Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 11:36




Aimer

 

Si l'on me demande un jour de décrire ce qu'aimer veut dire, je répondrais ceci :

 

Aimer, ça commence le matin par le premier regard que l'on se donne,
le premier sourire, la première caresse et le premier bonjour.

Aimer, c’est apporter le petit déjeuner au lit ou simplement un café,
un jus de fruits... accompagné d’une chanson d’amour
ou de mots tendres récités avec toute la gaucherie dont on peut faire preuve.

Aimer, c'est demander à l'autre quelle nuit il a passé et écouter attentivement sa réponse.

Aimer, c'est lancer à l'autre un clin d'œil complice dans la glace lorsqu'il fait sa toilette,
c'est aussi l'embrasser sans raison, juste pour le plaisir de le faire, sans rien attendre en retour.

Aimer, c'est prendre le temps de se regarder, de se parler et de se toucher avant d’entreprendre sa journée de travail.

Aimer, c'est accompagner l'être cher à la porte au moment où il se prépare à partir;
c'est de lui souhaiter une bonne journée;
c'est s'installer à la fenêtre et lui faire un signe de la main en affichant son plus beau sourire.

Aimer, c'est de se téléphoner pour un rien, juste pour se dire que l'on s'aime ou prendre des nouvelles.

Aimer, c'est de se faire des surprises sans rien  attendre en échange.

Aimer, c'est parfois d'accorder à l’autre la liberté de vivre pour lui-même,
sans attachement excessif, en lui laissant sentir qu’on l’aime toujours même si nos corps sont loin l’un de l’autre.

Aimer, c'est être assuré que nos âmes se moquent des distances
et sont tendrement enlacées en toute  situation, quelque soit le nombre de kilomètres qui nous séparent.

Aimer, peut aussi se résumer en une pensée lancée vers l'autre, les yeux fermées, pendant un instant.

Aimer, c'est de s'accueillir et de s'étreindre au retour à la maison
en goûtant tout simplement la sagesse du silence ou en s'informant de ce que l'autre a vécu durant la journée.

Aimer, c'est savoir se serrer l'un contre l'autre, c'est rire ou s'émouvoir ensemble,
c'est vivre à deux et nourrir cette complicité de n’importe quelle façon.
C'est aussi "faire l'amour", une partie d'un tout indispensable à la vie,
tout simplement, comme un dessert qui vient couronner un repas succulent.

 



 

 

 

Repost 0
Published by FABIENNE - dans BEAUX TEXTES
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 07:00


Voici la 1ère poésie qu'Aurélien a appris depuis sa rentrée en CM1 , comme j'aime beaucoup ,c'est avec plaisir que j'avais envie de la partager avec vous ...







Je suis


Je suis le vent sur la mer,
Je suis vague sur l'océan,
Je suis le bruit de la mer
Je suis le taureau aux cent combats,
Je suis le vautour sur le rocher,
Je suis la goutte de rosée,
Je suis la plus belle des fleurs,
Je suis le sanglier de la hardiesse,
Je suis le saumon dans la mer.


Lebor Gabala


Cela serait en rapport avec une légende de la conquête de L'Irlande.
Si vous avez des informations à ce sujet ,elles sont les bienvenues!

Repost 0
Published by FABIENNE - dans POEMES
commenter cet article
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 06:00






Repost 0
14 septembre 2009 1 14 /09 /septembre /2009 05:30



Lynda FAYS est une créatrice de tableaux décoratifs chambre bébé et enfant, tableau design art contemporain, tableau ethnique, tableau collage,créations originales ...



N'hésitez pas à aller voir son site , vous y trouverez de jolies choses et pourquoi pas une idée de cadeau !
































































Tableau original Coeur Parme Lynda Fays
















Mon Coeur Art Print




Moi , j'aime beaucoup !!!



Repost 0
Published by FABIENNE - dans MES COUPS DE COEUR
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 10:30
                                                         


Ian Mc Ewan : Sur la plage de Chesil (Gallimard - Du monde entier) - Octobre 2008 - 150 pages
Traduit de l'anglais par France Camus - Pichon - Titre original "On Chesil Beach"





Cette vue de la plage de Chesil dans le Dorset devrait faire rêver et pourtant, elle va être le théâtre d'un "désastre amoureux".

Il faut pour cela se transporter dans l'Angleterre de 1962, encore très prude et à peine habituée à la musique des Beatles et autres groupes et chanteurs qui vont éclore dans cette décennie.

Edward Mayhew vient d'épouser Florence Ponting. Leur nuit de noces sera leur première expérience sexuelle "accomplie", mais voilà, tout n'est pas si simple que cela... Et l'on peut imaginer que ce sera compliqué...

Edward est jeune historien et Florence, jeune violoniste prometteuse. Chacun vit pour "son art" et connait bien peu la vie quotidienne et ses contraintes à venir, avec une vie de couple qui aura du mal à s'organiser...

La fin du livre est "pathétique" mais d'une grande beauté littéraire. Il est des livres ainsi qui peuvent paraitre statiques avec des retours en arrière constants car le présent ne dure qu'une nuit et le livre met en parallèle le passé de chacun des deux jeunes époux.

J'ai présenté il y a quelques mois un de ses précédents romans : "Les chiens noirs" qui vous permettra d'en savoir un peu plus sur l'auteur

                                                    


Je ne qualifierais pas ce roman de chef d'oeuvre mais il peut se lire comme un livre "historique" pour s'immiscer dans l'univers de l'Angleterre des années 60.

Et l'oeuvre de l'auteur mérite d'être suivie pour y découvrir son univers littéraire. N'hésitez pas à aller voir son site Ian Mc Ewan

Bonne lecture

Denis

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 07:00
                            



                                    
                  Amaryllis : vous êtes trop coquette !







                                  
                     Ancolie : vous me rendez fou !








    
Anémone: je persévère à vous aimer quoi qu'il en soit !





angelique



                                     Angélique : sauvez-moi







 Aubépine: une grande joie vous est promise !







           Azalée: je me réjouis de votre bonheur !


                           A SUIVRE ....




Repost 0
13 septembre 2009 7 13 /09 /septembre /2009 06:00

 

 

 



Repost 0
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 18:11





Le bonheur

 

 

Nous cherchons tous à être heureux.
Pourtant, nous atteignons rarement le bonheur.

Pourquoi est-il si rare qu'on y parvienne?
Le bonheur est-il une expérience si complexe ou si étrange
pour n'être accessible qu'à quelques êtres exceptionnels?
Qu'est-ce que c'est, au juste?

 

Apparemment, nous le définissons chacun à notre façon,
avec nos aspirations, nos besoins et nos manques.
Ainsi, plusieurs personnes seules considèrent que le fait d'avoir un conjoint
à peu près adéquat suffirait à les rendre heureuses.
D'autres croient qu'elles atteindraient le bonheur sans difficulté si elles gagnaient la loterie.

Il nous arrive même souvent de changer notre définition selon les situations.
Lorsqu'on est affligé par une mauvaise grippe,
il nous semble que le bonheur c'est le bien-être relatif
dans lequel on se trouvait avant d'être malade.
Lorsqu'on est très fatigué, il nous semble qu'un bon lit suffirait à nous rendre totalement heureux.

Pas étonnant qu'on parvienne si peu souvent au bonheur:
on ne sait même pas ce que c'est!
Avec une définition plus généralement applicable
il serait peut-être plus facile de l'atteindre, car notre objectif serait plus clair.

Si les définitions du bonheur sont si nombreuses et aussi variables,
c'est parce qu'il s'agit d'une réalité qui n'est pas statique.
Le bonheur n'est pas une béatitude paisible à temps plein ou une satisfaction totale définitive.
C'est une expérience où on éprouve plusieurs sentiments et émotions, avec intensité.
C'est donc quelque chose d'intensément vivant et, par conséquent, de très changeant.

Plus particulièrement, le bonheur dépend de la satisfaction de nos besoins les plus importants.
Mais comme ces besoins sont en changement continuel,
l'expérience qu'on recherche est toujours différente de ce qu'elle était la fois précédente.

De plus, il faut bien se rendre à l'évidence:
le bonheur, ce n'est pas un cadeau gratuit! Ça se gagne et ça se mérite,
car un aspect important du bonheur, c'est notre satisfaction par rapport à nous-même:
le sentiment d'avoir accompli quelque chose qu'on considère comme valable,
important, et à la hauteur de nos capacités.

Ceci nous amène à un aspect important de la recette du bonheur:
nous partons tous égaux et tous différents dans notre poursuite du bonheur.
C'est ce que nous réalisons qui le construit.
Ces réalisations se mesurent en rapport avec nos capacités:
il suffit d'aller au bout de ses propres capacités, au bout de soi.
Chaque personne, selon ses capacités particulières,
a besoin de réalisations différentes pour arriver à son bonheur.

À la condition d'y mettre l'effort et la persévérance nécessaires,
le bonheur est à la portée de chacun d'entre nous,
car il se mesure à partir de nos capacités individuelles.
C'est pour ça que tout le monde le recherche toujours:
c'est une mesure de notre capacité de vivre à la hauteur de nos possibilités.

Selon les recherches du célèbre Abraham Maslow,
c'est même la satisfaction du besoin le plus évolué chez les êtres vivants.






La pyramide de Maslow permet de comprendre la hiérarchie des besoins de l'homme.
Selon Abraham Maslow en effet, la satisfaction d'un besoin ne peut être réalisée que si les besoins de niveau inférieur sont eux-mêmes satisfaits.

Repost 0
Published by FABIENNE - dans BEAUX TEXTES
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 07:00






En sortant de l'école
 



En sortant de l'école
nous avons rencontré
un grand chemin de fer
qui nous a emmenés
tout autour de la terre
dans un wagon doré


Tout autour de la terre
nous avons rencontré
la mer qui se promenait
avec tous ses coquillages
ses îles parfumées
et puis ses beaux naufrages
et ses saumons fumés


Au-dessus de la mer
nous avons rencontré
la lune et les étoiles
sur un bateau à voiles
partant pour le Japon
et les trois mousquetaires
des cinq doigts de la main
tournant ma manivelle
d'un petit sous-marin
plongeant au fond des mers
pour chercher des oursins



Revenant sur la terre
nous avons rencontré
sur la voie de chemin de fer
une maison qui fuyait
fuyait tout autour de la Terre
fuyait tout autour de la mer
fuyait devant l'hiver
qui voulait l'attraper


Mais nous sur notre chemin de fer
on s'est mis à rouler
rouler derrière l'hiver
et on l'a écrasé
et la maison s'est arrêtée
et le printemps nous a salués


C'était lui le garde-barrière
et il nous a bien remerciés
et toutes les fleurs de toute la terre
soudain se sont mises à pousser
pousser à tort et à travers
sur la voie du chemin de fer
qui ne voulait plus avancer
de peur de les abîmer


Alors on est revenu à pied
à pied tout autour de la terre
à pied tout autour de la mer
tout autour du soleil
de la lune et des étoiles
A pied à cheval en voiture
et en bateau à voiles.



 



Jacques Prevert







Repost 0
Published by FABIENNE - dans POEMES
commenter cet article
12 septembre 2009 6 12 /09 /septembre /2009 06:00





Repost 0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***