Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 09:13






“L'écriture c'est le coeur qui éclate en silence.”



" Désespoir, amour, gaieté. Qui a ces trois roses enfoncées dans le coeur a la jeunesse pour lui, avec lui."

 



“Tu sais ce que c'est la mélancolie? Tu as déjà vu une éclipse? Eh bien c'est ça: la lune qui se glisse devant le coeur, et le coeur qui ne donne plus sa lumière.”




“Quand on aime quelqu'un, on a toujours quelque chose à lui dire ou à lui écrire, jusqu'à la fin des temps.”



“Pour bien écrire le mot amour, il y faudrait plus d'encre qu'il n'y en a au monde.”



“Aimer quelqu'un, c'est le lire. C'est savoir lire toutes les phrases qui sont dans le coeur de l'autre, et en lisant le délivrer.”




“Le bout du monde et le fond du jardin contiennent la même quantité de merveilles.”



“L'art de la conversation est le plus grand art. Ceux qui aiment briller n'y entendent rien. Parler vraiment, c'est aimer, et aimer vraiment, ce n'est pas briller, c'est brûler.”



“Ce n'est pas pour devenir écrivain qu'on écrit. C'est pour rejoindre en silence cet amour qui manque à tout amour.”

 






Repost0
31 juillet 2009 5 31 /07 /juillet /2009 09:12









" Picorer tous les petits plaisirs
jusqu'à ce que le grand bonheur arrive...
Et s'il n'arrive pas,
on aura au moins joui
de tous les petits bonheurs."


- Theodor Fontane -

Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 14:45

L'amitié


L’amitié me fait penser à la tendre enfance
Synonyme de sagesse et de pure innocence.
L’amitié est toujours une aventure aux beaux souvenirs
Qui rafraîchissent nos coeurs et ne risquent de finir.
Dans notre vie, des évènements entrent et sortent.
Seuls l’amitié et l’amour restent et persistent.
En amitié, c’est toujours le premier pas qui compte.
Ne jamais s'en méfier car c’est sûrement un bon escompte.
Avec l’amitié, on peut aider l’autre sans rien lui offrir,
C’est une tâche paisible sans qu’on risque d’en souffrir.
L’amitié a le bienfait de soulager des âmes,
De combattre la souffrance et d'essuyer des larmes.
L’amitié germe et grandit dans les cœurs tendres,
Ne vieillit pas et n’est jamais cendres.
Les mots d’un bon ami peuvent consoler
Quand l’âme est perdue et déboussolée.
Pour un vrai ami, tu n’es plus une simple adresse,
Tu es la passion, l’espoir et la belle tendresse.
Même si l’amitié n’est parfois qu’un simple mirage,
C’est une vraie passion que beaucoup se partagent.
Alors, tendons nos bras et essayons de prouver
Que l’amitié nous aide à s'évader et à mieux se retrouver.

 
                                       BERRAHA EL HOUSSINE
Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 14:11











Nitey Nite Reproduction artistique











La récompense Reproduction artistique





Love is Blind Reproduction artistique




Amis, ennemis Reproduction artistique




A Chip off the Old Block Reproduction artistique




Smelling Flowers Reproduction artistique






Visite en ville Reproduction artistique




Love's Harmony Reproduction artistique




Winged Aureole Reproduction artistique





The Artist Bessie Pease Gutmann (1876-1960)




Bessie Pease Gutmann est née a Philadelphia en 1876 et décédée en 1960.
Son sujet favori est bien sûr les enfants qu'elle a dessinés souvent en compagnie d'animaux.
J'aime la douceur , la tendresse qu'on retrouve dans ses dessins.
Si vous aussi , vous avez aimé , alors n'hésitez pas à laisser un commentaire !



Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 08:36


J’aime l’âne...


J’aime l’âne
J'aime l'âne si doux
marchant le long des houx.

Il prend garde aux abeilles
et bouge ses oreilles ;

et il porte les pauvres
et des sacs remplis d’orge.

Il va, près des fossés,
d’un petit pas cassé.

Mon amie le croit bête
parce qu’il est poète.

Il réfléchit toujours.
Ses yeux sont en velours.

Jeune fille au doux cœur,
tu n’as pas sa douceur :

car il est devant Dieu
l’âne doux du ciel bleu.

Et il reste à l’étable,
fatigué, misérable,

ayant bien fatigué
ses pauvres petits pieds.

Il a fait son devoir
du matin jusqu’au soir.

Qu’as-tu fait jeune fille ?
Tu as tiré l’aiguille...

Mais l’âne s’est blessé :
la mouche l’a piqué.

Il a tant travaillé
que ça vous fait pitié.

Qu’as-tu mangé petite ?
— T’as mangé des cerises.

L’âne n’a pas eu d’orge,
car le maître est trop pauvre.

Il a sucé la corde,
puis a dormi dans l’ombre...

La corde de ton cœur
n’a pas cette douceur.

Il est l’âne si doux
marchant le long des houx.

J’ai le cœur ulcéré :
ce mot-là te plairait.

Dis-moi donc, ma chérie,
si je pleure ou je ris ?

Va trouver le vieil âne,
et dis-lui que mon âme

est sur les grands chemins,
comme lui le matin.

Demande-lui, chérie,
si je pleure ou je ris ?

Je doute qu’il réponde :
il marchera dans l’ombre,

crevé par la douceur,
sur le chemin en fleurs.

 

                                     

 

Francis Jammes
                                      

 

 

Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 08:34








"Un vrai livre, c'est toujours quelqu'un qui entre dans notre solitude.”



Christian Bobin

Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 21:56


J'ai trouvé ce poème sur le net et j'ai eu comme l'impression de m'y retouver tant il me ressemble !
C'est de tout coeur que je vous le fais partager !






                 
                        

 

                       Fidèle à tes convictions comme à tes amis
                       Aucune tentation ne peut t'en détourner
                       Bienfaisance et générosité font partie de toi
                        Intuitive, tu lis en nous comme dans un livre ouvert
                       Etonnante par ton goût pour le relationnel, tu
                       Ne te retrouves jamais seule, tant tu es aimée
                       Ne supportant pas les conflits, tu es notre médiateur
                       Et par-dessus tout, tu ne renonces jamais.

 



                                                                                 ROUX Perrine
Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 20:48


 Frotte la mousse
 sous ta douche
 frotte la brosse
 dans ta bouche


glisse la couette
dans sa house
puis, mets ton pouce
dans la bouche

et ta nuit
sera douce !






Le jour s'en va ,
Saute dans mes bras !
La lune est là.
Saute dans tes draps !
La nuit s'en vient ,
Bébé dort bien !







 Dodo, l'enfant do
L'enfant dormira tantôt
Une poule blanche
Est là dans la grange
Qui va faire un petit coco
Pour l'enfant qui f'ra dodo
Dodo, dormez poulette
Dodo , dormez poulot.






Dors, dors , petit pinson,
Bien à l'abri dans les buissons.

Dors, dors , petit poisson ,
Sur le gravier , dans le cresson.

Dors, dors , petit ourson ,
Voici l'hiver et ses glaçons.

Dors, dors , petit garçon:
J'ai mis l'été dans ma chanson.

       - Jean-Luc Moreau -


Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 13:20








Editions de minuit - octobre 2008 - 142 pages



Pour ceux qui aiment les 4e de couverture , ce livre -ci les décevra. Il est juste écrit :
" On a dû insister pour qu'Emile se mette à courir. Mais quand il commence , il ne s'arrête plus. Il ne cesse plus d'accélérer. Voici l'homme qui , va courir le plus vite sur la Terre. "

Mais , tout le livre est là dans cette phrase !
On pourrait croire lire du Albert Camus tant son personnage , réel , se laisse entraîner vers la course de fond , presque malgrè lui.
On a là un Meursault ou encore un personnage de Kafka , un homme qui ne maîtrise pas sa vie.

Emile est en fait Emil Zatopek , l'homme qui pendant une quinzaine d'années va battre tous les records du monde de courses de fond :
 10000 m , 20 Kms , 30 Kms , marathon , record de l'heure.






La Tchécoslovaquie va en faire un héros. Toutefois , le régime politique va gâcher une partie de sa carrière car il n'a pas toujours l'autorisation de sortir du pays.
Emil a commencé à courir , très jeune , sous les nazis , qui ont envahi
" son pays ", la Moravie.
Ouvrier d'usine , il est sollicité pour courir et il y prend goût , sans vraiment se forcer.
Son allure est étonnante , ses grimaces encore plus quand il court. Il défie les médecins qui ne croient pas qu'avec une telle manière de courir , il puisse devenir champion.
Il va être surnommé " la locomotive tchèque ".
Et pourtant , il va remporter de nombreuses compétitions. Le summum étant les jeux olympiques d' Helsinki de 1952 , où en 3 courses , il remporte 3 médailles d'or.
Ensuite , c'est le déclin , lent mais inélectable.
Et puis , le printemps de Prague va l'étouffer car il a osé critiquer l'invasion russe ...


Je vais oser dire que ce livre est un chef d'oeuvre. L'auteur a su captiver le lecteur par un " roman " qui est solidement basé sur la biographie d'Emil Zatopek. Tout y est vrai. il n'y a pas de mots inutiles.
Tout est dit simplement , à la manière du héros qui se laisse conduire par   " la vie "...
Echenoz raconte cette vie par petites touches.





L'auteur est fidèle aux Editions de Minuit depuis son premier livre en 1979 " Le Méridien de Greenwich ".
" Cherokee " a obtenu le Prix médicis en 1983.
" Je m'en vais " en 1999 a été primé du Prix Goncourt.
" Ravel " en 2006 lui a valu un réel succès à la manière de " Courir " mais cette fois sur les dernières années de vie du musicien Maurice Ravel.
Un auteur , né à Orange en 1947 , à lire et à découvrir pour ceux qui ne le connaissent pas.
Vous ne serez pas déçu ! Bonne Lecture !

Repost0
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 08:30





 



  " Aimer
un être, c'est accepter de vieillir avec lui."
 
                      


" Après tout, la meilleure façon de parler de ce qu'on aime est d'en parler légèrement."



 " Après
un certain âge, tout homme est responsable de son visage."


"Au bout du compte, s'il faut choisir entre la justice et ma mère, je choisis ma mère."


"Au milieu de l'hiver, j'ai découvert en moi un invincible été."


"Autrefois, ma maison était pleine de livres à moitié lus. C'est aussi dégoûtant que ces gens qui écornent un foie gras et font jeter le reste."


"C'est cela l'amour, tout donner, tout sacrifier sans espoir de retour."


" Car les mythes sont à la religion ce que la poésie est à la vérité, des masques ridicules posés sur la passion de vivre."



" Ce monde, tel qu'il est fait, n'est pas supportable. J'ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l'immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde."



" En vérité, le chemin importe peu, la volonté d'arriver suffit à tout."


 " Il faut créer le bonheur pour protester contre l'univers du malheur."



Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***