Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2012 1 05 /11 /novembre /2012 21:59

Voici le communiqué que j'ai reçu des éditions Carnets Nord :

 

 

Il y a tout juste 10 ans, le 5 novembre 2002, le centre de Sangatte fermait, après plus de trois ans d'existence.

 

Il avait été ouvert fin septembre 1999 par la Croix-Rouge à la demande du gouvernement Jospin, dans un ancien hangar de stockage d'Eurotunnel, dans le village de Sangatte. Il abritait à l'époque 1 800 personnes, en majorité des Afghans, des Kurdes et des Iraniens, qui tentaient toutes les nuits de traverser la Manche en clandestins, par les camions qui embarquent au port, ou par l'Eurotunnel.

 

Au terme d’un accord entre Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur, et son homologue britannique David Blunkett, les deux tiers des résidents du hangar ont été accueillis en Angleterre, un tiers a été invité à demander l’asile en France. Pour tous ceux qui arrivèrent après le 5 novembre, ce fut la rue, puis la jungle. Le 16 décembre, le centre a définitivement fermé. Le 23 décembre, la démolition du centre a commencé.

 

Quand le hangar de Sangatte avait ouvert en 1999, après un coup de gueule de l'Abbé Pierre, c'était pour abriter 200 personnes, essentiellement des Kosovars qui fuyaient la guerre. Selon la Croix-Rouge, 67 600 personnes y ont transité en un peu plus de trois ans. Aujourd'hui, rien n'est réglé, il y a en permanence autour de 500 à 1000 migrants, entre Calais et les jungles du Nord Pas-de-Calais, le long des aires d'autoroute, nourris et secourus par de nombreuses associations locales ainsi que par le Secours Catholique, et soignés par Médecins du Monde.


C’est le périple de ces migrants que raconte Haydée Sabéran dans Ceux qui passent. Correspondante à Lille du journal Libération, elle enquête depuis une douzaine d’années sur les sujets de Sangatte, de « la jungle » et des migrants dans le nord de la France.

Une épopée moderne teintée d’une nouvelle violence : la migration, un peuple entier de clandestins qui fuient leurs pays, que l’on cache et qui effraient l’Europe. Afghans, Irakiens, Érythréens, Iraniens, Vietnamiens : ces migrants qui, toutes les nuits cherchent à grimper dans les camions en partance pour l’Angleterre, ont un visage, un prénom, une histoire. 

 

 

 

 

 

Un livre à lire et que j'avais présenté lors de sa sortie en librairie, grâce à mon partenariat avec Carnets Nord .

 

 

Bonne lecture

 

Denis

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***