Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2014 6 04 /01 /janvier /2014 21:48

 

Prométhée enchaîné d'Eschyle

(Editions Paleo - Bibliothèque de l'antiquité - "Les tragédies d'Eschyle")

Traduit du grec par Ad. Bouillet

-----------------------

Eschyle (V. 525 - V. 456 av J.C.) est un des précurseurs des dramaturges grecs, avec Sophocle et Euripide, les autres n'ayant pas eu de postérité suite à la perte de leurs oeuvres.

4 oeuvres d'Eschyle sont complètes sur plus de 80 oeuvres écrites.

"Prométhée enchaîné" devait faire partie d'une trilogie mais il reste des fragments infimes de "Prométhée délivré" et "Prométhée allumeur de feu".

Alors qui est Prométhée, dans la mythologie grecque ? Il est le fils du titan Japet et de Clyméné, frère entre autres d'Atlas. Prométhée était un géant dont Zeus a toujours redouté la puissance. Prophète, inventeur, il créa d'un bloc d'argile mêlé d'eau le premier homme. Lesquels hommes se sont multipliés en son absence. Alors, il tua un taureau : d'un côté il étala la chair, la moëlle et les entrailles recouvertes de la peau de la bête ; de l'autre il posa les os sur lesquels il plaça la graisse de l'animal. Zeus eut à choisir entre les deux tas et prit les os. Il décida alors de se vanger de Prométhée. Il envoya Pandore répondre tous les malheurs sur la terre en ouvrant sa boite et il dépêcha Héphaïstos qui enchaîna Prométhée sur le plus haut sommet du Mont Caucase, où chaque jour, pendant des siècles, un aigle vint ronger le foie sans cesse renaissant du malheureux. Il eut droit plus tard droit à la clémence de Zeus, quand Prométhée prophétisa le mariage à ne pas suivre par Zeus pour qu'il reste le Dieu des Dieux.

 

Cette suite aurait été le thème de "Prométhée délivré". Là, avec "Prométhée enchaîné", on en reste à son installation sur le rocher.

 

La pièce n'est pas intégrale mais il en reste une quarantaine de pages dans l'édition que j'ai eu entre les mains, si bien que l'on a l'essentiel du texte.

 

Ainsi, la tragédie commence quand Héphaïstosse doit d'enchaîner Prométhée. Il dit à La Force et La Violence qui l'accompagnent : "Moi, à vrai dire, le coeur me manque, Un frère, un dieu, l'attacher brutalement à ce roc si rudement battu de l'orage ! Pourtant force m'est bien de le prendre sur moi. Désobéir aux ordres de Zeus, chose grave !".

 

Et pourtant, il assume sa tâche, puis part. Arrive le choeur des Océanides sur un char ailé.

Vous savez sans doute que les tragédies ont toujours un choeur dans les oeuvres antiques, se disposant en trois rangées face aux spectateurs avec à sa tête un coryphée. Il commente l'action. Les "épisodes" de l'action alternent avec les intermèdes lyriques.

 

Le choeur dit tout de suite à Prométhée : "Ne crains rien. Elle t'aime cette troupe ailée, à tire-d'aile venue à ton rocher, malgré les vives répugnances d'un père".

 

Et Prométhée raconte alors les circonstances qui l'ont conduit à cette punition. Il a participé à faire de Zeus le Dieu des Dieux mais il se sent trahi par les hommes notamment alors qu'il leur a appris à se servir du feu.

Io vient à sa rencontre. Elle aussi est en situation délicate car elle erre dans le monde encornée par la piqûre d'un moucheron. Prométhée lui fait une prophétie la rassurant sur son futur. Elle se mariera en connaissant l'amour avec Zeus et en aura plusieurs enfants.

Io reprend sa course, le choeur reprend son chant et arrive un nouveau visiteur, Hermès, fils de Zeus, qui donne bien sûr raison à son père. Prométhée se bat pour la liberté des hommes et des Dieux en médiateur.

La dernière phrase de la tragédie est : "ô ciel, commune lumière où roule l'immensité, voyez ce que je souffre pour la justice".

 

Cette tragédie es très bien écrite, très poétique, et bien sûr, la mythologie est la base de sa narration. C'est une excellente occasion e revisiter des mythes comme celui de Prométhée, repris par Goethe notamment, puis Gide et Camus entre autres, avec son "Prométhée aux Enfers" (il est déjà un "homme révolté" chez Camus).

 

Un bon moment de lecture pour moi.

 

Denis

 

 

Première contribution à l'année théâtrale proposée par Ankya

"En 2014, je lis du théâtre"

  http://lacavernedankya.canalblog.com/archives/2013/11/21/28481606.html

   

   



Partager cet article

Repost0

commentaires

Anis 08/01/2014 23:10


Il faut absolument que je participe à ce challenge. Je te souhaite une très bonne année 2014 avec plein de lectures évidemment et le moins d'em... possible pour ce qui concerne les autres
domaines.

DENIS 09/01/2014 20:53



merci pour tes voeux Anis et oui le théâtre c'est important d'en lire et d'en voir autant que faire ce peut. C'est aussi de la grande littérature.



Ankya 04/01/2014 23:34


Super premier billet pour le challenge !!


J'aimerai bien moi aussi découvrir cette tragédie. C'est sûr que son "âge" impressionne et cela doit être rageant d'avoir un texte non en entier (la coupure nette de Perceval ou le conte du Graal
m'avait fait très bizarre).

DENIS 05/01/2014 09:35



Il y a tout de même une cohérence et je me suis inspiré d'un dictionnaire sur la mythologie grecque pour remettre un peu tout dans le contexte et mieux apprécier la tragédie


un bon moment de lecture, court mais fructueux



Moka 04/01/2014 22:09


Parfait pour commencer. J'aime l'idée d'une approche chronologique... Je vais y réfléchir aussi ! ;)

DENIS 04/01/2014 22:20



c'est une bonne progression je trouve


j'ai vraiment aimé cette tragédie qui a 2 500 ans !! incroyable, on en redemande


prochaine étape cette semaine : Oedipe roi de Sophocle



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***