Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 janvier 2014 4 02 /01 /janvier /2014 22:29

(Photo 20minutes.fr)

Kinderzimmer de Valentine Goby (Actes Sud - août 2013 - 220 pages)

 

-------------------------

 

Ames sensibles, abstenez-vous. Vous aurez beau dire, j'ai déjà lu des histoires sur les camps de concentration, ce livre vous bouleversera pour un bon moment.

Le cadre, ici, c'est Ravensbrück, le camp de concentration et de travail pour les femmes et les enfants, à 80 kms au nord de Berlin.

Kinderzimmer est un roman mais basé sur le récit d'une des survivantes du camp. Car ce camp, tout en n'étant pas un camp d'extermination, les conditions de vie y étaient tellement difficiles, que chaque instant, chaque acte avait son importance pour savoir si on allait ou non continuer à vivre.

On arrive ici après un voyage comme celui qu'a fait Suzanne Langlois, devenue Mila dans le camp : voyage en train jusqu'ici. Les femmes ne savaient pas bien sûr où elles allaient et où elles étaient.

Mila est enceinte de 3 mois quand elle entre dans l'enfer de ce camp. Elle ne doit surtout pas dire son état malgré la visite gynécologique obligatoire où elle nie être enceinte. Sinon ce serait la mort assurée.

A Ravensbrück, ll faut d'abord passer par une mise en quarantaine.

Page 32 : " Le premier Appell sur la place centrale, c'est la chance du dehors. En quarantaine tu ne sors que pour l'Appell. A 3h30 la sirène, et aussitôt le café, la tranche de pain fine comme une lamelle de pomme et la question cruciale : manger d'un coup ou en plusieurs fois".

Ces questions  sont vite effacées car une fois sorties de cette zone de presque tranquillité, c'est la vie dans les blocks qui commencent. Et c'est une autre affaire, car ici, tout est sale, sent mauvais. On y meurt aussi très vite. Alors, après ces Appell interminables, il faut travailler à trier les affaires des détenues, en prendre la meilleure substance par exemple. Mais bien sûr il ne faut rien détourner sous peine de mort quasi immédiate. Et puis, en fin de journée c'est le retour au block.

Pour s'occuper, les femmes chantent, récitent des poèmes, donnent des recettes de cuisine, là où il n'y a quasiment rien à manger. Il faut se serrer pour dormir et de jour en jour les corps se délitent. Aucune hygiène ici. Le typhus arrive comme d'autres maladies... Bref, une vie de camp comme on en a lu déjà de nombreux témoignages.

Seulement, n'oublions pas que Mila est enceinte et au fil des semaines, l'accouchement approche. Elle s'interroge sur la survie possible de son bébé dans un corps aussi maigre.

Le jour fini par arriver et il faut aller à l'infirmerie, un enfer, lui a-t-on dit car elle a perdu les eaux. Elle accouche d'un garçon qu'elle nomme James. Le père, elle ne l'a pas connue. C'était un résistant qu'elle a caché et avec qui elle a fait l'amour sans savoir qui il est, sans même connaitre son visage.

Il faut à présent sauver de la mort James. Heureusement, il y a la Kinderzimmer où sont installés tous les nouveaux-nés. C'est une française, Sabine, qui s'occupe des bébés. Il faut allaiter même si on a peu de lait, ce qui est le cas de Mila. Quand elle n'a plus assez de lait, une femme qui a perdu son bébé, donne son sein à James. Car, oui, ici les femmes sont solidaires...

Le bébé survivra-t-il ? Il est né en septembre 1944 et la libération du camp est encore bien loin, surtout qu'ici on est près de Berlin. Mila mène un grand combat pour que James survive car la mort est partout et les bébés survivent rarement à leur 3e mois...

Je laisse les lecteurs, lectrices, lire le livre pour en connaitre la suite.

Soyez certain(e)s, que ce livre ne nous épargne rien de la déchéance des corps, de l'épuisement...

Vous aurez compris qu'il faut être "fort" pour lire ces descriptions de l'horreur incarnée dans ce camp de Ravensbrück.

 

Le style est flamboyant avec un côté poétique qui peut surprendre quand on s'attaque à un tel sujet. Mais aussi là, la réussite du livre. Vivre au quotidien de ces femmes, voir leur combat pour ne pas mourir et plus encore pour aider les autres.

Un livre pour Marie-Jo Chombart de Lauwe, puériculrice de la Kinderzimmer et les enfants de Ravensbrück, nous dit en exergue Valentine Goby. Une histoire vraie qui a inspiré cette fiction...

A lire absolument et on ne peut pas en faire, par pudeur, un coup de coeur. La fin m'a un peu déçu, je l'avoue, un peu "cliché", une fois la sortie du camp effectuée. Il y a quelques surprises dans l'intrigue que je me suis interdit de dire ici, pour ne pas tuer la lecture...

Bonne lecture,

Denis

 

Livre lu dans le cadre de la rentrée littéraire 2013 (livre voyageur initié par Jostein et qui a rendu visite à Olivier, Julie et qui va continuer son voyage dans quelques jours chez Tiphanie)

 

Il entre donc dans le challenge rentrée littéraire 2013 de hérisson (j'ai ainsi fini le challenge 1% avec ce 6e roman)

 

 

Et il entre aussi, publié en 2013, dans le challenge 0 à 9 de Julie

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Julie 09/01/2014 22:07


Très intéressant!

DENIS 10/01/2014 20:21



Oui Julie et on sait ainsi que l'histoire est "authentique".



Julie 09/01/2014 20:30


Je trouve la réponse à ma question dans ta critique lue après avoir écrit la mienne, la Kinderzimmer a vraiment existé!

DENIS 09/01/2014 20:52




http://www.encyclopedie.bseditions.fr/article.php?pArticleId=53&pChapitreId=34578&pSousChapitreId=34592&pArticleLib=Les+nouveaux+n%E9s+%5BRavensbr%FCck%2C+camp+de+concentration+nazi-%3ET%E9moignages%5D


 


voici la réponse officielle à ta question Julie



Secrète Louise 04/01/2014 20:48


Je vais le lire mais en ce moment il est introuvable dans les librairies. C'est dur de faire un coup de coeur d'une histoire aussi épouvantable. J'ai lu en diagonnale ton billet, mais je
reviendrai plus tard quand je l'aurai lu.


Je te souhaite aussi une très bonne année, j'espère que tu feras d'autres découvertes aussi passionnantes. Plein de bonnes choses pour toi et les tiens.

DENIS 04/01/2014 21:55



C'est certain qu'un livre comme celui-ci ne peut qu'émouvoir et par pudeur c'est impossible d'en fair un coup de coeur, car on voudrait qu'il n'y ait jamais eu autant d'horreur à décrire


bonne année aussi à toi



Philisine Cave 03/01/2014 20:32


C'est un roman énorme tout simplement. J'en profite pour te souhaiter une très belle année 2014 avec moins d'blog-enquiquineurs qu'en 2013. Je t'embrasse ainsi que Fabienne.

DENIS ET FABIENNE 03/01/2014 20:49



merci Philisine, bonne année à toi également


Ce livre est "percutant" et très réaliste.



sophie/vicim 03/01/2014 11:18


Celui-ci sera une de mes priorités de lecture en 2014

DENIS 03/01/2014 20:50



c'est un livre à lire en effet pour bien comprendre ces vies de camps et je n'avais rien lu sur Ravensbrück.



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***