Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 août 2017 6 19 /08 /août /2017 16:52
Greenland d'Heinrich Steinfest (Carnets Nord)

 

Greenland d'Heinrich Steinfest

(Carnets Nord - 278 pages - mars 2017)

Traduit de l'allemand (Autriche) par Corinne Gepner

Titre original : Das grüne Rollo (2015)

-----------------------------------

 

Le narrateur, Théo, a dix ans et vit dans un appartement où ses parents ont décidé qu’il n’y aurait aucun store, volet et rideau, la famille n'ayant rien à cacher à personne.

Et une nuit il voit apparaître comme un store vert avec la mer en toile de fonds avec une pointe de ciel. Tout disparaît quand il allume la lumière.

Chaque nuit à 23h02 réapparaît le store vert et le monde de Greenland comme le baptise le narrateur.

Cette nuit il a tout fait pour sauver une fillette prisonnière des hommes aux yeux de jumelles. De retour dans sa chambre il s’aperçoit que le couteau qui lui a servi à couper la corde qui arrachait la fille est dans sa chambre. Il le dépose dans la cuisine au matin.

Quand il retourne à Greenland il trouve un mot de la fillette avec son prénom Hélène et une adresse. Un routier, Bela, le conduit et il s’aperçoit qu’Helene est un chien et la fille s’appelle en fait Anna disparue depuis deux ans. Mme Leflor, la mère, décide de retourner sur les lieux où Théo l'a vue et Bela les y conduit. Mais très vite il se retrouve seul avec son couteau qu'il a appelé Lucian. Et tous deux après un passage en cuisine arrivent au bord d'une piscine dans laquelle Anna est en train de nager attachée à une corde. Une nouvelle fois le couteau fait son travail et permet de libérer Anna. Tous trois s’enfuient sous l’œil aux jumelles des hommes rassemblés autour de la piscine.

Théo rentre dans son monde avec Anna ce qui n’étonne pas sa famille car elle serait sa sœur.

Quarante ans plus tard, en 2050, Théo, astronaute, part en exploration direction Mars. Il a été marié à une caissière Sophie qui lui a donné cinq fils. Il s'est remarié plus tard avec Annabell...

 

Vous aurez compris que l'on est dans une drôle d'histoire ici mais l'auteur est habitué à nous surprendre en créant des univers, des ambiances qui sont totalement innovantes. C'est là son grand charme.

L'éditeur nous aide à distinguer les deux mondes, car toutes les pages qui se passent dans "Greenland" sont écrites à l'encre verte, celles de "notre monde" en couleur habituelle : noire.

Vous verrez, en lisant ce livre, que vous ne serez pas au bout de vos surprises... Je n'en dirais pas plus...

Page 12 : "Je repoussai prudemment la couette. Je vis aussitôt que quelque chose avait changé. La lumière était différente. Pas blanche, mais verte. Devant la fenêtre s'étalait le rectangle d'un panneau de tissu plus sombre que clair, mais la vive clarté de la lune propageait dans la pièce une grande partie de ce vert - un vert bouteille, pour la couleur et l'éclat. Je me serias cru dans une serre".

 

L'écriture est majestueuse et le récit totalement maîtrisé.

Merci à Fleur de Carnets Nord de m'avoir adressé ce roman d'un auteur que j'apprécie particulièrement. C'est le cinquième roman publié par l'éditeur depuis 2011. Une fidélité bien méritée pour un éditeur qui ne cherche jamais la "facilité" et a une réelle exigence littéraire.

Je vous renvoie également vers mon article sur "Requin d'eau douce" et "le poil de la bête".

 

Bonne lecture,

Denis

 

Greenland d'Heinrich Steinfest (Carnets Nord)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : BONHEUR DE LIRE
  •                       BONHEUR DE LIRE
  • : BLOC D'UN COUPLE PASSIONNE DE LIVRES, ART , HISTOIRE, LITTERATURE ET COLLECTIONNEURS DE MARQUE-PAGES.
  • Contact

             

  

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Recherche

Texte Libre

*** Phrases diverses ***