Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2019 1 21 /01 /janvier /2019 17:35
Heinrich Heine : Recueil Nouveaux Poèmes (Poésie/Gallimard)

Nouveaux poèmes de Heinrich Heine

(Poésie / Gallimard - 333 pages - 1998)

Edition de Gerhard Höhn

Traduction de l'allemand par Anne-Sophie Astrup et Jean Guégan

---------------------------------

 

Heinrich Heine est né en 1797 à Düsseldorf. Il publie ses premiers poèmes en 1817 et obtient à Göttingen le titre de docteur en droit en 1825 et rencontre Goethe.

En 1825, d'origine juive il se convertit au protestantisme et change son prénom Harry en Heinrich.

Il voyage beaucoup pendant ses années de jeunesse : Angleterre, Italie, France.

A partir de 1831, il devient correspondant pour la presse allemande et il publie régulièrement des poèmes dans des recueils qu'il nomme "Salons", des "Tableaux de voyages"... et se marie en 1834 avec Eugénie Mirat, appelée "Mathilde". Il intègre le mouvement libéral progressiste de la "Jeune Allemagne" et se voit interdire tous ses textes considérés comme subversifs.

Il se lie d'amitié avec Karl Marx et Friedrich Engels avant de souffrir d'une paralysie progressive à partir de 1845 et vit en France. Il ne quitte plus son lit en 1848 et meurt à Paris le 17 février 1856.

Théophile Gauthier et Alexandre Dumas père, entre autres, assistent à son enterrement au cimetière Montmartre.

Heinrich Heine est considéré comme l'un des plus grands poètes allemands du XIXe siècle.

 

Son recueil "Nouveaux poèmes" se décompose comme suit :

- Nouveau printemps (44 poèmes)

- Quelques autres (13 poèmes)

- Romances (23 poèmes)

- A propos d'Ollea (10 poèmes)

- Poèmes actuels (24 poèmes)

Soit au total 114 poèmes dont les thèmes principaux sont l'Amour, l'Histoire et la Politique.

 

Voyage d'une vie (Poème X de "Poèmes actuels)

Rires et chansons ! Les lumières du soleil
Etincellent et bondissent. Les vagues balancent
La barque joyeuses. Je m'y trouvais
Avec de bons amis, j'avais le cœur léger.

La barque s'est brisée en mille morceaux,
Les amis n'étaient pas bons nageurs,
Ils ont sombré dans la patrie ;
Moi, la tempête m’a rejeté sur la berge de la Seine.

J’ai embarqué sur un nouveau navire,
Avec d'autres compagnons ; les flots étrangers
M'ont balancé, bercé de-ci, de-là –
Comme mon pays est loin, et que mon cœur est lourd !

Et à nouveau, on chante, on rit - 
Le vent siffle, les planches craquent –
Au ciel s'éteint l'ultime étoile –
Comme mon cœur est lourd, que mon pays est loin !

================

Bonne lecture et n'hésitez pas à découvrir les poèmes de Heinrich Heine.

Denis

Heinrich Heine : Recueil Nouveaux Poèmes (Poésie/Gallimard)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Violette 03/02/2019 15:00

de bons souvenirs de facs et mon fils est en train de découvrir ce grand poète.

DENIS LECOMTE 04/02/2019 19:54

En effet un auteur à ne pas oublier !

Candice 31/01/2019 01:23

Très bel article, très intéressant et bien écrit. Je reviendrai me poser chez vous. A bientôt.

DENIS LECOMTE 04/02/2019 19:54

Merci Candice,au plaisir !

Binh An 29/01/2019 11:27

Merci du billet!
Beau poème, qui résume bien.
J'ai appris, un peu, l'allemand, dans ma jeunesse. Pas assez pour tout comprendre d'un journal. Mais quand je lis un poème traduit, je cherche toujours à lire aussi le texte original. La lecture des deux versions donnent un plaisir singulier.

DENIS LECOMTE 04/02/2019 19:56

La traduction en poésie est très difficile, assurément.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***