Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 octobre 2011 7 23 /10 /octobre /2011 09:00

 

Fauna d'Alissa York (Editions Joëlle Losfeld - Littérature étrangère)

336 pages - Août 2011

 

Titre original : Fauna - traduit de l'anglais (Canada) par Florence Lévy-Paolini

 

 

 

Livre lu dans la cadre du jury des lecteurs de FNAC - 2011

 

Voici le deuxième livre de quatre que je vais présenté ici dans ce cadre,

après Mingus Mood de Willam Memlouk

 

-----------------------------------------------------

 

J'ai déclaré ce livre comme "coup de coeur" pour ma notation FNAC.

 

C'est un livre étonnant, attachant malgré une histoire lenteà lire sans urgence.

Car il faut arriver à discerner ces personnages marginaux, écologiques et à devenir intimes avec eux.

 

Edal Jones, jeune "agente fédérale" dans la banlieue de Toronto, est en arrêt de travail et elle va rencontrer une "communauté" qui vit autour d'une casse automobile dirigée par Guy Howell. Etres humains comme animaux égarés sont admis ici sans discrimination avec une solidarité innée entre eux.

 

Le roman se passe sur une semaine d'un lundi à un lundi, bouclant ainsi le roman sur lui-même. Les chapitres se suivent selon un rythme bien défini. Tout d'abord, "le livre de la vie", puis "cercle de bois sombre"et "les chroniques de Darius" et le mardi reprise de "le livre de la vie", "cercle de bois sombre", "chroniques de Darius" et les autres jours de la semaine ont ce même rythme pour terminer avec le nouveau livre clôturé par le seul "livre de la vie".

 

On aura ainsi compris que le roman pourrait se lire d'une deuxième manière : lire tous les "livre de la vie" à la suite, puis "cercle de bois sombre" à la suite et de même pour "chroniques de Darius", car il y a en quelque sorte trois histoires dans ce livre qui se répondent. Je n'ai pas relu le livre de cette façon mais je pense le faire un jour ou l'autre, ne serait-ce que pour retrouver sous un autre angle tous ces personnages si singuliers. Outre Edal et Guy déjà cités, il y a la très jeune Lily qui a fugué à bicyclette et Stephen, l'associé de Guy, sans oublier le mystérieux "coyotte" qui tient un énigmatique blogsur les coyottes.

 

Les animaux sont autant présents que les humains dans "Fauna". On peut le constater dès le premier paragraphe du roman : "Elle est réveillée par un bruit de griffes - un grattement affairé sur le bois dur, près de son oreille. Obscurité d'avant l'aube, soupçon de lumière faible et chaude venant de la salle de bains et s'infiltrant dans le couloir. Lentement, prudemment, elle tourne la tête. La souris s'immobilise, moustaches frémissantes. A moins d'une longueur de bras de son visage".

 

Plus de 300 pages ainsi, bercées par la langueur des mots où l'on entend siffler la poésie des phrases. Bref, un réel beau livre, coup de coeur.

 

 

Alissa York, canadienne, est née en 1970 en Alberta. Elle vit à Toronto et a publié trois romans tous traduits aux Editions Joëlle Losfeld :

Effigie (2008) et Amours défendues(2007) et Fauna (2011).

 

Bonne lecture,

 

Denis

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Ankya 23/10/2011 11:01



Comme tu le sais, j'ai aussi adoré ce livre !



DENIS 23/10/2011 19:27



oui


pour ma part j'ai été long à mettre en ligne cet article mais j'aimerais qu'il ait un peu de succès car il le mérite



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***