Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 janvier 2009 1 05 /01 /janvier /2009 08:53


Des origines qui remontent à plus de 700 ans



L'origine de cette tradition n'est pas connue de manière précise mais sa plus ancienne trace remonte au XIIIème siècle.

Le moine Li Muisis - abbé de Saint-Martin à Tournai - écrit en 1281 : 'Selon une ancienne coutume, les citoyens les plus aisés et leurs fils se réunissent fraternellement autour d'une table ronde et élisent un roi'.

Le 'Lundi parjuré' ou 'Lundi perdu' que nous connaissons sous sa forme actuelle remonte à la moitié du XIXème siècle et n'a pas subi de modifications importantes sauf une tendance, née après 1945, à la célébrer en groupe, au restaurant, plutôt qu'en famille comme le veut la tradition.
Par contre, l'autre appellation, le Lundi Perdu, vient du fait que pour célébrer la journée, le travail était arrêté, c'était donc une journée perdue pour le travail. Aujourd'hui, la tradition se perpétue et on mange ce jour-là le fameux lapin du Lundi Perdu .
Cette fête importante dans le calendrier tournaisien a toujours lieu le premier lundi après le 6 janvier, jour de l'Epiphanie .




 



La petite saucisse

Premier plat  : Elle est servie avec de la compote ou du chou cuit au saindoux et pas de saucisse à bâtons qui est certes un plat tournaisien mais que l'on ne sert pas ce jour là.

Le lapin à la Tournaisienne

Deuxième plat · un lapin · deux ou trois gros oignons · sel, poivre du moulin · un peu de cassonade (facultatif) · prunes sèches et raisins secs · vinaigre · thym, laurier · beurre

On fait roussir dans une casserole les morceaux de lapin et les oignons. On ajoute l'assaisonnement puis on arrose d'eau. Pour bien respecter la tradition, la cuisson du lapin se fait toujours à l'eau et jamais à la bière (même si c'est meilleur! N'oublions pas qu'il s'agit d'un plat de pauvre à l'origine).

Troisième plat

La salade Tournaisienne



50 gr de salade de blé
1 chicon
1 pomme
1 gros oignon
1 petite boite de haricots blancs
1 betterave rouge cuite
1 petite endive
1 pissenlit
de la salade frisée
6 cerneaux de noix
3 c à s d'huile d'arachide, du vinaigre et de la moutarde
1 c à s de beurre
persil haché
sel et poivre


Préchauffer le four à 150°, peler et émincer l'oignon, verser dans un plat beurré allant au four et enfourner pour 30 min environ jusqu'à ce que l'oignon soit roussi.

Laver et nettoyer le chicon, l'endive, la salade frisée et le pissenlit,émincez les finement.

Laver la salade de blé,débiter la betterave en petits dés, peler et épépiner la pomme et la débiter en petits dés aussi,mettre dans un grand saladier, ajouter les haricots blancs, l'oignon roussi et les cerneaux de noix.

Préparer une vinaigrette bien relevée et mélanger le tout 

Et en dessert
: on sert la galette des rois avec la fève bien entendu !

Voilà ce qu'on mange à Tournai le jour du lundi perdu ! 
On dit aussi le jour du lundi perdu  que  " A Tournai pour bien faire cette fête ,  celui qui n'a pas de lapin n'a rien ! "

Et en tournaisien , ça se dit comme ça :

"A Tournai, pou bin fair' cell' fiête, l'ceu qui n'a pos d'lapin n'a rien !"




                                               



                                              Bon Appétit !!!


Petit clin d'oeil à la Belgique , mon pays !

Si vous essayez l'une ou l'autre recette , merci de me dire ce que vous en avez pensé  !!!
La salade Tournaisienne plaît beaucoup à mon mari et j'en fais régulièrement en cette période .

Fabienne
Je vends donc du lapin découpé et ...

Repost0
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 23:11



Après avoir publié " la Bible au féminin " Marek Halter remonte encore plus loin dans le temps avec l'épopée de cette reine , maîtresse-femme avant l'heure .



                                          Livre - La Reine De Saba


L'Histoire

L'avènement et la montée en puissance de la jeune reine de Saba , fille du grand roi Akébo et de Bilquis vers l'an 1000 avant J.-C.

 

Elle prend alors la succession de son père à la tête du royaume de Kouch ( l'actuelle Ethiopie ) , le pays de l'or , des chameaux et de  l'encens .


L'Héroïne

Tout est hors du commun chez cette femme : son nom d'abord " Makada , reine de Saba " devenu mythique , sa réputation qui continue encore aujourd'hui d'emballer historiens et archéologues .
Sa beauté , son intelligence , sa culture et son extraordinaire sens de la ruse ont permis à la guerrière de reconquérir le royaume amputé et de restaurer la grandeur de son peuple ( des bâtisseurs hors pair) le long du Nil .
Mais plus encore , c'est à la jeune reine noire - tour à tour prêtresse de Pharaon , épouse follement amoureuse de salomon , roi d'Israël et de Juda - que l'on doit d'avoir fait le lien entre polythéisme et religions de la Bible .
La légende voudrait que de leur union soit né un fils , prénommé Ménélik , qui aurait dérobé l'Arche de l'Alliance du temple de Jérusalem pour le cacher dans une église d'Axoum , alors capitale d'Ethiopie .


              


Marek Halter excelle dans le péplum , version livre. Il donne tout le souffle et la puissance nécessaires à cette magnifique épopée biblique qui n'épargne au lecteur ni la violence des combats , ni l'érotisme des jeux amoureux à l'époque fascinante des pharaons .
On y apprend une multitude de faits d'histoire et de la vie quotidienne : grandes batailles , rites funéraires , plats cuisinés ou encore vêtements de l'époque . on ne s'ennuie jamais , porté jusqu'à la dernière ligne par le destin hors norme de la jeune reine. Libre et indépendante , bref , extraordinairement moderne . Et c'était , il y a 3000 ans !


Ce livre se lit d'une traite jusqu'à la dernière ligne .

Alors Bonne lecture !!!

Fabienne

Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 18:00






" Pour être heureux , il faut rechercher les moments de tendresse et être généreux de coeur. "





 
" Pour être heureux , il faut être positif avec tous les evénements que nous   rencontrons dans notre vie ."


" C'est avec de vrais amis que l'on peut être heureux et partager ce sentiment généreux."






" Être heureux , c'est savoir partager ."


" Avec des vies à peu près identiques , il y a des gens qui sont malheureux et d'autres qui sont heureux ."






" Être heureux , c'est aussi percevoir la vie comme un don ; en comprendre sa fragilité et donc la vivre avec attention et conscience . "


" Être heureux et le vivre pleinement , c'est le début d'une sagesse de vie ."







" Pour être heureux , il faut le désirer intensément et balayer les faux obstacles que l'on croit tous les jours discerner dans le noir."


" Être heureux , ce n'est pas être bête ; c'est aimer seulement les choses simples ."






" Être heureux , c'est savoir se contenter de peu et privilégier la qualité sur la quantité ."



 







PS : les phrases sont extraites du petit livre " Des gens heureux " de Jean Gastaldi . Les images d'enfants sont de la photographe Kim Anderson


                                                                              Fabienne

Repost0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 15:29


L’exposition « Le sous-marin du Père Noël » est installée dans le forum de l’Hôtel de Ville du Havre . Accompagnés d’une foultitude d’animaux géants, le capitaine Moofle et sa fine équipe de pingouins vous font parcourir les régions polaires dans un décor féerique.
Je m'y suis rendue avec mes fils , ce vendredi 2/01 /2009 après-midi et voici pour vous quelques photos de cette visite à faire rêver  aussi bien les grands et les petits !











































































Le conte de Noël " Le sous-marin du Père Noël " est signé Yann Le Boulba et illustré par Michel Boucher.



   
J'espère que vous aurez apprécié cette petite ballade féérique !

                                                              Fabienne

Repost0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 16:55








Voici un livre et surtout un auteur que j'ai découvert grâce au club de lecture BLOGOCLUB, ce qui vous permet ainsi d'avoir ce 1er janvier divers points de vue sur les blogs des membres.

Et j'avoue avoir montré du septicisme quand j'ai lu la note de l'éditeur qui annonce le   " suspens " à attendre de ce texte .

Et de fait , tout au long des 550 pages de ce roman qui se passe à Londres et dans la campagne anglaise de 1850 , l'attente et la surprise du lecteur est continuelle . L'auteur a su ménager le suspens et l'on ne s'étonne pas que ce roman ait paru en feuilleton .
Le feuilleton , tant en angleterre qu'en France , a été la grande mode de diffusion de la littérature au 19è siècle . Une littérature que l'on a qualifié de populaire . Mais Dickens , Collins , Dumas , Verne , Sue ou Balzac ... ont montré des qualités littéraires indéniables, qui ont donné leur lettre de noblesse au titre de "populaire" .
Alors , ne boudons pas notre plaisir pour lire ce beau roman, merveilleusement écrit .

Et pour une fois , le titre est traduit en parfaite adéquation avec le titre original " The woman in white " .
J'ajouterai aussi que le roman est publié ici chez Phébus dans la collection de poche  " Libretto " , un éditeur qui a su ressortir ainsi de nombreux chefs d'oeuvres de la littérature internationale .
Et pour ce titre , c'est Michel Le Bris qui a contribué à publier ce texte .
Les amateurs de littérature connaissent Michel Le Bris , le créateur et animateur du prestigieux festival " Etonnant Voyageur " de Saint - Malo depuis plus de 20 ans .

Résumer le livre est impossible d'autant qu'il convient de laisser le lecteur découvrir au fur et à mesure , l'intrigue et son dénouement .
Le mode narratif est original car le récit est mené par le professeur de dessin Walter  Hartright, lequel demande des contributions à divers personnages pour compléter son propre récit dans la continuité la plus parfaite de la chronologie des évènements .
Alors, plutôt que de résumer le récit , j'ai envie de présenter les personnages, un peu comme on le fait en tête d'une pièce de théâtre :


Anne Catherick , dite " La Dame en blanc " :

Jeune femme toujours habillée en blanc , au coeur du roman, puisqu'elle donne son apparence au titre , et qui a fort intrigué Walter Hartright lorqu'il l'a vue surgir de nulle part une nuit sur la route de Londres ...

Walter Hartright :

 Professeur de dessin embauché pour former la jeune Laura à cette pratique . Et c'est de ce contrat puis de cette rencontre que va surgir l'objet du récit ...

Laura Fairlie :

Deviendra Lady  Glyde , après s'être mariée au redoutable Sir Percival .

Sir Percival Glyde :

Homme ruiné pour qui le mariage avec Laura , nièce de Frédérick Fairlie , doit le sauver de la ruine .

Miss Marian Halcombe :

Demi- soeur de Laura , va , avec Walter tout faire pour résoudre les énigmes successives qui vont se présenter ... Elle et Walter vont jouer les détectives , bien malgré eux .

Frédérick Fairlie :

Homme riche et malade des nerfs , très peu sociable envers les siens et les étrangers , relativement indifférent à tout ce qui se passe autour de lui .

Isidor Ottavio Baldassare Fosco :

Comte italien, ami intime de Sir Percival , homme affable et obéquieux, qui tire les ficelles du drame en arrière fond.

La comtesse Fosco :

Ombre de son mari , toujours " trop" polie pour être honnête !

Personnages secondaires qui contribuent à éclairer des parties du récit :

Dr Dawson (médecin), Mrs Rubette (infirmière), Mrs Michelson (gouvernante), Vincent Gilmore (avocat), Mrs Catherick (mère d'Anne), Pesca (sauvé de la mort par Walter et qui lui est dévoué depuis ce jour et va l'aider à résoudre l'énigme du roman)... Des personnages pas si secondaires que cela car dans un tel roman, chaque inde, chaque personnage participe à la résolution de l'intrigue)...

Alors, laissez-vous envahir par le charme de ce livre et oubliez qu'il fait 550 pages et lisez-le tranquillement sur un mois comme moi et vous ne serez pas déçus. Et sachez que ce livre est né d'une histoire réelle.


L'auteur : William Wilkie Collins (1824 - 1889)






Fils d'un peintre de renom , il reçut une éducation privée, passa 18 mois en Italie avec sa famille , et contre son gré , fit des études de droit dont profita la documentation de ses romans et essais dramatiques .
Ami de Dickens , il collabore à " Household Words All the Year Round " où paraît  " La Dame en blanc " qui inaugure le roman de détective.
Réussite pleinement confirmée sinon dépassée par " La Pierre de lune " ( The Moonstone , 1868).
Il écrit 2 pièces en collaboration avec Dickens " Le Phare " ( The Lighthouse , 1855 ) et "Dans les glaces " ( the Frozen Deep , 1857).
Il a su utiliser des techniques narratrices nouvelles qui seront exploitées par le roman moderne.
Borges , par exemple , a été un grand admirateur de Collins .


Pour prolonger cette lecture , il est intéressant d'aller redécouvrir l'oeuvre de Charles Dickens et  lire aussi Charles Palliser ( publié également chez Phébus ) .





Je ne peux par citer tous les membres du club, qu'ils me soient pardonnés :

sylire , lisa, arlette, florinette etc...

N'hésitez-pas à contacter l'un ou l'autre : Sylire et Lisa en sont les deux animatrices de talent. Et j'ai eu plaisir à lire les articles déjà publiés sur ce livre.

Keisha

nous a fait la surprise de chroniquer 'Pierre de lune" du même auteur, livre à découvrir par la même occasion.

Denis
Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 22:06

   

                                  
                                               

                                                                                              &




 

 

 



                 Vous souhaitent à tous et toute(s)

                                                              Ami(e)s des Blogs









" Beaucoup de bonheur, de douceur et de sérénité pour la Nouvelle Année, ainsi que la réalisation des projets les plus chers! "


Nous en profitons pour remercier "Ame de maison "
http://bananieresplit.over-blog.com

qui a gentiment réalisé notre bannière en espérant qu'elle vous plaise autant qu'à nous !

" C'est le cadeau de fin d'année de notre blog "!!!

Et n'oublions pas de noter dès à présent que l'année 2009 sera entre autre celle du 50ème anniversaire de la mort de Boris Vian .


Repost0
31 décembre 2008 3 31 /12 /décembre /2008 11:05







 " Un livre n'est jamais un chef d'oeuvre , il le devient ."   

                                                            -  Edmond et Jules De Goncourt -



" La véritable Université de nos jours , est une collection de livres."   

                                                             - Thomas Carlyle -


" Toutes les grandes lectures sont une date dans l'existence . "      

                                                             - Alphonse De Lamartine -



                                                            



" Il y a dans la bibliothèque de chacun quelques livres qui ne nous intéressent plus mais que nous n'arrivons pas à donner .
Entre leurs pages , reste un peu de notre jeunesse , comme les fleurs séchées d'un jour d'été à moitié oublié . "
                                                            - Marion Garretty -


                                                                


" Ce qui m'intéresse le plus dans les livres, c'est moins le livre que l'auteur , ses façons de sentir , son drame . " 
                                                             - Emile Henriot -      


" Les livres sont la source principale de notre savoir, notre réservoir de foi , de mémoire de sagesse , de moralité , de poésie , de philosophie , d'histoire et de science ."
                                                           
                                                            - Daniel Boorstin - ( Livres dans le futur )
                      


                                            



" L'étude a été pour moi le souverain remède contre les dégoûts de la vie , n'ayant jamais eu de chagrin , qu'une heure de lecture n'ait dissipé . "

                                                            - Charles De Montesquieu -  


" Les livres ont les mêmes ennemis que l'homme : le feu , l'humidité , les bêtes , le temps et leur propre contenu . "

                                                            - Paul valéry -          


" Les gens qui aiment les mots écrits ont quelque chose de spécial , ils sont d'une espèce à part , curieuse , gentille , cultivée et humaine . "

                                                            - Nathan Pine -



                                                       



" On peut partager tous les livres en deux groupes : les livres d'un jour et les livres de tous temps . "                                                         
                                                           - John Ruskin -       



                                                          


                                                  " La Lecture " Berthe Morisot ( 1869 )


                                             

                                " La lecture " Pierre - Auguste Renoir


Fabienne

 

 

 

Repost0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 22:16



                                             JACQUES   BREL


                                                        ( Bruxelles , 1929 - Bobigny , 1978 )






Tout le prédestinait à une vie simple : enfance chez les scouts, scolarité poussive dans un collège bruxellois , boulot dans la cartonnerie familiale , armée , mouvement de jeunes , mariage, enfants .
Mais Jacques avait mordu à l'écriture et à la scène. Un coeur trop grand pour un monde trop petit ...
Il y a loin entre le grand Jacques qui débute en 1953 à La Rose Noire à Bruxelles , avant de " monter " à Paris , guitare et bons sentiments en bandouilière - l' abbé Brel " dira Brassens - , et Jacques Brel "  le Grand " qui triomphe en tête d'affiche à l'Olympia le 12 octobre 1961 .
En fait , tout a été très vite . Les spectacles , les tournées , les enregistrements se succèdent à un rytme effréné .
En URSS , en Afrique , aux Etats - Unis , Brel chante  Le Plat Pays  , Les Vieux , Mathilde , La Fanette , Amsterdam , Ne me quitte pas ...
Durant dix ans , il habite la scène internationale du music-hall autant que nos esprits .



                                                                           
 
                                                                          Brel à l'Olympia en 1966


En 1966, il renonce au music-hall pour les plateaux de cinéma .
Deux ans plus tard , il revient sur scène en Don Quichotte dans " L'Homme de la Mancha ".






 " Rêver  l'impossible rêve ..."
Puis Brel le nomade s'en va sur les océans , jette l'ancre aux Marquises pour une nouvelle vie . Il y compose à nouveau .











Le 9 octobre 1978 , l'artiste tire sa révérence dans un hôpital parisien , emporté par une tumeur .
Son corps repose à deux pas de celui de Gauguin , sous l'alizé .

                                               





                                                    Tombe de Jacques Brel aux Marquises





    

                                             Stèle en hommage à Brel aux Marquises également




Le regard enflammé , les battoirs en avant qui tranchent la lumière , Brel mime la médiocrité , tonitrue des histoires d'amour , de mort, dit l'amitié , l'humilité , clame sa tendresse à la force du monde .
Il a le verbe brut , vibrant , exubérant et il écrit des chefs-d'oeuvre indélébiles .

Vous voulez en savoir plus sur Brel , je vous propose de lire la biographie écrite par Olivier Todd .





Olivier Todd est également le biographe d'Albert Camus " Camus , une vie " et d'André Malraux " Malraux , une vie ".


Fabienne
Repost0
30 décembre 2008 2 30 /12 /décembre /2008 15:00







Vilnius , samedi 26 juillet 2003.
Lorsque le couple regagne son appartement après une soirée arrosée , une dispute éclate. Le ton monte. Les coups partent. Violents. Marie trintignant s'éffondre. Cinq jours plus tard , Bertrand Cantat est incarcéré.

Depuis cette nuit tragique , l'émotion collective , la surenchère médiatique et l'acharnement des deux familles à défendre l'image de leur proche ont brouillé les pistes , balayé les nuances .
Pour les uns , le chanteur de Noir Désir a montré son vrai visage de " brute machiste ".
Pour les autres , la comédienne aux quatre enfants était une sorte de " mante religieuse " qui a poussé à bout l'homme qui l'aimait.

La vérité , comme souvent , est plus complexe. Pour restituer les faits de manière objective , Stéphane Bouchet et Frédéric Vézard ont retracé la relation passionnelle de ce couple hors normes.
Raconter leur histoire , en n'omettant aucun détail , est le seul moyen de comprendre .

Afin de reconstituer l'enchaînement des événements , les auteurs ont rencontré , tant en France qu'en Lituanie , les protagonistes du dossier - proches , avocats , magistrats , enquêteurs ... - et eu accès à des pièces confidentielles - comptes rendus d'interrogatoires des témoins clés et rapports d'expertises .

Un document qui éclaire les zones d'ombre d'un fait divers devenu psychodrame national .


Stéphane Bouchet , reporter au service Télévision- Spectacles du Parisien - Aujourd'hui en France , a été le premier journaliste français présent à vilnius au lendemain du drame.


Frédéric Vézard , grand reporter au service des Informations générales du même quotidien , est l'auteur de  " La France des tueurs en série " ( Flammarion , 2002).

J'ai lu ce livre avec beaucoup d'émotion car Marie Trintignant et Bertrand Cantat vivaient un amour digne de la littérature romantique qu'ils affectionnaient tous les deux depuis l'adolescence . Pour comprendre leur naufrage , il est essentiel de saisir à quel point leur histoire se devait d'être passionnelle . Seule la fin de leur histoire est sordide !
Le débat peut être long car on revient au sort des " Femmes Battues ", sujet tabout il y a encore plusieurs années mais qui de nos jours , a suscité la création d'associations pour venir en aide aux femmes battues dont le nombre est bien plus élevé qu'on ne peut l'imaginer ! D'après les statistiques , celles -ci seraient de 30% , rien qu'en France. Et oui ...

Fabienne
Repost0
28 décembre 2008 7 28 /12 /décembre /2008 20:50

A mon tour de me prêter à ce petit tag qui circule sur les blogs, après Denis qui l’a fait il y a quelques semaines sur notre blog.

 

. Plutôt corne ou marque page ? marque-pages ! Avec la collection que j’ai ( + de 8000) , je ne vais pas m’en priver !

 

. As tu déjà reçu un livre en cadeau ? Oui, car les personnes qui me les offrent, savent que cela me fera plaisir.

 

. Lis tu dans ton bain ? Non, je n’y ai jamais pensé et j’aurais trop peur que le livre se noie ( rire !!!)

 

. As tu déjà pensé à écrire un livre ? J’en ai commencé un, genre Thriller et j’ai même demandé des conseils à une dame écrivain de Normandie …, il faudrait que je m’y remette …

 

. Que penses-tu des séries de plusieurs tomes ?  Des Trilogies, j’en ai déjà lu, c’est bien quand la série nous plait ! Un jour , il me faudra attaquer «  Les Thébaines » , collection que je me suis faite et qui est consacrée à l’Egypte et là , il y en a 11 !!!

 

 . As tu un livre culte ? Non, mais j’aime les livres avec des pensées à méditer et il y en a toujours autour de moi !

 

. Aimes tu relire ? Non, je préfère passer à autre chose ! Je suis avide de curiosité, c’est comme ça !

 

. Rencontrer ou ne pas rencontrer les auteurs de livres qu'on a aimés ? Oui, c’est un plaisir de rencontrer un auteur qu’on a lu. 

 

. Aimes tu parler de tes lectures ?  Oui, je trouve cela intéressant de pouvoir s’exprimer et ainsi faire découvrir ses lectures aux autres.


. Comment choisis tu tes livres ?
En fonction de mes envies et cela peut être aussi lié à un événement particulier, une visite, une expo et j’aime aussi me tenir informée des nouveautés. Dernièrement, j’ai choisi un livre grâce à une amie d’un blog !

 

. Une lecture inavouable ?  Je n’en ai pas !

 

. Des endroits préférés pour lire ?  Moi, c’est le lit à 200% et aussi pendant les vacances , m’installer confortablement, au hasard d’une ballade dans un endroit qui me plaît bien…et où je me sens bien…


. Un livre idéal pour toi serait...
:
un livre qui me transporte et qui m’apporte tout ce que j’attends , qui fait que j'ai envie de le dévorer au plus vite!
 


. Lire par dessus l'épaule
? Pas pour moi !

 

. Télé, jeux vidéos ou livre : Livre bien entendu !!!

 

. Lire et manger ? Non, je ne peux pas  « mélanger » les deux ! Je suis trop soigneuse pour mes livres !!!

 

. Lecture en musique, en silence, peu importe ? Moi, c’est le silence absolu, j’ai besoin de calme, de paix, de sérénité pour lire !



Ma question en plus
:

Est-ce possible de se séparer de ses livres?
Difficilement pour moi , car je suis très attachée à mes livres mais parfois, par manque de place , il faut savoir faire des sacrifices, ce que fait mon mari en ce moment pour des romans des années 60 -70 , mais ce n’est pas toujours évident !

 

A qui le tour ? 

Il suffit de copier-coller les questions et d'ajouter une question en plus à chaque fois.  


Fabienne 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***