Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 08:00

 

Les éditions 10/18 fêtent les femmes :

l'occasion de revendiquer l'égalité pour toutes.

L'occasion aussi de mettre à l'honneur les femmes

dans la littérature aussi bien à travers des héroïnes inoubliables

que des auteurs exceptionnels.

Des femmes passionnées, libérées , engagées : florilège

 d'un féminin pluriel pour allier littérature et plaisir.

 

 

 

 Libérée

 

  

 

 

Comment résister à une pareille offre :

« Particulier loue petit château médiéval meublé

bord de la Méditerranée ».

Un jour de pluie trop sale et d'autobus trop bondés,

 il n'en faut pas plus aux jeunes Londonniennes,

Mrs Lotty Wilkins, Mrs. Arbuthnot,

et deux autres colocataires pour se lancer seules

 dans l'aventure et partir,

sans presque prévenir leurs époux, un mois en Italie.

Au menu : Soleil, repos et réflexions.

 Écrit il y a plus d'un siècle, "Avril enchanté"

est un roman majeur, surprenant par sa liberté de ton,

sa légèreté et sa finesse d'esprit.

"Traduit de l'anglais
par François Dupuigrenet-Desrousilles"

 

 

 

Lettrée

 

 

 

 

Clarissa est éditrice à New York à la fin du XXe siècle ; Virginia est écrivain en 1923 dans la banlieue de Londres ; Laura est mère au foyer à Los Angeles en 1949.

Tandis que s'écoulent les heures d'une journée particulière,

un réseau de résonances subtiles apparaît peu à peu

entre ces trois femmes en quête de bonheur,

jusqu'à la révélation finale, bouleversante.

Sous la plume de Michael Cunningham,

d'une grâce presque irréelle, les sentiments

les plus furtifs, les émotions les plus impalpables

 ont la fragilité et l'amertume des occasions perdues,

de la douleur de vivre.

 Ce roman magistral, adapté avec un immense succès

au cinéma, a reçu les prestigieux prix Pulitzer

et Pen Faulkner en 1999.  

 

 

Passionnée

 

 

 

 

"Roman de l'écrivain américain Henry James (1843-1916), publié en 1880, Portrait de femme est son œuvre

la plus célèbre parce qu'elle possède de quoi

 intéresser le lecteur le plus superficiel

en même temps que le lecteur le plus exigeant.

James y conte en effet les aventures d'une jeune fille attrayante qui affronte la vie avec confiance,

obtient quelques jolis succès et s'attire

mainte sympathie assez honnête.

Toutefois, trop de vanité finit par lui tourner la tête.

 Elle connaît le malheur, tente de s'en sortir,

 puis se soumet, par devoir, à la triste vie

qu'elle s'est créée elle-même."

 Dictionnaire des œuvres, Laffont-Bompiani  

 

 

 

Engagée

 

  

 

 

  Les Voix endormies, ce sont celles de toutes les héroïnes anonymes de la guerre d'Espagne, ouvrières, syndicalistes, partisanes ou simplement candidates à l'exil.

En 1939, le conflit touche à sa fin et les Républicains

paient leur défaite dans les prisons franquistes.

Dans celle de Ventas, Hortensia, Elvira et Tomasa

attendent de connaître leur sort.

À l'extérieur, leurs familles et leurs amis vivent

 dans l'angoisse.

 Peu à peu, avec la discrétion de ceux qui se sentent épiés, des liens se tissent, des histoires se racontent...

Et celles qui se savent condamnées formulent

un dernier voeu : n'être jamais oubliées.

 Grâce à ce récit bouleversant,

elles sont enfin exaucées.

«Le livre de Dulce Chacôn a connu un immense succès

 en Espagne, sans doute parce que la romancière

 a parlé d'une voix juste et forte, et qu'elle a donné

 la parole aux femmes, celles dont les souffrances

 ont été les plus anonymes, les plus rentrées,

les plus endormies.»

Martine Silber, Le Monde des Livres.

Dulce Chacôn est née à Zafra, en Espagne, en 1954.

 Écrivain engagée, à la fois romancière,

 poète et dramaturge, elle a consacré plusieurs

 de ses oeuvres au travail de mémoire

autour de la guerre d'Espagne.

Voix endormies a connu un immense succès en Espagne

 où il a été élu Livre de l'année 2003.

 Dulce Chacôn est décédée la même année.

 

 

  

Délaissée

 

 

 

 

 

Univers victorien, ambiance à la Jane Austen,

 écriture classique et sucrée.

« Caresser le velours » conte l’initiation

d’une jeune écaillère au saphisme par une chanteuse

de music-hall et la découverte du milieu lesbien

de la nuit à Londres.

 Derrière l’apparence d’un roman ingénu,

rien n’est laissé au hasard comme la profession

de l’héroïne, petite huîtrière qui découvre

son plaisir dans les bras de femmes travesties

en hommes, de la même manière qu’elle avait appris

 à ouvrir la chair des crustacés.

Une plongée plus sensuelle que véritablement

 érotique dans l’Angleterre puritaine du XIXe siècle.

 

 

De belles lectures à découvrir ...

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Anis 03/04/2011 09:58



C'est une présentation tout à fait géniale que tu fais là... Une très bonne idée... J'en ai lu quelques-uns mais je ne connais toujours pas Sarah Waters, et d'ailleurs je crois n'avoir presque
jamais lu de romans dont les héroïnes sont homosexuelles. Cela m'intéresserait car les problématiques autour du genre m'intéressent depuis ma découverte de Judith Butler. Bon week-end littéraire
à tous deux !



FABIENNE 03/04/2011 20:33



Bonsoir. Heureuse  que cette présentation t'aie plue  Anis. J'ai très envie de les lire tous car ils ont tous une histoire qui m'intéresse
vraiment.  Tout comme toi, je n'ai jamais presque rien lu comme romans dont les héroïnes soient homoexuelles , envie de découvrir par curiosité sans doute . Je termine en ce moment un polar
normand écrit par Jean Caldrix , vu qu'il me l'a envoyé cette semaine et j'aime beaucoup son style d'écriture. Bonne fin de soirée. Amitiés



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***