Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 07:00


L'amour est une infirmerie. Maigre et tendu , les Aimants de Jean-Marc Parisis est le roman le plus déchirant de la rentrée.






Stock (2009)


C'est l'histoire d'un homme qui va rechercher dans l'écriture la jeune femme qu'il a perdue dans la vie. Ava, rencontrée alors qu'ils avaient 20 ans. Ava, qui fut l'amour, l'amie, l'âme soeur. Ava, qui s'est éteinte alors qu'elle brûlait de vie. Étincelles de grâce, d'innocence, de violence aussi. Pendant toutes ces années, on dirait que ces enfants terribles se découvrent à chaque page. Quand ils se séparent à 30 ans, c'est pour mieux se retrouver : d'amants, ils deviennent frère et soeur. Un autre miracle de l'amour. Un autre mystère aussi, puisque s'ils ne se sont jamais quittés, ils n'ont jamais vraiment pu vivre ensemble. Libres comme l'air, les deux complices auront joué avec le temps sans penser qu'il pourrait les blesser, ni se douter que la mort pourrait les séparer.





  Le plus nécessaire , le plus poétique, le plus littéraire : "Aujourd'hui , le ciel est vide. J'aurais aimé raconter une autre histoire , mais c'est tout ce qu'il me reste et je n'en reviens pas. "
Le narrateur parle d'Ava à l'imparfait. Elle n'est plus.
C'était la femme de sa vie. Les mots qu'il lui adresse sont des fusées de détresse.
Ils s'étaient rencontrés à vingt ans , sur les bancs de la Sorbonne : deux poètes.
C'étaient les années 1980. Ava était une " beauté antique ", qui semblait posée là , comme une statue.
" Les hommes ? Ils faisaient partie du décor, ils allaient et venaient , elle les regardait vivre".
Lui était pigiste à Libé , jouait les Marlowe , ce détective privé inventé par Chandler.
Elle, comète tombée du ciel , " n'eut jamais qu'une ambition : se battre contre les jours". Elle frôlait la vie.
Enfants de bohême , ils naviguaient en solitaires , se nourrissant de Baudelaire , de Nerval : Elle tenait ses livres comme des missels , à plat , dans ses paumes ouvertes , comme si elle avait voulu retenir l'eau de la poésie , s'en rafraîchir et s'en laver. "
Ava est une apparition. Elle disparaît souvent. La nuit, le narrateur la cherche dans les étoiles. Elle éclaire sa vie.
Etait-ce de l'amour ? " On se foutait la paix avec l'Amour. Je me demande même si l'on savait qu'on s'aimait. "
Deux aimants , deux êtres qui s'attirent , deux intraitables , deux âmes en quête d'élévation.
Aujourd'hui , Ava est partie , emportée par la maladie.
Jean - Marc Parisis , " bad boy stylistique " , lui offre le plus beau des cadeaux : un livre solaire , aérien , lumineux qui la fait entrer dans l'éternité.

Partager cet article

Repost0

commentaires

clementine 22/10/2009 19:41


Il doit être beau..
bonne soirée
clem


debam 22/10/2009 13:42


Une jolie histoire émouvante en effet. Je ferais une recherche à la bibliothéque.
Tu en as fait une belle critique et bien illustrée. Bonne Continuation.
Bises  Picardine


Marie 22/10/2009 08:20


Ce livre a l'air superbe, touchant et très douloureux aussi. Même si le thème de la perte d'un être cher me fait toujours peur, j'essaierai quand même de lire ce livre...


DENIS ET FABIENNE 26/10/2009 20:31


Ce monsieur a plus de 90 ans et il s'est mis à écrire par passion des mots
une belle leçon à méditer


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***