Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2020 2 26 /05 /mai /2020 16:50
Reste la forêt de Mathias Lair (Editions Sans Escale)

Reste la forêt de Mathias Lair

(Editions Sans Escale - Février 2019 - 130 pages)

-------------------------------------

Sous-titré "Roman", ce livre pourrait également être un essai sur la forêt, un refuge pour l'être humain.

Un arbre planté dans la propriété au pays de Retz a survécu au passage d'une tondeuse à gazon quand le narrateur était enfant. Depuis, il est devenu un bel arbre, "son arbre" !

Le narrateur, peut-être l'auteur lui-même, a parcouru la forêt depuis son jeune âge, souvent avec son grand-père et jusqu'aux dernières heures de celui-ci. Il allait de branche en branche avec le plaisir de fuir le monde des humains.

La vie d'adulte est arrivée avec toutes ses contraintes et la forêt est redevenue un lieu de retour sur soi, pour y retrouver aussi des moments de sérénité et d'oxygène.

"D'outre-tombe", le grand-père raconte son vécu en forêt.

Et puis, il y a "Petite Anne", née sans amour et qui a trouvé sa voie en humant la forêt. Par la suite, elle a appris les langues indiennes d'Amérique Centrale et du Sud. Elle est partie au Costa Rica à la rencontre des forêts situées à plus de 3 000 mètres d'attitude, son objectif restant d'aller se confronter à la forêt amazonienne.

La ville où nous habitions était au fond d'une vallée, les collines qui l'entouraient étaient toutes en forêt. Ce qui me donnait le sentiment de vivre dans une clairière. C'étaient ses lisières qui m'attiraient. Le passage de la clarté à l'ombre. Franchie cette ligne, c'était comme si j'avais disparu. J'escaladais les grands arbres, je me nichais au plus loin de la terre, j'y passais des après-midis. J'aurais voulu devenir autre chose. Un oiseau peut-être, pour m'envoler. Il me fallait toujours redescendre pour rentrer. Arrivée au sol, je me sentais pataude. Là-haut, je ne sentais plus mon poids. En haut on saute, on virevolte, on chute et on se rattrape. Ici-bas on ne peut rien faire d'autre que mettre un pied devant l'autre, c'est toujours la même chose. (Pages 108-109)

Un livre qui aide à la méditation, à la recherche d'ailleurs, réels ou mentaux par le souvenir.

La poésie s'empare des mots comme la forêt nous offre sa protection. Sans doute très "rousseauiste" mais il faut bien rêver et se trouver des "lieux à soi", qui soient capables de s'approcher de nos aspirations.

 

J'avais lu le premier texte de Mathias Lair en 1979 : "Journal en Lair" (Apostrophe) et j'ai eu plaisir à retrouver cet auteur 40 ans plus tard.

 

Mathias Lair Liaudet est écrivain, philosophe et psychanalyste.

Il a exercé la psychanalyse et pratiqué l'intervention psycho-sociologique.

Poète, essayiste et journaliste, il publie régulièrement en revues et chez de petits éditeurs, sous le nom de Mathias Lair.

Sous le nom de Jean-Claude Liaudet, il publie des ouvrages de psychanalyse destinés au grand public chez L'Archipel, Fayard, Flammarion, Albin Michel, Odile Jacob.

Il a animé les éditions Apostrophe, puis la revue Mot pour Mot qui fut soutenue par le CNL.

Mathias Lair Liaudet a fondé le CALCRE (Comité des Auteurs en Lutte contre le Racket de l’Édition) en 1979 ; a participé aux travaux du CPE (Conseil Permanent des Écrivains) depuis 1980.

Après avoir présidé le SELF (Syndicat des Écrivains de Langue Française), il est devenu Secrétaire général de l’Union des écrivains. Il a également participé au lancement du MOTif (Observatoire du livre et de l’écrit en Île-de-France).

Aujourd’hui, il préside la Commission poésie de la SGDL, il représente l’association en tant que président du Conseil de gestion de la formation des artistes-auteurs de l’Afdas (Fonds d'assurance formation des secteurs de la culture, de la communication et des loisirs).

Il publie en 2016 son premier roman, "L'amour hors sol".

Source : sergesafranediteur.fr

( https://www.babelio.com/auteur/Mathias-Lair/284022 )

 

Je recommande vivement ce roman qui m'a été adressé par Valéry des Editions Sans Escale et que je remercie et félicite pour sa maison d'édition qui mérite d'être découverte.

Reste la forêt de Mathias Lair (Editions Sans Escale)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Mathais Lair 26/05/2020 19:06

ça alors ! Vous vous souvenez du Journal en Lair !
Bisous à vous deux, Fabienne et Denis ! On se connait ?
Mathias Lair

DENIS 26/05/2020 19:18

Je l'ai acheté en décembre 1979.On avait dû se rencontrer sur un salon, car je suis normand, encore que j'habitais Paris à l'époque !!! Et quel bonheur de vous relire 40 ans plus tard.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***