Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2008 5 26 /12 /décembre /2008 01:22







La tradition d'échanger des voeux entres voisins lors de la période de Noël est très ancienne.




Afin de pouvoir généraliser cette pratique et l'étendre à des amis et des parents éloignés, il faut attendre le développement des systèmes postaux.

Même au milieu du XIXe siècle, les anglais n'ont plus le temps d'écrire toutes les lettres de voeux à Noël.
Sir Henry Cole, fort occupé, fait imprimer en 1843 les premières cartes gravées de Noël : il n'a plus qu'à ajouter son nom et celui de son destinataire.

Une trentaine d'années plus tard, la lithographie en couleur à bas prix et un tarif postal spécial, lance cette mode.

Aujourd'hui les cyber cartes ont pris le relais et permettent d'envoyer rapidement et sans délai postaux, des cartes originales et multimédia.


                                                        

                                                       Portrait de Sir Henry Cole



                     Vue d'une carte  de voeux imprimée  pour  Sir Henry Cole



 





Voici une série de cartes postales anciennes , pour le plaisir , tout simplement ...
















































J'espère que le choix des cartes vous a plu ! J'aime bien ce style rétro...


                                                                                              Fabienne

Repost0
25 décembre 2008 4 25 /12 /décembre /2008 10:42







                     Photographies de Jean-Luc CHAPIN - Texte de Philippe VILAIN  
                                        Editions CONFLUENCE - Avril 2005


Livre de 70 pages tout en finesse et délicatesse, plein de belles images en noir et blanc et de nostalgie sur les pas de Victor Hugo et de sa fille ainée Léopoldine à Villequier (Seine Maritime), là où eut lieu ce terrible drame le 4 septembre 1843. Léopoldine était en compagnie de son époux Charles Vacquerie sur une barque au milieu de la Seine quand elle a chaviré et que ses deux occupants se sont noyés. 


Ironie du sort, Victor Hugo était sur la route entre Auch et Agen au moment du drame et ne l'a su que le 9 septembre en lisant le journal "Le Siècle"

Voici ce que l'on peut lire dans ce magnifique livre de Victor Hugo (à lire ou se procurer de toute urgence si on ne le connait pas) :






"Le 9 - à Rochefort - Café de l'Europe - le mercredi - Le Siècle - deux heures et demie de l'après-midi". (page 161)

Tout est dit dans ces quelques mots. Il a demandé à Juliette Drouet, "son éternelle maîtresse" qui l'accompagnait de décrire ce triste voyage, et bien sûr, Juliette ne pouvant rien refuser à son "Toto", a fait le récit de cette terrible journée dont voici quelques extraits, que l'on peut également lire dans "Choses vues" :

"Le café est désert à cette heure de la journée (...). Le garçon apporte une bouteille de bière et se retire. Sous une table, en face de nous, il y a plusieurs jurnaux. Toto en prend un au hasard et moi je prends "Le Charivari". J'avais à peine le temps d'en regarder le titre que mon pauvre bien aimé se penche bursquement sur moi et me dit d'un voix étranglée en me montrant le journal qu'il tient à la main : "Voilà qui est horrible". Je lève les yeux sur lui : jamais tant que je vivrai je n'oublierai l'expression de désespoir sans nom de sa noble figure..."; (pages 150 -151)

On ne pourrait imaginer cela en notre 21e siècle, mais en 1843, c'était la règle de ne pas être joint et informé en direct, même de tels drames.

Revenons au magnifique livre "Retours à Hugo" :

Le musée "maison de Victor Hugo" de Villequier est tout imprégné de ce drame et ce livre restitue bien l'atmosphère par son texte et avec ses photos en noir et blanc superbes. Je sais que des photographes liront cet article et qu'ils ne pourront que confirmer que les photos en noir et blanc ont beaucoup plus que symbolique que les photos en couleur, surtout dans un livre.

Quelques informations sur les auteurs de ce livre :

Philippe Vilain :


 

 

Né en 1969, il est docteur en lettres modernes à la Sorbonne et auteur de romans dont "L'étreinte" (Gallimard 1997), "La dernière année" (Gallimard 1999), "Le renoncement" (Gallimard 2001) et "L'été à Dresde" (Gallimard 2003); et d'un essai "Défense de Narcisse" (Grasset 2005).

Il est très lié à l'écrivain Annie Ernaux qu'il cite, à peine cachée, dans ce livre.

Jean-Luc CHAPIN :

Né en 1959, membre de l'agence VU depuis 1993, il partage sa vie entre édition et expositions. Il travaille esentiellement sur le paysage et le rapport qu'il entretient avec le monde animal et végétal.
Il connait ben le musée Vicotr Hugo de Villequier pour y avoir fait une exposition en 2003.




--------------------------------------------------------------------------------------------


Nous sommes retournés à Villequier dimanche 21 décembre et je laisse le soin à Fabienne de nous proposer un petit reportage photo dans un prochain article
"Sur les pas de...".

Denis

Repost0
24 décembre 2008 3 24 /12 /décembre /2008 09:53






Chers amis des blogs, nous arrivons à la fin de notre
 2e mois de blog  "bonheur  de lire"
et nous pouvons fêter en cette veille de Noël 
le 200ème commentaire
reçu ce matin au pied du sapin.

Nous ne citerons pas l'heureux 200ème
car pour nous tous les commentaires
nous touchent beaucoup
et nous ferons tout pour que ce blog continue à tisser
 des liens d'amitiés
autour des livres, des visites, des coups de coeurs
que nous voulons partager avec vous tous.

Encore merci pour votre fidélité
et




                         Amitiés de Fabienne et Denis

  (Vos blogs sont tous attachants et riches en découvertes de toutes sortes - A bientôt donc ...)

 

Repost0
23 décembre 2008 2 23 /12 /décembre /2008 23:32


                                                          
                          



 Quand on approche des fêtes de  Noël  et de fin d'année  , j'ai toujours une pensée pour les personnes et surtout les enfants qui souffrent partout dans le monde et mon souhait serait que tout le monde vivent en paix et en harmonie .
Je reviens à des phrases sur la PAIX , du petit livre de la Paix de Jean Gastaldi.
A méditer ...


                                     
                      


" Tendre la main avec sincérité et ouvrir son coeur à la compréhension du monde mènent à la paix et à son rayonnement. "


" La paix est l'avenir de l'homme car la guerre n'est pas son destin ."


                      

" La colombe symbolise parfaitement la paix mais aussi sa fragilité ."


" La véritable victoire, ce n'est pas de gagner la guerre, c'est d'obtenir la paix durable ."


                   


" L'amour et la paix sont les deux piliers de la maison du bonheur ."


" Etablir la paix , c'est construire les chemins du bonheur ."



                      
                                      


" Être en paix et désirer le rester , c'est vouloir éviter toutes les formes de conflits sans pour autant se désintéresser des autres."


" Le premier pas vers la paix est cette main tendue vers l'autre , si différent ."


            




Ghandi a démontré que l'on pouvait faire la révolution tout en étant pacifique.



Saint - Exupéry raconte qu'en souriant à un de ses geôliers , une communication d'une autre nature s'établit . C'est ainsi qu'il écrit :
 " que la qualité d'un sourire fait que l'on en meurt ".


  






Quel est le but de l'homme sur cette terre : être en guerre ou vivre en paix ?

 

 

 

 

 


 

                                                                        Fabienne

Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 14:21



La bûche de Noël
en Normandie




Voici en quels termes , Marchangy (1782-1826) parle de cet usage en Normandie : Le père de famille, accompagné de ses fils et de ses serviteurs, va à l'endroit du logis où, l'année précédente, à la même époque, ils avaient mis en réserve les restes de la bûche de Noël. Ils rapportent solennellement ces tisons qui, dans leur temps, avaient jeté de si belles flammes à rencontre des faces réjouies des convives. L'aïeul les pose dans ce foyer qu'ils ont connu et tout le monde se met à genou en récitant le Pater. Deux forts valets de ferme apportent lentement la bûche nouvelle, qui prend date, comme dans une dynastie. On dit la bûche 1ere, la bûche 2e, la 20e, la 30e, ce qui signifie que le père de famille a déjà présidé une fois, deux fois, vingt fois, trente fois semblable cérémonie.

La bûche nouvelle est toujours la plus grosse que le bûcheron puisse trouver dans la forêt, c'est la plus forte partie du tronc de l'arbre ou, le plus souvent, c'est la masse de ses énormes racines, qu'on appelle la souche ou la coque de Noël.
A l'instant où l'on y met le feu, les petits enfants vont prier dans un coin de l'appartement, afin, leur dit-on, que la souche leur fasse des présents, et, tandis qu'ils prient, on met à chaque bout de cette souche des paquets d'épices, de dragées et de fruits confits. Qu'on juge de l'empressement et de la joie des enfants à venir recevoir de pareils présents !

De nos jours, l'usage de la bûche de Noël tend à disparaître des pays normands.

Longtemps, les pauvres gens des campagnes, en attendant l'heure de la messe de minuit, ont dû se réchauffer autour de l'énorme bûche éclairant de sa lumière flamboyante la compagnie réunie sous la hotte de la cheminée. C'est assis, devant son brasier, qu'on restait jusqu'au moment où, à travers champs, on allait gagner la pauvre église où devait se célébrer la Messe des bergers. C'est devant l'âtre rougeoyant qu'on se racontait toutes ces légendes merveilleuses de Noël, toutes ces traditions qui, contées par la voix tremblante des aïeules, se sont transmises jusqu'à nos jours : et les pierres tournantes, comme celles de Gerponville, de Saint-Arnoult, de Malle-mains, qui tournent sept fois pendant la nuit de Noël ; et les trésors qui ne se découvrent que lorsqu'on sonne le premier coup de la messe nocturne ; et les feux follets qui dansent pendant la nuit sur les tombes du cimetière et bien d'autres contes fantastiques (G. Dubosc. Journal de Rouen, 25 décembre 1898).


           
                                      
        

         Dessin représentant la bûche nouvelle qu'on mettait dans la cheminée à Noël


Fabienne

Repost0
22 décembre 2008 1 22 /12 /décembre /2008 09:13
                                    






Juste envie de vous faire découvrir quelques sculptures de livres  de Brian Dettmer , De véritables chefs-d'oeuvres !!!


band-dettmer1.jpg








































                                    







                                          







                                          Et voici Brian Dettmer , le sculpteur de livres !

                                                   Quel Talent !!!





                                                                         
                                                                          



 Brian Dettmer est un artiste Américain , né en 1974 .
 Pour réaliser ses créations , il altère des vieux livres, dictionnaires,   encyclopédies , bandes dessinées ... en y découpant  certains passages avec  des couteaux , brucelles et autres outils chirurgicaux.
 Rien à l'intérieur n'est déplacé ou implanté , seulement enlevés pour donner une autre forme et destinations aux livres .


                      
   
Fabienne                      
Repost0
21 décembre 2008 7 21 /12 /décembre /2008 22:25

J'ai fait la découverte d'une  " étrange "  ressemblance entre une gare et une église  , et j'ai trouvé cela amusant de vous la faire partager !





      
              Voici la gare de Brest  ( Finistère ) dont la date de construction est de 1932
                            Style moderne , architecte : Urbain Cassan



                    


                                       

  


Voici l'Eglise St Pierre D'Yvetôt ( Seine - Maritime ), oeuvre de l'architecte Yves Marchand . L' édifice de forme circulaire achevé en 1956 est composé de 24 pilastres qui retiennent le vitrail de 1046 m2 . Ce véritable mur de lumière , signé Max Ingrand , est unique en Europe . Il retrace la vie des Saints Normands .





                                                                             






                             Vue de quelques vitraux à l'intérieur de l'église








                   Si vous passez par là , n'hésitez pas à la visiter, cela en vaut le détour!

 
                                


Fabienne
Repost0
20 décembre 2008 6 20 /12 /décembre /2008 09:00




Jochen JUNG est né en 1942 à Francfort-sur-le Main. Après des études de littérature allemande et d'histoire de l'art. Il devient directeur des éditions Residenz de 1975 à 2000. Il y publie les premiers textes de Thomas Bernhard et Peter Handke, deux grandes figures de la littérature de langue allemande. En 2000, il fonde sa maison d'édition Jung & Jung.


                                                                           



VENEZUELA est son premier roman publié en France, aux éditions METAILIE, en octobre 2008.

Petit rappel : les Edtions METAILIE publient essentiellement de la littérature étrangère.
Ainsi, ce livre s'inscrit dans la collection "bibliothèque allemande".
La maison est dirigée par Anne-Marie METAILIE et la littérature hispano-américaine est sa grande spécialité.

N'hésitez pas à aller rendre visite à cette maison d'édition très intéressante via son site Internet  :   http://www.metailie.fr






Venons-en au livre à présent.

Je l'ai emprunté à la bibiothèque du Havre car, en dehors de la couverture sobre mais étonnante, la première phrase du livre m'a décidé à aller plus loin :

"Mon père était nazi, c'ext indiscutable. Il a toujours fait le mauvais choix".

Phrase violente s'il en est. Et ainsi, pendant 105 pages (l'équivalent d'une longue nouvelle, d'ailleurs le sous titre est "petit roman"), on est emporté dans ces temps tourmentés de la deuxième guerre mondiale, en Allemagne puis au Vénézuéla.

Et toute l'ambiguïté du livre vient de cette phrase qui conditionne la suite. Car, en fait, ce "petit nazi", Afredo Guzman, médecin gynécologue, praticien sur la base aérienne de Brandebourg, va faire une bévue pendant la visite d'un héros de l'aviation allemande Ernst Udet. Il va alors devoir quitter le pays et il choisit le Vénézuéla, pays ami du nazisme mais en train de changer petit à petit et où il a quelques racines familiales...

Afredo devient un exilé, alors que l'on aurait cru qu'il allait être un "nazi" modèle. Et non, il comprend qu'il ne peut pas cautionner l'extermination des juifs par exemple... Il porte un nom juif mais n'est pas juif... et tout est ainsi en contrepoint, à contre courant de ce que l'on peut attendre...

Il a par exemple abandonné sa femme et ses 2 jeunes enfants en partant ainsi brusquement l'Allemagne. et là bas, il va retrouver son père qui l'avait aussi abandonné...

Ce livre est toujours "décalé" par rapport à la réalité même si l'Histoire vient toujours se mêler à son aventure.

A livre "Vénézuéla", on comprend qu'il ait publié Thomas Bernhard et Peter Handke. Ce sont sans doute ses maîtres littéraires.

Un écrivain à suivre, même si l'on reste sur sa fin en refermant le livre au bout des 105 pages.

Bonne lecture car rien ne vaut que de lire un livre pour se faire sa propre opinion.

Denis
Repost0
19 décembre 2008 5 19 /12 /décembre /2008 19:07



  Et revoilà donc une nouvelle série de marque-pages de notre collection !!!


Voici 5 magnifiques marque-pages offerts par le Musée Marmottan - Paris -




         Les 3 premiers marque-pages représentent des peintures de  Claude Monet 

                                      -  Impression Soleil levant , 1873
                                                   
                                      -  Nymphéas . Effet du soir , 1897 - 1898

                                      -  Les Agapanthes , 1914 - 1917


                     Il y a ensuite Berthe Morisot   - Le Cerisier  ( 1891 )

                    Et pour terminer , Sano Di Petro - Sienne - XV è siécle



 4 marque-pages du Portugal , offerts par nos ami(e)s José Carlos, Capitolina , Julia






                     6 marque-pages d'éditions Portugaises , ils en ont de très beaux !

 







4 beaux marque-pages des Editions de La Lauze - Perigueux









4 beaux marque-pages illustrations de Gaëlle Boissonnard








5 marque-pages originaux écrivains de Normandie








3 marque-pages du Québec






4 marque-pages éditions Le Griffon Bleu





10 marque-pages de l'Imagerie d'Epinal












J'epère que ces marque-pages vous auront plu et surtout , n'hésitez pas à laisser vos commentaires !!!




                                                                                Fabienne

Repost0
17 décembre 2008 3 17 /12 /décembre /2008 22:02

    


 



Pour pouvoir maîtriser sa vie, il faut commencer par apprendre à s'aimer .


L' harmonie est la clé de la maîtrise . Le bonheur , son chant .


Le calme est l'élément essentiel pour accéder à toute forme de maîtrise .




   


Être maître de soi , c'est , en toutes circonstances , adopter l'attitude la plus juste
même si c'est celle que l'on est enclin à ne pas choisir .


Relativiser les épreuves, c'est prendre conscience que l'unité de temps est limitée .
De la naissance à la mort .


   Être maître de soi , ce n'est pas être distant des autres ; au contraire ,
c'est être beaucoup plus proche .






La maîtrise s'obtient par la connaissance approfondie de l' Amour ( avec un grand A ) .


Maîtriser sa vie, c'est comme sculpter la pierre ou le bois .
Il faut d'abord dégrossir et connaître la matière afin que l'oeuvre apparaisse .


Un maître ne donne jamais de leçon, il montre seulement ce qu'il sait faire .


Il faut lire et relire les fables , les contes et les maximes qui sont souvent des leçons de sagesse .


  



                                                                                                   Fabienne

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***