Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 octobre 2013 7 20 /10 /octobre /2013 20:32

 

 

Dernier train pour Buenos Aires de Hernan Ronsino (Liana Levi - 2010 - 95 pages)

Traduit de l'espagnol (Argentine) par Dominique Lepreux

Titre original : Glaxo (première édition Argentine - 2009)

-------------------------------

 

L'on peut d'entrer voir la différence entre le titre espagnol et le titre français.

 

Le livre commence en octobre 1973 : "Un jour les trains cessent de passer. Et puis vient une équipe d'ouvriers. Six ou sept hommes descendent d'un camion, avec des casques jaunes. Ils commencent à démonter les voies. Je les regarde d'ici. Je les regarde travailler. Ils travaillent jusqu'à six heures. Ils s'en vont avant que sortent les ouvriers de la Glaxo. Ils laissent de grands fûts enflammés, pour dévier la circulation. Quand ils s'en vont, je ferme le salon de coiffure."

   

Cet homme c'est Vicente.

 

Et l'histoire de ce court roman est divisée en quatre chapitres avec quatre narrateurs et dont les époques évoquées sont entremêlées : octobre 1973 ; décembre 1984 ; juillet 1966 ; décembre 1959.

 

Le narrateur est à Buenos Aires avec sa jeune et belle maitresse et voici la vision qu'il a de la ville (page 71) : "Buenos Aires était alors pour moi comme un animal affamé. Un animal vorace, dangereux, comme celui des films qu'ils passent le samedi au Savoy, ces films de monstres énormes qui marchent dans les rues et qui, si tu n'y prends garde t'arrachent quelque chose; c'est comme ça que j'imaginais la ville, je l'ai dit à la Negra Miranda, quand le train commençait à traverser les premiers entassements d'immeubles et que la rase campagne s'amenuisait, dévorée par l'animal sauvage."

 

"Dernier train pour Gun Hill" est vu et revu dans le village car c'est un film mythique et cette histoire de rails qui sont démontés font écho à ce film.

 

On voit aussi arriver des mormons américains, plutôt froids et que l'on croise en baissant la tête.

 

Mais l'histoire entre la Negra Miranda et Ramon Folcada est compliquée aussi, tous deux étant arrivés de Buenos Aires, elle pour tenir un bar et lui pour y faire la loi en tant que sous-officier au commissariat. Et on sent que la dictature militaire n'est pas très loin dans les esprits. Mais tout le monde semble vivre comme si tout allait bien avec quelques réglements de compte par moment, comme si c'était normal que des tensions, des violences surgissent, s'appaisent et le salon de coiffure est un des lieux où l'on voit passer les uns, les autres. C'est un lieu d'observation aussi.

 

Le roman commence par de courtes pages pour se terminer comme un long monologue. Des phrases de grande qualité avec un style efficace. Il est parfois difficile de se retrouver dans ces périodes entrecroisées qui éclairent des périodes antérieures ou qui seront éclairées dans les périodes suivantes. Seul bémol en effet pour un texte dans l'ensemble de très belle facture.

 

C'était le premier texte traduit en français d'un auteur argentin né en 1975, à découvrir.

 

 

 

En mars 2014, le salon du livre invite l'Argentine, j'ai donc lu ce livre en amont de ce salon et pour découvrir certains auteurs si possible avant le salon et j'en ai profité pour lancer un "mois argentin" du 1er mars au 15 avril 2014 (le temps d'aller au salon et de lire un ou plusieurs livres argentins).

 

Pour l'occasion et préparer ce rendez-vous, j'ai créé un groupe sur facebook :

https://www.facebook.com/groups/209559055869832/

 

Bonne lecture,

Denis

Partager cet article

Repost0

commentaires

Heide 28/10/2013 20:22


Tu es prévoyant ! :) Pourquoi pas ? C'est intéressant ce mois argentin !

DENIS 30/10/2013 20:36



oui j'y ai songé dès que j'ai su le thème du prochain salon du livre.



Figaro 22/10/2013 11:50


Une lecture qui me tenterait...Je suis attirée par la littérature sud-américaine, ma meilleure amie étant chilienne...

DENIS 26/10/2013 21:47



en effet Figaro, un livre intéressant pour découvrir cet auteur et cette littérature



La Garçonnière de Hélène Grémillon 22/10/2013 08:21


Je vous encourage tous à le découvrir. Il me semble très intéressant!

DENIS 26/10/2013 21:47



merci pour l'info



Sophie 21/10/2013 09:09


Une littérature que je ne connais pas bien... Je vais jeter un coup d'oeil dans ma PAL et voir si je te rejoins pour ton mois argentin !

DENIS 26/10/2013 21:49



ce serait sympa surtout qu'il y aura le salon du livre autour de l'Argentine, donc il y aura des articles pour en parler notamment et j'ai ouvert un mois argentin sur facebook



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***