Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 11:40

 

 

 

 

 

 

 

Editions L' Harmattan - Juin 2009

 

 

 

Récit de l'arrestation de la famille de l'auteur au cours de la rafle du Vél d'Hiv le 16 juillet 1942.

16 juillet 1942. À 4 heures du matin, je suis réveillé par les polices françaises. Des dizaines de portes s'ouvrent d'un coup dans la fureur d'un enlèvement spectaculaire. En quelques secondes, ils prennent d'assaut tous les étages et, en un tour de main, toutes les serrures de porte sont défoncées à coups de crosse de fusil. Toute ma famille, à l'exception de mon père qui avait disparu la veille au soir, est en état d'arrestation. Qu'avons-nous fait pour mériter un tel sort ? Rien. Nous sommes innocents mais condamnés à mort, sans jugement. Direction : Pithiviers et l'antichambre de la mort, Drancy... pour le dernier grand voyage. Foudroyé à l'âge de 5 ans par la rafle du Vel' d'Hiv, me voilà, seul, sans famille, sans abri, tel un arbre déraciné, telle une ombre errant dans les rues, dans l'Enfer des Hommes.

 

 

 

 

 

 

 

Le cherche midi éditeur - août 2008 - 188 pages

 

 

 

Connaissez-vous l'adresse du paradis ? Pour Raymond et Simon, deux écoliers devenus des amis inséparables, le paradis - le jardin des rêves, la cathédrale des chimères, le palace de l'enfance, - c'était le Vel'd'Hiv', le vélodrome d'Hiver, à l'angle du boulevard de Grenelle et de la rue Nélaton, dans le 15e arrondissement. Simon, fils d'un médecin juif, et Raymond, fils du concierge du vélodrome, en connaissaient tous les recoins, tous les secrets et toutes les légendes, toutes les mythologies. Car, dans les insouciantes années 1930, le Vel'd'Hiv' était le temple du cyclisme sur piste et de la boxe. Les Six Jours et de grandes rencontres pugilistiques s'y déroulaient, sans oublier les meetings du Front populaire. À l'extérieur de la piste en bois, il y avait les gradins populaires et, à l'intérieur, le restaurant à la mode, où se retrouvaient les people, comme on dit à présent. D'un côté, le Tout-Paname et, de l'autre, le Tout-Paris, dans lequel des demi-mondaines jetaient aux coureurs des bouquets de violettes. Le Vel'd'Hiv' prouvait que Paris était une fête. «Que fais-tu ce soir ?» demandait-on.

 Réponse : «Je vais à Grenelle.»

Puis, les 16 et 17 juillet 1942, ce fut la grande rafle. Complice des nazis, la police française arrêta des milliers de juifs, qui furent rassemblés au vélodrome d'Hiver. Le rendez-vous de toutes les festivités devint le lieu de la tragédie. L'enfer après le paradis. Raymond aperçut une dernière fois Simon et son père, avant qu'ils ne disparaissent dans la foule, pour être emmenés vers le

«Grand Nulle Part».

Vel'd'Hiv' raconte le destin de deux enfants, deux amis, emportés dans la tourmente de l'histoire et séparés l'un de l'autre, alors qu'ils se croyaient inséparables. Un roman servi par une écriture limpide et légère.

 

 

 

 

 

 

 

 

Editions Calmann - Lévy - 2006

 

 

 

En 1942, Gabriel et sa famille, des Juifs polonais émigrés en France, tentent de survivre dans Paris occupé par les Allemands, qui les privent de leurs moyens d'existence et de leur dignité. Pas encore de leur vie.   

Gabriel n' a que quatorze ans quand, au matin du 16 juillet, les Juifs de Paris sont raflés par la police française aux ordres des nazis. On les transfère au Vélodrome d ' Hiver, dans le XVe arrondissement. Comment se douteraient-ils que le Vél d 'Hiv sera la première étape sur la route de l ' extermination   Pour eux, la solution finale débute ici, à cinq cents mètres de la tour Eiffel, dans ce vélodrome où l' on entasse treize mille personnes, hommes, femmes, enfants, vieillards, sans sanitaires suffisants, sans nourriture, sans intimité ni endroit pour dormir et avec pour toute réponse à leurs cris de colère et de détresse un peloton de gardes républicains armés et résolus. Beaucoup se découragent. Pas Gabriel Wachman. Il finit par trouver un moyen de s'échapper. Pour lui, il n' y aura pas d' Auschwitz, mais tout de même la peur, les collabos, l ' abandon, le monde hostile et cette immense douleur de ne rien savoir de tous les siens. Il lui faudra tenir jusqu ' à la fin de la guerre.   

 

 

Gabriel Wachman demeure aujourd ' hui l ' un des rares survivants du Vél d ' Hiv. Il nous le raconte dans un témoignage historique, poignant et inédit, enrichi par l ' écriture forte d ' un auteur reconnu, Daniel Goldenberg.

 

 

 

Je suis actuellement occupée de lire  " Ce jour-là 16 juillet 1942 , La Grande Raffle du VEL D'HIV "

de Claude Lévy et Paul Tillard, paru aux éditions Robert Laffont.

 

 

 

 

 

 

 

 

Je vous en reparlerai dès que j'en aurai terminé la lecture.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by FABIENNE - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Bea kimcat 20/04/2010 21:32



Merci mille fois Fabienne pour cet article...


Sur tes conseils, je vais les lire, c'est sûr...


Quand je pense que j'ai bossé 28 ans sur l'emplacement du Vel D'Hiv ! Je connais le quartier par coeur et je savais ce qui s'était passé... avec mon collègue Arnaud on en discutait souvent (y
ayant perdu ses grands parents et son oncle... sa mère a échappé à la rafle... il me disait d'ailleurs : "c'est pour cela que je peux t'en parler... si ma mère avait été là elle aussi, je ne
serai pas là aujourd'hui à t'en parler...")



Marc Lefrançois 20/04/2010 01:12



Oui, je partage cet avis... Ne me sens pas trop de lire cela en ce moment...



FABIENNE 20/04/2010 15:48



Bonjour Marc. Pas évident à lire mais comme je veux en savoir plus au sujet de cette Rafle , je m'y accroche ...


Amicales pensées de Normandie et au plaisir!






CIBELINE 19/04/2010 20:28



BONSOIR!!!!!
Je ne suis pas tres en avance pour venir te souhaiter un bon lundi
mais il fait tellement beau  , que je profite du soleil au maximum , lol!!!!
j espere que tu as passer un bon weekend et que tu vas bien ????
moi jai remis tout en ordre apres le repas d hier , et laver la nappe et les serviettes de table
et maintenant en degustant mon petit cafe je fais le tour de mes amis bisous ton amie nadine




FABIENNE 20/04/2010 15:42



Petit coucou du mardi en espérant que tu passes une agréable journée ma chère Nadine!Il fait beau en normandie, pourvu que cela dure , c'est bien
agréable!






aimela 19/04/2010 20:05



Je ne sais pas si je lirai ces livres, trop durs pour moi  mais merci pour ces descriptions . bonne soirée



FABIENNE 20/04/2010 15:40



Pas facile à lire , âmes sensibles s'abstenir mais je veux en savoir plus sur cette Rafle !


Amicales pensées du 76 et au plaisir!






Eliane 19/04/2010 15:35



Bonjour, vous deux.


de beaux livres, mais si triste


que s'en est tres dur de les lire !


**





Révolus ces 15 jours de récréation


Des œufs de chocolat et la partition


Sur sol majeur c'est joué, c'est fini.


Les grands et petits sont partis.


A nous de gérer cette absence


Jusqu'aux prochaines vacances


Eliane   a bientot 




FABIENNE 20/04/2010 15:37



 Merci pour ton gentil commentaire ma chère Eliane. Pas facile à lire ces livres, mais je veux connaître la vérité
sur cette Rafle d'où le but de cette lecture ! Aurélien aussi a repris le chemin de l'école hier, après 2 semaines de vacances. Nous étions les 1ers en vacances ( zones ) comme en Belgique alors
!


Amitiés de Normandie et au plaisir!






Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***