Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2013 1 30 /09 /septembre /2013 20:34

 

Correspondance Kawabata - Mishima (Albin Michel - 2000 - 302 pages)

Préface de Diane de Margerie Traduction et notes de Dominique Palmé

Première édition au Japon : 1997

      

-----------------------------------

Deux  auteurs majeurs de la littérature japonaise du 20e siècle ont correspondu pendant 25 ans, de 1945 à 1970 :

 

KAWABATA Yasunari (1899-1972 ; Prix Nobel de Littérature 1968), l'aîné dit "le Maître"

MISHIMA Yukio (1925 - 1970) ; le jeune qui débute sa carrière littéraire...

 

En 1945, Kawabata est déjà un auteur reconnu, emblématique de la littérature japonaise. "La danseuse d'Izu" (1926), "Pays de neige" (1935), "L'adolescent" (1921) ont été publiés au Japon et sa notoriété n'est plus à faire. Mishima, lui, a tout juste 20 ans lorsqu'il lui envoie sa première lettre. Il n'a pas encore son nom de plume et signe HIRAOKA Kimitake.

Il a envoyé son premier texte à Kawabata qui lui répond le 8 mars 1945 : "Noda m'a fait transmettre aujourd'hui votre ouvrage "La forêt en fleurs", dont je vous remercie. J'avais eu l'occasion d'en parcourir une partie dans "Bungei bunka", où votre style m'avait déjà beaucoup intéressé, aussi je me réjouis de pouvoir le lire dans sa totalité".

Et Mishima de lui répondre le 16 mars 1945 : " Loin de me blamer de l'impolitesse avec laquelle je vous ai fait parvenir inopinément mon livre, l'autre jour, par l'intermédiaire de M. Noda, vous m'avez adressé une lettre très aimable dont je vous remercie infiniment".

 

25 ans bornent la vie littéraire de Mishima entre ses débuts en 1945 et son suicidé par éventration (seppuku) le 25 novembre 1970, si bien que cette correspondance balaie toute la période créatrice de l'écrivain sous le regard toujours complaisant du "Maître", qui lui va décliner d'années en années. Kawabata se plaint de maux à la vésicule, puis d'insomnie et le syndrôme de la page blanche semble l'assaillir. Mais Kawabata est un "personnage public" et il se plaint ausi souvent d'être trop pris par le Pen Club Japonais qu'il préside.

 

Mishima voyage beaucoup , boit et s'en accuse mais il travaille beaucoup. Il est très prolifique et les dernières années de sa vie sont placées sous le signe de l'écriture de sa tétralogie, déclaré "chef d'oeuvre" par Kawabata, "La mer de la fertilité".

 

Kawabata s'est également suicidé, mais deux ans après Mishima et il n'en fait aucune allusion, alors que Mishima écrit le 4 août 1969 : ..."Je dis des choses de plus en plus bêtes, qui vont certainement vous faire sourire, mais ce que je redoute, ce n'est pas la mort, c'est ce qu'il adviendra de l'honneur de ma famille après ma mort. Si jamais il m'arrivait quelque chose, je suppose que le monde en profiterait pour sortir ses crocs, traquer mes moindres défauts, et mettre en pièces ma réputation. Cela m'est égal que l'on se moque de moi  de mon vivant, mais l'idée qu'on puisse rire de mes enfantsaprès ma mort m'est insupportable. Sûr que vous êtes la seule personne à pouvoir les préserver de cela, je m'en remts donc entièrement à vous pour l'avenir".

Et comme le précise la traductrice Dominique Palmé dans une note, le 24 janvier 1971, lors des obsèques publiques, Kawabata qui présidait la cérémonie lut cet extrait de lettre.

 

Ce témoignage montre les liens d'amitiés entre les deux écrivains, poutant tellement différents l'un de l'autre. Jamais, il n'y a de fausses notes dans leur correspondance et chacun s'inquiète de la santé de la famille... Beaucoup de courtoisie, de fidélité sans faille, d'attention avec des cadeaux aussi, dans cette correspondance. Et on sent la sincérité.

 

Un très beau livre, très richement (parfois presque trop) commenté par 342 notes.

Ainsi, le livre se décompose ainsi : préface de Diane de Margerie (d'excellente qualité) de 25 pages ; correspondance intégrale de 200 pages et 65 pages de notes.

 

Quand on lit une telle correspondance d'écrivains, il faudrait, pour ne pas être frustré, lire au moins un livre de chaque auteur concomitamment pour mieux savourer leurs mots.

 

Ceci étant cette lecture est passionnante et je la recommande très vivement à tout amoureux de la littérature japonaise car on vit ici 25 ans d'activité littéraire intense avec des auteurs majeurs.

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

 

J'ai lu ce livre dans le cadre de deux challenges :

 

Le challenge de Adalana que je suis de mois en mois : "écrivains japonais"

Logo écrivains japonais_1

 

et le nouveau challenge de Heide "Challenge en toutes lettres"

 

Lettre plume logo2

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Heide 02/10/2013 20:58


J'ai bien sûr très envie de découvrir cette correspondance car j'adore la littérature japonaise. Mais n'est-ce pas une lecture fastidieuse parfois ? Terrifiants ces suicides par éventration.

DENIS 03/10/2013 12:11



non ce n'est pas fastidieux (le plus contraignant ce sont les multiples notes et en même temps cela donne un éclairage complet sur la littérature japonaise de l'époque)



Valentyne 02/10/2013 11:13


Coucou Denis ,


Intéressante cette correspondance ... Je ne connais pas du tout Kawabata , as tu un conseil ?  

DENIS 03/10/2013 12:14



un auteur que j'aime beaucoup "les belles endormies" a été mon premier livre lu ; très original et si bien écrit


 


http://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Belles_Endormies



Figaro 01/10/2013 14:25


J'ai lu Kawabata il y a quelques années...

DENIS 01/10/2013 20:09



c'est un de mes auteurs favoris je l'avoue, un des étrangers que j'ia le plus lu avec Zweig ou thomas Mann



luocine 01/10/2013 11:56


quand je lis les extraits je sais que je vais m'énerver , ils sont trop polis ! la littérature japonaise m'ennuie , ce monde si courtois où tout est en retenu mais où on s'éventre pour se
suicider!


bref je me sens française


Luocine

DENIS 01/10/2013 12:47



tu as sans doute raison, j'ai regardé le côté littéraire avant tout d'où mon plaisir de lecture sachant que leur amabilité, les cadeaux font partie des coutumes japonaises (très bien expliqué par
ces très longues notes du traducteur)



Dominique 01/10/2013 11:11


je viens de faire un petit parcours en littérature japonaise mais je n'ai pas encore publié les billets, cette correspondance m'intéresse car si j'aime beaucoup Kawabata je n'ai jamais lu Mishima
car il me fait un peu peur 


j'espère que ma médiathèque a acheté cette correspondance et merci de me l'avoir fait connaitre

DENIS 01/10/2013 20:10



une très intéressante correspondance qui m'a fait redorer le blason de Mishima que j'ai trouvé intelligent, cultivé, curieux de tout ce qui est littéraire, bref un vrai "intellectuel" écrivain...



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***