Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 07:00

 

Ce samedi 14 mai , ce fût un bonheur de pouvoir discuter

 avec l'écrivain Dany Laferrière,

 une rencontre bien sympathique.

  

 

IMGP3622 

 

  

Le 12 janvier 2010, il se trouvait à Port-au-Prince.

Un an après, il témoigne de ce qu'il a vu dans ce livre :

 " Tout bouge autour de moi ". 

 

A découvrir !

 

  

 

 

 

« Tout cela a duré moins d’une minute.

On a eu huit à dix secondes pour prendre une décision.

 Quitter l’endroit ou rester.

Très rares sont ceux qui ont fait un bon départ.

 On s’est retrouvés à plat ventre, au centre de la cour.

 Sous les arbres.

La terre s’est mise à onduler comme une feuille de papier

 que le vent emporte.

 Bruits sourds des immeubles en train de s’agenouiller.

 Ils n’explosent pas.

Ils implosent, emprisonnant les gens dans leur ventre.

Soudain, on voit s’élever dans le ciel d’après-midi

un nuage de poussière.

 Comme si un dynamiteur professionnel avait reçu

 la commande expresse de détruire une ville entière

 sans encombrer les rues

afin que les grues puissent circuler. »
Le 12 janvier 2010, Dany Laferrière se trouve à Haïti

 pour le festival « Etonnants voyageurs ».

 Comme tant d’autres, il est pris

dans le tremblement de terre.

Au contraire de tant d’autres, il réchappe à la catastrophe.

Un an après, dans " Tout bouge autour de moi ",

 il témoigne de ce qu’il a vu – sur le moment, puis quelques semaines plus tard, à l’occasion d’un retour en Haïti.

 Sans pathos, sans lyrisme.

Des « choses vues » qui disent l’horreur,

 mais aussi le sang-froid des Haïtiens.

 Que reste-t-il quand tout est tombé ?

 La culture.

C’est par elle et grâce à elle que, aussitôt,

ils résistent au découragement.

Les marchands d’art recommencent

 à exposer leurs tableaux,

dans la poussière, au gré du vent.

Les gens racontent, suivant la tradition d’oralité

si chère au pays.

Les amis sont là, et la solidarité internationale.

Et cette étrange télévision qui,

pour nourrir sa présence 24 heures sur 24,

crée des « pillages » qui n’existent pas,

du romanesque s’ajoutant au drame.

Dany Laferrière y oppose la littérature.

Ce qu’elle voit, ce qu’elle peut dire, sans mensonge.

 Pour lui, ce tremblement de terre « est un événement

 dont les répercussions seront aussi importantes

que celles de l’indépendance d’Haïti, le 1e janvier 1804 ».

 Et si, d’un mal il faut tirer un bien,

 ne peut-on pas dire qu’il a placé Haïti,

et pour longtemps, au cœur du monde ?

 

C'est avec plaisir qu'il nous a gentiment dédicacé son livre.

 

 

numerisation0001-copie-1.jpg

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***