l'a su que le 9 septembre en lisant le journal "Le Siècle"

Voici ce que l'on peut lire dans ce magnifique livre de Victor Hugo (à lire ou se procurer de toute urgence si on ne le connait pas) :






"Le 9 - à Rochefort - Café de l'Europe - le mercredi - Le Siècle - deux heures et demie de l'après-midi". (page 161)

Tout est dit dans ces quelques mots. Il a demandé à Juliette Drouet, "son éternelle maîtresse" qui l'accompagnait de décrire ce triste voyage, et bien sûr, Juliette ne pouvant rien refuser à son "Toto", a fait le récit de cette terrible journée dont voici quelques extraits, que l'on peut également lire dans "Choses vues" :

"Le café est désert à cette heure de la journée (...). Le garçon apporte une bouteille de bière et se retire. Sous une table, en face de nous, il y a plusieurs jurnaux. Toto en prend un au hasard et moi je prends "Le Charivari". J'avais à peine le temps d'en regarder le titre que mon pauvre bien aimé se penche bursquement sur moi et me dit d'un voix étranglée en me montrant le journal qu'il tient à la main : "Voilà qui est horrible". Je lève les yeux sur lui : jamais tant que je vivrai je n'oublierai l'expression de désespoir sans nom de sa noble figure..."; (pages 150 -151)

On ne pourrait imaginer cela en notre 21e siècle, mais en 1843, c'était la règle de ne pas être joint et informé en direct, même de tels drames.

Revenons au magnifique livre "Retours à Hugo" :

Le musée "maison de Victor Hugo" de Villequier est tout imprégné de ce drame et ce livre restitue bien l'atmosphère par son texte et avec ses photos en noir et blanc superbes. Je sais que des photographes liront cet article et qu'ils ne pourront que confirmer que les photos en noir et blanc ont beaucoup plus que symbolique que les photos en couleur, surtout dans un livre.

Quelques informations sur les auteurs de ce livre :

Philippe Vilain :


 

 

Né en 1969, il est docteur en lettres modernes à la Sorbonne et auteur de romans dont "L'étreinte" (Gallimard 1997), "La dernière année" (Gallimard 1999), "Le renoncement" (Gallimard 2001) et "L'été à Dresde" (Gallimard 2003); et d'un essai "Défense de Narcisse" (Grasset 2005).

Il est très lié à l'écrivain Annie Ernaux qu'il cite, à peine cachée, dans ce livre.

Jean-Luc CHAPIN :

Né en 1959, membre de l'agence VU depuis 1993, il partage sa vie entre édition et expositions. Il travaille esentiellement sur le paysage et le rapport qu'il entretient avec le monde animal et végétal.
Il connait ben le musée Vicotr Hugo de Villequier pour y avoir fait une exposition en 2003.




--------------------------------------------------------------------------------------------


Nous sommes retournés à Villequier dimanche 21 décembre et je laisse le soin à Fabienne de nous proposer un petit reportage photo dans un prochain article
"Sur les pas de...".

Denis

Repost0
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 09:53






Chers amis des blogs, nous arrivons à la fin de notre
 2e mois de blog  "bonheur  de lire"
et nous pouvons fêter en cette veille de Noël 
le 200ème commentaire
reçu ce matin au pied du sapin.

Nous ne citerons pas l'heureux 200ème
car pour nous tous les commentaires
nous touchent beaucoup
et nous ferons tout pour que ce blog continue à tisser
 des liens d'amitiés
autour des livres, des visites, des coups de coeurs
que nous voulons partager avec vous tous.

Encore merci pour votre fidélité
et




                         Amitiés de Fabienne et Denis

  (Vos blogs sont tous attachants et riches en découvertes de toutes sortes - A bientôt donc ...)

 

Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 23:32


                                                          
                          



 Quand on approche des fêtes de  Noël  et de fin d'année  , j'ai toujours une pensée pour les personnes et surtout les enfants qui souffrent partout dans le monde et mon souhait serait que tout le monde vivent en paix et en harmonie .
Je reviens à des phrases sur la PAIX , du petit livre de la Paix de Jean Gastaldi.
A méditer ...


                                     
                      


" Tendre la main avec sincérité et ouvrir son coeur à la compréhension du monde mènent à la paix et à son rayonnement. "


" La paix est l'avenir de l'homme car la guerre n'est pas son destin ."


                      

" La colombe symbolise parfaitement la paix mais aussi sa fragilité ."


" La véritable victoire, ce n'est pas de gagner la guerre, c'est d'obtenir la paix durable ."


                   


" L'amour et la paix sont les deux piliers de la maison du bonheur ."


" Etablir la paix , c'est construire les chemins du bonheur ."



                      
                                      


" Être en paix et désirer le rester , c'est vouloir éviter toutes les formes de conflits sans pour autant se désintéresser des autres."


" Le premier pas vers la paix est cette main tendue vers l'autre , si différent ."


            




Ghandi a démontré que l'on pouvait faire la révolution tout en étant pacifique.



Saint - Exupéry raconte qu'en souriant à un de ses geôliers , une communication d'une autre nature s'établit . C'est ainsi qu'il écrit :
 " que la qualité d'un sourire fait que l'on en meurt ".


  






Quel est le but de l'homme sur cette terre : être en guerre ou vivre en paix ?

 

 

 

 

 


 

                                                                        Fabienne

Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 14:21



La bûche de Noël
en Normandie




Voici en quels termes , Marchangy (1782-1826) parle de cet usage en Normandie : Le père de famille, accompagné de ses fils et de ses serviteurs, va à l'endroit du logis où, l'année précédente, à la même époque, ils avaient mis en réserve les restes de la bûche de Noël. Ils rapportent solennellement ces tisons qui, dans leur temps, avaient jeté de si belles flammes à rencontre des faces réjouies des convives. L'aïeul les pose dans ce foyer qu'ils ont connu et tout le monde se met à genou en récitant le Pater. Deux forts valets de ferme apportent lentement la bûche nouvelle, qui prend date, comme dans une dynastie. On dit la bûche 1ere, la bûche 2e, la 20e, la 30e, ce qui signifie que le père de famille a déjà présidé une fois, deux fois, vingt fois, trente fois semblable cérémonie.

La bûche nouvelle est toujours la plus grosse que le bûcheron puisse trouver dans la forêt, c'est la plus forte partie du tronc de l'arbre ou, le plus souvent, c'est la masse de ses énormes racines, qu'on appelle la souche ou la coque de Noël.
A l'instant où l'on y met le feu, les petits enfants vont prier dans un coin de l'appartement, afin, leur dit-on, que la souche leur fasse des présents, et, tandis qu'ils prient, on met à chaque bout de cette souche des paquets d'épices, de dragées et de fruits confits. Qu'on juge de l'empressement et de la joie des enfants à venir recevoir de pareils présents !

De nos jours, l'usage de la bûche de Noël tend à disparaître des pays normands.

Longtemps, les pauvres gens des campagnes, en attendant l'heure de la messe de minuit, ont dû se réchauffer autour de l'énorme bûche éclairant de sa lumière flamboyante la compagnie réunie sous la hotte de la cheminée. C'est assis, devant son brasier, qu'on restait jusqu'au moment où, à travers champs, on allait gagner la pauvre église où devait se célébrer la Messe des bergers. C'est devant l'âtre rougeoyant qu'on se racontait toutes ces légendes merveilleuses de Noël, toutes ces traditions qui, contées par la voix tremblante des aïeules, se sont transmises jusqu'à nos jours : et les pierres tournantes, comme celles de Gerponville, de Saint-Arnoult, de Malle-mains, qui tournent sept fois pendant la nuit de Noël ; et les trésors qui ne se découvrent que lorsqu'on sonne le premier coup de la messe nocturne ; et les feux follets qui dansent pendant la nuit sur les tombes du cimetière et bien d'autres contes fantastiques (G. Dubosc. Journal de Rouen, 25 décembre 1898).


           
                                      
        

         Dessin représentant la bûche nouvelle qu'on mettait dans la cheminée à Noël


Fabienne

Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 09:13
                                    






Juste envie de vous faire découvrir quelques sculptures de livres  de Brian Dettmer , De véritables chefs-d'oeuvres !!!


band-dettmer1.jpg








































                                    







                                          







                                          Et voici Brian Dettmer , le sculpteur de livres !

                                                   Quel Talent !!!





                                                                         
                                                                          



 Brian Dettmer est un artiste Américain , né en 1974 .
 Pour réaliser ses créations , il altère des vieux livres, dictionnaires,   encyclopédies , bandes dessinées ... en y découpant  certains passages avec  des couteaux , brucelles et autres outils chirurgicaux.
 Rien à l'intérieur n'est déplacé ou implanté , seulement enlevés pour donner une autre forme et destinations aux livres .


                      
   
Fabienne                      
Repost0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 22:25

J'ai fait la découverte d'une  " étrange "  ressemblance entre une gare et une église  , et j'ai trouvé cela amusant de vous la faire partager !





      
              Voici la gare de Brest  ( Finistère ) dont la date de construction est de 1932
                            Style moderne , architecte : Urbain Cassan



                    


                                       

  


Voici l'Eglise St Pierre D'Yvetôt ( Seine - Maritime ), oeuvre de l'architecte Yves Marchand . L' édifice de forme circulaire achevé en 1956 est composé de 24 pilastres qui retiennent le vitrail de 1046 m2 . Ce véritable mur de lumière , signé Max Ingrand , est unique en Europe . Il retrace la vie des Saints Normands .





                                                                             






                             Vue de quelques vitraux à l'intérieur de l'église








                   Si vous passez par là , n'hésitez pas à la visiter, cela en vaut le détour!

 
                                


Fabienne
Repost0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 09:00




Jochen JUNG est né en 1942 à Francfort-sur-le Main. Après des études de littérature allemande et d'histoire de l'art. Il devient directeur des éditions Residenz de 1975 à 2000. Il y publie les premiers textes de Thomas Bernhard et Peter Handke, deux grandes figures de la littérature de langue allemande. En 2000, il fonde sa maison d'édition Jung & Jung.


                                                                           



VENEZUELA est son premier roman publié en France, aux éditions METAILIE, en octobre 2008.

Petit rappel : les Edtions METAILIE publient essentiellement de la littérature étrangère.
Ainsi, ce livre s'inscrit dans la collection "bibliothèque allemande".
La maison est dirigée par Anne-Marie METAILIE et la littérature hispano-américaine est sa grande spécialité.

N'hésitez pas à aller rendre visite à cette maison d'édition très intéressante via son site Internet  :   http://www.metailie.fr






Venons-en au livre à présent.

Je l'ai emprunté à la bibiothèque du Havre car, en dehors de la couverture sobre mais étonnante, la première phrase du livre m'a décidé à aller plus loin :

"Mon père était nazi, c'ext indiscutable. Il a toujours fait le mauvais choix".

Phrase violente s'il en est. Et ainsi, pendant 105 pages (l'équivalent d'une longue nouvelle, d'ailleurs le sous titre est "petit roman"), on est emporté dans ces temps tourmentés de la deuxième guerre mondiale, en Allemagne puis au Vénézuéla.

Et toute l'ambiguïté du livre vient de cette phrase qui conditionne la suite. Car, en fait, ce "petit nazi", Afredo Guzman, médecin gynécologue, praticien sur la base aérienne de Brandebourg, va faire une bévue pendant la visite d'un héros de l'aviation allemande Ernst Udet. Il va alors devoir quitter le pays et il choisit le Vénézuéla, pays ami du nazisme mais en train de changer petit à petit et où il a quelques racines familiales...

Afredo devient un exilé, alors que l'on aurait cru qu'il allait être un "nazi" modèle. Et non, il comprend qu'il ne peut pas cautionner l'extermination des juifs par exemple... Il porte un nom juif mais n'est pas juif... et tout est ainsi en contrepoint, à contre courant de ce que l'on peut attendre...

Il a par exemple abandonné sa femme et ses 2 jeunes enfants en partant ainsi brusquement l'Allemagne. et là bas, il va retrouver son père qui l'avait aussi abandonné...

Ce livre est toujours "décalé" par rapport à la réalité même si l'Histoire vient toujours se mêler à son aventure.

A livre "Vénézuéla", on comprend qu'il ait publié Thomas Bernhard et Peter Handke. Ce sont sans doute ses maîtres littéraires.

Un écrivain à suivre, même si l'on reste sur sa fin en refermant le livre au bout des 105 pages.

Bonne lecture car rien ne vaut que de lire un livre pour se faire sa propre opinion.

Denis
Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***