Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 07:00

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

( Sources photos internet )

 

Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 06:00

 

guide-interieur-sai-baba.jpg

Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 08:00

 

Etude sur la critique libertaire de la violence développée

par A. Camus tout au long de sa vie.

 Ayant côtoyé R. Maîtrejean, des anarchistes espagnols en exil, l'antimilitariste L. Lecoin, les anarcho-syndicalistes

N. Lazarévitch et M. Joyeux,

 l'écrivain développe une critique qui cible à la fois

la violence du pouvoir et une violence révolutionnaire

qui refuse de se donner des limites.

 

 

 

 

 

 

Éditeur : Indigène, Montpellier

 Collection : Ceux qui marchent contre le vent

Janvier 2011 - 24 pages

 

 

4ème de couverture

 

Camus et sa critique libertaire de la violence.

 Alors que l'écrivain le plus lu des Français fait l'objet

de récupérations éhontées, tant de la part de Nicolas Sarkozy

que des philosophes de Cour en passant

par les publicistes tout terrain, il nous a paru essentiel

de rappeler l'attachement viscéral, indémenti de Camus

à ce qu'il appelait « le génie libertaire »

- ce que nient ou minimisent tous ses biographes.

 Il lui doit d'avoir pu résoudre son horreur de la violence,

sans jamais taire en lui le désir d'une révolution non sanglante,

dans la lignée de la non-violence de Gandhi,

au service de la vie aujourd'hui meurtrie

par une société étatiste, industrielle.

 Plus que jamais brille la phrase de l'anarchiste russe

 Lazarévitch :

« Nous sommes en présence d'un des rares écrivains

 qui n'acceptent pas de se laisser corrompre. »

 « Les gouvernements, par définition, n'ont pas de conscience. »

Albert Camus, Témoins n° 5, printemps 1954.

 

 

 

 

L'auteur : Lou Marin,

(un pseudonyme inspiré du village de Lourmarin )

issu du mouvement anarchiste

non violent et anti-nucléaire allemand,

a publié dès 1998, en Allemagne,

Aux sources de la révolte,

Albert Camus et l'anarchie.
C'est à lui qu'on doit d'avoir exhumé et regroupé

pour la première fois l'intégralité

des textes libertaires

 de l'écrivain dans son ouvrage en français,

Albert Camus et les libertaires (1948-1960),

 Egrégores éditions, septembre 2008.

Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 07:00

 

 

Painting of cat at night. Rosina Wachtmeister

 

 

Rosina Wachtmeister

 

 

 

 

Painting of cat at night. Siri Schillios

 

 

 

Siri Schillios

 

 

 

 

Painting of cat at night. Tatyana Rodionova

 

 

Tatyana Rodionova

 

 

 

 

Painting of cat at night. Oksana Sulimova

 

 

 

Oksana Sulimova

 

 

 

 

Painting of cat at night. l. Stroganov

 

 

L. Stroganov

 

 

 

 

 

Painting of cat at night. Oleg Meleshko

 

 

 

Oleg Meleshko

 

 

( Source photos internet )

Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 06:00

 

 

 

 

" Il y a dans le lever et le coucher du soleil

des rayons de bonheur."

 

 

 

" Pour vivre heureux, il faut éviter de parler de façon agressive

et malveillante."

 

 

" Quand on ne sait plus si le bonheur existe, il faut regarder

les yeux d'un nouveau-né."

 

 

 

" Un bon livre, bien calé et au chaud, c'est aussi

un moment de bonheur."

 

 

 

" L'amour est un bouton de fleur qui ne demande

qu'à s'épanouir en bonheur."

 

 

 

" Le bonheur, cette main qui prend la nôtre

sur notre lit de malade."

 

 

" Le bonheur est une nourriture rare qu'il faut savoir

consommer en abondance."

 

 

" Le bonheur est une récompense qui nous permet

de tenir bon malgré les difficultés de la vie."

 

 

" Le rire est la rampe de lancement vers le bonheur."

 

 

" L'extase est au plaisir ce que le bonheur

est à la sérénité."

 

 

Pensées de Jean Gastaldi

extraites du " Petit livre sur le bonheur "

 

Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 09:00

   

 

   

Un mot sans âme

 

L'âge est un mot sans âme

Il désigne un nombre de jours

Sans se soucier de l' état d'esprit

Il arrête les sentiments

Que le coeur peut encore donner

C'est un frein au bonheur

L'âge ne veut pas dire jeune

Il s'en dégage de l'amitié

Qui devient de l'amour

Sentiment éternel sans âge

Oubliez ce mot " vieux "

Pour être encore heureux à deux.

 

 

Michel Frostin

 

Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 08:00

 

 

 

 

ACTES SUD - 2007 - 173 pages

 

 

Un officier déserteur et une danseuse de corde,

éperdus d’amour, se suicident dans la campagne

danoise en 1889.

 

 

L’histoire vraie : le 24 juillet 1889, on retrouve morts

 dans la campagne danoise une jeune femme

et un homme plus âgé qu’elle. Ils se sont suicidés.

 Elle s’appelle Hedvig Jensen mais le public qui l’a vue danser

sur une corde dans un cirque la connaît

sous le pseudonyme d’Elvira Madigan.

 

 

 

 

 

 

Lui, c’est Sixten Sparre, lieutenant des dragons, marié, père, recherché comme déserteur.

 

 

 

 

 

Traqués, ils ont réussi à quitter la Suède mais,

éperdus d’amour et ne vivant que minute par minute,

 ils n’ont rien su faire d’autre que s’aimer et désirer mourir.
Elle avait vingt et un ans et lui trente-cinq.

La compassion populaire fera le reste :

on écrit des chansons, on pleure sur leur sort,

ils deviennent les Tristan et Yseult de Suède.

En 1967, Bo Widerberg tournera à partir de leur histoire

un de ses plus beaux films en utilisant comme musique

 un concerto de Mozart, le numéro 21 en do majeur.

 Une histoire, un drame, une ambiance musicale

qui valurent à ce concerto d’être baptisé

par tous les musiciens du monde le concerto “Elvira Madigan”.

Pia Degermark, pour son rôle dans le film,

obtint le prix de la meilleure interprétation féminine

 au festival de Cannes en 1967.
La tombe d’Elvira et de Sixten est devenue un lieu de pèlerinage.

 

 

 

( image wikipédia )

 

****


Célébration poétique et récit détaillé, hymne à l’amour

 et à la toute puissance de la mort, observation

de l’intimité d’un couple éperdu d’amour mais condamné,

La Triste Histoire d’Elvira Madigan et du lieutenant

Sixten Sparre " nous fait vivre le quotidien du couple

depuis leur arrivée à Svendborg jusqu’à leur suicide

 sur l’île voisine de Tåsinge.

C’est la descente aux enfers d’un amour à tel point sublimé

qu’aucun retour à la réalité n’est possible :

ils ont laissé derrière eux famille et statut social pour vivre

leur relation, sans se préoccuper d’économies

qui fatalement s’épuisent.

Bord de mer propice à l’oubli du réel, promenades,

chambres d’hôtel, regards des autres, ciels qui changent,

un beau décor quand seul le temps compte…
Sixten, militaire de seconde zone, rêvait d’être poète.

Coincé par un cadre social, il s’est marié avec la comtesse

 Luitgard dans sa Suède natale, lui a fait des enfants.

Traînée par sa mère de cirque en cirque et propulsée

sur le  devant de la scène par un beau-père arriviste et

 peut-être abusif, Elvira, depuis toujours,

rêvait au prince charmant qui un jour l’emporterait.
Sixten l’a vue lors d’un de ses spectacles, l’a revue,

puis l’a suivie comme on suit un mirage, jusqu’au jour

où ils se sont échappés ensemble
Ils sont maintenant ensemble, seuls au monde,

envisageant des échappatoires plus ou moins utopiques,

tandis que l’intensité de leur désir les ramène sans cesse

 dans la chambre, dans le lit, comme si de l’union des corps

 pouvait naître un autre monde.

 

 

****

 

 

 

 

 

Paardekooper est un pseudonyme de l’éditeur,

 poète et critique Asger Schnack, né en 1949,

 qui sous ce nom a publié plusieurs livres :

recueils de poésie, interprétation de Bob Dylan,

anthologies, etc.

 

 

Un livre que j'ai emprunté à la bibliothèque

et que j'ai beaucoup aimé malgré la fin tragique

de cette belle histoire d'amour ...

 

Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 07:00

 

vic-anniv-23-ans.jpg

 

 

 

Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 06:00

 

reves-bouthot.jpg

Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 10:00

 

 

(Editions Phebus - février 2011 - Préface et traduction par Dominique Laure Miermont + Corinna Gepner pour la traduction - 270 pages)

 

Les éditions Phébus ont entrepris de publier des oeuvres de klaus Mann depuis 2009 : "Contre la barbarie" (2009), "Point de rencontre à l'infini" (2010) et "Speed" (2011) ainsi que ce recueil de textes en 2011 : "Aujourd'hui et demain".

 

 

Je remercie vivement les Editions Phebus qui m'ont offert ce livre pour que je le lise et que je puisse ensuite un faire un article sur ce blog.

 

Je vous remets ici le lien vers mon article de février 2011 qui était accompagné d'une vidéo de présentation de Klaus Mann.

 

   Ce livre rassemble des articles, textes et conférences écrits par Klaus Mann entre 1925 et 1949. 24 années qui constituent sa carrière littéraire. En effet, en 1925, il a 19 ans et en 1949, bien que jeune encore (43 ans) il se suicide à Cannes le 21 mai 1949.

 

Il proclame dans ces textes son espoir en l'Europe notamment grâce à la "foi" de la jeunesse littéraire en la force d'une Europe forte, pacifique et unie.

 

Et au fil des mois et années, le nazisme, le fascisme et le stalinisme détruisent l'idée d'une Europe multi-culturelle.

 

En exil en Europe puis aux Etats-Unis, il mène un combat contre le totalitarisme.

Ainsi ses écrits sont politiques mais surtout dans ce livre ils sont centrés sur l'intérêt que porte Klaus Mann à la littérature française.

 

Ses écrivain de prédilection sont René Crevel, Raymond Radiguet, Julien Green, Alain-Fournier ou Jean Giono pour les écrivains de sa génération.

 

André Gide est l'écrivain "aîné" qu'il apprécie le plus.

 

Pendant ces 24 années d'écriture, il va régulièrement revenir à ses écrivains de prédilection, sachant être critique avec certains comme Jean Cocteau, André Maurois quand il sent que leur pensée a dévié de la ligne de conduite qu'il attendait d'eux. Car Klaus Mann va rester tout au long de sa vie fidèle à ses opinions européennes, combattant sans relâche toute dictature y compris cette d'Union Soviétique.

 

 

 

Klaus Mann, fils de Thomas Mann et plus encore neveu d'Heinrich Mann, qu'il vénère plus que son père, sans doute car "écrasé" par la gloire de son père, doit être lu et relu car il a un modernisme dans son ton qui ne peut que plaire encore à notre époque où un "certain espoir" en un monde meilleur doit toujours vivre en nous.

 

 

Lisez ce livre et n'oubliez pas son chef d'oeuvre qui aura été pour moi une de mes plus belles lectures "Le tournant".

 

Encore merci aux éditions Phebus de m'avoir offert ce livre pour me mettre de continuer à découvrir cet auteur et à me permettre de transmettre mon enthousiasme aux amis de ce blog.

 

Prochaine lecture : "Speed" également offert par les éditions Phebus

 

Bonne lecture,

 

Denis 

Repost0

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***