Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 15:34

 

La rentrée littéraire de Gallimard met à l'honneur Albert Camus avec la parution de trois livres :

 

- Correspondance (et autres textes) Albert Camus / André Malraux (1941-1959) : parution en octobre 2016 (collection blanche) : trente-six lettres, des rencontres et des échanges. Estime et attention réciproques marquent cet échange épistolaire.

Edition établie, présentée et annotée par Sophie Doudet

 

- Requiem pour une nonne, d'après William Faulkner par Albert Camus : parution en septembre 2016 (Folio Théâtre)

Edition de Pierr-Louis Rey

(Pour rappel, Albert Camus a adapté quelques textes pour le théâtre tels celui-ci de Faulkner)

 

- En quête de L'Etranger d'Alice Kaplan (professeur à l'université dYale) : parution en septembre 2016 - Traduit de l'anglais par Patrick Hersant (Hors-série).

Avec Alice Kaplan, le lecteur repère les premiers signes annonciateurs du roman dans les carnets, la correspondance de Camus, traverse les années de son élaboration progressive, observe, comme par-dessus son épaule, d'abord l'écrivain au travail, puis les mots sur la page, accompagne l'auteur mois après mois pour entendre l'histoire du roman racontée de son point de vue...

 

(Source : Le Bulletin Gallimard N° 514 - septembre/octobre 2016)

Rentrée littéraire Gallimard 2016 : Albert Camus
Repost 0
Published by DENIS - dans ALBERT CAMUS
commenter cet article
21 août 2016 7 21 /08 /août /2016 09:16
Citation de Jean de La Fontaine : douceur de l'amitié
Repost 0
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
19 août 2016 5 19 /08 /août /2016 10:28

 

J'ai reçu d'Anaïs Hervé, que je remercie, le communiqué suivant :

 

LA FNAC LANCE SON PREMIER FESTIVAL LITTÉRAIRE :

« FORUM FNAC LIVRES »

 

DU 1er AU 4 SEPTEMBRE 2016

 

 

JONATHAN FRANZEN, INVITÉ D’HONNEUR DE CETTE PREMIERE ÉDITION

 

 

Du 1er au 4 septembre, la Fnac donnera le coup d’envoi de la rentrée littéraire avec le lancement du FORUM FNAC LIVRES, un événement dédié aux livres et à leurs auteurs, entièrement gratuit et ouvert à tous en plein cœur de Paris.

 

Pour cette première édition, l’invité d’honneur du FORUM FNAC LIVRES sera le célèbre romancier américain JONATHAN FRANZEN, auteur des Corrections, de Freedom et dernièrement de Purity (Éditions de l’Olivier).

 

L’auteur participera notamment à l’une des grandes rencontres littéraires proposées tout au long de la manifestation, vendredi 2 septembre prochain.

 

Un événement unique et gratuit, dédié aux rencontres entre auteurs et public

Durant trois jours, plus d’une centaine d’auteurs de la rentrée littéraire 2016 et figures incontournables de l’édition, seront présents au Carreau du Temple pour célébrer la littérature, mais également la bande-dessinée, les sciences humaines…

Ouvert au public du vendredi au dimanche, le Forum Fnac livres proposera, sur ce premier week-end de la rentrée, plusieurs rencontres et entretiens en public, ainsi que de nombreuses séances de dédicaces. Une librairie Fnac et des espaces d’initiation à la lecture numérique viendront compléter ces rencontres avec les auteurs. 

 

Le 15ème PRIX DU ROMAN FNAC, remis lors de la cérémonie d’ouverture

Le Prix du Roman Fnac, qui fêtera cette année sa 15ème édition, sera remis par Jonathan Franzen, lors de la soirée d’ouverture du FORUM FNAC LIVRES, jeudi 1er septembre.

En 2015, Laurent Binet avait été récompensé pour son roman La septième fonction du langage (Éditions Grasset).

 
 

 

Site où vous pourrez trouver plus d'informations :

 

http://www.fnac.com/forumfnaclivres

 

Repost 0
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 15:04
Le sérieux bienveillant des platanes de Christian Laborde (Le Rocher)

 Le sérieux bienveillant des platanes de Christian Laborde

(Editions du Rocher - août 2016 - 131 pages)

----------------------------------------

Je ne cherche pas à tout prix être sur les rangs des premiers articles publiés le jour de la rentrée littéraire.

Mais quand Jean-Philippe Bertrand (que je remercie) des Editions du Rocher m'a proposé un partenariat pour lire "Le sérieux bienveillant des platanes", roman signé Christian Laborde, j'ai tout de suite répondu oui, car je savais les liens qui unissaient l'auteur à Claude Nougaro. Il a consacré pas moins de quatre livres à son ami.

Christian Laborde est écrivain aux multiples facettes, écrivant sur le cyclisme, sur les vaches. Il est pamphlétaire, romancier, essayiste... et tout cela en étant né en 1955. 25 livres à son actif. Bref, un multicarte de l'écriture...

 

Et là, en 131 pages, il nous fait voyager vers Lumac pour aller rendre un dernier hommage à "pépé". Un road movie... mais pas que cela...

Qui sont ces deux marginaux ?

 
 

Tom a joué dans un groupe de rock qu'il a créé avec son copain Bébert, devenu boucher. Ils ont étudié à Paulac et ont fui bien vite la ville trop arriérée pour leur musique. Et ils vivent à Paris. Tom est logé chez Max, propriétaire d'un bar. Et Tom l'aide pour payer le loyer.

Il apprend par son père au téléphone que son grand-père est décédé. Bébert se propose de lui prêter sa voiture. Et quand il dit à Joy qu'il part pour enterrer celui qu'elle appelle "pépé" elle dit aussitôt qu'elle l'accompagne.

Joy se prostitue y compris avec le curé de sa paroisse et Tom vole pour vivre ou survivre ! Il n'aime pas les écolos et bourgeois (sauf pour les voler).

Ils partent donc pour Lumac. Autant il a détesté son père autant il a aimé son grand-père ancien légionnaire et fan des platanes qu'il n'a cessé de photographier.

Lumac est un lieu paumé à 800 kms de Paris. Il faut aller à Paulac pour y trouver les lycées et compagnie.

Ils se sont arrêtés pour manger et à présent ils quittent l'autoroute pour les nationales puis les départementales.

Stupeur en arrivant à Lumac, les "platanes de pépé" ont été coupés. 

Les platanes sont le symbole du peuple. Ils sont généreux pour leur ombre dans les région chaudes et leurs feuilles sont très belles a toujours dit pépé. Et la société Jungle Books les a faits coupés car ils sont dangereux pour les conducteurs, en bord de route.

Il faut un drapeau pour enterrer pépé. Tom va à la mairie et en obtient un du maire qui l'invite à venir chez lui parler du grand-père car il l'appréciait bien.

Pépé n'aurait pas aimé la messe entre charabia et musique de Bach.

Mais voilà, le maire a une révélation à faire à Tom sur son grand-père alsacien !

 

J'ai trouvé quelques effets de langage au début du roman un peu "lourds", je dois le reconnaitre. Mais le ton est enlevé, on ne s'ennuie pas une seconde avec ces personnages qui pourraient être sortis d'une bande dessinée.

Et quand on lit cela, on se dit que ce roman est aussi une sorte de pamphlet déguisé sur notre époque :

 

Début du chapitre 4 (page43) : "Le frein à main, la carte bleue que je récupère dans le pare-soleil : direction les frites. Joy descend de la voiture, allume une cigarete. Elle porte un T-shirt échancré de couleur rosé sous lequel, libres, ses seins s'agitent dès qu'elle bouge. Seul le frémissement des seins sous un chemisier peut rivaliser avec celui du feuillage quand le vent d'été s'égare dans les branches des arbres. C'est un truc que je sais et que je ne lis nulle part. Y a le corps dans les livres d'aujourd'hui, bien que leurs auteurs prétendent le contraire. Ca exhibe, ça affiche, ça filme de près, mais le corps, ils le râtent, ils passent à côté, parce que le merveilleux, c'est pas leur truc. Ce sont des huissiers, des adeptes de l'inventaire. Et les poètes, les mecs qui marchent à l'imagination, ils les dénoncent aux flics. Ce sont des balances".

 

En ces temps de rentrée littéraire, on peut se poser la question de savoir si les romans savent parler du "merveilleux" !  Un roman qui coule mais qui sait être rugueux aussi. Ce n'est pas un chef d'oeuvre, mais c'est un livre que j'ai aimé lire assurément, surtout de par son ton "décalé".

 

Et pour conclure, un dernier petit extrait "pour la route" : (page 70) "... Mon père il dit qu'il faut sauver les emplois avant de sauver les platanes. Il a tout compris, mon père. Et l'emploi en question, je te dis pas ! Je te dis pas les conditions de travail chez Jungle Books ! C'est eux qui ont eu la peau de la mère de Katia, je te rappelle... Ce sont des négriers, ces mecs, des négriers qui, en plus, sont responsables de la mort des librairies dans tout le pays".

 

Bonne lecture,

 

 

 

Denis

 

 

 

 

 

Repost 0
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 10:16

 

Voici un extrait du dossier de presse que m'a adressé Armelle Chatel que je remercie pour présenter le prochain festival international de Toulouse - Polars Sud qui se tiendra du 7 au 9 octobre 2016 :

 

 

LES AUTEURS 

 

Elle réunira une soixantaine d’auteurs incontournables du genre noir et policier.

 

L’écrivain chinois Qiu Xiaolong, publié en France chez Liana Lévi, parraine le festival.

 

Il sera entouré de soixante auteurs comme Victor Del Arbol, Donald Ray Pollock, Arni Thorarinsson, Erik Axl Sund, Johanna Gustawsson, Franck Thilliez, Bernard Minier, Hervé Le Corre, Olivier Norek, Pascal Dessaint, Dominique Manotti…

 

Comme chaque année, seront organisées de nombreuses tables rondes et rencontres avec les auteurs sous le chapiteau bien sûr, mais aussi dans les établissements scolaires, les bibliothèques et plusieurs librairies partenaires de Toulouse et toute la nouvelle région. Petits et grands pourront découvrir cette littérature noire et policière.

 

Littérature adulte, littérature jeunesse et BD, tous les lecteurs y trouveront leur compte.

 

Retrouvez la liste complète des auteurs.

 

ALGERIE

Ahmed Tiab

ARGENTINE

Carlos Salem

BELGIQUE

Patrick Delperdange

CHILI

Boris Quercia

CHINE

Qiu Xiaolong

ESPAGNE

Antonio Altarriba
Victor Del Arbol
Keko
Kim
Jordi Llobregat
Rosa Montero
Aro Sainz de la Maza

ISLANDE

Arni Thorarinsson

ITALIE

Sandro Bonvissuto
Valerio Varesi

NIGÉRIA

Leye Adenle

POLOGNE

Zygmunt Miloszewski

SUEDE

Erik Axl Sund

USA

Donald Ray Pollock

FRANCE

Laurent Audouin
André Blanc
Anne Bourrel
Franck Bouysse
Christian Carayon
Sire Cédric
Sonja Delzongle
Céline Denjean
Pascal Dessaint
Mymi Doinet
Michel Douard
Claire Favan
Pierre-Henri Gomont
Laurent Guillaume
Johanna Gustawsson
Sophie Henaff
Franck Klarczyk
Hervé Le Corre
Marin Ledun
Denis Lemasson
Sophie Loubière
Dominique Manotti
Laureline Mattiussi
Maud Mayeras
Philippe Mediavilla
Bernard Minier
Benoît Minville
Emmanuel Moynot
Olivier Norek
Lionel Olivier
Jean-Hugues Oppel
Guy Rechenmann
Benoît Séverac
Franck Thilliez
Jean-Christophe Tixier

Maxime Vivas
Marie Wilhelm

 

 

 

LES DEPOSITIONS

 

Le festival donne la parole aux auteurs à travers notamment 9 conférences, venez les écouter et débattre avec eux.

 

VENDREDI 7 OCTOBRE
A 18h

Du Polar à l'écran.

Avec Laurent Guillaume et Bernard Minier.

 

SAMEDI 8 OCTOBRE
A 10h

Autres temps, autres lieux, le roman noir témoin de la société, pourquoi explorer le passé ?

Avec Dominique Manotti, Hervé Le Corre et Victor Del Arbol.

 

A 14h30

Il était une fois l’Amérique.
Avec Donald Ray Pollock

 

A 16h

Passé-Présen de la Chine

Avec Qiu Xiaolong

 

A 17h30

Polars des glaces

Avec Arni Thorarinsson, Erik Axl Sund et Johanna Gustawsson

 
DIMANCHE 9 OCTOBRE
A 10h30

Quand le polar se met au vert…

Avec Franck Bouysse, Benoît Minville, Patrick Delperdange et Anne Bourrel

 

A 14h

Lagos, Santiago, Barcelone :  polar sur la ville

Avec Leye Adenle, Boris Quercia et Aro Sainz de la Maza

 

A 16h30

Fantastique ou déjanté, quand le polar mélange les genres 

Avec Rosa Montero et Carlos Salem

 

 
 

 

On attend au Parloir !

 

Rencontres littéraires courtes, 30 minutes pour découvrir un auteur en toute intimité (places limitées).

 

Vendredi 7 octobre

17h30 ------------ Sonja Delzongle

 

Samedi 8

14h ---------------Zygmunt Miloszewski

15h30 ----------- Olivier Norek

17h --------------- Sandro Bonvissuto

17h25 ------------ Maud Mayeras

 

Dimanche 9

11h30 ------------ Jordi Llobregat

15h --------------- Valerio Varesi

15h30 ------------ Ahmed Tiab et Denis Lemasson

 

 

Et plein d'autres rencontres dans la ville que je ne peux détailler ici, é retrouver sur le site :

http://www.toulouse-polars-du-sud.com/

 

La bande annonce du festival est sur youtub :

 

Repost 0
18 août 2016 4 18 /08 /août /2016 09:27
Citation de Gandhi : suivre son propre chemin
Repost 0
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
16 août 2016 2 16 /08 /août /2016 19:11
Le cinquième hiver du magnétiseur de Per Olov Enquist (Actes Sud)

Le cinquième hiver du magnétiseur de Per Olov Enquist

(Oeuvres romanesques tome 1 - Thésaurus - Actes sud)

(186 pages pour ce roman)

 

Traduit du suédois par Marc de Gouvenain et Lena Grumbach

(1976 pour Flammarion)

 

Titre original : Magnetisorens Femte Vinter (1964 - Stockholm)

---------------------------------------------

Ce roman est le troisième de Per Olov Enquist (né en 1934) et le premier traduit en français. Marc de Gouvenain et Lena Grumbach (suédoise qui fut l'épouse de Marc) ont traduit les principaux auteurs suédois connus en France y compris les polars Actes Noirs.

 
 

Friedrich Meisner est magnétiseur mais il a régulièrement des soucis avec les uns ou les autres. En ce "cinquième hiver" les soucis continuent. Il a été emprisonné dans une grotte, encerclé par six habitants du village qui ne le lâchent pas. Toutefois un des hommes dit le tisserand s'enfuit avec lui. Ils rencontrent deux femmes  la mère et la fille. Elles ont fuit la ville sous l'emprise de la peste. Et tous quatre cherchent une ville d'accueil. On est fin 1793.

Mais très vite Meisner s'enfuit avec le tisserand laissant les deux femmes à leur sort. Il est habitué à changer de lieux et d'amis très rapidement.

Et ils arrivent à Seefond. Tout le monde sait qui est ce Meisner. Et l'un des médecins de la ville, le docteur Selinger lui présente sa fille Maria aveugle depuis qu'elle a été violée à l'âge de dix ans. 

Meisner entreprend de soigner Maria par magnétisme. Elle dit avoir confiance en lui bien qu'il raconte qu'il a échoué à Vienne avec une pianiste aveugle mais ses parents avaient fait arrêter les séances avant terme. Et après avoir été magnétisée elle montre du doigt Meisner comme si elle voyait.

Et en effet le traitement a été efficace. Selinger se met au service du magnétiseur en tant que contrôleur scientifique et la population est ravie et vient massivement se faire soigner par Meisner. Maria, elle, n'est pas si ravie que cela de voir ce monde.

Meisner traite une jeune femme et quand il se retrouve seul avec elle dans la nuit il la "viole" tout en douceur !

Un homme, lui, est mort pendant le traitement et Meisner avec le tisserand l'ont ramené chez lui disant à la logeuse qu'il était très fatigué pour masquer l'homicide involontaire.

Et puis nouveau miracle avec une femme souffrant d'une grossesse extra utérine, le bébé mort étant resté dans le corps de sa mère. Elle évacue des bouts de chair et d'os en lien avec la magnétisme de Meisner. Mais Selinger et son ami Steiner se rendent compte qu'il y a quelque chose qui cloche. Il y a donc supercherie !

On peut comprendre que les difficultés vont reprendre pour Meisner...

 

On aura compris que Meisner a beaucoup à voir avec Mesmer (1734 - 1815). L'auteur nous dit en fin de roman : "Il est impossible d'expliciter nombre de documents sur Friedrich Meisner ; ils furent créés et cessèrent d'exister du fait même de ce roman sur lui. Quelques traits seulement peuvent faire penser à Franz Anton Mesmer. Un des cas relatés ici, le cas Keiser, repose cependant en partie sur des faits authentiques. On le trouve mentionné dans un journal de médecin datant de 1921 et tenu par un adepter de Mesmer, le docteur P.G. Gederschjöld".

 

Pour en savoir plus sur Mesmer, son baquet et son magnétisme :

 

http://medarus.org/Medecins/MedecinsTextes/mesmer.html

 

Un roman sur base historique qui fait alterner un narrateur extérieur et le journal du médecin Selinger. Le lecteur est happé par cette histoire entre vérité scientifique et charlatanisme ! On croit ou on ne croit pas ! C'est bien là l'alternative. L'auteur ne semble pas prendre parti laissant l'homme de science qu'est Selinger de prendre ses responsabilités de médecin pour savoir quoi penser, troublé qu'il a été en voyant sa fille retrouver la vue !

 

Per Olov Enquist se lit très facilement dans ce roman, ce qui n'est pas toujours le cas, car son roman suivant "Hess" est de style très "nouveau roman" et n'est pas du tout facile à suivre et à comprendre : comment s'emparer de la personnalité de Rudolph Hess ? Exercice très original quand il est vu par Enquist, mais non convainquant pour le lecteur.

 

Un auteur qui a écrit un très beau livre "Blanche et Marie", sur Marie Curie. Comme quoi il aime les personnages historiques et au long de sa longue carrière commencée au début des années 60, il a su les aborder de manière très différente, selon les thèmes et les époques.

 

Bonne lecture,

Denis 

 
 
 
Livre lu dans le cadre du "Challenge Nordique" animé par Marjorie Littérature et que vous pouvez retrouver sur Facebook.
 
 

 

Le cinquième hiver du magnétiseur de Per Olov Enquist (Actes Sud)
Le cinquième hiver du magnétiseur de Per Olov Enquist (Actes Sud)
Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article
14 août 2016 7 14 /08 /août /2016 16:54
Sarajevo omnibus de Velibor Colic (Gallimard)

Sarajevo omnibus de Velibor Čolić

(Gallimard - mars 2012 - 171 pages)

---------------------------------​-

 

Né en 1964 en Bosnie, Velibor Čolić  a été réfugié en France en 1992, pendant la guerre des Balkins.  Il a réappris à vivre dans une nouvelle langue, le français. ce livre et d'autres ont ainsi été directement écrits dans cette langue.

 

L'auteur nous dit en préambule à "Sarajevo omnibus", "Le texte qui suit est une oeuvre de fiction avec des personnages historiques. Il n'est donc pas une interprétation historique, encore moins une analyse scientifique, juste un roman, imaginé et conçu comme un omnibus cinématographique, comme cinq chapitres d'une même histoire. (...) Ce n'est qu'une fiction. J'ai voulu l'imposer comme une histoire vraie, parce que, par essence, chaque roman est vrai".

 

J'ignorais l'expression "omnibus" qui s'emploie au cinéma pour les films à sketches donc à séquences. C'est vrai que ce genre de films a plutôt disparu de nos jours.

 

Là, un seul auteur et cinq séquences autour de Sarajevo. Et une composition romanesque bâtie sur des faits historiques avérés. Ce qui est littérature dans ce livre c'est l'approche "humaine" des personnages. On les voit de l'intérieur et non de l'extérieur comme le ferait un historien. L'auteur fait revivre le pont de Sarajevo ou le "Conseil" au fil des siècles, leur donnant "chair" en quelque sorte. Ce sont aussi des "témoins" d'une ville qui est passée par tous les états.

 

 

 

Le pont latin

Au XVIe siècle Husein Karadagli dit le Sellier, astronome amateur et mathématicien construisit à Sarajevo un pont dit "pont des chèvres". Il a été reconstruit peu de temps après, en 1565, en pierre par Ali Ajni-Bey.

 

Attentat de Sarajevo

C'est de Belgrade qu'est venue l'idée en 1912 d'assassiner l'archiduc austro-hongrois François-Ferdinand. Apis avait créé la "main noire" et a recruté des étudiants pour exécuter la sentence le 28 juin 1914 près du pont latin.

Princip en a été le principal exécutant avec la complicité des russes  notamment avec Artamanov qui fut en 1918 exécuté dans son pays par les bolcheviques.

Le futur prix Nobel de littérature Ivo Andric a participé de très loin à l'attentat de Sarajevo car il fut relâché. Sa vie fut celle d'un intellectuel discret jusqu'à sa mort.

Cinq coups de feu ont été tirés pour tuer le couple austro-hongrois mais par ricochet le cinquième a tué le rabbin de Sarajevo, Abramovicz, une innocente victime.

Parmi les témoins de cet attentat le hadji Dizdarevic ou le curé Latinovic qui étaient aux côtés d'Abramovicz.

C'est l'occasion pour l'auteur de présenter chacun de ces "personnages".

 

Le conseil

Ce bâtiment, qui recueillît le corps de l'archiduc, d'architecture très orientale fut conçu par Alexandre Witteck devenu fou (un comble pour un joueur d'échecs de renommée mondiale) quand il vit que le Conseil manquait de lumière.

 

La haggadah

C'est au "Conseil" que la gestapo s'est installée pendant l'occupation allemande. Parmi les officiers, un "érudit" passionné d'art Ernst Rosenbaum.

Ce fameux livre juif est parti en 1492 de Tolède pour sa destination finale que sera Sarajevo. Rosenbaum voudra récupérer ce livre dernier "vestige" juif de la ville mais Daoud Cohen préférera mourir sous la torture plutôt que de dire où il est caché.

 

Appendice

Sous-titré "biographie non autorisée de Nikola Barbarich", dans cette partie on assiste aux "multiples" vies de cet homme.

J'avoue que cette partie m'a moins intéressé.

 

 

Un livre à lire pour aborder par le biais de l'histoire vue par un écrivain des moments importants de l'histoire de Sarajevo du XVe au XXe siècle, avec un éclairage particulier sur l'attentat du 28 juin 1914.

Un auteur contemporain à suivre de près car il a beaucoup à nous dire sur notre monde, son dernier "roman" parlant de son expérience d'exilé "Manuel d'exil : comment réussir son exil en trente-cinq leçons".

 

Bonne lecture,

Denis

 
Sarajevo omnibus de Velibor Colic (Gallimard)
Repost 0
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 10:46
Citation de Milan Kundera sur l'art de lire un roman
Repost 0
Published by FABIENNE - dans CITATIONS
commenter cet article
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 16:51
La Tour de Guet d'Ana Maria Matute (Phebus - Libretto)

La Tour de Guet d'Ana Maria Matute (Phebus - Libretto - janvier 2011 - 236 pages)

Préfacé et traduit de l'espagnol par Michelle Lévi-Provençal

Titre original : La Torre Vigia (1971)

--------------------------------------

 

Ana Maria Matute (1926-2014) est née à Barcelone et a longtemps vécu à Madrid. La guerre d'Espagne l'a profondément marquée. Elle est primée dès 1960 et entre à la Nacional de las Letras  Espanolas en 2007 avant de recevoir en 2010, le prestigieux prix Cervantes pour l'ensenble de son oeuvre. Elle est malheureusement assez peu connue en France et pourtant la majorité de ses romans a été publiée en France dès 1960. Elle a également publié 8 livres pour la jeunesse.

Les éditions Phebus ont ainsi publié ce roman ainsi que "Paradis inhabité".

 

On est très dépaysé dans ce roman "intemporel" qui raconte les années d'éducation du narrateur, de sa naissance à l'âge adulte. Et comme on comprend vite que l'on est au Moyen Age, l'évolution "ultime" est celle de se faire chevalier.

On ne sait pas trop où se situe l'action de ce roman. Peut-être en Europe centrale  Mais là n'est pas l'essentiel car on comprend vite que le roman pourrait se passer n'importe où et n'importe quand, dès lors où l'être humain mise sur la violence pour évoluer dans sa vie. Terrible constat !

 

 

 

Le narrateur est né d'un père âgé, ce qui a sérieusement compliqué son enfance.

Anoblie par le baron Mohl sa famille a eu une vie plus facile à vivre malgré l'obligation de donner  un tiers de son vin après les vendanges.

Quand il a eu six ans il a dû assister à la mise au bûcher de deux sorcières, une mère et sa fille . Il fallait qu'un enfant ait vu cela pour s'aguerrir. Et il a cru que l'esprit de cette mère voulait communier avec lui.

Être anobli signifie ne plus faire de tâches subalternes réservées aux servants mais se consacrer aux armes. C'est ainsi que débute pour lui le rude apprentissage de l'art de la guerre tandis que sa mère est partie ouvrir un couvent et que son père ne fait plus rien.

Il passe beaucoup de temps à la chasse et partage un sanglier avec un jeune mendiant qui le flatte avant de le voler durant la nuit.

Et nouvelle étape. L'arrivée au château de Mohl où il pourra un jour devenir chevalier. Il y retrouve ses frères ainés. C'est la baronne qui dans un premier temps s'occupe de son éducation. Puis il côtoie le baron lors de l'apprentissage des armes sans trop savoir quelle est réellement leur personnalité qu'il a trouvée plutôt humaine.

La baronne va en faire son jeune amant puis le baron va entrer en conflit avec le comte Lazsko.

Il voit bien que ses trois frères n'arrêtent pas de le regarder avec mépris. Et la baronne meurt.

Un jour le baron revient avec un jeune et beau prisonnier. Il en fait son esclave et son favori. Mais un jour il s'enfuit après avoir tué le chien de Mohl. Retrouvé, le jeune homme est tué par le baron. Peu après le comte Lazsko veut récupérer le corps mais il est tué à son tour par Mohl.

Il est à présent fait écuiller principal du baron en attendant la promesse d'être fait chevalier.

La confusion règne de plus en plus dans le château car le baron s'enivre de plus en plus. Et le narrateur est de plus en plus surveillé par ses trois frères. Il passe beaucoup de temps avec le guetteur de la tour de guet et voudrait y voir le sens de la vie et la maîtrise du temps. Un leurre.

 

Voilà l'essentiel de ce roman où le jeune narrateur n'a que la tour du guet pour rêver d'une autre vie, le quotidien n'offrant aucun espoir de bonheur et de bien être.

Par moments, on sent que l'auteure aime le conte car elle met un peu de "surnaturel", comme s'il y avait des rites initiatiques qui permettent de franchir des étapes. A l'image du regard de la sorcière qui voudrait lui faire passer des images "subliminales".

 

Un roman étrange, qui met mal à l'aise, mais le style, la façon de raconter nous emportent dans cet univers ténébreux.

 

Après la mise à mort de la sorcière par le feu :

Page 35 : "A mesure que le temps passait, j'oubliais - ou, du moins, reléguais dans un coffre de ma mémoire - la certitude qu'existait entre la vieille et moi un pacte, et que ce vent immobile que je vis de mes propres yeux m'éloignait à de si grandes distances des êtres avec lesquels je cohabitais, dont ceux qui m'avaient engendré".

 

Une auteure à ne pas oublier car son oeuvre a une grande place dans la littérature espagnole.

 

Bonne lecture,

 

Denis

La Tour de Guet d'Ana Maria Matute (Phebus - Libretto)
Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***