Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 17:45







Jan Martin McGuire











Jan Martin McGuire










 Bill Vanderdasson












Wanda Mumm








Theresa Politowicz











Terry Isaac









Terry Isaac









Terry Isaac










Maps












Jane Maday









Howard Robinson










Susan Bourdet









Susan Bourdet












Susan Bourdet












Marc Hanson









Rosemary Millette




 J'en profite par la même occasion pour vous faire découvrir un poème sur les oiseaux d'un peintre et poète Kurde : REBWAR



LA PLUIE D'OISEAUX

 




Ce matin

quand on s'est levé, les oiseaux avaient été informés trop tardivement des bombardements chimiques. Tous ensemble, ils tentaient de se sauver, mais où ?
Nul ne le sait.


Autrefois,
quand les chasseurs les visaient, ils s'envolaient.

Mais aujourd'hui, la vie et la mort se mêlent : on ne peut pas respirer l'air. Comme masque, les enfants de Sergalou se mettent des morceaux de chiffons mouillés sur la bouche. Ils se regardent et rient comme si c'était un nouveau jeu qui arrivait en cadeau au village.


Petit à petit,

les moineaux,
les pigeons,
les rossignols
qui tombent si rarement dans les pièges chutent devant les enfants.
Aveugles, ils se heurtent aux vitres des fenêtres, aux branches des arbres. Ils ne savent où aller.
  Les
        chemins 
sont perdus.

Et ces oiseaux bleus
qui volent près des sommets, si près des sommets, si près du bleu du ciel face aux grottes profondes et inaccessibles de Bergalou, ces oiseaux qui ne descendent jamais de la montagne, eux aussi , voilà qu'il chutent, impuissants, en heurtant les rochers, les toits des maisons et les arbres de la forêt.

Depuis plus de mille ans, c'est la première fois qu'ils meurent sans pouvoir regarder le ciel bleu au-dessus des sommets.



Ce jour-là,
je me suis dit "si je ne suis pas comme vous une histoire perdue, je vous promets de raconter partout la pluie mortelle des oiseaux du Kurdistan, le frémissement de leurs ailes, pour que l'humanité entende le cri sans voix de mon pays endeuillé".

Partager cet article

Repost0

commentaires

E
Bonsoir, ce poème est poignant. Il fait froid dans le dos : si les oiseaux meurent en devenant aveugles l'humanité va à sa perte...Bisous à tous les deux
Répondre
C
Comme tu peux te l'imaginer, j'adore ces phtos d'oiseaux et de fleurs.. bonne soirée et merci de partage.. clem
Répondre

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***