Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 septembre 2013 5 27 /09 /septembre /2013 07:00

 

Les chambres de bois d'Anne Hébert (Points - 172 pages - 1996)

Première édition au Canada : 1958

 

 

Premier roman d'Anne Hébert (1916-2000), écrivaine et scénariste canadienne, récompensé par le prix France-Canada, "Les Chambres de Bois" est classé dans la catégorie des "romans-poèmes" dans le livre "Le roman canadien-français du vingtième siècle " de Réjean Robidoux et André Renaud. Et de fait, Anne Hébert s'est faite connaitre par ses poèmes, dont un premier recueil "Les songes en équilibre" date de 1942. Et on sent bien cette sensibilité poétique dans ce roman.

Premier paragraphe : " C'était au pays de Catherine, une ville de hauts fourneaux flambant sur le ciel, jour et nuit, comme de noirs palais d'Apocalypse. Au matin, les femmes essuyaient sur les vitres des maisons les patines des feux trop vifs de la nuit."

 

Catherine est pauvre, fille aînée d'une famille dont la mère est morte très jeune. C'est elle qui gère le foyer et elle rencontre un jeune pianiste, Michel. Lui est issu d'un milieu riche, le père ayant un "domaine seigneurial". Elle se marie avec lui mais va se sentir cloîtrée chez elle, avec cet amour qui ne peut être consommé. Quand la soeur de Michel, Lia, également pianiste, vient s'installer chez eux elle comprend combien le frère aime la soeur.

Catherine dépérit, ne mange plus et est en pleine déprime. Heureusement pour elle, il y a Aline, la vieille servante très fidèle, qui va l'aider à traverser ces jours sombres qui se passent au coin du feu à entendre du piano. Et Catherine va sortir pour aller au bord de mer où elle rencontre Bruno. Et si elle vivait alors un grand amour, avec rêve de voyage et de nouvelle vie !!!

Voilà, l'intrigue est très simple, très linéaire. Le livre est divisé en trois parties avec de courts chapitres non numérotés et cette langu poétique envahit le roman.

Bien que court, ce livre demande à être lu lentement, comme s'il y aviat le tic-tac du temps monotone qui passe dans cet appartement où évolue ce trio bien triste, chacun absorbé dans ses rêves, dans son monde intérieur.

 

Un très beau livre, donc, où ce pourrait être l'éloge de la lenteur. Et on ne s'ennuie pas pour autant, fasciné par ces êtres malheureux, inhibés qui n'ont plus de vie sociale. Il faut sortir de ces "chambres de bois"...

 

Page 92 : "Lia demandait parfois à Catherine de lui faire la lecture. Catherine lisait mal, d'une voix monotone, trébuchant sur les morts difficiles, ou levant les yeux de son livre pour apercevoir, ne fût-ce qu'un instant, cette espère de mort extatique qui s'emparait parfois du visage de Lia, lissant ses paupières, pinçant ses narines, figeant tous ses traits. // Cahterinese demandait quelle puissance souveraine venait ainsi saisir la jeune femme au milieu de si pauvres soirées et, doucement, sous les yeux de Catherine et Michel, la faisait passer de l'autre côté du monde".

 

Page 143 : "Les cigales crièrent très haut leur chant de crécelle, le feu de midi s'établit sur toute chose. // Catherine et le jeune homme se retrouvaient maintenant tous les jours sur la plage, sans qu'aucune parole ne fût échangée entre eux. Marqués des mêmes signes : huile, soleil, eau et sel, ils campaient non loin l'un de l'autre, ne perdant rien des allées et venues de chacun, liés dans le vent comme des marins taciturnes".

 

En résumé, un excellent roman et c'était le troisième que je lisais d'Anne Hébert, après l'emblématique "Les fous de Bassan" et "Aurélien, Clara, Mademoiselle et le Lieutenant Anglais". Une auteure que je continuerai de lire par la suite.

 

Bonne lecture,

Denis

 

 

Livre lu dans le cadre d'une lecture commune pour  "Québec en septembre" chez Karine et Laurence

Québec en septembre 2013 -2

 

 

Et cette lecture s'inscrit également dans mon challenge

"Littérature francophone d'ailleurs"

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anis 06/10/2013 19:33


Cela me plairait bien aussi. je le note dans un petit coin de ma tête.

DENIS 06/10/2013 20:39



un livre assez court mais très intéressant



Valentyne 02/10/2013 11:21


j'ai beaucoup aimé le deuxième passage que tu cites Denis ;-) 

DENIS 03/10/2013 12:12



merci Valentyne, un roman à recommander en tout cas



JainaXF 30/09/2013 22:16


Hum, ton article me rappelle ce que j'ai éprouvé pour "Les Carnets de Douglas", une jolie découverte l'année dernière...Ca m'avait touché, je vais essayer de lire Anne Hébert au prochain
challenge (ou même avant si je déniche un de ses livres d'ici là) !

DENIS 01/10/2013 20:29



je ne connais pas ce livre "les carnets de Douglas" mais je le lirai à l'occasion pour comparer avec Anne Hébert


c'était une lecture très intéressante



Topinambulle 27/09/2013 20:38


C'est un de mes romans préférés d'Anne Hébert, car l'ambiance est vraiment très bien fignolée. On n'a pas de mal à s'imaginer le lieu, les personnages. Merci pour ce joli billet, Denis ! :)

DENIS 28/09/2013 23:06



j'ai beaucoup aimé ce huis clos auteur de la trinité : frère-soeur-époux



sylire 27/09/2013 19:03


Une auteur que j'espère découvrir un jour...

DENIS 28/09/2013 23:09



tu ne devrais âs être déçue



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***