Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 août 2009 7 23 /08 /août /2009 08:00




Journal / Hélène BERR
Préface Patrick Modiano
Editions Points - 302 pages



 Juste envie de vous parler de ce livre que je n'ai pas lu mais que  j'ai pu écouté vu que Denis l'a emprunté en livre -audio à la bibliothèque.
Dans ce journal d'une étudiante  morte en déportation , les petits bonheurs prennent un relief poignant à la mesure de sa lucidité face à l'horreur.







A la libération du camp de Bergen - Belsen en avril 1945 , il y avait un tel amoncellement de cadavres qu'il devint très vite impossible de les enterrer.
L'armée britanique se servit de bulldozers pour les pousser vers des tranchées creusées à la hâte.
Quelques jours avant l'arrivée des Anglais , Hélène Beer , une jeune femme de 24 ans , y était morte d'épuisement.
Son corps gît aujourd'hui dans une fosse commune. Une de celles où avaient roulé ceux de Margot et d'Anne Franck.
Comme l'adolescente , Hélène écrivait son journal.
Remis après la guerre à son fiancé , Jean Morawiecki , le manuscrit a été publié par les éditions Tallandier.











Extrait du Journal d'Hélène Beer



Son journal débute au printemps 1942 pour s'achever à quelques semaines de son arrestation et de sa déportation en mars 1944. c'est un témoignage exceptionnel sur le quotidien des Juifs à Paris pendant l'Occupation , et un bouleversant texte littéraire.
Car les drames y sont racontés avec une force , une foi , une vitalité tendre et une lucidité qui emportent et qui étreignent.
" La vie continue à être étrangement sordide et étrangement belle " laisse-t-elle échapper un soir de juin 1942 ,alors qu'elle porte déjà l'étoile jaune.
Hélène est issue d'une famille bourgeoise , elle prépare l'agrégation d'anglais à la sorbonne , elle lit Lewis carroll, Keats ,Dostoïevski et Roger Martin du Gard.
Elle joue Mozart au violon , flâne au Luxembourg. Elle est amoureuse ...
Le malheur et l'angoisse vont envahir peu à peu les pages qu'elle s'astreint à rédiger " avec une sincérité complète ".
Ce sont les persécutions , les humiliations, les rafles , les enfants juifs orphelins , dont elle s'occupe à l'Ugif , Drancy et ces histoires terribles qu'on raconte sur ce qui se passe en Silésie.
" Irai-je jusqu'au bout ? " se demande-t-elle en janvier 1944.
Elle franchira le dernier cercle de l'enfer comme l'écrit Patrick Modiano dans sa préface.
" Horror, Horror , Horror "  sont les derniers mots qu'elle laissera sur le papier !


( Source Marianne- le Magazine Littéraire )

Partager cet article

Repost0

commentaires

witney 23/08/2009 12:42

j'ai bien aimé le journal d'Anne Franck, même si j'ai du mal avec les horreurs de la guerre !! je ne connais pas celui-ci ! merci d'en parler ! bon dimanche ! witney

FABIENNE 24/08/2009 14:08


 Très poignant et lucide à la fois, si tu as l'occasion de le lire, n'hésite pas!
Je voulais aussi t'avertir que je t'ai décerné un prix , à voir sur notre blog!
Bonne après-misi, amitiés de Normandie,


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***