Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2012 6 14 /04 /avril /2012 09:00

 

Bleu presque transparent de MURAKAMI Ryû (Picquier poche)

Traduit du japonais par Guy Morel et Georges Belmont

200 pages - 1997 pour l'édition de poche

Edition originale au Japon - 1977

------------------------

Ce roman est le premier publié par l'auteur MURAKAMI Ryû, né en 1952. Ne pas confondre l'auteur avec MURAKAMI Haruki.

 

Autre précision : au Japon le prénom suit le nom de famille, ce qui est rarement respecté par les éditeurs, sauf Picquier, spécialiste de cette littérature.

Alors, il faut tout de suite dire que ce livre est à réserver "aux adultes". Car drogue et sexe y sont très explicitement évoqués. On assiste à des séances d'orgie et de prises de drogues.

Ryû raconte quelques moments de sa jeunesse désoeuvrée à Tôkyô. Etudiant, avec ses amis et amies, ce sont des soirées très agitées qui font leur "quotidien". La violence liée aux prises de drogues est fréquente également.

Kei, Okinawa, Ryû et les autres se noient dans leur détresse et leur autodestruction.

Un livre "coup de poing" sur un Japon rude où la "génération perdue", celle des années 70, avec un personnage qui a le même prénom que l'auteur, sans doute par hasard!! (on n'en saura rien).

L'écriture est très "belle" malgré les thèmes "hard" qu'elle véhicule. L'auteur nous montre que la littérature est capable d'écrire des "horreurs" avec la "grâce" des mots et du style.

Un auteur à lire et à découvrir.

Bonne lecture,

Denis

 

 

Ce premier roman peut rentrer dans le cadre du challenge d'Anne dont c'est ma troisième participation.

 

Défi PR1

Partager cet article

Repost 0
Published by DENIS - dans LITTERATURE
commenter cet article

commentaires

Anis 21/04/2012 23:13


Je connaissais la réputation de l'auteur, c'est pourquoi j'ai choisi"Kyoko" qui est le plus doux de ses livres. IL me semble que c'est Haruki et non hariki pour l'autre Murakami.

DENIS 22/04/2012 09:15



tu as raison, j'aurais fiat une erreur, je vais corriger alors


bleu... est plutôt violent et sans concessions : je reviendrai vers cet auteur par la suite



Nina 15/04/2012 10:14


La littérature est là pour rétablir la vérité et j'aime beaucoup ça. J'ai discuté lors d'un salon du livre organisé par ma municipalité avec un auteur de BD qui avait passé 15 jours à Tokyo avant
le drame nucléaire. Il nous a raconté un Japon très papier glacé, des gens très policés, ritualisés à l'extrême même pour rendre la monnaie dans les magasins, racistes parce qu'ils refusent de
s'asseoir à coté d'un étranger dans le métro. Je lui ai dit qu'il y avait forcément des gens qui refusaient ce système, cette façon de vivre. Au salon du livre à Paris j'ai écouté un auteur
japonais qui faisait partie de la "contre - culture" japonaise et qui était de gauche et contre n'importe quelle forme de nucléaire !! La littérature est aussi un moyen de dire la vérité sur un
pays. Je vais lire ce livre car je continue mon exploration de la littérature japonaise que je trouve fascinante. Je te souhaite un bon dimanche.

DENIS 15/04/2012 10:21



tout à fait d'accord avec toi et tu verras que ce livre est caractéristique de cette "contre-culture" qui montre des ados désoeuvrés comme partout dans le monde etlà par une belle langue
littéraire il nous montre cecôté là de la "frontière" où le rêve passe par la violence contre son corps


je continue aussi ma découverte du Japon avec Tawada, une "exilée" en Europe et qui ne parle pas directement du Japon



Heide 14/04/2012 16:13


Je vois que tu es amateur de littérature japonaise !  Je note ce titre car, pour ma part, je découvre la richesse de la production japonaise en littérature (Murakami Haruki - que je suis en
train de lire - Tsutsui Yasutaka pour La Traversée du temps ... génial !) et au cinéma, avec  Miyazaki Hayao. (J'ai mis les prénoms après
! )

DENIS 14/04/2012 18:53



bravo, il faudrait en effet toujours écrire ainsi les noms japonais


ce mois-ci je vais lire des auterus japonais en effet


je cotoie depuis longtemps Kawabata par exemple mais là j'éteins mes connaissances à d'autres auteurs : ce week-end Tawada Yoko (l'oeil nu) que je présenterai la semaine prochaine


pour le cinéma, Kurosawa ou Ozu étaient passionnants, je connais peu le cinéma plus récent



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***