Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 décembre 2018 1 31 /12 /décembre /2018 17:43
Arthur Rimbaud - Paul Verlaine : Un concert d'enfers (Gallimard - Quarto)

Arthur Rimbaud - Paul Verlaine : un concert d'enfers (Vies et poésie)

Quarto - Gallimard - 1856 pages - février 2017

----------------------------

 

Présentation de l'éditeur :

Lorsque le jeune Verlaine appelle à lui l'enfant sauvage des Ardennes – «Venez, chère grande âme, on vous appelle, on vous attend» –, sait-il qu'il va provoquer un de ces chocs dont la violence fera voler en éclats les résolutions sur lesquelles l'auteur des Fêtes galantes voudrait établir l'équilibre de sa vie personnelle, littéraire et publique? Rimbaud ange exterminateur – ange dominateur? – rompt les conventions, brise les âmes, sépare les époux, de même qu'au centre des cercles littéraires les moins académiques où il paraît, il inspire autant de fascination que de répulsion. 
Rimbaud-Verlaine, c'est un dialogue séminal attisé par le désir, qu'attestent Romances sans paroles et les poèmes rimbaldiens de 1872 ; un concert de voix que reprend Une saison en enfer ; un air entêté, et désormais distancié, qui se prolonge aussi dans certains textes des Illuminations. De l'un à l'autre passent des fragments de vues et des fragments de vie, tous voués à réorchestrer selon d'autres lois le dire poétique et les formes de la figuration lyrique. 
Il nous a semblé que cette aventure à deux, tantôt à l'unisson et tantôt discordante, assoiffée toujours d'une «nouvelle harmonie» et consacrée sans cesse à l'invention d'un «concert d'enfers», méritait d'être offerte d'un seul tenant, en un volume qui rassemble les œuvres de l'un et l'autre et qui rende plus net encore, dans le jeu de l'entre-lecture et l'entre-écriture, ce même désir d'émancipation du langage dans l'espoir de dynamiter l'ennui.

---------------------------------------------------------

Mon épouse, Fabienne, m'a offert ce très volumineux ouvrage pour ce Noël 2018.

Plus que jamais ce livre arrive au bon moment car je vais consacrer l'année 2019 à lire prioritairement des livres qui vont s'attacher au XIXe siècle, tout comme l'an dernier je l'ai consacrée pour une bonne part au XVIIIe siècle.

La poésie fait bien sûr partie de cette approche thématique et Rimbaud, Verlaine comme Baudelaire ou Mallarmé sont les poètes incontournables à lire.

Il faut se rappeler que la poésie a eu son heure de gloire tout au long du XIXe siècle. Il est bien dommage qu'elle ait disparu (ou presque) du champ littéraire depuis quelques décennies.

Le grand intérêt de ce livre, c'est de rapprocher et entrecroiser la biographie et l'oeuvre de ces enfants terribles.

Pour se mettre en appétit :

 

Voyelles

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

Arthur Rimbaud

 

À Victor Hugo


Recueil : Amour (1888).

(En lui envoyant « Sagesse »)

Nul parmi vos flatteurs d'aujourd'hui n'a connu
Mieux que moi la fierté d'admirer votre gloire :
Votre nom m'enivrait comme un nom de victoire,
Votre œuvre, je l'aimais d'un amour ingénu.

Depuis, la Vérité m'a mis le monde à nu.
J'aime Dieu, son Église, et ma vie est de croire
Tout ce que vous tenez, hélas ! pour dérisoire,
Et j'abhorre en vos vers le Serpent reconnu.

J'ai changé. Comme vous. Mais d'une autre manière.
Tout petit que je suis j'avais aussi le droit
D'une évolution, la bonne, la dernière.

Or, je sais la louange, ô maître, que vous doit
L'enthousiasme ancien ; la voici franche, pleine,
Car vous me fûtes doux en des heures de peine.

Paul Verlaine.

Arthur Rimbaud - Paul Verlaine : Un concert d'enfers (Gallimard - Quarto)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***