Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2013 7 24 /03 /mars /2013 21:32

 

Puisque mon coeur est mort de Maïssa Bey

(L'Aube - 254 pages - février 2010)

 

Une mère, divorcée, apprend la mort de son fils, assassiné. Elle n'arrive pas à s'en remettre et entreprend de lui écrire dans des carnets. Ainsi, elle peut lui parler directement.

Elle le fait revivre dans le passé de son enfance, ou dans le temps présent, celui d'avant l'assassinat. Enfin, elle lui parle de sa lutte et de ses sentiments d'après mort.

Aïda dit à son fils qu'elle a connu l'existance d'Assia, la petite amie, donc l'intimité de son fils. Elle n'arrive plus à retourner à l'université où elle enseigne l'anglais. Car, pour elle, le chagrin est tel qu'elle n'arrive pas à surmonter cette solitude qui lui est imposée. Le père du fils est mort et tous ces voisins, curieux et pleureuses qui sont venus se récueillir auprès de la dépouille ne sont pas des intimes d'Aïda. Elle est vraiment seule mais bientôt elle connait l'identité des assassins et l'envie de vengance prend corps en elle...

50  chapitres pour 254 pages. C'est donc par petites touches que l'on entre dans l'intimidé d'Aïda et du fils tant aimé. Et c'est dans un très beau style que Maïssa Bey fait parler son héroïne.

Après un court prologue, débute le roman.

Voici le chapitre 1 - Photo I

"Ce matin, j'ai vu le visage de ton assassin.

Je ne l'ai vu que quelques secondes.

A peine ai-je tenu entre les doigts la photo qu'on venait de m'apporter, qu'elle m'a échappé. Elle a tournoyé lentement, presque gracieusement, avant de tomber sur le sol, face contre terre. Et là, sous mes yeux, comme transpercé d'un point ardent, un des coins de la photo est devenu incandescent.

Etait-ce ma force de ma haine? J'ai vu le papier noircir et se racornir.

Il s'est formé très vite un petit tas de cendres à mes pieds. Quelques particules de poussière grise."

Les livres, donc les mots, l'aident à mieux comprendre sa détresse.

Début du chapitre 43 - Mots III :

"Je glane çà et là des fragments de détresse.

Ils sont là mes compagnons de toujours. Les livres. Et dans les livres, je cherche exclusivement les mots qui font écho à ma douleur. Je les appelle à mon secours."

Vous aurez ainsi pu voir qu'il s'agit d'un très beau livre malgré le ton grave du propos.

 

Maïssa Bey, algérienne, née en 1950 vit à Sidi Bel Abbes. Son oeuvre romanesque est essentiellement publiée en France aux Editions de l'Aube.

Elle a écrit également un essai sur Albert Camus "L'ombre d'un homme qui marche au soleil".

Son dernier chapitre est très camusien d'ailleurs...

J'ai lu ce livre dans le cadre de la semaine de la francophonie et il entre dans le challenge "littérature française d'ailleurs" : auteurs du Maghreb (Algérie).

Et comme ce livre a reçu le "Prix de l'Afrique Méditerranée/Maghreb 2010", je l'inscris dans le challenge de Laure "à tout prix"

 

A tous prix

 

 

Bonne lecture,

Denis

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Heide 11/04/2013 23:40


C'est un roman que je veux lire absolument, pour sa gravité et le style profond que je devine. J'imagine bien le dénouement très camusien, sous un soleil de plomb peut-être. A lire aussi son
essai sur Camus donc.

DENIS 13/04/2013 21:46



un excellent livre oui où le soleil, la mort sont très présents



Valentyne 26/03/2013 12:33

Ce livre a l'air très marquant : Qu'entends tu pas le dernier chapitre est très camusien ? bonne journée Denis ;-)

DENIS ET FABIENNE 26/03/2013 22:11



Le dernier chapitre fait penser à l'étranger, mais en dire plus dévoilerait la fin du livre... Il faut penser au soleil, à la mer, au couteau, au meurtre...



sylire 25/03/2013 13:06


Une écrivaine que j'ai eu la chance de rencontrer... Une femme formidable. J'ai lu de deux de ses précédents livres et si l'occasion se présente, pourquoi pas celui-ci.

DENIS 26/03/2013 22:18



ce livre est très bien écrit, c'était ma première lecture de cette auteure



laure 24/03/2013 21:43


Ce doit être un livre très poignant. Il me fait penser un peu au livre que j'ai lu, dans le sens que toutes deux ont ce besoin d'écrire pour soulager ce qui les font souffrir, comme pour les
extérioriser et les marquer sur le papier, se décharger d'un poids. Même si ce n'est pas le même thème.


Merci pour ta participation Denis et bonne soirée ! bises

DENIS 26/03/2013 22:19



c'est exactement cela, écrire pour dire son malheur et son envie de dialoguer avec le disparu


magnifique roman



Anis 24/03/2013 21:41


Je l'aime vraiment beaucoup moi aussi. C'est une femme magnifique et j'ai bien aimé ce livre également.

DENIS 26/03/2013 22:19



une auteure à lire en effet



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***