Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 novembre 2008 3 26 /11 /novembre /2008 20:50

 

Cette fois , nous vous emmenons sur les pas de Jules Michelet au château de   VASCOEUIL , dans le département de l'Eure , à environ 30 Kms de Rouen.

 

 

 

 

                                          Livre publié dans une belle collection aux  " Editions Petit à petit "

 

 

 

                                                    

 

                                                                                                    -  Portrait de Jules Michelet -

 

 

 

 

Biographie du site "Terre d'écrivains" , que j'ai trouvée assez complète et bien détaillée !

 

Jules Michelet naît en 1798 dans une chapelle désaffectée située au croisement de la rue de Tracy (n°14) et de la rue Saint-Denis, dans le quartier des Halles. Son père est un petit imprimeur basé 6 rue des Bons-Enfants. La vie est dure et la famille déménage souvent : de 1800 à 1802 rue Montmartre, rue du Jour, rue Française ; en 1808 10 rue des Saints-Pères ; en 1809 boulevard Saint-Martin ; en 1811 rue Notre-Dame de Nazareth (cette année-là, les affaires n’étant plus ce qu’elles n’ont jamais été, Monsieur Michelet ferme boutique) ; en 1812 rue du Carême-Prenant ; en 1813 rue de Périgueux, où meurt Madame Michelet en 1814.
  Son père étant devenu gérant en cette même année d’une maison de santé située 7 rue de Buffon près du Jardin des Plantes, Jules étudie au collège Charlemagne (à l’époque, on n’enseigne pas l’histoire ; elle est abordée à travers la philosophie et les lettres).
  La maison de santé ferme ses portes en 1818, et les Michelet migrent vers le 49 rue de la Roquette, où ils demeurent jusqu’à 1828.
Depuis 1821, Michelet est professeur suppléant à Charlemagne. Dès 1827, il est chargé d’enseigner la philosophie et l’histoire à l’Ecole Normale.
  En 1830, il est nommé par Guizot, alors ministre de l’Intérieur, chef de la section historique des Archives Nationales (qu’il ne quittera qu’en 1852).
Il vient de publier un Précis d’histoire moderne et les Principes de la philosophie de Vico, à qui il emprunte l’idée que l’humanité se crée elle-même.
  En 1833 - deux ans après la parution du moyen-âgeux Notre-Dame de Paris et année de parution du Médecin de Campagne - paraissent les deux premiers tomes (qui vont jusqu’en 1270 -il y en aura vingt et un autres) de son Histoire de France. Dans ces années-là, il lui arrive de lire plusieurs ouvrages par jour. Pour en lire certains dans le texte, il a appris l’allemand et l’italien.
En 1838, il obtient une chaire d’histoire et de morale au Collège de France.
  Michelet vient de perdre sa femme en 1839 lorsqu’il s’éprend de la mère d’un de ses élèves, Alfred Poullain-Dumesnil. Madame Poullain-Dumesnil, propriétaire du château de Vascoeuil, décède en 1842 chez l’historien 10 rue des Postes (devenue rue Lhomond), où elle s’était installée pour se soigner. Mais Michelet continue d’être l’hôte de Vascoeuil, Alfred devenant bientôt son gendre. À Vascoeuil, son esprit est stimulé par "la tendre lumière des cieux vaporeux de Normandie" (Jacques Rueff).
  En 1843, au Collège de France, il déclenche la polémique par son cours sur les jésuites, qu’il rend responsable de la stérilité intellectuelle et morale du pays. Edgar Quinet et Adam Mickiewicz, dans leurs cours respectifs, développent des idées proches. La presse prend le relais et l’opinion s’enflamme pour ou contre. Les cours des deux derniers sont suspendus en 1845, celui de Michelet en 1848.
  En 1846, année de la mort de son père, il publie Le Peuple, oeuvre en partie autobiographique composée à Vascoeuil.
Alors que Lamartine publie en 1847 son Histoire des Girondins, Michelet travaille à son Histoire de la Révolution et interroge les témoins survivants.
  Dans ces années-là, il habite 45 rue de Villiers, devenue depuis rue Guersant. On peut le trouver aussi dans le salon de Marie d’Agoult, rue Neuve-des-Mathurins, aux côtés de Lamennais, Tocqueville, Mickiewicz, Tourgueniev, Renan et d’autres.
Après la révolution de février 1848, il conçoit son rôle davantage comme celui d’un éducateur qui initie le peuple à la République, plutôt que comme d’un acteur politique. Comme Quinet, il reprend en mars son cours au Collège de France. La révolution de juin ne le surprend pas tout à fait. Sa répression le brise. « Que la mémoire de ce jour soit abolie », écrit-il dans son journal le 23 juin. En juillet, il abandonne ses aspirations éducatrices et se replonge dans l’Histoire de la Révolution française, qui paraît en 7 volumes entre 1847 et 1853. 
Le coup d’État de décembre 1851 le chasse à nouveau du Collège de France, où ses cours avaient repris (laissant orphelins ses nombreux auditeurs, parmi lesquels Émile Erckmann). Michelet est bientôt également destitué de son poste aux Archives. Il part pour Nantes.
  Il revient à Paris en 1854 (44 rue de l’Ouest - devenu 76 rue d’Assas) et poursuit sous l’Empire l’écriture de son Histoire de France, sur laquelle plane l’échec de la révolution, et d’ouvrages de sciences naturelles.
Ultime retombée de juin 1848 : il confie dans Nos Fils (1869) « Je suis né peuple, j’avais le peuple dans le cœur. […] Mais sa langue, sa langue, elle m’était inaccessible. Je n’ai pas pu le faire parler. »
  Sa dernière demeure est le 1 avenue du Général de Gaulle à Hyères, où il avait l’habitude d’hiverner.

 

 

A SAVOIR

Les éditions de l'Equateur ont décidé de rééditer la monumentale " Histoire de France " de Jules Michelet en 17 volumes.

Douze volumes sont parus à ce jour et il faudra attendre janvier 2009 pour lire le dix septième consacré à LOUIS XV  et XVI .

Chaque volume est précédé d'une longue introduction de Paule Petitier , sans doute la meilleure spécialiste de Jules Michelet .

 

 

 

 

                                                  

Jules Michelet a publié les deux premiers tomes en 1883. Il était alors un jeune historien prometteur , proche de la famille Royale et enseignant à l'Ecole Normale .

Avec le 3 ème tome en 1837 , consacré au XIV è siècle, Michelet dramatise l'histoire...

Il achève son histoire de la france en 1869 , tandis qu'il se désespérait de voir arriver la République...

Alors que les courageux lecteurs , amateurs d'histoire et de littérature se lancent dans cette grande aventure ... sous la plume de ce  " grand " Michelet !

 

 

 

 

 

 

                                         

 

 Jules Michelet avait établi son cabinet de travail au sommet de la tour du chateau , aujourd'hui , reproduit à l'identique .

 

 

 

 

 

 

                                               

               

              Vous pouvez aussi visiter le Musée Jules Michelet situé près du chateau de Vascoeuil .

 

 

 

Nous n'avons qu'un conseil à vous donner :" La région est magnifique , allez vous y promener ! "

 

 

  Il y en aura d'autres :  Flaubert à Ry, Leblanc à Etretat , Corneille à Rouen et à Petit-Couronne,
  Hector Malot à La Bouille, Hugo à Villequier , etc ...
 

 

A SUIVRE ...

 

 

Fabienne & Denis

Partager cet article

Repost0

commentaires

noisette27 04/01/2009 12:15

Vascoeuil régulièrment il y a de superbes expos, mais celà fait des années que je n'y suis pas retournée

DENIS ET FABIENNE 05/01/2009 14:11


Nous aimons beaucoup cet endroit et à l'occasion nous y retournerons ! La dernière fois , nous avions vu l'expo Georges Braque .Amitiés, fabienne & Denis


Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***