Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 07:00




Coeurs 1999 Édouard CHAUVIN




Aimer

 

Pouvoir dire à quelqu’un : « mon amour » ou « je t’aime »
engage et rend responsable.
« Aimer » est à la fois difficile et formidable.


Aimer, c’est lutter.

Rien n’est définitivement acquis.
Il n’y a pas de secteur qui ne soit terrain de lutte :
la relation aux autres, la prise de responsabilité, l’équilibre de vie



Aimer, c’est souffrir.

L’amour est purifié au creuset de l’épreuve.
C’est dur à vivre et ça fait mal lorsque se perd la confiance.
Il faut réapprendre à aimer et ne pas se tenir rigueur du passé.
Aimer, c’est pardonner.



Aimer, c’est donner.

Donner ce que l’on a, donner ce que l’on est,
donner son esprit, son cœur et son corps.
Aimer, c’est donner gratuitement, sans rien attendre en retour.

 Aimer, c’est donner la vie.
Aimer, c’est donner sa vie.




Toi, moi Pierre MICHAUD



Aimer, c’est le seul commandement.


Repost 0
Published by FABIENNE - dans BEAUX TEXTES
commenter cet article
19 septembre 2009 6 19 /09 /septembre /2009 06:00






Repost 0
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 16:40

 

               Les toiles de Marie Golotte



C'est dans un univers de tendresse et de poésie que la peinture, la broderie et le collage se mêlent de façon unique sur les toiles de Marie Golotte. Les thèmes multiples tels que les fées imaginaires, les preux chevaliers en passant par l'imparable teddy-bear avec toujours tout un jeu de relief, agrémenteront les chambres de vos bambins de manière originale.


                                                                         


















































Photos d\





Et aussi mes Z\ 











Moi , j'aime beaucoup ! Et vous ?


Bonne soirée à tous mes amis et amies des blogs  et aux personnes qui sont de passage !!!

Repost 0
Published by FABIENNE - dans MES COUPS DE COEUR
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 07:41







L’instant d'une pause



Le bonheur est fait de rien
Et de mille petites choses
De se lever le matin
Sans plus en chercher la cause
De savoir que le chemin
Parfois peut-être morose
Et dans un sourire malin 
Être prêt pour une pause
Il y a des jours où tous est gris
Et où l'on ne voudrait rien voir
Et puis, il y a notre coeur aussi
Qui nous conduit jusqu'au soir
Il y a cette solitude intense 
Qui existe et qui est là
C'est dans ces moments je pense
Que je peux rêver de toi
À chercher, à tout comprendre
Je me demande si je verrais
Un jour les fleurs en décembre
Et la neige en été
Sur le site de mon cœur
Il y a tant de va-et-vient
Et j'en ressens la douleur
De la nuit jusqu'au matin 
Le bonheur est fait de rien
Et de mille petites choses
D'avoir ta main dans ma main
L'instant seulement d'une pause.

Repost 0
Published by FABIENNE - dans BEAUX TEXTES
commenter cet article
18 septembre 2009 5 18 /09 /septembre /2009 07:37




Repost 0
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 08:00







1913

7 novembre. Albert camus naît à 2 heures du matin, dans un domaine viticole appelé le Chapeau de Gendarme , près de Mondovi, dans le département de Constantine.
Son père Lucien y travaillait pour un grand négociant de vins d'Alger.


                           

                    
                   Catherine Sintès, la mère de Camus










1914

Août. Lucien Camus est mobilisé au 1er Zouaves. Catherine Camus et ses enfants , Lucien et Albert , vont vivre à Alger, rue de Lyon , dans la quartier pauvre de Belcourt, chez la grand-mère, Catherine Sintès.





Lucien, blessé à la bataille de la Marne, meurt le 11 octobre dans un hôpital auxiliaire , à Saint-Brieuc.


     

 

 
                      Albert Camus à l'âge de 4 ans



1918

Albert Camus entre à l'école communale de la rue Aumerat.
Un instituteur , Louis Germain , le remarque , triomphe des réticences de la grand-mère , le présente au concours des bourses.
Les " Discours de Suède " lui seront dédiés.






Albert Camus , dans l'atelier d'un oncle , à Alger en 1920. Il est assis, au centre , en tablier noir.



1923

Entrée au lycée d'Alger.




                   Camus ( 11 ans) photo de communion







                                                 
                       Vue du Lycée Bugeaud à Alger




1927

Passion pour le football. débuts à l'association sportive de Montpensier , puis gardien de but de l'équipe junior du R.U.A. , Le Racing Universitaire d' Alger.







                                    
Camus( casquette) , gardien de but dans l'équipe du R.U.A.




1930

Première atteinte de la tuberculose. Un oncle, Gustave Acault , boucher lettré, voltairien et un tant soit peu anarchiste , prend l'adolescent chez lui , pour qu'il soit mieux soigné.
Il lui fait lire Gide. " Il était le seul homme qui m'ait fait imaginer un peu ce que pouvait être un père. "
En classe de philosophie, le professeur est Jean Grenier qui va exercer une grande influence sur Camus et se montrer, pour ses premiers écrits , un lecteur sévère.
Jean Grenier fait lire à son élève " La Douleur " d'André de Richaud , livre " qui fut le premier à me parler de ce que je connaissais : une mère, la pauvreté , de beaux ciels " , et qui contribue ainsi à déclencher sa vocation.


1931

Par l'intermédiaire de Jean Grenier , Camus entre en correspondance avec Max Jacob.





                      

         
           Jean Grenier



1932

Les tout premiers écrits de Camus , quatre articles , paraissent dans la revue SUD :
Un nouveau Verlaine ; Jehan Rictus poète de la misère ; Le philosophe du siècle sur Bergson et Essai sur la musique.
Au même moment, il rédige une série de dialogues philosophiques qu'il intitule Intuitions. 


1933

Camus milite au mouvement antifasciste Amsterdam - Pleyel.
Il prend des notes de lecture , comme il le fera dans ses Carnets à partir de 1935.
Il écrit La Maison mauresque , Le Courage ,un poème intitulé Méditerranée , Devant la morte , Perte de l'être aimé , Dialogue de Dieu avec son âme , Contradictions , L'Hôpital du quartier pauvre , L'Art dans la communion , et Bériha dont le texte est perdu.
Des fragments de ces premiers essais seront utilisés dans des oeuvres ultérieures.


1934

Assure la critique d'art dans Alger - Etudiant. Obtient ses certificats de psychologie et d'études littéraires classiques.
16 juin - Il épouse Simone Hié , qui passait pour être la fiancée de Max-Pol Fouchet.
Le jeune couple s'installe dans une villa du parc d'Hydra. Camus travaille à la préfecture , au service des cartes grises. Mais la tuberculose s'aggrave. Condamné à deux mois d'immobilité , il écrit Les Voix du quartier pauvre , qui préfigurent L'Envers et l'Endroit.
Il écrit pour Simone des sortes de contes de fées , Le livre de Mélusine.


1935

Licencié ès-Lettres , section philosophie.
Il commence à écrire L'Envers et l'Endroit.Gagne sa vie en exerçant divers métiers :
vendeur d'accessoires pour automobile , employé chez un courtier maritime ...
Pendant l'été , voyage aux Baléares avec Simone. En juillet , Malraux est venu à Alger prononcer une conférence sur le péril fasciste. Le compte - rendu dans La lutte sociale , bimensuel communiste algérois , est vraisemblablement de camus , qui adhère au parti à la fin de l'année. Non sans réserves : " Dans l'expérience ( loyale ) que je tenterai , je me refuserai toujours à mettre entre lavie et l'homme un volume du Capital ".
Il est chargé d'une mission de recrutement auprès des musulmans.



L'Envers et l'Endroit




L'Envers et l'endroit est le premier roman d'Albert Camus, qui paraît à Alger en 1937. Il y raconte le quartier algérois de Belcourt et deux voyages, le premier aux Baléares et le second à Prague et Venise.

Repost 0
Published by FABIENNE - dans ALBERT CAMUS
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 07:00







IL FAIT BEAU AUJOURD'HUI



Bien sûr que la vie est remplie de misères,
Je n'ai jamais dit le contraire.
Je sais que j'en ai eu ma part à éteindre
Et que j'ai mille raisons de me plaindre.
Contre moi vents et orages se sont unis;
Et combien de fois le ciel a été gris!
Les épines et les ronces m'ont piqué,
À gauche, à droite, et ailleurs aussi.
Mais, pour dire toute la vérité,
Fait-il assez beau aujourd'hui!

À quoi sert de toujours brailler
Et de rabâcher les soucis d'hier?
À quoi sert de ressasser le passé
Et, au printemps, de parler de l'hiver?
Un chacun doit avoir ses tribulations
Et mettre de l'eau dans son vin.
La vie n'est certes constante célébration.
Des soucis?  Bien sûr, j'ai eu les miens.
Mais il faut bien le voir aussi:
Il fait diablement beau aujourd'hui!

C'est aujourd'hui que je vis,
Et non pas il y a un mois.
T'en as, t'en as pas, tu donnes et tu prends
Selon qu'en décide le moment.
Hier, un nuage de chagrin
A bien assombri mon chemin.
Demain, il pleuvra peut-être
À casser les carreaux de fenêtres,
Mais faut le dire, puisque c'est ainsi:
Fait-il assez beau aujourd'hui!



Douglas Malloch

Repost 0
Published by FABIENNE - dans BEAUX TEXTES
commenter cet article
17 septembre 2009 4 17 /09 /septembre /2009 06:00

 

 

 



Repost 0
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 08:06





Le temps




Pour apprendre la valeur d'une année,
demande à l'étudiant qui a raté un examen.

 
Pour apprendre la valeur d'un mois,
demande à la mère qui a mis un enfant au monde trop tôt.

 
Pour apprendre la valeur d'une semaine,
demande à l'éditeur d'un journal hebdomadaire.


 Pour apprendre la valeur d'une heure,
demande aux fiancés qui attendent de se revoir.

 
Pour apprendre la valeur d'une minute,
demande à celui qui a raté son train, son bus ou son avion.

 
Pour apprendre la valeur d'une seconde,
demande a celui qui a perdu quelqu'un dans un accident.


 Pour apprendre la valeur d'une milliseconde,
demande à celui qui a gagné une médaille d'argent aux jeux Olympiques.


 

 Le temps n'attend personne.
Rassemble chaque instant qu'il te reste
et il sera de grande valeur.

 Partage-les avec une personne de choix
et ils deviendront encore plus précieux.

 

Repost 0
Published by FABIENNE - dans BEAUX TEXTES
commenter cet article
16 septembre 2009 3 16 /09 /septembre /2009 07:00






Pour un art poétique
 


Prenez un mot, Prenez-en deux
Faites les cuir comme des oeufs
Prenez un petit bout de sens
Puis un grand bout d'innocence
Faites chauffer à petit feu.

Au petit feu de la technique
Versez la sauce énigmatique
Saupoudrez et mettez les voiles
Ou voulez-vous en venir ?
A écrire
Vraiment ? A écrire ?



                                                                          Raymond Queneau
Repost 0
Published by FABIENNE - dans POEMES
commenter cet article

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***