Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 19:00








" L'amité , c'est la chaleur du coeur contre les intempéries de la vie."


" Aimer d'amour ou d'amitié , partager peines et joies , de l'enfance à la vieillesse , amants, amis, quoi de plus merveilleux ? "


" La vie est un miracle, l'amour en est le feu, l'amitié en est le souffle. "





" Amitié, ces précieux instants de connivence, qui calment les souffrances , qui apaisent les chagrins de la vie. "


" Amitié, joie sublime et pudique par l'instant de bonheur d'une main tendue. "


" Se comprendre sans se parler ou refaire le monde en discutant , c'est aussi de l'amitié. "





" Un sourire n'est parfois rien , celui d'un ami est tout. "


" Forteresse du coeur , l'amitié se construit au mortier de tendresse. "


" En amitié , le cerveau n'est rien, l'intelligence du coeur suffit. "




" Qu'il soit chien, chat ou humain, l'ami n'a qu'un credo, l'amitié. "


" Si amour rime avec toujours, amitié rime avec éternité. "


 Toutes ces phrases , je les dédie à une personne rencontrée sur le blog avec qui une belle amitié s'est nouée .
Ce qui est le plus troublant , c'est comme si on se connaissait depuis toujours elle & moi...
 MERCI D'EXISTER , TOUT SIMPLEMENT ...




Fabienne

Repost0
6 février 2009 5 06 /02 /février /2009 07:00










Tous sont des lecteurs, et leurs gestes, leur savoir-faire, le plaisir, la responsabilité et le pouvoir que leur procure la lecture, sont également les miens.

(Alberto Manguel, Une histoire de la lecture)




Dis-moi ce que tu lis, je te dirai qui tu es, il est vrai, mais je te connaîtrai mieux si tu me dis ce que tu relis.

(François Mauriac, Mémoires intérieures)

                                            
 
                                         


                                               La lecture est une félicité qui se mérite.

                                                              (Émile Ollivier, La discorde aux cent voix)



Lisez-le lentement, ma chère enfant, Kipling se lit lentement. Guettez attentivement les virgules et vous découvrirez les pauses naturelles. C'est un écrivain qui utilisait une plume et de l'encre. Comme la plupart des écrivains qui vivent seuls, il devait souvent lever le nez de la page, laisser son regard errer par la fenêtre tout en écoutant les oiseaux. Certains ignorent le nom des oiseaux, ce n'était pas son cas. Votre oeil est trop rapide, trop nord-américain. Pensez à la vitesse de sa plume. Sinon, ce bon vieux premier paragraphe vous paraîtra horriblement ampoulé.

(Michael Ondaatje, Le patient anglais)


                                                                 


                                                                    
              
                                                     


L'apprentissage de la lecture au ralenti: le plaisir de la lecture, tout comme n'importe quel divertissement d'ailleurs, doit se savourer lentement, à petites gorgées.

(Amoz Oz, L'histoire commence, Éd. Calmann-Lévy)



Mais c'est plus quotidiennement, le refuge du livre contre le crépitement de la pluie, le silencieux éblouissement des pages contre la cadence du métro, le roman planqué dans le tiroir de la secrétaire, la petite lecture du prof quand planchent ses élèves, et l'élève de fond de classe lisant en douce, en attendant de rendre copie blanche.

(Daniel Pennac, Comme un roman)


                                                                    



Un bon livre c'est quand on a envie de tourner les pages pour connaître la fin de l'histoire et qu'on se retient de le faire par crainte de rater les qualités de l'écriture.

(Jacques Poulin, Les yeux bleus de Mistassini )

                                                 


Il n'existe pas de livre moral ou de livre immoral. Un livre est bien écrit ou mal écrit, un point, c'est tout.



                                              



Quand nous lisons ces petites histoires à propos de rien, nous sentons notre horizon s'élargir, notre âme atteindre une étonnante impression de liberté.




Le véritable lieu de naissance est celui où l'on a porté pour la première fois un coup d'oeil intelligent sur soi-même: mes premières patries ont été les livres.

(Marguerite Yourcenar, Mémoires d'Hadrien)

                                                                               


                                                                             



La lecture était ma liberté et mon réconfort, ma consolation, mon stimulant favori : lire pour le pur plaisir de lire, pour ce beau calme qui vous entoure quand vous entendez dans votre tête résonner les mots d'un auteur.

(Paul Auster, Brooklyn Follies)



Qui viendra défaire ma bibliothèque quand j'aurai quitté ce monde? Je ne lui en veux surtout pas. Qu'il sache que j'ai trouvé dans la fréquentation des livres un incommensurable réconfort.

(Gilles Archambault, Un après-midi de septembre)





 












FABIENNE

Repost0
5 février 2009 4 05 /02 /février /2009 07:00
























 Avec ce tableau , je fais un petit clin d'oeil à URGA , allez voir son blog et vous comprendrez  ...


















Jenness Cortez est une femme peintre Américaine et j'aime beaucoup son art . J'ai décidé de vous la faire découvrir en vous montrant les tableaux  " LIVRES " pour lesquels j'ai eu un coup de coeur .
J'aime aussi les chevaux  qu'elle peint merveilleusement bien. Enfin, toutes ses oeuvres sont magnifiques!
 Vous pouvez aller sur son site , mais c'est en anglais !





 Fabienne

Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 21:44

 






                                                          


                                       Editions Alphée - 261 pages - 2008



La nouvelle édition en format « poche » de Grégory, le petit prince au destin brisé a été publiée avec le retour de la Star Academy  attirant un regain d’attention envers le chanteur disparu. Cette version Poche bénéficie d’une nouvelle couverture, d’un nouveau cahier photo, d’une discographie réactualisée et d’une préface relatant les nombreux événements survenus après sa mort. Mise à jour incontournable sur un artiste que personne n’a oublié, cette édition spéciale constitue donc un véritable collector que ses fans auront à cœur de posséder.

Le livre   

Des rangs de la Star Academy au fronton de l'Olympia , il a franchi en un éclair la distance séparant l'anonymat de vedettariat , itinéraire que certains, parfois , mettent de très longues années à parcourir. Et pourtant , ce gamin dont tant d'autres enviaient l'irrésistible ascension n'était pas né sous la bonne étoile que l'on pourrait croire, car chanter , pour lui, représentait un combat de chaque instant. Harcelé par la mucoviscidose , ce démon accaparant la moindre parcelle de son souffle , il n'a pu remporter une lutte inégale face au mal qui le consumait et , malgré sa détermination , a finalement succombé au sommet de sa notoriété , épuisé par l'attente d'une greffe qui n'est jamais venue.
Si l'artiste au visage d'ange s'est envolé vers un monde de sérénité , sa carrière , pourtant , ne s'est pas arrêtée le jour d'avril où son organisme à bout de force a cessé de résister. Grégory Lemarchal n'a pas quitté le coeur de ses fans et sa voix aux sonorités cristallines n'a pas été réduite au silence. Dans son voyage éternel , il continue , par-delà les nuages , à vivre à travers ses chansons et poursuit à sa façon l'éblouissante trajectoire du Petit Prince au destin brisé , chemin de lumière que ce livre s'applique à retracer dans toute son émotion , sa gaieté et sa splendeur.


                    


Spécialiste de la musique, Alain Perceval  a , au cours d'une carrière de journaliste menée dans les médias les plus diversifiés , côtoyé la plupart des vedettes du monde de la chanson , écrivant des biographies de plusieurs d'entre elles. Dans ses nombreux articles , il a toujours veillé à retracer de manière fiable, respectueuse et humaine , la vie et le destin des êtres qui l'ont intéressé.      
                                                                    

J'ai lu ce livre avec beaucoup d'émotion , en 2 soirées , tellement c'est prenant et quand on l'a commencé , on  n'a pas envie de le quitter.
Le chapitre 14 est pour moi le plus émouvant ( j'en ai versé des larmes ) et raconte les derniers moments de sa vie et j'admire le courage avec lequel Grégory s'est battu jusqu'à la fin, le greffon  qui aurait pu le sauver n'étant pas arrivé !  Pour une maman ayant un fils à peu près du même âge , j'ai beaucoup pensé aux parents de Grégory et j'admire  leur force , leur courage ...      


Une association a été créée  par sa famille, où vous pouvez apporter votre soutien à la lutte contre la mucoviscidose.      
Très belle devise pour cette association : " Pour que plus jamais la mucoviscidose nous arrache à ceux qu'on aime."   

Grégory repose , tel un ange, dans le cimetière de Sonnaz en Savoie , son village natal .



                        


 Merci de laisser vos commentaires .
  Fabienne     
Repost0
3 février 2009 2 03 /02 /février /2009 08:43







 Il était une fois,
un coeur solitaire , 
 qui se sentait
bien seul sur la terre.


Un jour , il prit sa valise,
et partit pour Venise,
Venise, ville des Amoureux ,
où il pourrait être heureux .


Il se promena ,
et s'emerveilla ,
devant un petit coeur,
et ce fut le bonheur !





 Petit poème sorti de ma plume ,      Fabienne

Repost0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 17:27






 Il avait déjà neigé un peu hier soir mais depuis ce matin, la neige est parmi nous en Normandie !!!
Oh, pas beaucoup mais de quoi faire quelques photos et de vous les montrer !
J'aime beaucoup les paysages enneigés et là j'ai pris quelques photos dans le jardin .


 






           




                                                                                                             

 














                                                   Il a neigé

                                       Il a neigé dans l'aube rose,
                                                        Si doucement neigé
                                   Que le chaton noir croit rêver.
                                                   C'est à peine s'il ose
                                        Marcher.
                                          Il a neigé dans l'aube rose.
                                             Si doucement neigé
                                                 Que les choses
                                             Semblent avoir changé.

                                                     
                                                             Maurice Carême













 

 

 

 Alors là, les pas , ce sont les garçons qui en ont profité pour faire des batailles de neige!!!

               Fabienne
Repost0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 10:00

"Si je croyais en Dieu                     
Je serais heureux 
De rêver au jour où je verrais dans le ciel                   
Un ange en robe blanche
Par un clair dimanche 
Descendant vers moi dans un chariot doré
Dans un bruit d'ailes et de soie
Loin de toute la terre
Très haut, je verrais se lever devant moi
L'aube d'un jour sans fin
La brûlante lumière
Le bonheur éternel
Si je croyais en Dieu

Mais j'ai vu trop de haine                                                       
Tant et tant de peine
Et je saisis mon frère, qu'il te faudra marcher seul
En essayant toujours
De sauver l'amour
Qui te lie aux hommes de la Terre oubliée
Car tout au bout du chemin
Une faux à la main
La mort, en riant, nous attend pas pressée
Aussi mon ange à moi
Je le cherche en ce monde
Pour gagner enfin ma part de joie
Dans ses bras"


(Boris Vian / 1920-1959 / Sermonette / 1958)



 J'aime beaucoup , et vous ?
 Fabienne
Repost0
2 février 2009 1 02 /02 /février /2009 09:13
                                   


                                     


 
Ce jour , nous avons le plaisir de vous annoncer que notre blog est passé au niveau " Privilège ".
  Et cela grâce à vous , ami(e)s des blogs par vos visites de plus en plus nombreuses et vos commentaires .
  Nous vous remerçions toutes & tous pour l'intérêt que vous portez à notre blog, créé il y a un peu plus de 3 mois!
  Cela nous encourage à continuer et à faire en sorte que celui-ci vous soit agréable !
  Du fond du coeur , un grand " MERCI " !!!


                            Fabienne & Denis
Repost0
1 février 2009 7 01 /02 /février /2009 15:20




                                                        


                                  Fayard - Novembre 1983 - 908 pages 


Ce livre est la version définitive d'"août 14" publié en 1983. Une première version avait été publiée en 1971 par Ymca - Press.

Pour mieux comprendre la rédaction de ce livre, l'auteur lui-même a précisé dans une note en fin de volume que ce volume fut conçu en 1937 (donc 35 ans de gestation) comme une introduction à un grand roman sur la révolution russe. Il reprit son texte en 1963 - 1965 dont le titre générique devint "la roue rouge" avant d'introduire la notion de "noeud" en 1967, noeud voulant dire pour l'auteur "exposé dense et continu des événements sur des périodes concentrées mais séparées les unes des autres par des interruptions totales".
Après une première édition en 1971, il continue l'écriture du roman pendant son exil aux U.S.A. et rassemble les matériaux sur l'histoire de l'assasinat de Stolypine. Le chapitre consacré au tsar Nicolas II fut écrit en 1977 achevant ainsi ce premier noeud publié en 1983.

Le roman :

900 pages d'une écriture serrée ne peuvent se lire en un week-end. Pour bien apprécier ce livre, il faut prendre son temps. Pour l'anecdote, à raison de 10 pages par jour, j'ai mis 3 mois pour le lire. Mais, si l'on est passionné par l'Histoire comme moi "Août 14" est un régal, tout d'abord parce qu'on connait très peu les premières semaines de la guerre en Prusse orientale entre les armées russes et allemandes, et de suivre pas à pas Samsonov (qui va se suicider devant l'échec de ses troupes), et Vorotyntsev (entre autres personnages) qui va lui succéder fin août...

                                                

                                                 Alexander SAMSONOV
       (pour en savoir plus sur Samsonov, cliquez sur son nom - texte en anglais)

Et du fait de la structure du roman, au terme de 500 pages qui décrivent les événements en Prusse du 23 août au 3 septembre 14, on remonte dans le "temps" et Soljénitsyne se penche sur les années de terreurs et les attentats contre les dignitaires du parti et plus particulièrement sur Stolypine, assassiné par un homme isolé Bogrov, en pleine représentation théâtrale.

Puis pour achever ce roman, qui pourrait être un livre d'histoire d'ailleurs tellement la documentation est précise et historique, l'auteur fait la biographie en 100 pages environ du dernier des tsars Nicolas II, dont le règne a été "miné" par la terreur, la révolution, la guerre... alors qu'il rêvait d'un règne calme et paisible.

                                      __________________________


Alexandre Soljénitsyne n'est plus à présenter, tellement il a eu une gloire littéraire internationale.


                                


Voici tout de même quelques repères biographiques :

Alexandre Soljénitsyne est né le 18 décembre 1918 à Kislovodsk (Russie), a fait des études scientifiques et littéraires, avant d'être mobilisé pendant la 2e guerre mondiale comme capitaine d'artillerie.
Dans les dernières semaines de la guerre, il est arrêté puis condamné aux camps de travail pour complot anti-soviétique, après avoir écrit "certaines remarques irrévérencieuses" sur Staline.
Il va alors passer 8 ans dans les goulags et être déchu de sa nationalité soviétique.
Libéré en 1953, quelques semaines avant la mort de Staline, il est exilé en Asie centrale.  Il va écrire et publier ses oeuvres fondamentales (Le pavillon des cancéreux, le premier cercle) d'abord en samizdat (éditions clandestines) avant d'être révélé en occident, ce qui lui vaudra le prix Nobel de Littérature en 1970. 
20 ans d'exil en occident vont lui permettre d'approfondir sn oeuvre littéraire très inspirée de son expérience des camps, notamment "l'archipel du Goulag".
Après ces 20 ans, il fait un retour triomphal dans son pays en 1994, effectuant alors un long voyage en train de 56 jours à travers la Russie afin de se réacclimater à son pays natal.
Il meurt à l'âge de 89 ans, le 4 août 2008 et est inhumé selon sa volonté au monastère Donskoï à Moscou.


                                     


Je conseille vivement ce roman et plus généralement toute l'oeuvre de cet immense écrivain.

Bonne lecture

Denis

P.S. : Si vou aimez la Russie et tout ce qui la concerne : art, culture, histoire, vous devez aller rendre visite au blog de  LIZOTCHKA .

Repost0
31 janvier 2009 6 31 /01 /janvier /2009 19:35
                                      

                                      





Aimer quelqu'un, c'est le lire. C'est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le coeur de l'autre, et en lisant le délivrer.”
                                                                                                              Christian Bobin

 

 

 

 

 







" Le coeur peut s'émouvoir souvent à la rencontre d'un autre être, car chacun exerce sur chacun des attractions et des répulsions." 

                                                                                                    Guy de Maupassant


 






  “Il y en a qui ont le coeur si vaste qu'ils sont toujours en voyage.”
                                                                                             Jacques Brel



                                                    



                                                                                            




On ne se fatigue pas de quelqu'un, vous savez, en fait , on se fatigue d'aimer. D'éprouver de l'amour. On veut bien avoir froid si le chauffage saute, mais on ne veut plus avoir mal si le coeur en fait autant. Cela s'appelle l'expérience.”


                                                                Françoise Quoirez , dite Françoise Sagan




              

“Il y en a qui ont le coeur si large qu'on y rentre sans frapper.-Il y en a qui ont le coeur si frêle qu'on le briserait d'un doigt.”                      
                                                                                                         Jacques Brel


                         




“Celui qui, par quelque alchimie sait extraire de son coeur, pour les refondre ensemble, compassion, respect ,besoin,patience, regret , surprise et pardon crée cet atome qu'on appelle l'amour.”
                                                                                                          Khalil Gibran
      
          


  

                             




“Quand l'autre est là, celui ou celle par qui le bonheur peut exister , il vous faut l'aimer, de tout votre coeur, et prendre l'amour qu'il vous donne, sans restriction.”

                                                                                                          Catherine Bensaid








             “Laisse parler ton coeur, interroge les visages, n'écoute par les langues...”
                                                                                                            Umberto Eco


                              





“Adieu, dit le renard. Voici mon secret . Il est très simple: on ne voit bien qu'avec le coeur. L'essentiel est invisible pour les yeux.”

                                                                                                      Antoine de Saint-Exupery








Fabienne

                           

                                                              
Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***