Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 août 2011 5 05 /08 /août /2011 09:00

 

 

 

 

 

 

Bandini de John Fante (10/18 - Domaine etranger - 268 pages)

Traduit de l'américain par Brice Matthieussent

 

(Edition originale : 1938 "Wait until spring, Bandini" - traduction française 1985)

 

Je crains ne pas être objectif quand je parle de John Fante en disant :

attention chef d'oeuvre.

 

J'avais écrit un article sur "Plein de vie" élogieux fin 2009

 (j'ai remis ici le lien vers cet article)

 

Je ne peux que récidiver.

 

"Ecoutez" le premier paragraphe du livre : "Il avançait en donnant des coups de pied dans la neige épaisse. Un homme dégoûté. Il s'appelait Svevo Bandini et habitait à trois blocs de là. Il avait froid, ses chaussures étaient trouées. Ce matin-là, il avait bouché les trous avec des bouts de carton déchirés dans une boîte de macaroni. Les macaronis de la boîte n'étaient pas payés. Il y avait pensé en plaçant des bouts de carton dans ses chaussures."

 

Vous avez là la musique du livre de John Fante : une famille pauvre avec un père alcoolique qui dilapide l'argent faisant des dettes insurmontables mais qui travaille comme maçon. Une femme effacée, Maria, qui prie Dieu pour faire passer tous ses malheurs. Et trois fils dont l'aîné est Arturo (le double de l'auteur), âgé de 14 ans, en pleine adolescence avec un mal-être et les premiers amours hélas non concrétisés, car Rosa ne l'aime pas en retour et se joue de lui.

 

L'Amérique des pauvres, venus d'Europe avec l'espoir de bien vivre et les désillusions, car ils restent des "étrangers" aux Etats-Unis.

 

Le père va "fuguer" 10 jours laissant à la veille de Noël les siens dans la misère et les interrogations : Svevo va t'il revenir. Manifestement, il est avec une femme!!!

 

Arturo, dans tout cela, vit au jour le jour et est plutôt mauvais élève, tantôt gentil, tantôt agressif...

 

John Fante a un style précis, sans fioritures, tourné parfois vers la répétition, comme des leitmotiv. C'est pourquoi l'on peut vraiment parler de "musicalité" du style.

 

 

 

 

 

L'essentiel est dit. Il faut absolument lire ce livre qui a ouvert la voie à tous les autres romans de John Fante et à Bandini, son double, que l'on retrouve de livre en livre.

 

Bonne lecture,

 

Denis

Partager cet article

Repost0

commentaires

L


Je viens de le recevoir, je les garde pour mes vacances mais j'ai déjà lu la préface courte de l'auteur qui en elle-même m'a beaucoup touchée.



Répondre
D


tu ne devrais pas être déçue


j'ai besoin de lire de temps en temps cet auteur qui a mis sa vie en scène écrivant peu de romans sur une longue période, mais chaque livre pour moi est un immense bonheur de lecture : style
dépouillé mais tellement puissant notamment sur les répétitions...


j'ai hâte de connaitre ton ressenti sur ce livre


bonnes vacances



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***