Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 avril 2020 4 09 /04 /avril /2020 16:18
Voyelles - poème d'Arthur Rimbaud

                                  Les Voyelles


A, noir; E, blanc; I, rouge; U, vert; O, bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles !
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes,

U, cycles, vibrements divins des mers virides;
Paix des pâtis semés d’animaux; paix des rides
Qu'imprima l’alchimie aux grands fronts studieux.

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges...
— O l’Oméga, rayon violet de ses yeux !

Arthur Rimbaud, Poésies

Ponctuation de la copie de Verlaine insérée dans le Recueil Verlaine de 1871-1872

                                                      --------------------------

Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

Arthur Rimbaud, Poésies - Vers de 1871

(Manuscrit autographe, transmis par Emile Blémont)

 

                                                        ----------------------------- 

Deux versions à peine modifiées du célèbre poème qui côtoie entre autres "Le bateau ivre" que j'ai présenté récemment ici dans le recueil de 1871.

Un poème "haut en couleur" très énigmatique car on a bien du mal à concrétiser une voyelle. Un A qui est présenté comme un "noir" assimilé également à l'ombre.

On a bien sûr l'alpha et l'oméga présentés ici et ce sont les yeux, ceux qui regardent et qui permettent aux voyelles de se colorer, qui "achèvent" le poème.

Vous trouverez beaucoup d'interprétations sur Internet.

Écoutons le poème lu par Marc à la BNF en 2017

Partager cet article

Repost0

commentaires

dasola 09/07/2020 20:06

Bonsoir, en ce moment, tous les matins sur France Inter avant 8h, j'écoute Un été avec Rimbaud narré par Sylvain Tesson. Je me régale. Bonne soirée.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***