Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 08:00

 

 Denis s'était choisi ce livre de Philippe Forest à la bibliothèque et comme j'ai eu un coup de coeur pour la 4ème de couverture

 et bien , j'ai eu le privilège de le lire en premier !

 

Ce roman dont le titre signifie "cependant" en japonais, se déroule dans cet Extrême-Orient où s'unissent trois histoires

autour du deuil.

 Ce livre commence avec un magnifique haïku d'Issa :

 

monde de rosée

c'est un monde de rosée

et pourtant pourtant

  

Kobayashi Issa

 

Comme je me passionne pour les haïkus, c'est avec curiosité et émotion que j'ai découvert la vie de Kobayashi Issa , ainsi que

celles , de Natsume Sôseki et Yamahata Yosuke.

L'occasion de découvrir la culture japonaise au détour d'une plume toute en finesse , car ce livre est merveilleusement bien écrit.

 

 

 

 

 

 

Editions GALLIMARD - 2004 - 272 pages

 

  

Sarinagara signifie cependant. Ce mot est le dernier d'un des plus célèbres poèmes de la littérature japonaise.

Lorsqu'il l'écrit , Kobayashi Issa vient de perdre son seul enfant : oui , tout est néant , dit-il.

Mais mystérieusement , Issa ajoute à son poème ce dernier mot dont il laisse la signification suspendue dans le vide.

 

L'énigme du mot SARINAGARA est l'objet du roman qui unit

trois histoires : celles de Kobayashi Issa ( 1763 - 1827 ) , le dernier des grands maîtres dans l'art du haïku ,

de Natsume Sôseki ( 1867 - 1916 ) , l'inventeur du roman japonais moderne , et de Yamahata Yosuke ( 1917 - 1966 ), qui fut le premier à photographier les victimes des ruines de Nagasaki.

Ces trois vies rêvées forment la matière d'un quatrième roman

qui interroge à son tour la manière dont un individu peut parfois

espérer survivre à l'épreuve de la vérité la plus déchirante.

Loin des représentations habituelles du Japon, plus loin encore des discours actuels sur le deuil et sur l'art , dans la plus exacte fidélité à une expérience qui exige cependant d'être exprimée chaque fois de façon différente et nouvelle, le texte de Philippe Forest raconte comment se réalise un rêve d'enfant.

Entraînant avec lui le lecteur de Paris à Kyôto puis de Tôkyô à Kôbe, lui faisant traverser le temps de l'existence et celui de l'Histoire , ce roman reconduit le rêveur vers le lieu , singulièrement situé de l'autre côté de la terre , où se tient son souvenir le plus ancien : là où l'oubli abrite étrangement en lui la mémoire vivante du désir.

 

 

 

Ce livre est également disponible en FOLIO ( 2006 )

 

 

 

 

 

  

 

  

Né en 1962 à Paris , Philippe Forest est professeur

de littérature à l'université de Nantes.

Critique , il collabore aux revues ART PRESS et ROND - POINT.

Il est l'auteur de nombreux essais consacrés à la littérature

et à l'histoire des avant - gardes

( notamment Histoire de Tel Quel , Seuil , 1995 ).

Il a déjà publié deux romans aux Editions GALLIMARD:

" L'enfant éternel "- Prix Femina du Premier Roman , 1997

" Toute la nuit " - 1999

et un essai dans la collection " Art et Artistes ":

Raymond Hains , uns romans ( 2004 )

 

Il fait partie de la Rentrée Littéraire avec son livre

 

 " Le siècle des nuages " , coup de coeur de Denis !

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***