Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 22:35

 

Monsieur Ho de Max Férandon

(Carnets Nord - Editions Montparnasse - 158 pages - janvier 2013)

----------------------------

Voici un  premier roman d'un français parti vivre au Québec en 1988. Le livre est paru en 2008 aux Editions Alto au Canada.

Max Férandon nous conduit dans la Chine contemporaine. Monsieur Ho, son personnage est chinois et mène une vie de fonctionnaire bien rangé à Pékin. Sa vie est très régulière selon un rituel bien établi. Wei Bei, son chauffeur, vient le chercher en voiture à 7h00, mais il préfère à chaque fois aller au bureau à pied. Ainsi, tous ses rituels devraient faire de Monsieur Ho un homme sans histoire. Et il se retrouve seul car sa fille Lin part étudier à Paris.

Et alors, sa vie change brutalement, car il est nommé commissaire au recensement. On lui donne comme moyen de transport un train, afin qu'il collecte les fiches des chinois au fur et à mesure de son voyage.

Le voici donc parti faire le tour de la Chine, plus ou  moins surveillé par M. Xie Xun, du ministère de la sécurité publique.

Ce périple n'est pas sans soucis, car les chinois profitent de ce recensement pour interpeller Monsieur Ho et lui dire tout ce qui va mal en Chine. Les ouvriers, les paysans, les détenus font leurs doléances à Monsieur Ho, qui écoute patiemment ces "malheureux", malgré les remontrances de M. Xie Xun. N'oublions pas que la Chine n'est pas un pays démocratique.

Monsieur Ho se prend de liberté et après avoir écouté tous ces "opprimés", fait conduire le train dans les contrées les plus retirées du pays et échoue en "plein désert", sur une ligne de chemin de fer inutilisée depuis plus de 10 ans. Le chef de gare n'avait pas vu de train en effet depuis si longtemps, qu'il vit en ermite dans un coin perdu de la Chine du nord. Seule une française photographe et ce train à présent viennent bousculer la vie du paisible Jin Chuang.

Vous aurez compris que ce court roman de 150 pages est foisonnant, drôle, politique mais vu du côté "dérision". On a là un oeil neuf sur la Chine d'aujourd'hui, ses folies.

Un style qui sait prendre de belles envolées lyriques.

La première phrase du livre : "Le jour entrait dans une nuit à court d'arguments." Vous voyez déjà l'ambiance et le style du livre.

Page 27 : "C'était connu, Pékin cultivait l'ambiguïté, parfois de façon très grossière. Un recensement, certes, mais quel genre de recensement? Au fond, Ho savait bien que l'exercice de comptabilité démographique n'était qu'une façade généreusement exposée, un exercice important, mais en principe seulement. Sa mission visait essentiellement à rédiger selon les règles de l'art un rapport flou et précis à la fois".

On voit bien la "folie" et la démesure de la mission. Faire une fiche par chinois !!!

Bref, ce roman est un délice, car il faut se laisser porter par ce Monsieur, tellement sympathique et rebelle malgré son apparence du "bon chinois" discipliné, parfait fonctionnaire...

A découvrir absolument, un premier roman très prometteur.

Merci à Carnets Nord de m'avoir envoyé ce livre pour le lire et vous le faire connaitre.

Les éditions Alto ont également présenté ce livre lors de sa parution.

Carnets Nord a récemment publié un autre livre préalablement publié aux Editions Alto et que j'avais mis en "coup de coeur" : "La marche en forêt" de  Catherine Leroux.

Bonne lecture,

Denis

Partager cet article

Repost0

commentaires

H

Je note le titre car ce premier roman a l'air passionnant et cela me donnera l'occasion de découvrir la chine sous un angle humoristique. On sent qu'il t'a beaucoup plu. Rien de tel que la
littérature pour voyager !
Répondre
D


oui c'est une façon originale de découvrir la Chine et on s'attache à ce Monsieur Ho qui parait si bien discipliné et qui prend des libertés dans un pays où il y en a si peu



L

En tout les cas ton article donne envie de le lire alors je le note sur mon carnet merci ;) Bonne soirée Denis :D
Répondre
D


oui car c'est un regard sur la Chine inattendu



E

Les premières phrases sont souvent importantes dans les livres. Elles mettent le ton. Celle-ci m'interpelle... Je suis curieuse de voir comment l'auteur qui promet de la poésie, de l'humour et de
la critique va décrire l'identité chinoise, voire  même décrire une des identités chinoises. Il semble plein de tendresse.


Je ne connaissais ni la maison d'édition ni l'auteur. Je note tout ça avec plaisir!!
Répondre
D


c'est vrai que le ton est souvent donné dans la première phrase d'un livre


Carnets Nord publie des livres intéressants et j'ai la chance d'avoir un partenariat de lecture avec eux et je ne suis jamais déçu


un livre à découvrir et à lire



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***