Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 janvier 2010 3 06 /01 /janvier /2010 11:06




Stéphane Freiss incarne Camus dans un téléfilm diffusé ce soir à 20 h 35 sur France 2.



Stéphane Freiss incarne Camus dans un téléfilm diffusé ce soir à 20 h 35 sur France 2./ G. DE LA CHAPELLE / FRANCE 2

 







Le journaliste Albert Camus est mort le 4 janvier 1960. Oui, oui, le journaliste. Certes le Prix Nobel de littérature est plus connu pour ses romans et essais. Et, cette semaine, les nombreux hommages médiatiques (hors-séries du Figaro, journées spéciales sur France Inter et France Culture, programmes sur France 2, France 5 et Arte) évoquent davantage L'Etranger ou La Peste que ses nombreux articles parus dans Alger Républicain, Combat ou L'Express.

«Il a tout fait dans le journalisme»

«Ce n'est pas l'aspect de sa vie que j'ai choisi, mais c'est évidemment une grande partie de son oeuvre aussi», confirme Quentin Raspail, producteur d'une fiction diffusée ce soir sur France 2. Le documentaire «Camus, le journalisme engagé» diffusé demain sur France 5 à 20h35, dans le cadre de «La grande librairie» spéciale Camus, l'atteste.

«Secrétaire de rédaction, spécialiste des chats écrasés, rédacteur en chef, éditorialiste, il a tout fait dans le journalisme, explique son auteur Joël Calmettes. Pas juste comme certains écrivains en condescendant à plonger dans l'arène, mais en s'engageant complètement. Il prenait ce métier-là autant au sérieux que son travail d'écrivain.»

«Ses articles demeurent une référence»

Et même si cet aspect de Camus est «souvent passé sous silence, ses articles demeurent pourtant une référence», affirme Patrick de Saint-Exupéry, rédacteur en chef de la revue XXI. Il cite, d'abord, les reportages d'Albert Camus en Kabylie en 1939. «Des articles peu connus alors qu'ils représentent un travail journalistique fondamental. Camus a un regard, une précision, ils entrent dans les foyers, dans l'histoire des gens. Aujourd'hui à XXI, nous avons l'objectif, le souhait, d'être fidèle à ce regard de reporter écrivain.»

Au-delà d'un style, Camus avait aussi une conception précise du métier de journaliste. Il avait même commencé à rédiger une charte de la presse. Un de ses principes: «Informer bien au lieu d'informer vite, préciser le sens de chaque nouvelle par un commentaire appropriée, instaurer un journalisme critique...»


Alice Coffin


( Source 20 minutes.fr )

Partager cet article

Repost0

commentaires

christian vancau 15/01/2010 11:30


Un film qui a des qualités mais pourquoi cette insistance sur les dépressions de Francine Camus qui était tout de même une grande pianiste et une mathématicienne et enseignante de surcroît. Dans ce
film on la présente comme une épave. Ca n'a pas dû plaire aux jumeaux
Insistance aussi un peu lourde sur la tuberculose de Camus


FABIENNE 16/01/2010 10:09


Bonjour Christian. Je suis entièrement de ton avis en ce qui concerne Francine Camus et je trouve qu'on a aussi beaucoup insisté sur les maîtresses de Camus en
oubliant un peu l'écrivain!
Bon samedi à toi, sous la pluie et le vent , ici en Normandie!
Amitiés et au plaisir!


Dominique Beretti 09/01/2010 09:45


Oui Jacqueline et tout lecteur de Camus, depuis mardi toutes les réactions autour de moi ont été négatives. De personnes qui connaissent l'homme et son oeuvre. De personnes âgées ou moins.
Indépendamment du jeu des acteurs, le scénario a relevé surtout le côté homme à femmes et le déroulement de sa vie privée n'a pas été fidèle. Albert Camus ce n'est pas tout à fait
cela...quant au passage Lourmarin d'où sort la part romancée qu'on a jamais lue ? qui a écrit ou raconté exactement certains faits ? Francine Camus ? Janine Gallimard qui a l'air d'être dans la
confidence ? Vous posez-vous ces questions ? et si vous avez des réponses...
A bientôt, Dominique


DENIS 09/01/2010 21:24


téléfilm assez "commercial" qui dot séduire le téléspectateur sans aller au fonds des choses
je l'ai pris comme cela


JACQUELINE 07/01/2010 15:46


Jai regardé lorsque le film ètait commencé mais ...quelle déception!
A part quelques phrases empruntées à ses déclarations ce téléfilm était d'un banal!
On n'y a vu que l'homme et non pas l'écrivain ni le philosophe.
On ne gardera de Camus que l'homme à femmes. Je me demande ce que ses enfants en ont pensé...
J'attends votre avis avec impatience
Amitiés


Dominique Beretti 06/01/2010 23:40


Le passage Algérie était émouvant et on peut dire qu'une blessure n'est jamais fermée car des images ou des bruits, les rues, la mélancolie devant la mer, "la" bombe suffisent réveiller le
passé. Lors de l'appel à la trêve, l'homme qui accompagne Camus est Emmanuel Robles dont je vous ai parlé dans mon dernier article.
Dominique


Alice 06/01/2010 23:30


Bonsoir Fabienne
J'ai regardé le film , c'était très intéressant.
Bises
Alice


DENIS ET FABIENNE 09/01/2010 21:35


en effet belle semaine avec ces émissions successives plus les émissions de france Culture


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***