Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 octobre 2017 7 01 /10 /octobre /2017 20:11
Une seconde vie de Dermot Bolger (Folio)

Une seconde vie de Dermot Bolger

(Folio - 355 pages - mai 2013)

Traduit de l'anglais (Irlande) par Marie-Hélène Dumas

Titre original :A Second Life (2010)

Première publication en France : 2012 (Editions Joëlle Losfeld)

---------------------------------- 

 

En un mot : EXCELLENT !

 

Sean Blake a été victime d’un accident de la circulation et s’est senti mort quelques secondes pendant lesquelles il a vu une autre vie de profiler, comme un état de grâce. Quand il a été réanimé il a eu l'impression qu’on lui volait cette vie. Il a fallu l’opérer d'urgence pour drainer le cerveau.

Elisabeth est restée persuadée toute sa vie que son fils Francis n'est pas mort à la naissance. Elle erre la nuit à sa recherche surtout qu'elle sait qu’il vient d'avoir un accident. Elle vit en Angleterre loin de son Irlande et a eu trois filles dont Sharon inquiète pour sa mère qui va mourir d'un cancer et est atteinte de démence.

Sean se rappelle des moments de jeunesse avec une mère absente qui l’a abandonné et  l'a obligé à vivre dans une famille d'accueil.  Aujourd’hui il est marié à Geraldine et à deux fils mais sa femme comprend que l’accident l’a transformé. Il parle de doubles vies.

Sean parle avec tante Cissie de sa mère biologique qu’il aimerait bien retrouver. Elle n'a que quelques indices à lui donner.

Pour l'heure il se doit de reprendre son activité de photographe. Il apprend qu'un accident a eu lieu et il comprend que c'est un ami Franck Conroy qui en a été la victime. Ils avaient travaillé ensemble sur le sujet de l’arrêt de la dernière mine irlandaise à Mullabeg.

Reprendre seul le volant après son accident est une épreuve mais il se doit d'aller sur les lieux de l'accident. Franck était jeune père et veuf presque en même temps, sa femme étant atteinte d'un cancer pendant sa grossesse. Et il se serait suicidé avec son bébé en se jetant dans la rivière au volant de sa voiture.

C'est Peter McHugh qui a racheté la mine pour en faire un terrain de golf. Comme Sean il a été élevé par une famille d’accueil. Alors il va lui rendre visite et McHugh le conduit vers un endroit qui pourrait être celui où Sean est né. Sans résultat. Il continue ses recherches et comprend que son couple est en danger car Geraldine ne sait pas qu’il a été adopté dans sa jeunesse et elle ne peut donc pas devenir pouvoir il s'absente régulièrement.

La quête du passé et de sa mère continue avec obstination et détermination...

 

Ce moment du "décès clinique" a été le déclencheur de cette recherche du passé.

Delmot Bolger sait nous entraîner avec brio dans les méandres de la mémoire et des oublis.

L'auteur nous dit en préambule qu'il a écrit une première version en 1993 et il précise qu'il a entendu beaucoup de témoignages de mères et d'enfants qui avaient été séparés dans les années 40 à 60, quand il était scandaleux d'avoir fait un enfant en dehors du mariage et souvent quand les jeunes femmes étaient très jeunes comme la mère de Sean âgée de 19 ans quand elle a accouché. L'adoption en a sauvé une majorité d'autant que la vie dans les couvents y était très difficile, les Sœurs n'étant pas franchement "humaines" dans leurs réactions face aux mères désespérées.

"Ce roman n'est donc ni l'ancien ni tout à fait un autre. J'aime à le considérer comme un roman remanié".

On se laisse emporter à chaque fois que l'on entre dans un nouveau chapitre (18 au total) par l'histoire que nous raconte l'auteur. Il revient en arrière quand il faut expliquer le présent et ce sont autant de "moments" littéraires à savourer. Par exemple, l'histoire de la mine qui ferme et l'engagement de Sean de faire un reportage photo qui saura rappeler le courage de ces mineurs qui ont travaillé avec panache jusqu'au dernier jour;les confrontations avec les membres de la famille de sa mère sont aussi magnifiquement restitués dans toute leur "vérité".

En conclusion, un formidable roman irlandais par un des grands représentants de cette littérature bien trop peu connue en France. Joëlle Losfeld fait partie de ces éditeurs qui ont plaisir à publier de grands auteurs souvent méconnus.

Lisez Dermont Bolger, né en 1959 dans le nord de Dublin d'une famille d'ouvriers, nous montre à quel point il est engagé pour son pays et son histoire souvent douloureuse.

Bonne lecture,

Denis

 

Une seconde vie de Dermot Bolger (Folio)

Partager cet article

Repost0

commentaires

Nanou 01/10/2017 22:48

Je l'ai lu en 2012 et je me rappelle que j'avais beaucoup aimé. Merci pour ce billet qui a ravivé ma mémoire !

denis 05/10/2017 22:30

J'ai découvert cet auteur et j'ai de fait beaucoup aimé ce roman. Et heureux qu'il t'ait rappelé des souvenirs de lecture.

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***