Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 15:59







Une "Caravane Albert Camus" démarrera le 23 janvier 2010

 




Les algériens n'ont jamais autant célébré l'auteur de
"La peste". Albert Camus dont le 50ème anniversaire commémoratif de son décès est intervenu le 04 janvier passé et dans tous les agendas culturels.
Ici comme ailleurs, on célèbre l'auteur "Des possédés",
 on s'interroge sur ses origines, ses engagements, son lien avec sa terre natale, l'Algérie.
Récemment, dans l'hexagone, le Président français Nicolas Sarkozy a émis le souhait de voir transférer la dépouille de l'écrivain du cimetière de Lourmarin, en Provence, au Panthéon où reposent déjà Victor Hugo, Jean-Jacques Rousseau ou Emile Zola. 
Un geste politique très symbolique, mais qui n'a pas eu d'écho puisque les enfants de l'écrivain avaient vu dans cet entrain une sentence équivoque. La semaine dernière le Centre culturel français a choisi de célébrer le 50ème anniversaire du décès d'Albert Camus avec un menu hyper symbolique.
Quelques textes de " La chute " le dernier roman d'Albert Camus (1956) écrit trois ans avant sa mort ont été déclamés  par Robert Angebeaud, un insoumis de la guerre, à Oran, un espace où l'auteur avait planté ses personnages de
 " La peste ".
Robert Angebeaud qui a refusé de prendre les armes contre les Algériens avait fait 27 mois de taule. D'autres conférences ont également eu lieu à Alger, dans les autres centres culturels d'Arts et Culture du CCF etc…



Le 23 janvier prochain, le centre culturel algérien à Paris
que dirige l'écrivain Yasmina Khadra,
un mordu de Camus, démarrera une caravane dédié à "l'Homme révolté ".





Celle-ci partira du Centre culturel algérien (CCA) de Paris et sillonnera plusieurs villes françaises et algériennes pour célébrer le 50ème anniversaire de la mort de l'auteur de "L'étranger".
Les organisateurs du "Club Camus Méditerranée" ont donné jeudi soir une conférence de presse au CCA de Paris pour présenter les grands axes de cette caravane devant se rendre, en février, dans les villes de Perpignan, Narbonne, Montpellier et Nîmes, puis, en avril prochain, à Alger, Annaba, Oran, Tlemcen, Bejaïa, Tizi-Ouzou et Tipaza.   
  Un livre sur "Les racines algériennes d'Albert Camus "
a été présenté jeudi dernier au CCA en présence du responsable de cette structure.
Cet ouvrage est signé par l'écrivain, journaliste, 
Stéphane Babey et sorti le 5 janvier dernier.





Beaucoup a été dit sur Camus, son engament équivoque pour la libération inconditionnelle de l'Algérie,
 son écriture à laquelle il doutait après avoir reçu
le Prix Nobel de littérature, son écriture qu'on disait à dictée mais il n'y a rien qu'à reprendre ses livres, sa mémorable polémique avec Jean Paul Sartre pour comprendre l'homme, l'écrivain.
 Dans  La chute, Albert Camus raconte la confession d'un homme à un autre, dans un bar d'Amsterdam.
 La particularité de ce roman tient au fait que l'homme qui se confesse parle, seul, durant tout l'ouvrage, sans intervention aucune du narrateur pour nous décrire la scène, vue de l'extérieur, mais aussi à l'ambiance très sombre et déshumanisée de cette confession.
On y retrouve les thèmes chers au prix Nobel de littérature, explorés déjà dans l'Etranger, à savoir, l'absurde, la prise de conscience, l'avenir qui ne peut se concevoir sans liberté. Considéré par les existentialistes comme un apprenti philosophe, par d'autres comme " un écrivain à dictée", Simone de Beauvoir ainsi que son compagnon Jean Paul Sartre ont toujours reproché à Camus son côté frileux, moraliste et surtout, " son complexe " d'appartenir, d'être issu d'une catégorie sociale populeuse et illettrée (sa mère illettrée faisait des ménages à Belcourt).
Pourtant l'auteur de "l'Etranger" a longtemps fréquenté le Saint Germain des Prés, le quartier parisien où s'incarnait l'existentialisme qui n'était pas seulement une philosophie mais une manière de vivre.
Il avait offert à Sartre des pages dans le journal qu'il commandait, " Combat " et l'a même envoyé aux USA pour un reportage.
De cela, De Beauvoir disait dans " La force de choses " : " Je n'ai jamais vu Sartre aussi heureux ".
C'était après la guerre que les relations entre les deux hommes s'étaient détériorées au point de devenir publiquement exécrables.
Camus rompait avec les communistes et dénonçait les camps staliniens, Sartre les ménageait autant que De Beauvoir. Mais la guerre d'Algérie sera fatale pour les deux hommes.
De nouveau Sartre, partisan de l'indépendance, reprochera à Camus ses vues mitigées puisqu'il voulait croire à un compromis. Le fil est rompu.
A un musulman qui lui posait une question sur la justice, Albert Camus a répondu que s'il avait à choisir entre la justice et sa mère, il choisirait sa mère.
 Cette réaction avait plutôt choqué d'autant qu'Albert Camus selon les écrits de Simone de Beauvoir n'était pas très clair sur son engagement pour la liberté totale et indéfectible du peuple algérien.
Albert Camus trouve une mort absurde dans un accident de voiture à bord d'une Facel-Véga (très luxueuse et très puissante automobile de marque française, atteignant facilement les 200 km/h) conduite par son ami Michel Gallimard, le neveu de l'éditeur Gaston.



Yasmine Ben

Source : www.lemaghrebdz.com

Partager cet article

Repost0

commentaires

(Clovis Simard,phD) 09/02/2011 16:19



Bonjour,


Vous êtes cordialement invité à visiter mon blog.
      
Description : Mon Blog(fermaton.over-blog.com), présente le développement mathématique de la conscience humaine.


La Page No-12: L'OISELEUR


HITLER ET LE CHRIST ?


Cordialement


Clovis Simard



Marie 22/01/2010 13:51


Merci pour toutes ces informations !

Je suis heureuse pour deux choses :

- D'une part que ses enfants aient refusé une récupération de Camus par Sarkozy.

- D'autre part que la sagesse de Camus soit reconnue en Algérie. Il réhausse un peu l'honneur de la France qui en a bien besoin. Il s'est battu d'abord pour que le colonialisme français et
l'exploitation de l'Algérie cessent, et ensuite pour que ces deux peuples puissent vivre côte à côte et en paix....




Dominique Beretti 20/01/2010 10:14


A part Paris où tout le monde ne peut se rendre, peu de manifestations en l'honneur de Camus ont lieu en France. Le CCA lui en a eu l'idée et ne se
déplace dans le sud de la France que grâce au financement du Conseil régional du Languedoc Roussillon. Il faut donc se rendre à l'évidence : nous n'avons pas en France autant
d'énergie, d'autres entités sur notre territoire auraient pu se surpasser en l'honneur de CAMUS afin de saluer en de nombreux endroits la pensée mutiple de l'écrivain et prix nobel
français. 


DENIS 22/01/2010 20:58


tout à fait d'accord pour dire que la France ne se décarcasse pas pour honorer Camus
les blogs sont plus vigoureux heureusement pour parler de Camus


Dominique Beretti 20/01/2010 09:54


Attention à la connotation de certaines phrases du texte algérien : que tout le monde garde à l'esprit que CAMUS rêvait (pour
ne pas dire souhaitait) seulement que deux peuples puissent continuer à vivre ensemble côte à côte. Ne pas oublier non plus, et
si vous ne savez pas vous pouvez m'écrire, le cauchemar vécu par les Français d'Algérie. Si Camus avait la clairvoyance d'un érudit et s'était
installé dans le sud de la France, beaucoup qui n'avaient pas non plus la possibilité de faire autrement, ont dû rester jusqu'au dernier jour sans vouloir comprendre comme lui l'avait compris,
que les dés étaient pipés.
Il ne faudrait pas qu'aujourd'hui que les algériens qui ne sont que les fils de ceux d'hier, fassent de CAMUS leur icône alors que la violence qu'ils ont fait
subir à des INNOCENTS fut souvent INDICIBLE : souvenez vous que CAMUS c'est avant tout Kaliayev des JUSTES (p.72) "Je n'avais peur de rien. De rien au monde sinon de renverser
un enfant" La souffrance de tout un peuple gémissant, un million de personne en exil, n'est pas encore éffacée et l'Algérie, si proche pourtant géographiquement, est pour beaucoup le pays
qu'on ne reverra plus. Si aujourd'hui l'Algérie se targue de CAMUS c'est chose facile car les idées ne sont pas des moyens compliqués, devenir un pays accueillant pour ceux qu'on a
banni, est beaucoup plus difficile...Amicalement
Dominique
 


DENIS 22/01/2010 21:01


merci pour ces précisions  il est certain que n'ayant jamais vécu en Algérie, on ne peut se faire une idée de la situation sur place


Madinina 19/01/2010 16:29


je reviendrai lire plus en détail ton article très intéressant mais là je passe en coup de vent faute de temps pour te souhaiter une belle soirée Fabienne
beaucoup de brouillard sur les routes chez nous ! beurk ! lol
à très vite
bizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz


FABIENNE 20/01/2010 20:39


Bonsoir Madinina et merci pour ton commentaire qui m'a fait grand plaisir! Pluie ici chez nous et vent et les t° restent froides!
Amicales pensées du 76 et au plaisir!




Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***