Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2010 5 08 /01 /janvier /2010 09:00






Camus a d'abord imaginé " La Chute " comme une nouvelle qui devait s'ajouter à celles de " L'Exil et le Royaume " ( 1957 );
puis il s'est , selon son expression , laissé emporter par son propos.
Ce récit en forme de monologue paraîtra pendant l'été 1956 , quelques mois avant le recueil auquel il était destiné.
C'est la dernière oeuvre achevé par Camus.
Un an plus tard , il recevra le Prix Nobel de littérature.






Dans un bar crasseux d'Amsterdam , un consommateur , qui dit s'appeler Jean Baptiste Clamence , en aborde un autre , comme lui quadragénaire , français , bourgeoisement vêtu et cultivé.
Il lui parle de la Hollande , terre de songe et d'histoire , où la vie quotidienne se teinte des couleurs du mythe ( chap I ).
Son monologue vire à la confession. Il fut naguère un brillant avocat parisien , respecté de tous et d'abord de lui - même , épris de hauteurs et de justice. Un soir , un rire , entendu par hasard , ébranla son assurance ( 2 ).
Son image s'effrita à ses propres yeux : une petite lâcheté , une aventure sentimentale peu reluisante ; une nuit enfin , une jeune femme sauta dans la Seine ; il faisait noir , l'eau était froide , il n'a jamais su ce que cette femme était devenue ( 3 ).
La confession se poursuit dans une île de Zuyderzee.
Du jour où il a découvert que tout n'était que comédie , Clamence s'est ingénié à tenir des rôles et à se rendre odieux pour détruire l'image d'honnête homme qu'on s'était forgée de lui.
Dégoûté de l'amour , il s'installe dans la débauche , puis dans le mal - confort , dont le Christ a donné l'exemple en mourant pour une faute dont il se sentait obscurément
coupable ( 4 - 5 ).
Clamence reçoit cette fois son compagnon dans sa chambre : il a la fièvre.
A l'époque où il était prisonnier , il a un jour volé sa ration d'eau à un camarade agonisant. Ayant fermé son cabinet d'avocat , il exerce désormais à Amsterdam le métier de juge - pénitent.
Offrant à ses interlocuteurs de rencontre le miroir de ses crimes, il les persuade de leur misère. Il cache chez lui un tableau volé
( Les Juges intègres , de Van Eyck ) dans l'espoir que son interlocuteur sera un policier et l'arrêtera.
Hélas ! celui-ci lui ressemble trop : il est , comme lui ,
 avocat ( 6 ).

Partager cet article

Repost0

commentaires

T


La chute, allégorie tombante de la déchéance de l'homme, perdu dans cette vie terrestre, vouée à une mort certaine ...



Répondre
D

c'est étonnant que Camus qui parle tant du bonheur et de la liberté a aussi beaucoup parlé de la mort, du suicide... Un homme doute... c'est logique...


G

Curieux les coïncidences. Il y a quelques jours, j'ai mis des haikus sur mon blog généraliste http://contrastesetlumieres.blogspot.com/. Et
très récemment j'ai relu "La chute" d'Albert Camus. J'ai mis quelques lignes sur mon blog livreapart.over-blog.com


Répondre
D

Camus est toujours aussi vivant 50 ans après et la chute n'est pas le plus connu mais tous ses textes sont passionnants
je vais aller voir votre article
Denis


É

Bonsoir Fabienne. Il faudra que je relise "La chute"... Bonne soirée à tous les deux !


Répondre
D

moi aussi il faudra que je le relise
mais avec la Pléiade je relis toute son oeuvre au fil des mois
c'est passionnant
Denis


T

excuse pour le faux bond ! mais le début d'année est chargé et je suis HS ! je vais d'ailleurs me coucher. Bises à vous deux


Répondre
D

tu es excusée bien sûr
l'essentiel est d'aimer les textes de Camus
bon dimanche
Denis


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***