Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 10:00
Dans le cadre du challenge animé par bouboubouquine :

                                                                                Challenge 100 ans


je suis revenu vers John Fante, dont j'avais lu "mon chien stupide", cette fois avec :


                                               


                  Pleins de vie (10/18 - collection "Domaine étranger" - 220 pages)
                     Titre original : "Full of life" - traduit par Brice Matthieussent)

Au niveau traduction, on ne peut pas faire beaucoup mieux car Matthieussent a traduit les plus grands auteurs américains.

En 1946, John Fante a acheté une maison sur Van Ness Avenue à Los Angeles, qui va être la maison de "pleins de vie".
En 1950, il a besoin d'argent et se met à écrire ce livre qui lui permettra ensuite, d'acheter une maison plus grande, celle de Malibu qu'il décrit si bien dans "mon chien stupide.

C'est dire l'importance des maisons dans les livres de l'auteur.

Son épouse, Joyce Fante, qu'il met en scène sous son vrai nom dans le livre, a témoigné plus tard : "La plupart des incidents décrits dans "pleins de vie" sont réellement arrivés... l'histoire est autobiographique; mais ce sont les événements tels que lui les voyait , ou voulait les montrer. De la mise en scène, si vous voulez".

Nous voilà rassurés car on est finalement dans de la fiction de par le traitement que fait l'auteur du réel qu'il a vécu.

Pour tout dire, ce livre est "succulent". J'ai eu un pur bonheur à le lire.

Les choses sont dites.

Alors, l'histoire est simple :

John Fante et sa femme Joyce, qui attend un enfant, vivent dans cette maison de Los Angeles, quand ils s'aperçoivent que le plancher s'effondre, mangé par les termites.
Il faut réagir et réparer mais comment. Idée géniale : faire appel au vieux Fante, italien des Abbruzzes émigré, père de John, ancien maçon... John part en avion retrouver son père à San Juan, dans la vallée de Sacramento. Difficile de convaincre ce vieil alcoolique acâriatre... Bref, la mère sert d'intermédiaire, et l'affaire est faite. Retour à Los Angeles par le train, car papa ne supporte pas l'avion... Et là, ce voyage vaut anthologie car le père ne se plie à aucune règle et le trajet est "épique".
Enfin, arrivés à la maison non sans mal, le père tergiverse, prend des mesures, boit, menace de repartir mais cède... Au final, il casse la cheminée pour la refaire plus belle et plus grande, sans rien faire au plancher. 
Pendant ce temps, Joyce qui se prépare à l'accouchement fait une crise 'mystique" et suit le catéchisme, se faisant baptiser, sans que John y comprenne grand chose.
Et l'accouchement arrive... John est souvent dépassé par les événements, ce qui rend la narration encore plus truculente.

Ne nous méprenons pas, ce n'est pas un roman comique à vrai dire, mais la narration très simple et limpide rend toute cette histoire intimiste presque "épique" et c'est par ce biais que la "petite" histoire rencontre la "grande". On voit ici les USA par la petite lorgnette. Alors, laissez-vous emporter par ce livre et si vous ne connaissez pas cet auteur, allez vite le lire.


                                         

Le 21 mars  1952, de Malibu, John Fante envoie un exemplaire de "Pleins de vie" à son vieux mentor et protecteur H.L. Mencken, à qui il avait dédicacé ce livre : "je dédie ce livre à H.L. Mencken, avec mon indéfectible admiration".

Et comme John Fante était autant scénariste qu'écrivain, son roman a fait son chemin pour "arriver" dans les mains de Richard Quine et à sa grande surprise Quine lui demande d'écrire le scénario du film tiré de son livre. Il en sortira un film en 1956 produit par Columbia.



                                                   



                                               

J'ai pu obtenir ces informations complémentaires grâce au texte d'introduction du livre "John Fante et le cinéma" par Philippe Garnier
.

Voilà, encore une lecture jubilatoire que je dédie à tous les amateurs de littérature.

Et je vous renvoie à Wikipedia pour la biographie et bibliographie de John Fante (1909-1983)

Bonne lecture

Denis

Partager cet article

Repost0

commentaires

Heide 18/05/2012 00:03


Encore une belle découverte en perspective. Merci ! L'intrigue et le côté épique du voyage me plaisent bien.

DENIS 18/05/2012 07:23



j'aime beaucoup l'atmosphère des livres de Fante où il a mis en scène ses déboires et sa vie qui aurait pu être fabuleuse autour du cinéma


style simple et efficace tel que je l'ai ressenti



juliette 28/11/2009 18:08


ahhhhhh!!! un fan de Fante! Sais-tu que son fils écrit aussi (Dan fante)... Attention, la lecture peut être douloureuse pour les fans de Fante père, le mythe est malmené...


DENIS 28/11/2009 19:11


je ne savais pas cela
merci de me le préciser
Fante père est génial, je ne saurais en dire plus et son livre une pure merveille
fan aussi je pense donc au moins 2 et il doit y en avoir des millions de par le monde


ecureuilbleu 15/11/2009 21:17


Merci pour cette superbe fiche de lecture ! Bonne soirée à tous les deux et bisous


DENIS 15/11/2009 21:24


peut-être une superbe fiche mais assurément un superbe livre


Eliane 15/11/2009 15:38


*·..·*clics doux dimanche *·..·*   je te pensais normande ou bretonne lol
j'ai soliane j'ai vu que tu étais une compatriote !  ...  bisous


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***