Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 10:00







Traduit du russe par Gustave Aucouturier
&
Boris de Schloezer

Editions FOLIO classique - 556 pages - 2008




Résumé


Il commençait à faire affreusement froid, et à peine avais je sorti la tête de mon col que des tourbillons de neige sèche et glacée me collaient les cils, le nez, la bouche et me pénétraient dans le cou - tout est blanc, lumineux et enneigé, rien nulle part que lumière trouble et neige.
Je commençais à avoir sérieusement peur. Aliochka dormait à mes pieds, tout au fond du traîneau ; il avait le dos complètement recouvert d'une épaisse couche de neige. Ignachka gardait son entrain : il passait son temps à tirer sur les rênes, pousser des cris d'encouragement et taper ses jambes l'une contre l'autre. La clochette tintait toujours aussi merveilleusement. Les chevaux renâclaient, mais couraient toujours, trébuchant de plus en plus souvent, et un peu moins vite...
Le vent hurla frénétiquement ; une grande pelletée de neige se déversa sur les pans de ma pelisse. Je me retournai : la troisième troïka avait disparu.












La prose de Tolstoï bat au rythme de notre coeur , remarquait Nabokov.
C'est l'impression qui se dégage de ces récits.
Composés entre 1852 et 1863 , avant " Guerre et Paix " , ils portent la marque d'un esprit à l'affût de faits vrais , comme dans " La Tempête de neige ", qui retrace ses tribulations lors d'une traversée de la steppe balayée par le vent , ou dans " Albert " , histoire d'un musicien déchu.
Ou encore dans la nouvelle " Lucerne " , où un prince invite à sa table un chanteur des rues humilié par de riches estivants.
Mais le récit qui traduit le mieux ses préoccupations de cette décennie - là est " La Matinée d'un gentilhomme rural " , vestiges d'un roman où il voulait mettre en scène un héros déterminé à trouver le bonheur en aidant et en instruisant ses mujiks.
Il finit par se demander si son rêve est réalisable : le sort de ses sujets ne s'est pas amélioré , et le sien est chaque jour plus pénible.
Le même constat , doublé d'une réprobation de son mode de vie familiale , poussera Tolstoï , un demi - siècle plus tard , à s'enfuir de son foyer pour aller mourir dans la maison du chef de gare d'Astapovo.







Léon Tolstoï à son bureau



Autres photos et portraits de Tolstoï













( 1884 - portrait by Nikolai Ge )






















Tolstoï et sa femme









LÉON TOLSTOI À SON BUREAU

PORTRAIT DE LEONID PASTERNAK (1908)






 










Maison de Tolstoï à Poliana








LA CHAMBRE DE LÉON TOLSTOI À IASNAIA POLIANA












LA TOMBE DE LÉON TOLSTOI À IASNAIA POLIANA


( Sources photos internet )

Partager cet article

Repost 0
Published by FABIENNE - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Hambre 23/03/2010 22:38


Je n'ai jamais lu de Tolstoi (j'ai honte) !!! envie de commencer par GUERRE et PAIX !!!


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***