Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2009 7 08 /02 /février /2009 00:40









La Pluie


Longue comme des fils sans fin, la longue pluie
Interminablement, à travers le jour gris,
Ligne les carreaux verts avec ses longs fils gris,
Infiniment, la pluie,
La longue pluie,
La pluie.

Elle s'effile ainsi, depuis hier soir,
Des haillons mous qui pendent,
Au ciel maussade et noir.
Elle s'étire, patiente et lente,
Sur les chemins, depuis hier soir,
Sur les chemins et les venelles,
Continuelle.

Au long des lieues,
Qui vont des champs vers les banlieues,
Par les routes interminablement courbées,
Passent, peinant, suant, fumant,
En un profil d'enterrement,
Les attelages, bâches bombées ;
Dans les ornières régulières
Parallèles si longuement
Qu'elles semblent, la nuit, se joindre au firmament,
L'eau dégoutte, pendant des heures ;
Et les arbres pleurent et les demeures,
Mouillés qu'ils sont de longue pluie,
Tenacement, indéfinie.

Les rivières, à travers leurs digues pourries,
Se dégonflent sur les prairies,
Où flotte au loin du foin noyé ;
Le vent gifle aulnes et noyers ;
Sinistrement, dans l'eau jusqu'à mi-corps,
De grands boeufs noirs beuglent vers les cieux tors ;

Le soir approche, avec ses ombres,
Dont les plaines et les taillis s'encombrent,
Et c'est toujours la pluie
La longue pluie
Fine et dense, comme la suie.

La longue pluie,
La pluie - et ses fils identiques
Et ses ongles systématiques
Tissent le vêtement,
Maille à maille, de dénûment,
Pour les maisons et les enclos
Des villages gris et vieillots :
Linges et chapelets de loques
Qui s'effiloquent,
Au long de bâtons droits ;
Bleus colombiers collés au toit ;
Carreaux, avec, sur leur vitre sinistre,
Un emplâtre de papier bistre ;
Logis dont les gouttières régulières
Forment des croix sur des pignons de pierre ;
Moulins plantés uniformes et mornes,
Sur leur butte, comme des cornes

Clochers et chapelles voisines,
La pluie,
La longue pluie,
Pendant l'hiver, les assassine.

La pluie,
La longue pluie, avec ses longs fils gris.
Avec ses cheveux d'eau, avec ses rides,
La longue pluie
Des vieux pays,
Éternelle et torpide !
 
 Emile Verhaeren (1855-1916)

 Bon dimanche , Fabienne

Partager cet article

Repost0

commentaires

noisette27 09/02/2009 21:14

Très beau poème de Emile Verhaeren. Mais pareil c'était à l'école que j'avais étudié ses poésies.
Il faudrait que je me renseigne unpeu plus sur lui.
Savez vous s'il existe une biographie de lui ?
Amitiés à vous deux

DENIS ET FABIENNE 09/02/2009 22:24


Bonsoir, il existe une très belle biographie, disponible en poche d'Emile VERHAEREN écrite par  Stefan ZWEIG.
Je te la conseille vivement , en plus écrite par Zweig, c'est un régal! 
Amitiés, fabienne


Enriqueta 08/02/2009 17:41

Un poème de saison.

DENIS ET FABIENNE 08/02/2009 20:24


 Et oui, tu as raison chère enriqueta! Bisous, fabienne


revelise 08/02/2009 15:29

Bonjour fabienne, un très joli poème que je ne connaissais pas, ici nuage et soleil, je vous souhaite un bon dimanche bisous

DENIS ET FABIENNE 08/02/2009 20:21


Merci pour ton commentaire chère revelise. C'est toujours un plus lorsqu'on peut faire découvrir quelquechose!Ici, T° 3° et ce soir la pluie arrive ! Bonnne fin de week-end, bisous


aline27 08/02/2009 12:53

...et qui rappelle tant notre Normandie... quoique maintenant la pluie viste un peu tout les régions .ici il y a du vent, je ne suis pas encore sortie, j'ai récupéré, cet après midi on visitera Pibrac, où habite ma fille à quelques kilomètres de Toulouse... Passes un bon dimanche avec les tiens , pensée du jour est encore bien réelle, j'aime beaucoup. Je t'embrasse bien fort.JOSY

DENIS ET FABIENNE 08/02/2009 20:39


Bonsoir ma chère Josy, Merci pour ton commentaire qui m'a fait grand plaisir comme toujours tu t'en doutes! et oui, ça rappelle la Normandie !!! J'espère que tu as passé une bonne journée et
que la visite de Pibrac fut agréable. Je te fais plein de gros bisous , pofite bien de ton séjour avec ta fille et repose toi aussi! Ton amie Fabienne


sybilline 08/02/2009 10:19

Un des poètes qui me touchent le plus profondément par sa douceur, sa célébration de l'amour, sa tristesse sublimée en beauté..

DENIS ET FABIENNE 08/02/2009 20:41


 Même si Maurice Carême a ma préférence , j'aime beaucoup aussi les poèmes de Verhaeren qui sont magnifiques également.


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***