Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2020 6 04 /01 /janvier /2020 16:49
Correspondances de Camus en Folio - janvier 2020
Correspondances de Camus en Folio - janvier 2020

A l'occasion des 70 ans de la mort accidentelle le 4 janvier 1960, Gallimard publie au format de poche Folio, deux des correspondances majeures d'Albert Camus :

- Correspondance avec Louis Guilloux : présentation sur le site de Gallimard avec le lien ci-dessous 

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio/Correspondance5

- Correspondance avec Maria Casares :

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio/Correspondance4

 

A lire sans modération pour entrer dans l'intimité littéraire et sentimentale de cet auteur dont on se lassera jamais de lire et relire son oeuvre.

Denis

Repost0
1 janvier 2020 3 01 /01 /janvier /2020 17:18
Citation humoristique pour la nouvelle année signée Francis Blanche

"Face au monde qui bouge,

il vaut mieux penser le changement

que changer le pansement !"


Francis Blanche

Citation humoristique pour la nouvelle année signée Francis Blanche
Repost0
30 décembre 2019 1 30 /12 /décembre /2019 17:52
Plus haut que la mer de Francesca Melandri (Folio)

Plus haut que la mer de Francesca Melandri

(Folio - 219 pages - février 2016)

Traduit de l'italien par DanièleValin

Titre original : Più Alto del Mare (2011)

Première édition française : Gallimard (2015)

-----------------------------------------

"Plus haut que la mer" est le deuxième roman de Francesca Melandri, écrivaine, scénariste pour le cinéma et la télévision et réalisatrice, après "Eva dort"en 2010 (Gallimard 2011).

L'île n'était pas en pleine mer, mais c'était tout comme. Seul le Détroit, apparemment facile à traverser à la nage, la séparait de la terre ferme, qui était en fait une grande île. Les vents balayaient toutes les vapeurs, fumée et impuretés de l'air, et même les bouffées noirâtres de l'usine pétrochimique. Ainsi l'île semblait très proche, presque au point de la toucher - mais c'était une illusion. (page 21)

Une première île à atteindre en ferry puis une deuxième île à toucher en ferry également pour parvenir au sinistre lieu qui abrite une prison laquelle contient un "quartier spécial" réservé aux prisonniers particulièrement "dangereux" par leur passé. On est en 1979, dans la période où le terrorisme était très ancré dans la vie quotidienne italienne avec les "brigades rouges".

Parmi les passagers des deux ferries, on peut repérer Luisa, partie seule, laissant ses cinq enfants s'occuper de la ferme, pour aller rendre visite à son mari. Il en est à son deuxième meurtre mais c'est le dernier en date qui l'a mené ici, car il a tué un gardien.

Sur le ferry, il y a également Paolo. Lui, il est habitué à parcourir l'Italie pour suivre son fils de prison en prison.

Nitti Pierfrancesco est du voyage. Mais lui est un des gardiens du "quartier spécial" et il escorte un nouveau prisonnier.

Paolo a repéré Luisa au moment où ils montent dans un bus qui les conduit à la prison, car elle n'a pas de place assise et il lui cède la sienne. Ce sont les deux seuls visiteurs à venir pour ce "quartier". Les autres passagers, essentiellement des gardiens, sont descendus avant.

Un long périple donc pour venir jusqu'au fils et au mari. Une fouille soignée pour commencer avant de pouvoir enfin rencontrer le prisonnier.

Et très vite il faut penser au retour, d'autant que le mistral s'est levé et le car-ferry va devoir repartir au plus vite avant la tempête.

Malheureusement, un contretemps va empêcher le retour et il va falloir passer une nuit sur l'île, ce qui n'est pas prévu dans le protocole pénitentiaire...

L'angoisse monte et le lecteur est pris dans ce tempo se demandant ce qui va arriver.

Paolo et Luisa se sentent "seuls" et Nitti sera leur seul interlocuteur.

Le roman n'est pas politique. Il fait quelques discrètes références aux "brigades rouges" pour lesquelles Paolo aurait pu avoir quelques sympathies qui ont pu avoir un impact sur son fils et en faire un "révolutionnaire".

Paolo a beaucoup de culture et il a été enseignant de philosophie tandis que Luisa est une "paysanne" très peu cultivée. Rien n'aurait pu les rapprocher sans ce voyage au "bout d'un enfer carcéral".

L'auteure fait des retours en arrière pour expliquer le contexte de vie de chacun qui s'est organisé depuis de trop longues années autour des difficultés nées des incarcérations des deux prisonniers.

C'est un très beau texte maîtrisé de bout en bout par Francesca Melandri. Elle sait créer de l'empathie pour ces deux visiteurs qui ont perdu beaucoup d'illusions, enfermés dans leurs silences et qui vont devoir "cohabiter" le temps d'un voyage compliqué encore plus par la tempête.

Un livre à lire sans modération. Une très belle plume.

Bonne lecture,

Denis

 

 

 

 

Plus haut que la mer de Francesca Melandri (Folio)
Repost0
22 décembre 2019 7 22 /12 /décembre /2019 17:27
Un bien grand mot par Delphine Jouenne avec Amélie Chabrol

Un bien grand mot - Les mots de l'année revus et corrigés - 2019 - 100 pages - autoédité

de Delphine Jouenne en collaboration avec Amélie Chabrol (Edité par Enderby)

-----------------------------------

Voici un livre de belle facture que nous propose Delphine Jouenne.

"Il nous faut peu de mots pour dire l'essentiel, il nous faut tous les mots pour le rendre réel" (Paul Eluard - Donner à voir)

rappelle l'auteure après une conversation avec Philippe Fleury, professeur de latin à l'université de Caen Normandie.

Puis elle donne le ton de ce livre :

 

Comment ces mots, parfois entendus à outrance, ont incliné notre compréhension de l'actualité ? C'est modestement le but de cet ouvrage. Donner à voir, en apportant un éclairage sur les sujets de l'année, donner à comprendre en revenant au sens même des mots, à leur étymologie et à leur évolution dans le temps et enfin donner à imaginer en tirant le fil de la réflexion. (page 12)

Le premier mot proposé est "PRELEVEMENT" et bien sûr fait référence au "PAS" (prélèvement à la source). Delphine Jouenne nous rappelle l'étymologie du mot qui signifie "lever d'abord". Vous aurez compris que "à la source" devient un pléonasme. Et l'idée remonte à 1939 avec une expérimentation qui s'appelait "stoppage à la source"pour une même fonction. L'opération continue en dépit de la guerre pour se terminer 'provisoirement donc) en octobre 1949.

 

Elle s'attache ensuite à parler de "gilet jaune" Je vous laisse découvrir les pages qui lui sont consacré.

Viennent après ces deux mots : acte, débat, don, féminicide (néologisme car le seul mot existant est homicide qui ne distingue aucun sexe dans sa terminologie, homo = humain), empreinte, crise, laïcité, trottinette, mission, Brexit, et authenticité.

 

Le livre permet donc d'aller plus loin et de permettre de réfléchir sur tous ces mots qui viennent souvent "brutalement" envahir les médias et les discussions.

 

Amélie Chabrol est une ancienne journaliste et travaille sur ces "mots stratégiques" auprès des dirigeants d'entreprises dans leur approche des marchés.

Delphine Jouenne travaille également sur le sens des mots dans les opérations stratégiques de communication et a eu une formation littéraire et philosophique ce qui lui permet de revenir aux "fondamentaux" des mots.

Merci à Camille de Enderby de m'avoir adressé ce livre qui a beaucoup de qualités comme vous avez pu le constater.

Pour aller plus loin :

Un site existe : https://unbiengrandmot.fr/

Et des vidéos en podcast sont disponibles sur spotify et Apple.

Un bien grand mot par Delphine Jouenne avec Amélie Chabrol
Repost0
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 17:30
Citation d'Albert Camus sur le courage et l'engagement de l'homme

Repost0
13 décembre 2019 5 13 /12 /décembre /2019 12:12
Présentation du bloc "La Porte du Bonheur"

J'ai créé un partenariat avec Cyril du blog "La Porte du Bonheur", dont le titre fortuitement résonne bien avec "Bonheur de Lire" ! N'hésitez pas à lui réserver bon accueil.

 

Voici sa présentation :

 

Comme vous pouvez vous en douter, il faut parfois beaucoup de chance pour dénicher le livre de vos rêves. Le site que nous allons vous présenter aujourd’hui vous aidera à en avoir !

En effet, « La Porte du Bonheur », un site spécialisé comme son nom l’indique en porte-bonheur, pourrait bien vous en apprendre plus que vous ne le pensez.

Les porte-bonheur sont des objets parfois étranges et mystérieux, mais leurs connaissances permettent de démystifier tout cela et ainsi de démêler le vrai du faux.

Entre légendes, croyances et hypothèses, les articles de leur blog vous feront voyager de la Chine traditionnelle jusqu’aux symboles vikings, en passant par l’art de la voyance et de la divination.

Si, non content de passer vos soirées à lire, vous vous sentez mordu d’ésotérisme à vos heures perdues, n’allez pas plus loin. « La Porte du Bonheur » est le site qu’il vous faut !

 

La Porte du Bonheur

 

Si vous êtes déjà intéressez, voici un lien pointant vers le site La Porte du Bonheur.

Si vous vous sentez l’âme d’un aventurier des temps modernes, vous pourrez explorer avec eux des domaines mystérieux, surnaturelles et souvent inexpliquées.

Légendes, explications et hypothèses : ils vous présenteront les porte-bonheur sous tous les angles qui peuvent vous intéresser.

Contrairement à ce que certains pourraient croire, il n’est pas nécessaire d’adopter telle ou telle spiritualité pour bénéficier des pouvoirs des porte-bonheur qui lui sont associés. Par exemple, vous n’avez pas besoin de vous intéresser à quelque religion indienne que ce soit pour apprécier décorer votre salon de statuette de Bouddha.

Là où certains ne voient qu’un blog parmi tant d’autres, je pense qu’il faut creuser un peu plus loin. « La Porte du Bonheur » donne en effet souvent des conseils qui peuvent se révéler essentielles dans la vie de tous les jours. Sous certains aspects, nous pourrions même comparer leur activité à du développement personnel.

Le sujet du porte-bonheur est très vaste.

Grâce à une classification des porte-bonheur en catégorie, il est facile de s’y repérer. En effet, vous n’aurez pas à naviguer dans un fatras incohérent comme c’est parfois le cas pour certains sites.

De plus, chaque objet est présenté avec un petit texte introductif qui vous permettra d’en apprendre un peu plus dessus.

En créant ce blog, l'objectif a donc été de partager la passion du porte-bonheur avec le monde entier. 

Il est également bon de préciser que ces articles conviennent à tous : débutants comme experts, jeunes comme adultes.

Les uns y trouveront les informations essentielles qui leur permettront de bien choisir leur futur porte-bonheur.

Les autres découvriront un point de vue pertinent et des données inédites, issues de personnes expertes.

 

Un blog passionnant

 

Religion, spiritualité, histoire, mythes et légendes : les prismes sous lesquels ce sujet peut être traité laissent toute place à la créativité et à l’imagination.

Que vous soyez déjà convaincus par le pouvoir des porte-bonheur ou non, vous apprécierez au moins l’effort de recherche historique et de documentation. 

Porte-bonheur indien, africain, japonais, chinois ou même viking… ils scrutent chaque époque et culture pour y trouver les objets les plus intéressants pour vous.

S'engager à changer son quotidien peut parfois être compliqué. Grâce à ce genre de blog, la chose devient donc (un peu) plus facile.

Mais au fond, y-a-t-il vraiment un rapport avec les livres ??

 Pour vous répondre : pas vraiment.

Malgré cela, les porte-bonheur peuvent être intéressants quand il s’agit de dénicher le bon bouquin.

Que vous soyez amateurs de brocantes ou de vieilles libraires, il ne vous fera aucun tort de vous aider d’un petit « coup de pouce du destin ».

Qui sait, cela va peut-être vous aider à trouver un livre (très) rare à ajouter à votre collection… voir de débuter une collection de cette façon !

Cyril

 

Repost0
9 décembre 2019 1 09 /12 /décembre /2019 19:04
Mariées rebelles (poésie) de Laura Kasischke (Editions Page à Page)

Mariées rebelles (poésie) de Laura Kasischke

(Editions Page à Page - 190 pages - Août 2016)

Edition bilingue traduite de l'anglais (USA) par Céline Leroy

Préface de Marie Desplechin

Edition originale: Wild Brides (1992 - New York)

----------------------------

Laura Kasischle est surtout connue par ses romans dont "Les revenants " ou "Esprit d'hiver" (que j'avais présenté sur le blog en 2013).

Mais elle a aussi écrit de la poésie dont ce recueil en est le reflet.

Dans sa préface, Marie Desplechin écrit :

"Si l'écriture de la romancière a des comptes à rendre à la poésie, sa poésie présente une belle ardoise au comptoir du roman. Kasischke raconte des histoires, elle raconte son histoire, avec une liberté que le carcan du roman interdit (sa longueur, sa dramaturgie, ses cadres). Elle pratique une manière dépouillée, prosaïque, fraternelle, directe et presque enfantine de plier la langue pour se confronter au sens et à l'émotion. (page VIII).

Le site poezibao propose un des poèmes du recueil en version bilingue (le dernier de la 2e partie pages 95 et suivantes) que je reproduis ici dans la traduction de Céline Leroy :

 

Les radis

L’amour est un mur et la haine aussi.
                Par exemple

                un après-midi.
La rivière était aussi blanche qu’une rivière de lait
dans la lumière éblouissante de l’été.

Les fusées au bord des champs de maïs pétaradaient.

Et j’avais quatre ans,
                à moitié nue dans le jardin
                arrachant des radis à pleines mains.

Ma grand-mère me surveillait depuis la véranda, se balançait.

                Quand j’ai eu tout un bouquet
                de racines, grossières
                et déjà rouges, couvertes
                de terre,
                je l’ai agité vers elle
                        et j’ai souri
                                et j’ai ri.

Parce qu’elle ne m’aimait pas.

Parce qu’elle n’avait jamais voulu
d’un mari, ni d’une fille,
ni même du rêve d’avoir une petite-fille
                abandonnée dans son jardin,

                elle a refusé le sourire.
                Elle m’a regardée fouir
                à la recherche d’un fruit âcre
                        le visage
                                sans expression.

Un drap de violettes
                décoloré sur le fil à linge
                battait dans l’air délavé.

On n’entendait que ce bruit
et celui du maïs qui s’élevait
comme ce mur.

                Parce que je le savais à l’époque,
                je l’ai regardée droit dans les yeux
                sans rien exprimer,
et je me suis mise à suçoter
les radis sales, l’un après l’autre,
                comme des tétons aigres au soleil.



 

Mariées rebelles (poésie) de Laura Kasischke (Editions Page à Page)
Repost0
7 décembre 2019 6 07 /12 /décembre /2019 17:48
Citation de Michel Tournier sur la voix reconnaissable de l'auteur

Repost0
3 décembre 2019 2 03 /12 /décembre /2019 15:34
Dans les pas de Toulouse-Lautrec d'Alain Vircondelet (Editions du Signe)

Dans les pas de Toulouse-Lautrec - nuits de la Belle Epoque d'Alain Vircondelet

(Editions du Signe - 200 pages - Septembre 2019)

--------------------------------------

Ce livre s'inscrit indirectement dans le contexte de l'exposition rétrospective du peintre qui se tient au Grand Palais à Paris jusqu'au 27 janvier 2020.

L'auteur, Alain Vircondelet, par ailleurs biographe de Marguerite Duras et d'Albert Camus entre autres, retrace la vie et l'oeuvre d'Henri de Toulouse-Lautrec (1864 - 1901) au travers des lieux qu'il a cotoyés et reproduits dans les années dites de la "Belle Epoque" à Paris.

Après un rappel biographique détaillé de la vie de Toulouse-Lautrec, l'auteur s'attache, plan à l'appui, à nous faire déambuler dans les hauts lieux de Paris d'une "Belle-époque" pas si belle que cela d'ailleurs, coincée entre deux guerres, celle de 1870 passée et celle de 1914 à venir, car tout le monde avait compris que l'humiliation de 1870 ne pourrait conduire qu'à une "revanche" obligatoire.

On était dans les années 1880-1900, celles du peintre, en période de "décadence" où il était de bon ton de s'encanailler la nuit, que l'on soit artiste, écrivain, bourgeois ou autre... dans les cabarets, auprès des prostituées etc... Le terme de "Belle-époque" d'ailleurs sera utilisé à titre "historique" à partir des années 1930.

 

La vie au grand jour rivilisa ainsi avec la vie nocturne, la censure tant morale qu'officielle accordant une licence plus vaste au champ des plaisirs de toutes sortes.
Les nuits de Paris devinrent alors le lieu le plus festif de la planète, là où il fallait être vu quand on était aristocrates argentés ou pas (la fameuse tournée des grands ducs !), bourgeois petits et grands, classes moyennes et classes inférieures indistinctement mêlées, tous jouissant de plaisirs sans tabous... (page 13)

Le moulin de la galette, le moulin rouge où Jane Avril et la goulue font sensation, sont deux lieux mythiques qui ont fait la gloire du peintre et du quartier.

La Goulue devrait son nom du fait qu'elle vide les verres des clients sur son passage (page62).

Dans les pas de Toulouse-Lautrec d'Alain Vircondelet (Editions du Signe)

N'oublions pas "le lapin à Gill" (Gill le caricaturiste) devenu "le lapin agile"; Le Mirliton, fief d'Aristide Bruand ; Les Folies Bergères liées à Loïe Fuller.

Le Cirque Médrano, la Foire du Trône ou le Théâtre Antoine sont d'autres lieux où on se montre, s'amuse aussi.

L'exposition universelle de 1900 viendra "terminer" le temps parisien et la vie de Toulouse-Lautrec, mort en 1901.

Y voit-il, en visionnaire, le spectacle funeste d'un monde à venir, précurseur pour lui de la perte de l'humain, ce dont sa propre peinture témoigne? Le luxe, le gigantisme, le progrès technique semblent déjà suffisamment effrayants pour créer une sourde inquiétude au-delà des surprises et des émerveillements. (page 152)

Toulouse-Lautrec aura pleinement profité de cette époque malgré son infirmité et nous sert aujourd'hui d'historien de ce temps qui paraît bien lointain et où l'illusion permettait de survivre aux affres du quotidien.

Merveilleusement illustré, ce livre est d'une richesse infinie, écrit également avec beaucoup de finesse pour nous faire pénétrer dans ce Paris nocturne étincelant.

Merci à Marie et Axelle des Editions du Signe de m'avoir adressé ce livre que je recommande vivement.

Bonne lecture,

Denis

Dans les pas de Toulouse-Lautrec d'Alain Vircondelet (Editions du Signe)
Repost0
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 19:32
Souvenirs /Ecran de Noël Herpe (Bartillat)

Souvenirs / Ecran - Voyages en France 2017-2018

de Noël Herpe

(Editions Bartillat - Mai 2019 - 236 pages)

--------------------------------

Noël Herpe est parti sur les routes de France en 2017 et 2018 pour présenter et commenter les films de Henri-Georges Clouzot (1907-1977).

Auparavant, il nous entraîne dans une errance dans Paris sur les lieux du temps passé qui ont marqué des moments de vie avec sa famille ou des amis.

Puis, il reprend étape par étape son périple dans 37 lieux entre banlieue parisienne et province.

Les projections en banlieue sont à l'image de la vie quotidienne : les gens sont pressés, en retard à cause des transports en commun : que ce soit à Ris-Orangis, Neuilly-Plaisance, Tremblay-en-France, Le Plaissy-Robinson ou Le Blanc-Mesnil. 

Pire, les débats et surtout les questions sont souvent d'un intérêt moindre. Clouzot n'attire pas forcément les foules, y compris les cinéphiles.

Noël Herpe va manger pendant les projections puis revient à l'issue de celles-ci pour animer le débat.

Parmi les villes "obligatoires", Il y a Niort, la ville où naquit Clouzot et dont le seul souvenir dans la ville est une plaque qui marque le lieu de sa naissance.

Souvenirs /Ecran de Noël Herpe (Bartillat)
Souvenirs /Ecran de Noël Herpe (Bartillat)

Niort, comme tant d'autres villes, a un centre ville bien triste. Est-ce un signe des temps où la culture, l'attrait du "beau" se perd au bénéfice de "l'utilitaire". C'est ce que j'ai ressenti à la lecture de ces souvenirs.

On sent que Noël Herpe n'est pas très optimiste. On sent que parfois il n'a pas envie de discuter de cinéphilie auprès des spectateurs et des organisateurs, trop peu réceptifs ou trop "sectaires" dans leurs goûts, n'hésitant pas à émettre des "clichés" sur certains films et cinéastes.

L'auteur vit beaucoup dans les bars, restaurants et hôtels pendant son périple. Il est attentif à ce qui s'y dit autour d'un verre ou d'un plat.

Il en profite aussi pour projeter son film "Fantasmes et fantômes" (2017) souvent controversé lors des débats. Le cinéma expérimental n'est pas forcément très bien perçu et compris.

Passionné également par Eric Rohmer, il y fait souvent allusion notamment à Clermont-Ferrand et au Chambon qui ont été des lieux de tournage.

Cette tournée ne grandit pas la France contemporaine, du moins celle que l'auteur a rencontrée. Le cinéma de nos "parents" ou "grand-parents" ne sont plus dans notre champ "visuel", que ce soit "Le corbeau", "L’assassin habite au 21", "Les diaboliques", "Le mystère Picasso", "Quai des Orfèvres" ou "Le salaire de la peur" du seul Clouzot. Des titres "mythiques" pourtant !

Merci à Juliette, attachée de presse des éditions Bartillat de m'avoir adressé ce livre passionnant au-delà de ses constats pessimistes mais sincères.

Bonne lecture,

Denis

Je traverse une France morte, un pays peuplé d'ombres, de regrets, de traces vaines.Ne suis-je pas le plus mort d'entre ces morts? page 147)

Souvenirs /Ecran de Noël Herpe (Bartillat)
Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***