Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juin 2013 7 30 /06 /juin /2013 05:00

Virginia Woolf par Viviane Forrester (Albin Michel - 350 pages - mars 2009)

 

J'ai proposé ce livre en lecture commune pour rendre hommage à Viviane Forrester décédée récemment et c'est une belle occasion de terminer le mois anglais avec ce livre.

Viviane Forrester n'a jamais caché son admiration pour Virginia Woolf (1882-1941) et a donc concu ce livre, sorte de biographie thématique. Elle s'est surtout inspiré des journaux, lettres et documents de Virginia et de sa famille.

On se perd de temps en temps dans sa narration, car elle refuse toute linéarité mais l'atmosphère autour de Virginia Woolf est très bien restituée.

Du couple Leslie Stephen et Julia Duckworth naissent 4 enfants : Vanessa, la soeur ainée, Thoby, Virginia et Adrian. Thoby va mourir jeune, deux ans après son père.

Ainsi, Virginia a connu trois décès dans sa jeunesse qui vont la marquer particulièrement , Julia en 1895, Leslie en 1904 et Thoby en 1906.

Elle aura peu de relations avec son frère Adrian devenu par la suite, avec son épouse, de brillants psychanalystes.

Virginia va surtout avoir des relations suivies avec sa soeur Vanessa (1879-1961), qui aura une postérité sous son nom de mariage Bell (peintre et architecte d'intérieur), comme Virginia d'ailleurs sous son nom de mariage Woolf.

 

Une grande complicité entre les deux soeurs mais aussi des moments de discorde. Vanessa sera Clarissa Daloway par exemple, dans l'oeuvre de Virginia.

Leonard Woolf (1880-1969) que Virginia va épouser aporès son retour des colonies, sera très attentif de son côté à la santé mentale et physique de son épouse, lisant ses livres après qu'elle les aura écrits, la publiant alors sans être censeur, lui donnant seulement quelques conseils avisés.

Car Leonard est devenu éditeur dirigeant la "Hogarth Press". On lit que Virginia a pssé de nombreuses heures à relier des livres, à les étiqueter pour les expédier ensuite.

On a parlé d'inceste, de folie, de bisexualité... Viviane Forrester revient sur tous ces points, les nuançant au regard des textes disponibles.

Après la mort de son père, elle s'installe avec Vanessa à Bloomsbury, un endroit de Londres pas très réputé mais qui va tout de même, grâce aux soeurs Stephen, un lieu d'échanges culturels où E.M. Forster, Keynes l'économiste, Duncan Grant (peintre et amant de Vanessa) entre autres vont venir régulièrement.

L'oeuvre de Virginia Woolf s'invite dans les détours de sa vie et l'on se rend compte à quel point ses romans sont autobiographiques.

Un des grands thèmes de l'oeuvre est l'eau, que l'on retrouve dans certains de ses titres : Les vagues, La traversée des apparences, la promenade au phare.

Mais l'eau, c'est aussi le suicide en 1941 dans les eaux de l'Ouse.

 

Page 99 : "Ce ne sera pas l'asphyxie par le gaz qui aura raison de Virginia Woolf, mais, dix mois plus tard, l'eau. Cette eau qui parcourt toute l'oeuvre, qui appelle, noie, cerne, attire de toutes parts et vers laquelle Virginia s'est dirigée, fascinée, tout au long de sa vie, pour aller y sombrer "nageuse épuisée", le corps épousé au plus prêt de l'eau".

 

Car la vie de Virginia, bien que très riche en création littéraire entre autres, vit souvent des "tragédies" car elle ne connait pas la stabilité familiale dont elle aurait eu sans doute besoin, d'autant que Leonard lui a fait comprendre que la sexualité ne serait pas le moteur de leur vie et que sa santé précaire lui interdisait d'avoir des enfants.

Sa soeur aura deux garçons de Clive Bell et une fille, Angelica de Duncan Grant. Ainsi, beaucoup de frustrations chez l'écrivaine.

Tous ces troubles vont se retrouver dans son oeuvre, souvent "éclatée". Ses expérimentations viennent de son vécu qu'elle retranscrit.

 

Page 202 : "Elle a commencé d'écrire "Melymbrosia", ébauche d'un roman, qui après sept années de travail, deviendra "La traversée des apparences". C'est ce début de manuscrit qu'elle confie à Clive, inquiète : "Les mots s'accumulent derrière moi en de telles masses. Quelle horreur s'ils n'étaient que de l'eau boueuse". L'eau, encore et toujours..."

 

Clive Bell va lui donner des conseils, être attentif à son oeuvre et semble aussi trouver sa belle-soeur à son goût.

Une sorte de microcosme familial avec des amis en nombre restreints mais fidèles forme le lieu de vie intellectuelle de Virginia Woolf. Beaucoup d'ambiguïté dans les relations entre eux que Viviane Forrester s'efforce de démêler en regard de l'oevre qui s'imprègne de tout cela avec sous-jacante la folie de Virginia qui serait un trouble bipolaire (maniaco-dépressif) avec des moments d'euphorie puis d'abattement. On comprend mieux son oeuvre après avoir lu ce livre.

 

Merci Viviane Forrester pour ce livre émouvant raconté par une amoureuse de l'oeuvre de Virginia Woolf et qui nous donne encore plus envie de découvrir ce moment littéraire qu'elle nous a laissé, au vu de ses éclairages de belle facture.

Et on a envie de se jeter sur le journal de Woolf, sur les échanges épistolaires avec Vanessa entre autres, bref de mieux connaitre l'unviers de Virginia, c'est là aussi toute la réussite de ce livre, de nous diriger vers son univers autant que ves son oeuvre.

 

Par cette lecture commune vous aurez d'autres éclairages sur ce livre : Philisine. Ce livre s'inscrit aussi dans le mois anglais pour le clôturer  

 

     

Ce livre me permet également de terminer ma participation au challenge Virginia Woolf organisé par Lou

 

virginia woolf.jpg

 

 

Bonne lecture

 

Denis

Partager cet article

Repost0

commentaires

Figaro 01/07/2013 22:53


Il faudrait d'abord que je lise une des oeuvres de Virginia Woolf, ce qui me tente beaucoup en plus...

DENIS 04/07/2013 21:07



oui, il faut lire cette auteure, pas très facile mais quelle belle langue



Anis 01/07/2013 22:50


Oh, j'en suis désolée. Les services de presse sont une vraie chance car j'ai vraiment reçu de beaux livres mais ils créent un agenda de lectures contraignant. C'est pourquoi j'ai zappé Virginia
et Forrester. Pas trop de SP donc.

DENIS 12/07/2013 21:50



tu le liras sans doute plus tard, un livre passionnant



Anis 30/06/2013 23:42


Je n'ai pas assuré sur ce coup-là. Il faudra que j'attende les vacances pour faire cette lecture. Mais du coup j'ai beaucoup apprécié ton article.

DENIS 01/07/2013 22:01



j'attends alors ton article, j'espère que tu aimeras ce livre (finalement, je me suis retrouvé seul pour ce livre, ce n'est pas grave, je sais que l'on a chacun ses impératifs)



Philisine Cave 30/06/2013 20:57


J'en suis à la moitié, je n'ai pas parcouru ton article pour ne pas me laisser influencer. Ce qui m'impressionne est ce noir, toujours ce noir dans la vie de Virginia. Pour l'instant, aucune
clarté et cela me manque terriblement. Bises

DENIS 01/07/2013 22:03



c'est vrai que la vie de Virginia Woolf n'a pas été très gaie, malgré ces fidélités d'une vie


j'attends donc ton article pour avoir ton avis sur ce livre (je me suis retrouvé seul pour publier, ce n'est pas grave, je sais que ce n'est pas facile de respecter des délais surtout pour lire,
qui doit être d'abord un plaisir)



Evy 30/06/2013 13:53


Beau partage bonne journée bisous evy

DENIS 01/07/2013 22:03



merci evy



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***