Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2013 1 02 /09 /septembre /2013 21:05

 

 

Dans le cadre des lundis philo de Heide

LundisPhilo.jpg

 

Voici ma 19e collaboration avec pour thème "Jankelevitch"

 

La lecture commune concernait :

 

 

Quelque part dans l'inachevé

Entretiens avec Vladimir Jankelevitch par Béatrice Berlowitz

 (Gallimard - 265 pages - 1978)

---------------------

 

Le philisophe Valdimir Jankelevitch (1903-1985) s'entretient avec Béatrice Berlowitz quelques années avant de mourir. Il est connu pour sa verve légendaire. Homme de culture, philosophe attentif à son temps, meurtri par le nazisme, il aligne les mots à une vitesse exceptionnelle qui lui donne un ton exhaltant. On se laisse alors envoûter par son flux ininterrompu. Beaucoup de musicalité dans sa voix.

On retrouve ce ton dans ces entretiens car presque toujours, une question de Béatrice Berlowitz entraîne de longues réponses de Vladimir Jankelevitch. Quand elle dit qu'il oblie vite ses notes pour improviser dans ses conférences avec cette voix qui s'enflamme, il répond alors que c'est quelque chose qui resemble à de la joie qui mène à cela (page 44). 

On sait aussi qu'il aimait la musique et a écrit de nombreux livres sur sa passion. Et en exergue à ce livre, on a quelques notes de la 3e symphonie inachevée de Borodine (n'oublions pas que le philosophe est d'origine russe).

Et Jankelevitch de dire dès le début des entretiens : "Evitons surtout de faire un de ces livres hâtifs comme un pique-nique". Ce qui conduit les deux interlocuteurs à accepter le magnétophone mais à condition de pouvoir retravailler les textes pour mieux cerner la pensée du philosophe. Pas de transposition littérale donc.

Tout commence par ce chapitre I "Ce Je haïssable" et les premiers mots de jankelevitch sont : "Ce n'est pas à celui qui écrit de dire "mon oeuvre", de parler de son oeuvre propre comme nous autres, humbles lecteurs, témoins ou tiers, parlons de l'oeuvre de Proust ou de Simenon..."

On pourrait se croire dans un roman, le roman d'une vie "inachevée". Et c'est parti pour 260 pages et 29 chapitres pour tenter d'expliquer une pensée.

J'en ai lu 7 à ce jour. Je ferai donc comme Heide, je vous ferai part de quelques ressentis dans le courant du mois.

Ce livre se déguste et comme toujours en philosophie résumer une vie de philosophie en quelques mots ou phrases est impossible.

Jankelevitch se montre ainsi sévère avec son moi dès le début des entretiens.

Le début du livre répond au thème du mois dernier sur "le temps". Page 26 il dit "Le travail philosophique est un cercle où l'on tourne sans fin, courant derrière le temps qui fuit."

L'homme n'a aucune prise sur le temps face à l'infini du temps.

Autre idée passionnante : il faut toujours une deuxième fois pour apprécier et affirmer un sentiment, un événement, une idée. Tout ce qui n'est fait qu'une fois n'a pas de prise sur la conscience de l'être humain.

Enfin, la création est souvent improvisation au sein de règles préexistantes.

 

Voici quelques idées directrices qui ont marqué ma lecture de ces premiers chapitres.

Ce livre est à lire absolument et à méditer, reprendre, en ayant au fond de soi la voix et le débit musical de Jankelevitch, un très très grand monsieur.

 

Une video pour écouter quelques minutes cette voix unique :

 

http://www.youtube.com/watch?v=O8s3zsH57js

 

 

Bonne lecture et à lundi prochain pour quelques autres pensées glanées au fil des chapitres,

Denis

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lou de Libellus 03/09/2013 15:27


 


Oui, c'est remarquable. Je ne connais pas le livre, j'en connais d'autres de lui. Je connaissais son propos sur la musique, je l'ai évoqué, avec Michel Onfray


http://www.libellus-libellus.fr/article-michel-onfray-avec-jean-yves-clement-la-raison-des-sortileges-entretiens-sur-la-musique-118899919.html


 


Jankélévitch est un grand !


 


Mais je suis venu chercher autre chose ici, je reviens...


 

DENIS 04/09/2013 21:13



oui Jankelevitch aura marqué son époque par son intelligence et sa façon de parler philosophie dans un maelstrum de mots



Marc Lefrançois 03/09/2013 13:40


Tu as bien fait, pour Proust! C'est vrai que ces derniers temps, comme je dois documenter mes travaux d'écriture en lisant beaucoup, j'ai un peu moins de temps pour lire mon auteur préféré...
mais il reste quand même ma référence absolue et c'est avec plaisir que je discuterai avec ton ami proustien...

DENIS 10/09/2013 19:27



ok Marc



Coccinelle 03/09/2013 00:22


Bonjour Denis, bel article que j'ai mis en lien sur mon article. Je vais noter ce livre car il m'intéresse bien. Bonne semaine.

DENIS 15/09/2013 21:36



merci bien



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***