Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 08:00

 

 

 

 

 

 

Editions MICHALON - 2002 - 128 pages

 

 

 

Albert Camus entretient un rapport paradoxal à la justice selon qu'il y voit un idéal d'équité ou une machine destructrice d'innocence.
Depuis ses premières expériences comme chroniqueur judiciaire à Alger jusqu'à ses écrits contre la peine de mort, l'oscillation est constante.
Comme institution, la justice est captive des idéologies ou des passions, mais comme quête morale elle incarne
une " juste révolte " contre l'injustice.
Sous le masque de Caligula, elle est source d'une ivresse barbare et démesurée.
 Mais sous les traits apolliniens de Nemesis, déesse de la mesure, elle est lumière.
Camus pense inlassablement la justice contre elle-même.
Il combat ses dérives justicières autant qu'il lui rappelle sa vocation à fonder une cité juste.
Ses fictions sont des masques autobiographiques qui creusent en profondeur le sillon de cette tension.
 
 
 
 
 Denis Salas est magistrat.
Après avoir exercé dans différents tribunaux, il est actuellement chargé de formation et de recherche à l'École nationale de la magistrature et secrétaire général de l'Association pour l'histoire de la justice.


Partager cet article

Repost0

commentaires

Marie 29/07/2010 09:25



C'est ce que j'aime chez Camus. Ce sens de la nuance, la recherche permanente des meilleures attitudes, la recherche d'une justice mesurée et tolérante.


Bonne journée !


 



FABIENNE 29/07/2010 20:02



Bonsoir Marie , c'est pareil pour moi et c'est ce que j'aime chez Camus !


Gros bisous de Normandie et au plaisir!



Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***